Troubles de l'humeur et cognitifs et suppression androgénique

25 septembre 2012

Auteurs : P. Frémont, L. Balardy, D. Faramarzi-Roques, L. Goldblatt, G. Kouri, I. Latorzeff, L. Mourey, G. Pasticier, F. Vavdin, P. Rischmann
Référence : Prog Urol, 2012, 22, S64, suppl. S2




 




Cancer de la prostate, hormonothérapie et dépression


Introduction


La prise en charge de certains cancers, et notamment de celui de la prostate, est devenue celle d’une pathologie chronique qui se fait le plus souvent sur plusieurs années. Elle doit tenir compte de nombreux facteurs, notamment de tous ceux qui ont un impact direct sur la qualité de vie des patients ou de leur entourage. Parmi ces facteurs, plusieurs études ont insisté sur la fréquence des troubles dépressifs et leur conséquence sur le devenir des patients [1]. Pour le cancer de la prostate, les études ont insisté aussi sur le risque suicidaire [2]. Suivant les auteurs, l’augmentation du risque suicidaire dans des populations de patients suivis pour cancer de la prostate varie de 4,24% pour Llorente en 2005 [3] à 2,2% pour Bill- Axelson en 2010 [4] et Anguiano en 2011 [5]. Fang [6] en 2012, dans une étude portant sur une très importante cohorte Suédoise, a rapporté lui aussi l’importance de cette augmentation pour le cancer de la prostate qu’il situe à 3,2 dans les trois premiers mois après le diagnostic. Quant à la fréquence de la dépression, toutes les études ont constaté une augmentation dans cette population: par exemple dans une étude publiée en 2011, Jayadevappa et al. [7] ont rapporté une fréquence de 8,54%. Bill- Axelson et al. en 2011 [8] ont rapporté aussi l’augmentation importante du nombre d’hospitalisation pour dépression et de la consommation d’antidépresseurs dans la population des patients ayant un cancer de la prostate par rapport à une population témoin.


La dépression a un impact important sur la qualité de vie des patients et une incidence sur leur mortalité. De manière plus récente, les auteurs insistent sur l’impact de ce type de cancer sur les partenaires qui doivent aussi être pris en compte dans cette approche globale. Par contre, l’impact du traitement par suppression androgénique sur le risque de survenue de la dépression est encore à l’heure actuelle plus difficile à affirmer.


Tous ces éléments militent en faveur d’un dépistage de la dépression chez les patients atteints d’un cancer de la prostate afin de leur offrir un traitement adapté. Dans ce contexte les urologues sont des acteurs de premier plan: leur fournir des outils simples permettant ce dépistage est une des propositions de cet article.


Dépression – aspects cliniques


La dépression constitue une pathologie psychiatrique fréquente, souvent sous- diagnostiquée et sous- traitée comme le confirme l’ensemble des études. Son pronostic est mauvais lorsque la pathologie n’est pas traitée. Il est marqué par le risque important de passage à l’acte suicidaire, l’augmentation de la morbidité physique et une évolution associée à une grande fréquence de la chronicité ou des rechutes. Plus de 80% des sujets présentant une dépression sont vus et suivis par leur généraliste.


La dépression se caractérise par une association de symptômes: l’humeur est triste en intensité et en durée. Le ralentissement domine, mais il peut parfois laisser la place à une agitation anxieuse. On retrouve une altération de l’appétit, du sommeil et de la libido, des difficultés de concentration, un vécu pénible et douloureux, des idées noires, une perte de la capacité à éprouver du plaisir (anhédonie) et une perte de l’élan vital (athymhormie). Il existe aussi une fatigue intense (asthénie) dans un contexte de douleur morale.


Un facteur important qui aide au diagnostic est lié au changement par rapport à la personnalité habituelle, notamment chez l’homme par une irritabilité inhabituelle, une fatigabilité, une tendance à s’isoler. Cette notion de « il n’est plus comme avant » rapportée par l’entourage a une importante valeur clinique et doit amener à rechercher la dépression. Le diagnostic de dépression repose sur les critères du DSM qui ont montré leur validité même chez les sujets âgés [9]


Dépression et cancers


Dans une revue récente de la littérature sur le sujet, Reich [10] a rappelé la fréquence de la dépression associée à la pathologie cancéreuse. Le risque est, chez les patients atteints de cancer, 2 à 3 fois supérieur à la population générale. Il souligne toutefois les problèmes méthodologiques que posent certaines études notamment anciennes (par exemple le taux de prévalence variant de 5 à 26% pour la dépression majeure !). De l’ensemble des études, on peut néanmoins retenir que 25% des patients cancéreux présenteront au cours de la maladie un épisode anxio- dépressif et dans 5 à 6% des cas un épisode mélancolique.


