Troubles pelvipérinéaux de la période périnatale : état des connaissances des femmes, une revue systématique

12 mars 2021

Auteurs : M. Charrié, S. Billecocq
Référence : Prog Urol, 2021, 4, 31, 204-214
Contexte

La grossesse et le post-partum sont des périodes de la vie au cours desquelles peuvent apparaître des troubles pelvipérinéaux (TPP).

Objectif

L’objectif de cette revue est de préciser les connaissances des femmes en période périnatale sur les TPP, leurs facteurs de risques et les mesures préventives.

Sources documentaires

Une revue systématique a été réalisée à partir des bases de données PubMed, Cochrane Library, LISSA et Kinédoc et à partir des mots-clés « knowledge  », « awareness  », « beliefs  », « pelvic floor  », « post-partum  », « pregnancy  ». Seules les études, rédigées en anglais ou en français, évaluant les connaissances des femmes à l’aide d’un questionnaire, ont été incluses dans la revue. La recherche a été effectuée sans limitation temporelle et jusqu’au 10 mai 2020.

Sélection des études

Au total, sur 240 études, 14 études transversales ont été retenues, regroupant un échantillon de 3950 participantes.

Résultats

Les thèmes abordés dans les questionnaires ont été l’anatomie, la fonction du plancher pelvien, l’ensemble des TPP, leurs facteurs de risque et les mesures préventives. Les scores de connaissances des femmes interrogées sur ces différents thèmes sont faibles. Il a également été montré que l’éducation des femmes sur les facteurs de risque et les mesures préventives concernant la survenue des TPP était incomplète.

Conclusion

Au final, les femmes en période périnatale ont peu de connaissances sur les TPP.




 




Introduction


La grossesse et le post-partum sont des périodes de la vie au cours desquelles peuvent apparaître des troubles pelvipérinéaux (TPP). Ces derniers regroupent les troubles urinaires, les troubles de la statique pelvienne, les troubles anorectaux et les douleurs périnéales. Selon les études, la prévalence des symptômes d'incontinence urinaire augmente au cours de la grossesse (de 7 à 64 % pendant la grossesse) et diminue spontanément dans les trois premiers mois du post-partum (de 3 à 38 % à trois mois du post-partum) [1]. Un tiers des femmes présentent un prolapsus de stade 2 au cours de leur troisième trimestre de grossesse. Une correction anatomique spontanée est ensuite observée dans les douze mois suivant l'accouchement mais, à douze mois du post-partum, 90 % des femmes présentent un degré de prolapsus à l'examen clinique [1]. La prévalence de l'incontinence anale du post-partum est d'environ 20 %, dont 5 % d'incontinence fécale, avec des variations selon les populations et les définitions utilisées [2]. La prévalence de la constipation du post-partum est estimée à 24 % à 3 mois de l'accouchement [3, 4]. La prévalence des dyspareunies en post-partum immédiat est estimée entre 20 et 50 %, selon les études et le mode d'accouchement [5, 6]. Cette prévalence diminue spontanément de moitié dans les 6 à 7 mois suivant l'accouchement et de deux tiers dans les 12 à 18 mois du post-partum [1]. Néanmoins, ces chiffres ne sont pas représentatifs de la réalité, car ils prennent en compte uniquement les femmes ayant consulté pour ces symptômes.


La présence de TPP pendant la période périnatale peut avoir un impact négatif sur la qualité de vie des femmes incluant un isolement social, ainsi que des conséquences physiques et psychologiques [7, 8, 9, 10, 11]. En effet, dans deux études, Fritel el al. retrouvaient un lien entre la présence d'une incontinence et la dépression du post-partum [8, 9]. La prévalence de dépression du post-partum chez les femmes présentant une incontinence urinaire était de 25,3 % contre 16,5 % chez les femmes continentes [8]. La prévalence de dépression du post-partum était de 50 % chez les femmes présentant une incontinence fécale, de 26,6 % chez les femmes présentant une incontinence aux gaz et de 17,8 % chez les femmes continentes [9]. De plus, dans une étude de Lo et al., dont l'objectif était d'étudier la qualité de vie des femmes présentant une incontinence anale en post-partum, sur un échantillon de 1050 femmes, 18,5 % ont déclaré que leurs symptômes affectaient leurs capacités à prendre soin de leur enfant [10].


Dans une enquête qualitative, Buurman et al. se sont intéressés aux croyances des femmes en post-partum concernant les TPP et à la recherche de soins associée [12]. Les femmes interrogées dans cette étude avaient tendance à accepter les symptômes, estimant les problèmes inévitables et normaux suite à un accouchement. Cette perception était renforcée par les croyances erronées de leur entourage. La majorité des femmes avaient mentionné l'embarras et le sentiment de honte comme obstacles à la recherche de soins. L'ignorance des femmes en période périnatale, concernant les TPP, les mesures préventives et les options de traitement, pourrait expliquer le manque de consultation médicale pour ce motif.


