Utilisation d’un dispositif de réalité virtuelle (HypnoVR®) lors de la lithotritie extracorporelle pour le traitement des calculs urinaires et l’ablation de sondes JJ : résultats initiaux d’une étude de faisabilité

25 novembre 2019

Auteurs : S. Doizi, E. Ventimiglia, O. Traxer
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 748
Objectifs

La lithotritie extracorporelle (LEC) est une intervention pouvant être réalisée sans anesthésie générale ni sédation. L’ablation de sonde JJ est pour sa part réalisée sous anesthésie locale. Cependant, certains patients peuvent ressentir une douleur au cours de l’intervention ainsi qu’une anxiété liée au traitement. Notre objectif était de tester un dispositif de réalité virtuelle (VRD, HypnoVR®) afin d’évaluer son impact en termes de douleur et d’anxiété rapportées par les patients.

Méthodes

Quinze patients ont eu une LEC pour calcul rénal/urétéral et 10 patients ont eu une ablation de sonde JJ réalisée au moyen du dispositif à usage unique Isiris. Les LEC étaient réalisées avec une fréquence de 1Hz et un total de 3000 chocs par séance. L’ablation de la sonde était réalisée sous anesthésie locale avec instillation endo-urétrale de gel à la Xylocaïne 2 %. Le VRD était positionné et démarré 5–10minutes avant le début de l’intervention. La tolérance de la douleur et l’anxiété liée à l’intervention représentaient les principaux critères d’efficacité. Elles étaient évaluées à l’aide d’une échelle visuelle analogique (EVA), du questionnaire sur la douleur de McGill (MPQ) et de la version abrégée du questionnaire sur la peur chirurgicale. Les critères secondaires étaient : la facilité d’utilisation VRD et la satisfaction du patient à l’égard du dispositif.

Résultats

Concernant la LEC, la localisation lithiasique était rénale chez 10 (67 %) patients et la taille moyenne de 7 (6–12) mm. Soixante-sept pour cent des patients étaient naïfs de LEC et 47 % avaient une sonde JJ. Concernant l’ablation de sonde JJ, tous les patients avaient une sonde JJ implantée au moment d’une urétéroscopie souple. Soixante-dix pour cent des patients n’avaient jamais eu de sonde JJ, de cystoscopie ou pose de sonde vésicale. Le temps médian pour le positionnement du VDR était compris entre 3 et 6,5minutes. Les scores médians de douleur et d’anxiété (EVA) avant la LEC étaient de 1 et 3 ; de 1 et 2 avant ablation de sonde. Des niveaux inférieurs d’anxiété après chaque intervention étaient enregistrés (=1–2). La douleur médiane liée à la LEC était de 3 et 4 pour l’ablation de sonde JJ. Des résultats similaires étaient rapportés pour le MPQ et le SFQ. Aucune intervention n’a été arrêtée du fait du VRD. Huit patients dans chaque groupe ont signalé un plus grand bénéfice du VRD sur la tolérance de la douleur que l’anxiété.

Conclusion

Cette étude a montré que l’utilisation du VDR au cours de la LEC et de l’ablation d’une sonde JJ est sûre et réalisable. Les retours initiaux des patients sont positifs à la fois en termes de tolérance à la douleur et à l’anxiété. Des études comparatives supplémentaires sont nécessaires.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.