Tumeur de vessie T1G3 : enquête du sous-comité des tumeurs superficielles de la vessie. Analyse de 54 cas.

16 juillet 2001

Mots clés : Vessie, tumeur urothéliale superficielle, enquête d'opinion
Auteurs : Chopin D, Mazerolles C, Hoznek A, Rischmann P, Bittard H, Billerey C, Zerat L, Maidenberg M, Boccon-Gibod L, Bouchot O.
Référence : Prog Urol, 1996, 7, 37-41
Une enquête restrospective sur 54 cas de pT1G3 traités par résection et instillations endovésicales de BCG a été menée au sein du CC-AFU. 50 cas ont finalement été retenus comme ayant été identifiés pT1G3 par le pathologiste local. Le risque de progression est de 18% à 2 ans et 22% à 5 ans. Une analyse rigoureuse des lames par le panel de pathologistes du groupe a montré que 5 cas (10%) étaient a posteriori sous stadés et que pour 10 cas (20%) il n'y avait pas de consensus sur le franchissement de la basale (sous stadification). Le risque de progression n'est pas modifié si l'on ne tient compte que des cas pour lesquels il y a un consensus. Parmi les 5 patients sous stadés 3 ont progressé. Ces résultats soulignent: 1) les difficultés d'appréciation du stade pathologique des tumeurs urothéliales particulièrement critique pour ce groupe de tumeur et donc l'utilité d'une relecture de ces cas frontières et la nécessité de s'aider des outils modernes d'histopronostic, 2) la validité d'une attitude conservatrice pour les pT1G3 basée sur la résection et la prophylaxie endovésicale par BCG et justifient le protocole pT1G3 proposé par le sous-comité.