À ce jour, la connaissance des femmes en période périnatale sur les TPP n'a pas fait l'objet d'une revue de littérature. Nous proposons donc de mener une revue systématique. L'objectif de cette revue est de préciser les connaissances des femmes en période périnatale sur les TPP, leurs facteurs de risque et les mesures préventives. Les objectifs secondaires sont, d'une part, de déterminer si les femmes reçoivent une information pendant la grossesse et, d'autre part, de préciser leurs sources d'information et les facteurs pouvant influencer leurs connaissances.


Méthode


Critères d'éligibilité


La revue systématique a été rédigée en accord avec les recommandations PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analysis ), prévue pour l'écriture des revues systématiques et des méta-analyses [13, 14]. Les critères d'éligibilité ont été définis avant de débuter la recherche. Il a été choisi de sélectionner uniquement les études transversales, rédigées en anglais ou en français, évaluant à l'aide d'un questionnaire les connaissances des femmes en période périnatale sur les TPP, leurs facteurs de risque et les mesures préventives.


Sources d'information et recherche


Cette revue systématique a été réalisée à partir des bases de données PubMed, Cochrane Library, LISSA et Kinédoc en utilisant des mots-clés issus de l'arborescence MeSH. Des équations de recherche ont été élaborées à l'aide des mots-clés et des opérateurs booléens. Les équations de recherche ont ensuite été testées et adaptées aux différentes bases de données. Cette recherche a été effectuée sans limitation temporelle et jusqu'au 10 mai 2020.


Sélection des études


Le processus de sélection des études a été réalisé par deux auteurs différents. Les auteurs avaient pour consigne de commencer par lire les titres et les résumés de chaque étude, puis de lire intégralement les études restantes. À chacune de ces étapes, les auteurs devaient exclure les études ne répondant pas aux critères d'éligibilité.


Extraction des données


Les données issues des études ont été extraites par deux auteurs différents. Les informations relevées ont été l'auteur principal, l'année et le pays de publication, les objectifs, la population étudiée, la taille de l'échantillon, les données relatives au questionnaire, les résultats, les limites et les conclusions.


Risque de biais


L'échelle Newcastle-Ottawa Scale (NOS), adaptée aux études transversales, a été utilisée pour évaluer la qualité méthodologique et le risque de biais des études incluses [15].


Résultats


Sélection des études


Les résultats de la recherche figurent sur le diagramme de flux (Figure 1). Au total, 14 études transversales ont été incluses dans la revue [16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29].


Figure 1
Figure 1. 

Diagramme de flux du processus d'inclusion des études.




Caractéristiques principales des études sélectionnées


Les caractéristiques principales des 14 études sélectionnées sont retranscrites dans le Tableau 1 [16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29]. Les 14 études ont sélectionné des populations différentes. En effet, neuf auteurs ont inclus uniquement des femmes enceintes [17, 18, 19, 20, 22, 25, 27, 28, 29], deux auteurs ont inclus uniquement des femmes en post-partum [21, 24] et trois auteurs ont inclus à la fois des femmes enceintes et des femmes en post-partum [16, 23, 26]. De plus, parmi ces 14 études, quatre auteurs ont inclus uniquement des nullipares (si elles étaient enceintes) ou des primipares (si elles étaient en post-partum) [19, 21, 27, 29], neuf ont inclus à la fois des nullipares, des primipares et des multipares [16, 17, 20, 22, 23, 24, 25, 26, 28] et un auteur n'a pas renseigné la parité des participantes [18].


Questionnaires


La majorité des auteurs ont conçu leur propre questionnaire pour leur étude [16, 18, 19, 20, 21, 22, 24, 25, 26, 27, 28, 29]. Deux auteurs, Geynisman-Tan et al. et McKay et al., ont utilisé un questionnaire déjà existant dans la littérature scientifique, le Prolapse and Incontinence Knowledge Questionnaire (PIKQ) (Figure 2) [17, 23, 30]. Seules cinq études sur quatorze ont mis à disposition l'intégralité de leur questionnaire [17, 22, 26, 27, 28]. La validité des questionnaires a été étudiée par six auteurs [16, 20, 21, 25, 26, 28] et cinq études ont mené une étude pilote afin d'apporter des modifications au questionnaire avant de commencer leur étude [20, 21, 24, 26, 28]. Les thèmes abordés dans les questionnaires ont été l'anatomie, la fonction du plancher pelvien, l'incontinence urinaire, l'incontinence fécale, l'incontinence aux gaz, la constipation, les prolapsus des organes pelviens, les douleurs périnéales, les dyspareunies, les facteurs de risque de développer des TPP et les mesures préventives (Tableau 2). Aucune étude n'a abordé l'intégralité de ces thèmes dans son questionnaire.


Figure 2
Figure 2. 

Prolapse and Incontinence Knowledge Questionnaire (PIKQ).




Qualité méthodologique des études incluses


La qualité méthodologique des 14 études a été évaluée grâce à l'échelle NOS adaptée pour les études transversales [15]. Une étoile (un point) est donnée pour certaines réponses, plus le nombre d'étoiles est important, plus la qualité méthodologique est bonne. La moyenne des scores des 14 études selon l'échelle NOS est de 4,8/10 ; les scores ayant varié de 2/10 à 7/10 (Tableau 1).


