Ultrasons focalisés de haute intensité vs prostatectomie totale dans le traitement à visée curative du cancer localisé de la prostate ISUP 1 et 2 : EIG et résultats fonctionnels à 12 mois

05 novembre 2020

Auteurs : P. Coloby, B. Occéan, T. Chevallier, A. Gelet, X. Rébillard, A. Villers, N. Houédé, P. Rischmann
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 836
Objectifs

Étude prospective multicentrique ouverte comparant l’efficacité carcinologique et les conséquences fonctionnelles d’un traitement conservateur par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) à la prostatectomie totale (PT) pour adénocarcinome prostatique localisé de stades ISUP 1 (non éligibles à la surveillance active) et ISUP 2. Nous rapportons ici les EIG et résultats fonctionnels à 12 mois.

Méthodes

De février 2015 à septembre 2019, 3364 patients (HIFU : 1988, PT : 1376) ont été inclus de façon prospective dans 42 centres. Âge médian : 74,6 vs 65 ; PSA médian : 7,11 vs 6,97 (p =0,4). Les EIG ont été transmis à l’Agence nationale selon les standards internationaux.

Objectifs fonctionnels de l’étude : IPSS, continence (USP), fonction érectile (IIEF5), qualité de vie (EORTC QLQ-C30) à 12 mois.

Résultats

Les durées médianes d’hospitalisation initiale ont été respectivement de 1 et 4jours. Cinquante-trois EIG Clavien–Dindo ≥IIIa : 32 HIFU (1,6 %) et 21 PT (1,5 %). Aucun risque préalablement inconnu n’a été mis en évidence. Onze cas de fistules ont été rapportés : bras HIFU : 3/1988 (1,5/1000) fistules (2 uro-digestives, 1 urinaire) ; bras PT : 8/1376 (5,8/1000) fistules (7 urinaires, 1 digestive). Tous les cas ont été guéris. Vingt-trois décès ont été enregistrés et sont non imputables. Résultats fonctionnels (HIFU vs PT) : IPSS médian : 4 vs 3, IPSS QdV médian : 1 vs 1 ; continence score médian : 0 vs 1 (p <0,005) ; IIEF5 (Δ médianes pré- et postopératoires) 1 vs −9 (p <0,0001) ; EORTC QLQ-C30 : 90,7 vs 93,4.

Conclusion

Une proportion supérieure de réhospitalisations a été constatée après HIFU. Plusieurs explications sont suggérées : l’âge plus élevé des patients, la durée d’hospitalisation initiale très brève et la gestion non standardisée des accidents rétentionnels. En dehors de l’IPSS, les conséquences fonctionnelles (incontinence, dysfonction érectile) sont significativement moins importantes pour l’HIFU que pour la prostatectomie à 12 mois postopératoires. La qualité de vie post-thérapeutique des deux groupes reste élevée, et malgré une différence d’âge de près de dix ans, est comparable.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Forfait innovation (DGOS/DSS).


Promoteur : Association française d'urologie.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.