Urétéroscopie souple en ambulatoire : étude prospective sur les 44 premiers cas

25 novembre 2013

Auteurs : N. Abid, E. Ravier, R. Codas, H. Fassi-Fehri, V. Meyer, S. Forest, L. Badet, M. Colombel, S. Crouzet, X. Martin
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1032




 

Objectifs .- L'urétéroscopie souple est un traitement efficace et sûr pour les calculs du rein de moins de 20mm. Ce geste est le plus souvent réalisé en hospitalisation conventionnelle, en raison de la valorisation de l'acte. Nous avons décidé de réaliser certaines urétéroscopies souples en ambulatoire depuis novembre 2012. L'objectif de l'étude est d'en évaluer la faisabilité.


Méthodes .- Parmi les patients, 44 entre novembre 2012 et mai 2013 ont été programmés pour une urétéroscopie souple en ambulatoire. Les patients répondaient aux critères d'ambulatoire (ASA 1 à 3 stable, pas d'anticoagulant, patients accompagnés le soir, habitants à moins d'une heure d'un hôpital). L'âge moyen était de 45,8ans. La taille moyenne des calculs traités était de 8mm (maximum 18mm). Trente-six pour cent avait eu une sonde JJ préalable (colique néphrétique compliquée ou échec de premier accès aux cavités rénales). 86 % ont eu une gaine d'accès. Cinquante-six pour cent ont nécessité une fragmentation au laser Holmium. Quatre-vingt-cinq pour cent des patients ont eu une sonde JJ en fin d'intervention. Les patients ont été réévalués entre 1 et 3 mois postopératoire avec ou sans imagerie de contrôle.


Résultats .- Le taux de succès (fragments résiduels ≤ 3mm) était de 82 %. Pour 4 patients (9 %), il n'a pas été possible d'accéder aux cavités rénales et une pose de sonde JJ a été réalisée avant une nouvelle intervention. Concernant les complications postopératoires, 2 patients (4,5 %) ont été transférés en hospitalisation conventionnelle le soir même pour douleurs et sont restés en moyenne 1,5jours. Les 2 complications étaient côtées CLAVIEN 1. Deux patients ont été réhospitalisés à 48heures pour douleur (CLAVIEN 1) ou insuffisance rénale aiguë avec pose de sonde JJ controlatérale (CLAVIEN 3B). La durée moyenne de réhospitalisation était de 1,5jours.


Conclusion .- Cette étude suggère que l'urétéroscopie souple en ambulatoire est une technique faisable, efficace et bien toléré chez des patients sélectionnés.





Haut de page



© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.