Connaissances sur l'anatomie et la fonction du plancher pelvien


Quatre auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur l'anatomie et la fonction du plancher pelvien [20, 25, 26, 29]. Dans l'étude de Muhammad et al., menée auprès de 121 femmes enceintes, 54 % ont localisé correctement le plancher pelvien [25]. Parmi les femmes interrogées dans l'étude de Tonneau et al., étude menée auprès de femmes enceintes nullipares, 61 % ont mal répondu à une question concernant le classement, du pubis au coccyx, des trois orifices du périnée (méat urinaire, vagin, rectum) [29]. Dans l'étude de Neels et al., datant de 2016, portant sur un échantillon de 402 femmes en période périnatale, les femmes devaient estimer leurs connaissances sur les muscles du plancher pelvien sur une échelle allant de 0 (pas de connaissance) à 10 (très bonnes connaissances) [26]. Ils ont retrouvé une moyenne de 3,7/10 pour les nullipares et 5,2/10 pour les multipares. Dans l'étude de Hill et al. de 2017, menée auprès de femmes enceintes, 21 % n'ont pu identifier aucun rôle des muscles du plancher pelvien [20]. La principale fonction connue par les femmes interrogées dans les études étaient la fonction de soutien, respectivement 48 % pour Neels et al. et 62 % pour Tonneau et al. [26, 29]. La fonction de fermeture du hiatus urogénital était aussi connue pour 45 % des femmes interrogées dans l'étude de Neels et al. et 2 % connaissaient leur rôle dans la fonction sexuelle [26].


Connaissances sur l'incontinence urinaire


Onze auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur l'incontinence urinaire [16, 17, 19, 20, 22, 23, 24, 26, 27, 28, 29]. Dans les études de Geynisman-Tan et al., menée auprès de femmes enceintes, et de McKay et al., menée auprès de femmes enceintes et en post-partum, les scores de bonnes réponses au questionnaire PIKQ ont été respectivement de 66 % et de 53 % [17, 23]. Dans les études de Liu et al., portant sur un échantillon de 104 femmes enceintes, et d'O'Neill et al., portant sur un échantillon de 249 femmes enceintes, les scores de bonnes réponses à leurs propres questionnaires ont été respectivement de 46 % et de 63 % [22, 27]. Dans l'étude de Hill et al., 41 % des femmes interrogées pensaient qu'il était normal d'avoir une incontinence urinaire pendant la grossesse [20]. De plus, dans cette même étude, en cas d'apparition d'incontinence urinaire, 58 % des femmes pensaient demander de l'aide, 25 % ont répondu que l'incontinence urinaire n'était pas un problème et 4 % ont déclaré qu'elles ne consulteraient pas, car elles seraient trop gênées pour en parler.


Connaissances sur les troubles anorectaux


Cinq auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur les troubles anorectaux [22, 24, 26, 27, 28]. Les troubles anorectaux étudiés par les auteurs ont été l'incontinence fécale, l'incontinence aux gaz et la constipation. Concernant l'incontinence fécale, le score de bonnes réponses a varié de 35 % à 40 % selon les études [22, 27]. Concernant l'incontinence aux gaz, dans l'étude de Neels et al., 11 % étaient conscientes qu'il s'agissait d'un symptôme possible suite à la grossesse et à l'accouchement [26].


Connaissances sur les prolapsus


Six auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur les prolapsus [17, 22, 23, 26, 27, 28]. Le score de bonnes réponses a varié de 35 à 36 % pour les auteurs ayant conçu leur propre questionnaire [22, 27]. Dans les études ayant utilisé le questionnaire validé PIKQ, le score de bonnes réponses a été de 41 % dans l'étude de Geynisman-Tan et al. et de 29 % dans l'étude de McKay et al. [17, 23]. De plus, dans l'étude de Neels et al., 74 % des femmes en période périnatale n'avaient pas de connaissance sur les prolapsus, et seulement 19 % étaient capables de décrire les organes qui pouvaient descendre dans le pelvis lors d'un prolapsus [17].


Connaissances sur la douleur périnéale et la dyspareunie


Deux auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur les douleurs périnéales [26, 28]. D'après l'étude de Neels et al., 47 % des femmes savaient que la douleur périnéale pouvait être une conséquence de la grossesse et de l'accouchement et en dehors de la période périnatale, 29 % pensaient qu'une dyspareunie occasionnelle était quelque chose de normal [26].


Connaissances sur les facteurs de risque


Six auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur les facteurs de risque des TPP [17, 22, 23, 24, 26, 27]. Les facteurs de risque étudiés par les auteurs ont été la grossesse, l'accouchement, le surpoids, la constipation et la déchirure périnéale. Dans l'étude de Neels et al., 76 % savaient que la grossesse et l'accouchement étaient des facteurs de risque d'incontinence urinaire, 28 % pour une incontinence fécale, 11 % pour une incontinence aux gaz et 47 % pour une douleur périnéale [26]. Dans cette même étude, 71 % ont répondu qu'une déchirure périnéale avait de plus lourdes conséquences sur les muscles du plancher pelvien qu'une épisiotomie, et 9 % savaient que la constipation était un facteur de risque pour les TPP. Dans l'étude de McLennan et al., menée auprès de femmes en post-partum, 58 % ne savaient pas que le surpoids représente un facteur de risque d'incontinence urinaire [24].


