Urétéroscopie sous anesthésie locale avec ou sans analgésie intraveineuse.

16 juillet 2001

Mots clés : examen endoscopique, Urétéroscopie, Anesthésie locale, analgésie
Auteurs : Deliveliotis C, Stavropoulos N, Macrochoritis C, Koutsokalis G, Picramenos D, Kostakopoulos A
Référence : Prog Urol, 1995, 5, 548-550
5{ons notre expérience sur la pratique de l'urétéroscopie sous anesthésie locale associée ou non à une analgésie intraveineuse. Nous avons réalisé dans notre institution 334 urétéroscopies sur une période de deux ans. Dans près de la moitié des cas (159/334) l'intervention a été débutée sans anesthésie générale ou loco-régionale. L'intervention a pu être menée à son terme ainsi chez chez 138 patients. 9 de ces patients n'ont reçu qu'une instillation endouréthrale de gel de lidocaïne. 129 patients ont reçu en plus du gel une analgésie par voie intraveineuse à base de dérivé morphinique (Fentanyl(r)). Les indications des urétéroscopies ont été : extraction ou fragmentation de calculs : 119 cas, ablation d'une sonde double J ayant migré dans l'uretère : 8 cas, exploration diagnostique : 11 cas. Le taux de fausses routes urétérales a été de 5% (7/138). Les résultats de cette étude suggèrent que le fait de réaliser les urétéroscopies sans anesthésie générale ou loco-régionale n'augmente pas le nombre des complications et ne compromet pas les chances de succès du traitement.