Reich a souligné aussi les problèmes posés par la confusion entre symptômes dépressifs et réaction psychologique normale face à l’annonce d’une maladie grave. Cette confusion possible est en faveur d’un dépistage et d’un diagnostic de la dépression à distance de cette annonce.


Il faut aussi souligner l’existence de facteurs associés augmentant le risque de dépression dans cette situation. Parmi ces facteurs associés, on retrouve:

des facteurs de risque personnels associés à d’autres événements de vie (par exemple les deuils ou la retraite), l’existence d’antécédents dépressifs personnels ou familiaux, une faible estime de soi, l’absence d’un soutien émotionnel;
des facteurs de risques sociaux: l’isolement, un faible niveau socio- économique, le manque de relations interpersonnelles, un statut marital fragile comme être divorcé ou veuf;
des facteurs de risques liés à la maladie cancéreuse: le stade au moment du diagnostic, l’existence de méta stases, des symptômes physiques tels que douleur, fatigue, handicap associé, une atteinte narcissique.


Tous ces facteurs sont rencontrés chez les patients atteints de cancer de la prostate qui sont le plus souvent des hommes âgés confrontés à une maladie chronique.


D’autres auteurs, Anguiano et al. [5] dans une revue de la littérature, ont insisté sur le risque de suicide et ont noté une augmentation du risque suicidaire chez les patients atteints de cancer. Dans la littérature, cela concerne plutôt les hommes de plus de 65 ans et, parmi les cancers, celui de la prostate est le plus souvent rencontré. Ils ont noté aussi que le suicide survient le plus souvent la première année après le diagnostic. Le premier facteur associé à ce risque est la dépression, d’où l’importance de la dépister précocement afin de la traiter correctement.


En ce qui concerne l’impact de la dépression chez les patients atteints de cancer, il faut souligner qu’elle aggrave la détérioration de la qualité de vie du patient, qu’elle interfère dans la relation du patient avec ses proches ainsi que dans la relation médecin malade et qu’elle est associée à une moins bonne compliance thérapeutique. En dehors de l’augmentation du risque suicidaire liée à cette pathologie, tous ces éléments plaident en faveur de son diagnostic le plus précoce possible afin d’en proposer un traitement adapté.


Dépression et cancer de la prostate


Les études plus spécifiques portant sur le cancer de la prostate et la dépression sont de plus en plus nombreuses et convergent toutes dans le même sens qui est celui d’une augmentation de la dépression chez les patients atteints. Outre les études sur le risque suicidaire que nous avons déjà rapportées, les études portant sur de grandes populations comme celles de l’équipe suédoise [8] ont montré à la fois l’augmentation du risque et ses conséquences en termes d’augmentation des hospitalisations pour dépression et sur la consommation d’antidépresseurs. Nelson en 2009 [11], dans une étude portant sur 716 patients, a rapporté que le risque de dépression s’accroit avec l’âge des patients. Plus ceux- ci étaient âgés, plus ils avaient de risque d’être déprimés, les patients plus jeunes rapportant plus souvent des symptômes d’anxiété.


D’autres auteurs ont rapporté que la fréquence de la dépression avait un retentissement important sur la qualité de vie des patients et sur leur devenir [12].


Les études portant sur l’implication du traitement, notamment hormonal, dans l’apparition de la dépression chez les patients atteints de cancer de la prostate sont encore peu nombreuses et contradictoires [13, 14]. Il faut rapporter les travaux de Saini et al. [15] portant sur des patients traités par suppression androgénique. Pour ces auteurs, le traitement anti- androgène augmente le risque de dépression et il est un facteur de baisse de la qualité de vie. Un autre article de Cherrier en 2009 [16] évaluant l’impact du traitement par anti- androgènes pendant neuf mois sur 20 patients comparés à 20 témoins, montrerait lui aussi un impact sur l’humeur, réversible trois mois après l’arrêt du traitement. Mais on peut noter de nombreux problèmes méthodologiques et la petite taille des populations étudiées. Globalement les études manquent encore pour permettre d’être affirmatif sur le sujet.