Connaissances sur les mesures préventives


Onze auteurs ont évalué les connaissances des femmes sur les mesures préventives des TPP [16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 28]. Les mesures préventives étudiées par les auteurs ont été la réalisation d'exercices de contraction des muscles du plancher pelvien pendant la grossesse. Les connaissances des femmes, concernant le rôle préventif de ces exercices sur l'incontinence urinaire, ont varié de 67 % à 83 %, selon les études [17, 25]. Les femmes ont été interrogées sur la façon dont ces exercices devaient être réalisés au cours de la grossesse. Dans l'étude de Hill et al., 68 % des femmes savaient qu'il était recommandé de réaliser ces exercices tous les jours ou au moins 2 fois par semaine [20]. Néanmoins, dans cette même étude, 23 % des femmes ignoraient la fréquence recommandée pour réaliser ces exercices. Dans l'étude d'Ismail et al., menée auprès de 223 femmes en post-partum, 8 % connaissaient la fréquence journalière recommandée, c'est-à-dire trois fois selon le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) [21]. Dans l'étude de Muhammad et al., 30 % des femmes interrogées connaissaient le nombre de répétitions et le temps de maintien recommandés [25]. Il a été demandé aux femmes d'auto-évaluer leur capacité à réaliser des contractions des MPP. Dans l'étude de Daly et al., portant sur un échantillon de 567 femmes en période périnatale, 75 % pensaient contracter correctement leurs muscles du plancher pelvien [16]. Enfin, la pratique des exercices des muscles du plancher pelvien pendant la grossesse a été investiguée. Dans l'étude de Temtanakitpaisan et al., portant sur un échantillon de 110 femmes, 11 % réalisaient ces exercices, mais de façon irrégulière [28]. Dans l'étude de Guerrero et al., 20 % des femmes ont déclaré réaliser ces exercices uniquement quand elles y pensaient [18]. Dans l'étude de Hilde et al., 6 % des femmes déclaraient réaliser ces exercices quotidiennement et 50 % ne jamais les réaliser [19].


Facteurs pouvant influencer les connaissances


Pour Muhammad et al., la participation à un atelier d'information modifiait le pourcentage de réponses correctes et le score moyen de connaissances de façon statiquement significative (p <0,001) [25]. Plusieurs études ont évalué les caractéristiques sociodémographiques pouvant influencer les connaissances des femmes interrogées. Les facteurs étudiés ont été l'âge, l'appartenance ethnique, le niveau d'études, la parité et la présence d'un emploi [17, 22, 25, 26, 27]. Aucune association statistiquement significative n'a été retrouvée entre ces différents paramètres et le score de connaissances sauf pour un auteur. En effet, pour Liu et al., les connaissances étaient meilleures chez les femmes plus âgées (p =0,033), chez les nullipares comparativement aux multipares (p =0,009), le score de connaissances était associé au niveau d'études des participantes (p =0,02) et à l'occupation d'un emploi (p =0,026) [22].


Informations reçues


Concernant l'anatomie et la fonction du plancher pelvien, d'après Neels et al., 51 % des femmes n'ont pas reçu d'information [26]. Parmi les femmes informées, 93 % ont été informées pendant la grossesse ou après leur accouchement. Dans cette même étude, 75 % des femmes informées souhaitaient recevoir plus d'information. Les sources d'information retrouvées sont variables selon les études. En effet, dans l'étude de Hill et al., la principale source d'information citée était la sage-femme (49 %) [20]. Cependant, Neels et al., Hill et al. et Tonneau et al. ont montré que les livres, internet et l'entourage faisaient également partie des principales sources d'information [20, 26, 29]. L'étude de McLennan et al. s'est intéressée aux informations reçues pendant la grossesse sur les troubles de la continence urinaire et anale, le surpoids comme facteur de risque de TPP et les sources d'information des femmes interrogées [24]. Dans cette étude, le pourcentage de femmes n'ayant pas reçu d'information sur l'incontinence urinaire était de 47 %, sur l'incontinence fécale de 81 %, sur l'incontinence aux gaz de 77 % et sur le surpoids de 20 %. Pour chacun de ces éléments, la première source d'information citée par les femmes était les professionnels de santé, suivie par les magazines et les médias, puis l'entourage. L'information reçue pendant la grossesse sur la pratique des exercices des muscles du plancher pelvien comme moyen de prévention des TPP est variable selon les études. L'information avait été reçue par 44 % des femmes dans l'étude de Daly et al. et par 47 % dans l'étude de Muhammad et al. [16, 25]. Dans l'étude de Guerrero et al., une femme sur trois s'était entretenue à ce sujet avec un professionnel de santé pendant la grossesse [18]. La principale source d'information, d'après les études de Hilde et al. et d'Ismail et al., était les livres, tandis que, dans l'étude de Hill et al., la principale source citée était la sage-femme [19, 20, 21].


