Urétéro-iléoplastie non modelée de substitution

06 décembre 2001

Mots clés : Uretère, iléon, plastie
Auteurs : VASSE N, RIGAUD J, CATHELINEAU X, BUZELIN JM, BOUCHOT O
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 636-641
Buts:Evaluer les indications et les résultats de l'urétéro-iléoplastie de substitution réalisée au cours des 6 dernières années. Matériel et méthodes:En 6 ans, 8 patients ont reçu une urétéro-iléoplastie de substitution total ou sub-total, avec un total de 9 unités rénales traitées. Une dérivation urinaire temporaire pré opératoire avait été mise en place chez tous les patients . La créatininémie moyenne en pré opératoire a été de 88 µmol/L (53 et 150). Il s'agissait 7 fois de sténose urétérale (une fois bilatérale et une fois sur rein unique), une fois de nécrose urétérale sur transplant rénal sans uretère propre et une fois de tumeur urothéliale sur rein unique. Résultats:Le recul moyen était de 54 mois. Le temps opératoire moyen de 218 minutes pour les urétéro-iléoplasties unilatérales, avec une durée d'hospitalisation moyenne de 12 jours ( 10 et 18 jours). Les complications ont été : une rétention aiguë d'urine, une sténose de l'implantation iléo-vésicale traitée par dilatation endoscopique, 2 éventrations après laparotomie médiane, une lithiase anastomotique iléo-vésicale, des infections urinaires non fébrile de traitement ambulatoire. Le résultat fonctionnel été jugé comme correcte dans tous les cas. Aucun trouble ionique n'était observé. La créatininémie était en moyenne 86 µmol/L ( 59 et 140) en post opératoire. Conclusion:Dans cette série récente avec un recul de 4,5 ans, l'urétéro-iléoplastie de substitution a permis de traiter des lésions urétérales, partielles ou totales, complexes avec une faible morbidité.