Cancer de la prostate et vie de couple


Plus récemment un certain nombre d’auteurs se sont intéressés à l’impact du cancer de la prostate sur les conjoints des patients. Au- delà de l’impact sur la sexualité, on retrouve en effet un impact plus global sur la vie de couple avec un retentissement sur le conjoint entraînant une souffrance importante chez celui- ci. Cette souffrance pouvant se traduire par une dépression où plus souvent par l’apparition ou l’aggravation d’une conjugopathie que le patient verbalisera éventuellement en parlant de « modification du caractère » de son conjoint ou de lui- même, ou de « relations » qui ne sont plus comme avant.


Couper et al. en 2006 [17] ont rapporté le retentissement du cancer de la prostate chez les patients et leurs conjoints. Ils ont montré l’importance de la « détresse psychologique » au début de la prise en charge chez les conjoints des patients et surtout la dégradation progressive de la satisfaction au sein de la vie de couple (qui dépasse le seul aspect de la sexualité): cette dégradation de la satisfaction est plus importante au long cours pour les conjoints que pour les patients.


Segrin et al. [18] ont suivi 70 patients et leurs conjoints. Ils ont rapporté dans ce suivi l’interdépendance et l’impact de la baisse de qualité de vie du patient sur celle de son conjoint. Ils ont montré également que la dégradation est progressive et s’installe dans le temps. Turner et al. [19] ont rapporté aussi la relation étroite entre la qualité de vie des patients et celle de leur partenaire.


L’ensemble de ces travaux a mis en avant un aspect parfois négligé dans la prise en charge des patients qui est cette dimension du couple. En effet, comme dans toutes les maladies chroniques, le cancer de la prostate a un retentissement qui dépasse le patient lui- même. Un abord de cette dimension et surtout des propositions de prise en charge adaptée devrait progressivement faire partie de l’approche thérapeutique de la pathologie.


Comment améliorer la pratique?


Le cancer de la prostate doit donc être considéré comme une maladie chronique. Dans ce contexte, tout ce qui peut améliorer la qualité de vie du patient et de son entourage doit faire partie des objectifs de sa prise en charge. Compte tenu de l’importance de la dépression et de son impact, au delà du risque suicidaire accru, il est donc légitime de proposer son dépistage systématique afin de pouvoir proposer un traitement adapté. L’urologue est au premier plan de ce dépistage systématique. Il paraît indispensable de disposer d’un outil simple de dépistage, rapide et validé. Compte tenu de l’âge moyen des patients l’outil ayant fait preuve de son utilité et de sa spécificité est la mini GDS (Tableau 1) validée en français et couramment utilisée en pratique de ville.


Une fois le dépistage fait, le diagnostic repose ensuite sur la validation des critères du DSM IV (Tableau 2). La validation du diagnostic et la prise en charge thérapeutique doivent se faire en lien avec le médecin traitant du patient. Rappelons que la prise en charge de la dépression relève du médecin généraliste. Seule la dépression résistante doit faire ensuite l’objet d’un recours au psychiatre.


Une question se pose: quand proposer le dépistage? Il nous paraît indispensable de le faire à l’initiation du traitement et six mois après. Le délai de six mois correspond en moyenne à la période où est revu le patient par l’urologue et à un délai rapporté dans la plupart des études.


La prise en charge du couple peut relever, lorsque ce recours existe, d’une aide et d’une écoute par un psycho logue pour les conjugopathies éventuelles et la souffrance du conjoint. Il est aussi important d’informer les cliniciens à ce sujet afin qu’ils n’hésitent pas à aborder cette question avec les patients et leur conjoint si celui- ci est présent.


Si l’impact du traitement par suppression androgénique sur le risque de survenue de la dépression est encore difficile à affirmer, le dépistage de la dépression chez les patients atteints d’un cancer de la prostate doit leur offrir un traitement adapté.



Troubles cognitifs et suppression androgénique


Troubles cognitifs et traitement du cancer


Les avancées thérapeutiques dans le traitement du cancer ont participé à l’amélioration du taux de survie global des patients. Cependant, chez le sujet âgé, d’autres éléments tels que la qualité de vie, le maintien d’une autonomie fonctionnelle ou la notion de troubles cognitifs nécessitent d’être évalués afin d’appréhender au mieux l’impact de ces progrès thérapeutiques.