Discussion


Cette revue systématique a permis de montrer que les connaissances des femmes en période périnatale sur les TPP sont limitées. Ces connaissances pourraient, selon les auteurs, être influencées par plusieurs facteurs comme l'âge, le niveau d'études, la présence d'un emploi, la parité et la participation à un atelier d'information [17, 22, 25, 26, 27]. La revue systématique réalisée a permis de souligner qu'aucune étude n'a abordé, dans son questionnaire, l'intégralité des différentes thématiques (anatomie, fonction du plancher pelvien, ensemble des TPP, facteurs de risque et mesures préventives). Les mesures préventives abordées par l'ensemble des auteurs n'ont concerné que les exercices de contraction des muscles du plancher pelvien. Aucun auteur n'a pensé à questionner les femmes sur l'importance de l'activité physique pendant la grossesse. Or, les programmes de prévention les plus efficaces retrouvés dans la littérature associaient la pratique des exercices des muscles du plancher pelvien à une activité physique régulière [31, 32, 33]. Par ailleurs, dans une revue systématique, Nascimento et al. ont montré que la pratique d'une activité physique pendant la grossesse était associée à une diminution des symptômes d'incontinence urinaire et à une diminution de la prise de poids pendant la grossesse [34]. Dans les récentes recommandations de la Haute Autorité de santé, les auteurs ont également insisté sur les effets bénéfiques de l'activité physique pendant la grossesse, notamment dans la diminution du risque d'incontinence urinaire lors de la grossesse et en post-partum [35]. En 2019, des recommandations canadiennes ont été publiées pour promouvoir l'activité physique pendant la grossesse. Les auteurs recommandent aux femmes enceintes de réaliser 150 minutes d'activité physique d'intensité modérée par semaine, réparties sur au moins trois jours par semaine [36].


Les lignes directrices du NICE recommandent de proposer des exercices des muscles du plancher pelvien aux femmes dès leur première grossesse, recommandations émises également par la HAS en juillet 2019 [35, 37]. En effet, d'après les experts de la HAS, ces exercices permettent une réduction de 50 % des incontinences urinaires prénatales et de 35 % des incontinences urinaires du post-partum [35]. Par ailleurs, dans une revue Cochrane de Woodley et al., concernant la prévention de l'incontinence urinaire, les auteurs ont montré que les femmes enceintes pratiquant des exercices des muscles du plancher pelvien avaient moins de risque de déclarer une incontinence urinaire en fin de grossesse (62 % de risque en moins) et dans les 3 à 6 mois du post-partum (29 % de risque en moins) [38].


L'intégralité des études de cette revue a utilisé un questionnaire comme outil d'enquête. Cependant, seulement deux études ont utilisé un questionnaire validé et seulement cinq questionnaires sont disponibles en intégralité. Ces éléments rendent l'interprétation des résultats des études discutables. Néanmoins, on retrouve les mêmes conclusions dans les études qualitatives. En effet, dans l'étude de Buurman et al., ayant utilisé l'entretien comme outil d'enquête, la plupart des femmes ignoraient qu'elles pouvaient présenter des TPP suite à la grossesse et à l'accouchement [7]. La plupart des femmes de cette étude ont déclaré qu'elles n'avaient pas été suffisamment informées des TPP et des options de traitements. Ce discours était également tenu par les femmes interrogées dans l'étude qualitative de Mason et al., s'intéressant à la sensibilisation des femmes à l'incontinence urinaire d'effort du post-partum [39]. En effet, la majorité des femmes n'avaient pas été informées de ce symptôme et auraient souhaité être informées par les professionnels de santé. Pour les femmes non informées, la présence d'incontinence urinaire a été un choc. Elles ont déclaré qu'une information préalable les aurait aidées à mieux vivre leurs symptômes. Cependant, aucune étude n'a évalué si le score de connaissances ou si le souhait d'être informée variait selon la symptomatologie des femmes interrogées. Les femmes de cette étude n'avaient pas connaissance de l'évolution spontanée des symptômes et du temps nécessaire pour retrouver une fonction vésicosphinctérienne normale. Elles ne savaient pas qui et quand consulter alors que mieux informées, elles auraient été plus enclines à consulter un professionnel de santé. Améliorer la recherche de soins et éliminer les attitudes de fatalisme, vis à vis de ces symptômes nuisant à l'image de soi et à la qualité de vie, sont en lien direct avec une meilleure connaissance des TPP. Intégrer une information sur les TPP dans le parcours de soins des femmes pourrait faire l'objet d'un travail d'équipe pluridisciplinaire au sein des maternités [25].


La grossesse est un moment de prédilection pour sensibiliser et informer les femmes aux TPP afin de renforcer les mesures préventives [17, 24, 27]. La motivation des femmes à réaliser un programme de prévention ou de traitement des TPP est dépendante de la connaissance de ces troubles et de la connaissance des muscles du plancher pelvien. Si les recommandations existent sur la pratique d'entraînement des muscles du plancher pelvien, en revanche, il n'existe pas de recommandations sur la mise en place de module d'information pendant la grossesse.


