Urétroplastie transpérinéale bulbo-prostatique par résection-anastomose pour les sténoses bulbaires proximales non associées à des traumatismes pelviens

25 novembre 2015

Auteurs : V. Fenner, D. Benamran, G. Wirth, C. Iselin
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 817
Objectifs

Le traitement de choix des sténoses urétrales après fractures pelviennes est l’urétroplastie transpérinéale bulbo-prostatique. Cette technique exige des instruments et des manœuvres spécifiques pour rapprocher les extrémités urétrales à anastomoser. Nous avons utilisé ces artifices lors des urétroplasties pour les sténoses bulbaires proximales non associées à des traumatismes pelviens ; le but de notre étude est d’évaluer leur efficacité à long-terme.

Méthodes

Quarante-six dossiers de patients opérés entre 1999 et 2012 d’une uréthroplastie transpérinéale par résection-anastomose pour des sténoses bulbaires proximales ont été revus. Tous ont été opérés par le dernier auteur à l’aide d’un spéculum nasal et d’un porte-aiguille spécifique. Les corps caverneux étaient systématiquement séparés pour raccourcir la longueur du déficit. Les débimétries pré- et post-opératoires ont été mesurées, de même que les symptômes subjectifs des patients rapportés sur 3 questionnaires validés (IPSS, ICS et IIEF-5).

Résultats

Trente-huit dossiers sur 46 étaient complets. L’âge médian était de 61ans (19–85) et la longueur médiane de la sténose de 2cm (1–5). Après un suivi médian de 42 mois (1–165), le taux de succès global était de 82 %. Sept patients ont récidivé après un délai médian de 22 mois (3–65) et l’étiologie significativement la plus fréquente de la sténose initiale de ces patients était un antécédent de résection endoscopique. La débimétrie pré-opératoire moyenne de 7,2mL/s (0–19) s’est significativement améliorée à 19mL/s (4,5-63) au dernier contrôle. Aucun patient n’a reporté d’incontinence et seuls 3 patients (8 %) d’un âge médian de 70ans ont présenté une dysfonction érectile nouvelle.

Conclusion

Ces modifications techniques apportées aux uréthroplasties bulbaires proximales non traumatiques permettent un taux de succès élevé après un suivi médian de 3,5ans. L’impact de la procédure sur la continence est nul et rare sur la fonction érectile.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.