Utilisation d’endoprothèses urétérales magnétisées après transplantation rénale dans un centre hospitalo-universitaire : impacts d’un changement de pratiques

05 novembre 2020

Auteurs : R. Pesqué, F. Meyer, F. Gaudez, A. Masson-Lecomte, P. Mongiat-Artus, F. Desgrandchamps, N. Martelli, H. Levert
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 723
Objectifs

La transplantation rénale est à l’heure actuelle le seul traitement curatif de l’insuffisance rénale chronique à un stade terminal. Dans la plupart des centres, une sonde double J (JJ) est mise en place en fin d’intervention pour prévenir le risque de fistule urinaire. Le but de notre étude a été d’évaluer les impacts liés à l’utilisation d’une JJ magnétisée versus JJ standard.

Méthodes

La JJ magnétisée Blackstar® (Urotech GmbH, distribution en France par Asept InMed) est équipée à son extrémité vésicale d’un aimant cylindrique, ce qui rend possible son extraction à l’aide d’un mandrin aimanté. Une étude rétrospective a été menée sur 90 patients transplantés en 2017, afin d’estimer les impacts liés à l’utilisation d’un dispositif magnétisé. Deux groupes ont été comparés : 46 patients avec JJ magnétisée et 44 patients avec JJ standard. Plusieurs critères ont été étudiés : infections urinaires précoces, complications non infectieuses, durée de maintien du dispositif. Par ailleurs, une évaluation de l’impact économique et organisationnel a été réalisée.

Résultats

Les 2 groupes étaient comparables en termes de caractéristiques préopératoires et de reprise de fonction. Aucune différence significative n’a été retrouvée concernant les complications urologiques ou vasculaires de la greffe (13 versus 25 %, p =0,2383). Les taux d’infections urinaires étaient comparables (11 versus 14 %, p =0,9373). L’utilisation de JJ magnétisées a permis une ablation plus précoce dans notre centre (27,4 versus 32,3jours, p =0,0030). Deux JJ magnétisées (4 %) n’ont pas pu être extraites avec le mandrin et 6 (13 %) ont été retirées au cystoscope par manque de communication. L’évaluation économique était en faveur du dispositif magnétisé, avec une économie de 50 % (102 versus 202€ TTC). L’ablation avec mandrin aimanté permet à un infirmier seul d’effectuer le geste et l’absence de recours à la cystoscopie préserve le personnel de l’exposition aux agents désinfectants.

Conclusion

L’utilisation des JJ magnétisées permet, avec une sécurité du patient équivalente et pour un coût inférieur, une ablation au cours d’un geste rapide pouvant être réalisé par un infirmier, libérant le médecin pour la réalisation d’actes à plus forte valeur ajoutée. Son utilisation nécessite une bonne communication entre les équipes, pour que le retrait soit effectué avec le mandrin aimanté.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.