Conclusion


Les connaissances des femmes en période périnatale sur les TPP, leurs facteurs de risque et les mesures préventives sont limitées. Les faibles niveaux de connaissances suggèrent que les femmes ne sont pas en mesure de faire des choix éclairés sur les aspects pertinents des soins prénataux préventifs ou curatifs. Les professionnels de santé ont un rôle important dans l'information et la sensibilisation des femmes sur les TPP et leurs facteurs de risque. L'adhérence aux mesures préventives, telles que la pratique d'entraînement des muscles du plancher pelvien et la conservation d'une activité physique, pendant la grossesse, en est dépendante. Des études futures de meilleure qualité méthodologique seraient nécessaires. D'une part, il faudrait enrichir les questionnaires existants afin qu'ils couvrent l'ensemble des TPP, des facteurs de risque et des mesures préventives, dont l'activité physique. D'autre part, il serait intéressant de réfléchir à la mise en place d'un module d'information pendant la grossesse reprenant les thèmes étudiés.


Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques principales des études sélectionnées.
Références  Pays de publication  Échantillon (n Population  Objectifs principaux  Qualité méthodologique selon l'échelle NOS 
Daly, 2019 [16 Royaume-Uni  567  Femmes enceintes et en post-partum nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes et en post-partum et leur pratique des exercices des MPP  5/10 
Geynisman-Tan, 2018 [17 États-Unis  402  Femmes enceintes nullipares, primipares et multipares  Évaluer le niveau de connaissances des TPP chez les femmes enceintes  7/10 
Guerrero, 2007 [18 Royaume-Uni  54  Femmes enceintes, pas d'indication sur la parité  Évaluer les connaissances des femmes enceintes et des professionnels de santé sur les exercices des MPP  3/10 
Hilde, 2012 [19 Norvège  300  Femmes enceintes nullipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes et leur pratique des exercices des MPP  4/10 
Hill, 2017 [20 Australie  633  Femmes enceintes nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes sur les MPP et les exercices des MPP  5/10 
Ismail, 2009 [21 Royaume-Uni  223  Femmes en post-partum primipares  Évaluer la pratique des exercices des MPP par les femmes lors de leur première grossesse  3//10 
Liu, 2019 [22 Singapour  104  Femmes enceintes nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes sur les TPP  6/10 
McKay 2019 [23 États-Unis  399  Femmes enceintes et en post-partum nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes et en post-partum sur les TPP  7/10 
McLennan, 2006 [24 États-Unis  232  Femmes en post-partum primipares et multipares  Déterminer si les femmes en post-partum ont été informées des TPP et leurs sources d'information  5/10 
Muhammad, 2019 [25 Malaisie  121  Femmes enceintes nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances et la pratique des exercices des MPP chez les femmes enceintes avant et après un atelier éducatif  6/10 
Neels, 2016 [26 Belgique  402  Femmes enceintes et en post-partum, nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes et en post-partum sur les TPP  5/10 
O'Neill, 2017 [27 Royaume-Uni  249  Femmes enceintes nullipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes sur les TPP  5/10 
Temtanakitpaisan 2020 [28 Thaïlande  110  Femmes enceintes nullipares, primipares et multipares  Évaluer les connaissances et la pratique des exercices des MPP chez les femmes enceintes  4/10 
Tonneau, 2005 [29 France  154  Femmes enceintes nullipares  Évaluer les connaissances des femmes enceintes sur le périnée  2/10 



Légende :
MPP : muscles du plancher pelvien ; NOS : Newcastle-Ottawa Scale ; TPP : troubles pelvipérinéaux.



Tableau 2 - Thèmes abordés dans les questionnaires des études sélectionnées.
  Anatomie et fonction du plancher pelvien  Incontinence
urinaire 
Incontinence
fécale 
Incontinence
aux gaz 
Constipation  Prolapsus  Douleur
périnéale,
dyspareunie 
Facteurs de risque des TPP  Mesures préventives des TPP 
Daly 2019 [16              
Geynisman-Tan 2018 [17          
Guerrero 2007 [18                
Hilde 2012 [19              
Hill 2017 [20            
Ismail 2009 [21                
Liu 2019 [22        
McKay 2019 [23          
McLennan 2006 [24        
Muhammad 2019 [25              
Neels 2016 [26  
O'Neill 2017 [27          
Temtanakitpaisan 2020 [28      
Tonneau 2005 [29              
Nombre de références par item  4/14  11/14  5/14  2/14  2/14  6/14  2/14  6/14  11/14 



Légende :
X : item présent dans les études.


