Urétérorénoscopie souple dans le traitement des calculs urinaires chez les patients sous traitements antiagrégants plaquettaires et anticoagulants

25 novembre 2019

Auteurs : J. Marguin, F. Kleinclauss, E. Chabannes, L. Balssa, F. Richard, H. Bittard
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 679
Objectifs

Le but de notre étude était d’analyser l’impact des traitements antiagrégants plaquettaires et anticoagulants sur les résultats fonctionnels et la morbi-mortalité de l’urétéroscopie souple dans le cadre de la prise en charge de calculs urinaires de la voie excrétrice supérieure.

Méthodes

Nous avons réalisé une étude monocentrique rétrospective de janvier 2004 à décembre 2015, incluant toutes les procédures d’URS réalisées pour traitement des calculs des voies urinaires supérieures. Les patients étaient classés en trois groupes suivant le type de traitement qu’ils prenaient durant la période périopératoire : groupe antiagrégant plaquettaire (AAP), groupe anticoagulant (ACO) et groupe témoin, exempt de toute thérapeutique modifiant l’hémostase. Nos critères de jugement principaux étaient l’absence complète de fragments résiduels (SFR) après procédure et la morbi-mortalité de l’intervention. Nous avons réalisé des tests de Chi2 ou tests de Fisher en analyse univariée puis une régression logistique pour effectuer une analyse multivariée.

Résultats

Les effectifs étaient de 1020 patients groupe témoin, 117 groupe AAP et 76 groupe ACO. Il n’existait pas de différence entre les groupes concernant le taux de SFR (68,2 % ; p =0,27). En comparant les groupes AAP et témoin, il y avait dans le groupe AAP significativement plus de décès (AAP=1, témoin=0, OR 0,10 [0,09 ; 0,12] ; p <0,05), plus d’infarctus du myocarde (AAP=1 contre ; témoin=0, OR 0,10 [0,09 ; 0,12] ; p <0,05) et plus de choc septique (AAP=2,6 % ; témoin=0,3 % OR 0,93 [0,92 ; 0,95] ; p =0,02) en postopératoire. En analyse multivariée le seul facteur de risque de complication postopératoire significatif était le caractère complexe du calcul traité (OR 1,06 [1,01 ; 1,14] ; p =0,04).

Conclusion

L’urétéroscopie souple dans le traitement des calculs urinaires est une technique offrant les mêmes résultats fonctionnels pour les patients sous antiagrégants plaquettaires et sous anticoagulants comparé à la population générale. Les comorbidités et la fragilité des patients cardiovasculaires peuvent entraîner plus de complications postopératoires sévères voire le décès, pour les patients du groupe AAP.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.