Références



Deffieux X., Vieillefosse S., Billecocq S., Battut A., Nizard J., Coulm B., et al. Rééducation périnéale et abdominale dans le post-partum : recommandations J Gynecol Obstet Biol Reprod 2015 ;  44 : 1141-114610.1016/j.jgyn.2015.09.023 [inter-ref]
Fritel X., Gachon B., Desseauve D., Thubert T. Republication de : Incontinence anale et lésions obstétricales du sphincter anal, épidémiologie et prévention Rev Sage-Femme 2018 ;  17 : 215-22510.1016/j.sagf.2018.06.004 [inter-ref]
Bradley C.S., Kennedy C.M., Turcea A.M., Rao S.S.C., Nygaard I.E. Constipation in pregnancy: prevalence, symptoms, and risk factors Obstet Gynecol 2007 ;  110 : 1351-135710.1097/01.AOG.0000295723.94624.b1 [cross-ref]
Ponce J., Martínez B., Fernández A., Ponce M., Bastida G., Plá E., et al. Constipation during pregnancy: a longitudinal survey based on self-reported symptoms and the Rome II criteria Eur J Gastroenterol Hepatol 2008 ;  20 : 56-6110.1097/MEG.0b013e3281108058 [cross-ref]
Serati M., Salvatore S., Khullar V., Uccella S., Bertelli E., Ghezzi F., et al. Prospective study to assess risk factors for pelvic floor dysfunction after delivery Acta Obstet Gynecol Scand 2008 ;  87 : 313-31810.1080/00016340801899008 [cross-ref]
Connolly A., Thorp J., Pahel L. Effects of pregnancy and childbirth on postpartum sexual function: a longitudinal prospective study Int Urogynecology J 2005 ;  16 : 263-26710.1007/s00192-005-1293-6 [cross-ref]
Lasserre A., Pelat C., Guéroult V., Hanslik T., Chartier-Kastler E., Blanchon T., et al. Urinary incontinence in French women: prevalence, risk factors, and impact on quality of life Eur Urol 2009 ;  56 : 177-18310.1016/j.eururo.2009.04.006 [cross-ref]
Fritel X., Tsegan Y.E., Pierre F., Saurel-Cubizolles M.-J.EDEN Mother-Child Cohort Study Group Association of postpartum depressive symptoms and urinary incontinence. A cohort study Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2016 ;  198 : 62-6710.1016/j.ejogrb.2015.12.028 [cross-ref]
Fritel X., Gachon B., Saurel-Cubizolles M., Annesi-Maesano I., Bernard J., et al. the EDEN Mother-Child Cohort Study Group Postpartum psychological distress associated with anal incontinence in the EDEN mother-child cohort BJOG Int J Obstet Gynaecol 2020 ; 10.1111/1471-0528.16075[1471-0528.16075].
Lo J., Osterweil P., Li H., Mori T., Eden K.B., Guise J.-M. Quality of life in women with postpartum anal incontinence Obstet Gynecol 2010 ;  115 : 809-81410.1097/AOG.0b013e3181d4160d [cross-ref]
Swenson C.W., DePorre J.A., Haefner J.K., Berger M.B., Fenner D.E. Postpartum depression screening and pelvic floor symptoms among women referred to a specialty postpartum perineal clinic Am J Obstet Gynecol 2018 ;  218 : 335.e1-335.e610.1016/j.ajog.2017.11.604
Buurman M.B.R., Lagro-Janssen A.L.M. Women's perception of postpartum pelvic floor dysfunction and their help-seeking behaviour: a qualitative interview study Scand J Caring Sci 2013 ;  27 : 406-41310.1111/j.1471-6712.2012.01044.x [cross-ref]
Liberati A., Altman D.G., Tetzlaff J., Mulrow C., Gøtzsche P.C., Ioannidis J.P.A., et al. The PRISMA statement for reporting systematic reviews and meta-analyses of studies that evaluate health care interventions: explanation and elaboration PLoS Med 2009 ;  6 : e100010010.1371/journal.pmed.1000100
Gedda M. Traduction française des lignes directrices PRISMA pour l'écriture et la lecture des revues systématiques et des méta-analyses Kinesitherap Rev 2015 ;  15 : 39-4410.1016/j.kine.2014.11.004 [cross-ref]
Modesti P.A., Reboldi G., Cappuccio F.P., Agyemang C., Remuzzi G., Rapi S., et al. Panethnic differences in blood pressure in Europe: a systematic review and meta-analysis PLOS ONE 2016 ;  11 : e014760110.1371/journal.pone.0147601
Daly D., Cusack C., Begley C. Learning about pelvic floor muscle exercises before and during pregnancy: a cross-sectional study Int Urogynecology J 2019 ;  30 : 965-97510.1007/s00192-018-3848-3 [cross-ref]
Geynisman-Tan J.M., Taubel D., Asfaw T.S. Is Something Missing From Antenatal Education? A survey of pregnant women's knowledge of pelvic floor disorders Female Pelvic Med Reconstr Surg 2018 ;  24 : 440-44310.1097/SPV.0000000000000465 [cross-ref]
Guerrero K., Owen L., Hirst G., Emery S. Antenatal pelvic floor exercises: a survey of both patients' and health professionals' beliefs and practice J Obstet Gynaecol 2007 ;  27 : 684-68710.1080/01443610701612284 [cross-ref]
Hilde G., Stær-Jensen J., Ellström Engh M., Brækken I.H., Bø K. Continence and pelvic floor status in nulliparous women at midterm pregnancy Int Urogynecology J 2012 ;  23 : 1257-126310.1007/s00192-012-1716-0 [cross-ref]
Hill A.-M., McPhail S.M., Wilson J.M., Berlach R.G. Pregnant women's awareness, knowledge and beliefs about pelvic floor muscles: a cross-sectional survey Int Urogynecology J 2017 ;  28 : 1557-156510.1007/s00192-017-3309-4 [cross-ref]
Ismail S.I.M.F. An audit of NICE guidelines on antenatal pelvic floor exercises Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2009 ;  20 : 1417-142210.1007/s00192-009-0967-x [cross-ref]
Liu J., Tan S.Q., Han H.C. Knowledge of pelvic floor disorder in pregnancy Int Urogynecology J 2019 ;  30 : 991-100110.1007/s00192-019-03891-3 [cross-ref]
Mckay E.R., Lundsberg L.S., Miller D.T., Draper A., Chao J., Yeh J., et al. Knowledge of pelvic floor disorders in obstetrics Female Pelvic Med Reconstr Surg 2019 ;  25 : 419-42510.1097/SPV.0000000000000604 [cross-ref]
McLennan M.T., Melick C.F., Alten B., Young J., Hoehn M.R. Patients' knowledge of potential pelvic floor changes associated with pregnancy and delivery Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2006 ;  17 : 22-2610.1007/s00192-005-1325-2 [cross-ref]
Muhammad J., Muhamad R., Husain N.R.N., Daud N. Pelvic floor muscle exercise education and factors associated with implementation among antenatal women in Hospital Universiti Sains Malaysia Korean J Fam Med 2019 ;  40 : 45-5210.4082/kjfm.17.0136 [cross-ref]
Neels H., Tjalma W.A.A., Wyndaele J.-J., De Wachter S., Wyndaele M., Vermandel A. Knowledge of the pelvic floor in menopausal women and in peripartum women J Phys Ther Sci 2016 ;  28 : 3020-302910.1589/jpts.28.3020 [cross-ref]
O'Neill A.T., Hockey J., O'Brien P., Williams A., Morris T.P., Khan T., et al. Knowledge of pelvic floor problems: a study of third trimester, primiparous women Int Urogynecology J 2017 ;  28 : 125-12910.1007/s00192-016-3087-4 [cross-ref]
Temtanakitpaisan T., Bunyavejchevin S., Buppasiri P., Chongsomchai C. Knowledge, Attitude, and Practices (KAP) survey towards Pelvic Floor Muscle Training (PFMT) among pregnant women Int J Womens Health 2020 ;  12 : 295-29910.2147/IJWH.S242432 [cross-ref]
Tonneau H., Branger B., Chauvin F., Guermeur J., Grall J.Y. Le périnée, qu'en savent les femmes ? Rev Sage-Femme 2005 ;  4 : 109-11410.1016/S1637-4088(05)86220-0 [inter-ref]
Shah A.D., Massagli M.P., Kohli N., Rajan S.S., Braaten K.P., Hoyte L. A reliable, valid instrument to assess patient knowledge about urinary incontinence and pelvic organ prolapse Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2008 ;  19 : 1283-128910.1007/s00192-008-0631-x [cross-ref]
Pelaez M., Gonzalez-Cerron S., Montejo R., Barakat R. Pelvic floor muscle training included in a pregnancy exercise program is effective in primary prevention of urinary incontinence: a randomized controlled trial: pelvic floor muscle training during pregnancy Neurourol Urodyn 2014 ;  33 : 67-7110.1002/nau.22381 [cross-ref]
Miquelutti M.A., Cecatti J.G., Makuch M.Y. Evaluation of a birth preparation program on lumbopelvic pain, urinary incontinence, anxiety and exercise: a randomized controlled trial BMC Pregnancy Childbirth 2013 ; 1310.1186/1471-2393-13-154
Stafne S., Salvesen K., Romundstad P., Torjusen I., Mørkved S. Does regular exercise including perlvic floor muscle training prevent urinary and anal incontinence during pregnancy? A randomized controlled trial: exercise in pregnancy and prevention of incontinence BJOG Int J Obstet Gynaecol 2012 ;  119 : 1270-128010.1111/j.1471-0528.2012.03426.x [cross-ref]
Nascimento S.L., Surita F.G., Cecatti J.G. Physical exercise during pregnancy: a systematic review Curr Opin Obstet Gynecol 2012 ;  24 : 387-39410.1097/GCO.0b013e328359f131 [cross-ref]
Haute Autorité de santé Prescription d'activité physique et sportive pendant la grossesse et en post-partum  Paris: HAS (2019). 1-14
Mottola M.F., Davenport M.H., Ruchat S.-M., Davies G.A., Poitras V.J., Gray C.E., et al. 2019 Canadian guideline for physical activity throughout pregnancy Br J Sports Med 2018 ;  52 : 1339-134610.1136//bjsports-2018-100056 [cross-ref]
National Institute for Health and Care Excellence (Grande-Bretagne) Antenatal care for uncomplicated pregnancies  :  (2008). 1-10
Woodley S.J., Boyle R., Cody J.D., Mørkved S., Hay-Smith E.J.C. Pelvic floor muscle training for prevention and treatment of urinary and faecal incontinence in antenatal and postnatal women Cochrane Database Syst Rev 2017 ; 10.1002/14651858.CD007471.pub3
Mason L., Glenn S., Walton I., Hughes C. Women's reluctance to seek help for stress incontinence during pregnancy and following childbirth Midwifery 2001 ;  17 : 212-22110.1054/midw.2001.0259 [cross-ref]






© 2020 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.