L’augmentation du risque de troubles cognitifs chez les patients bénéficiant de traitement anti- cancéreux (radiothérapie, chimiothérapie, ormonothérapie…) est actuellement à l’origine d’un intérêt grandissant de la part de la communauté scientifique. De nombreux auteurs ont mis en évidence le risque de troubles cognitifs imputables aux traitements hormonal [20, 21, 22, 23]. Certaines études ont concerné les conséquences de ces traitements sur les fonctions cognitives à court terme. D’autres ont mis en évidence que ces troubles cognitifs peuvent persister plus de 5 ans après le traitement [24]


Les patients ayant bénéficié d’une chimiothérapie se plaignent ainsi fréquemment de troubles de l’attention ou de la concentration pendant, ou au décours, un traitement anti- cancéreux. Selon les études et les domaines cognitifs examinés, la prévalence des ces difficultés amnésiques ressenties varient entre 20% et 71% des patients [25,26]


Cependant, aucune corrélation n’a été rapportée entre les déficits cognitifs objectifs après une chimiothérapie et l’intensité de la plainte exprimée. Celle- ci serait même uniquement liée à la dépression et au pessimisme des patients [27].


Les différentes revues de la littérature [28,29] et 4 métaanalyses [20,30, 31, 32 ont pourtant témoigné d’un risque avéré de déclin cognitif associé aux cancers et aux traitements des cancers. Elles ont rapporté ainsi un déclin modéré chez 15 à 50% des patients ayant eu une chimiothérapie.


Les troubles cognitifs semblent d’autant plus importants que les doses ou l’intensité de la chimiothérapie sont importantes. Certaines études ont permis par ailleurs de mettre en évidence des anomalies morphologiques ou neurofonctionnelles. Ainsi, des lésions cérébrales à l’IRM à type de leuco- encéphalopathie semblent induites par certaines thérapies systémiques [33]. Par ailleurs, il a été démontré l’existence d’anomalie de modulation du flux sanguin cérébral et cérébelleux au PET lors d’un test de mémoire à court terme chez des patientes ayant bénéficié d’une chimiothérapie pour un cancer du sein [34].


Troubles cognitifs et suppression androgénique


Concernant la suppression androgénique, un certain nombre d’études atteste de son imputabilité potentielle dans l’altération cognitive de sujets traités.


Une revue de la littérature récente s’est ainsi intéressée à la prévalence des troubles cognitifs chez des patients bénéficiant d’une suppression androgénique continue ou intermittente dans un contexte de néoplasie prostatique non métastatique [35]. Notons tout d’abord, que la plupart des études rapportent un faible effectif allant de 18 à 62 participants. Il s’agit pour la plupart d’études longitudinales et observationnelles avec deux à trois évaluations comparatives sur une période de 6 à 12 mois.


Ainsi dans cette revue de la littérature, près de 47 à 69% des patients ont une altération d’au moins une des fonctions cognitives explorées lors de la passation des tests neuro- psychométriques proposés.


Toutes les études convergent pour conclure à un trouble cognitif de type sous- cortical avec une atteinte prépondérante sur les fonctions exécutives. Ainsi les domaines les plus fréquemment touchés sont l’attention, la concentration, la vitesse de traitement des informations, la mémoire verbale et visuelle [22,36].


Il existe un certain nombre d’hypothèses physiopathologiques permettant d’expliquer le lien entre suppression androgénique et altération cognitive. Ainsi, 98% de la testostérone circulante est fixée aux protéines dont 40% de façon irréversible à la Sex Binding Protein et 60% à l’albumine dont elle peut se dissocier. La testostérone va être transformée en périphérie en dihydrotestostérone (DHT) par la 5- alpha- réductase et en oestradiol par l’aromatase, ces deux hormones franchissant la barrière hémato- méningée. Or, la testostérone, l’oestradiol et la DHT sont impliqués dans la cognition par de nombreuses voies [35]. Tout d’abord, il existe de nombreux récepteurs de la testostérone et de l’oestradiol dans certaines structures impliquées dans la mémoire tels que l’hippocampe. D’autre part, l’action de la testostérone au niveau cognitif est médiée par différents mécanismes comme la modulation de la neurotransmission par l’activation des canaux calciques ou la diminution de la production de substance béta- amyloïde et de N- méthyl D- aspartate (également impliquées dans la démence de type Alzheimer). Enfin, l’oestradiol a aussi une action au niveau de la neurotransmission en augmentant la transmission cholinergique et sérotoninergique. Il favoriserait le maintien de la densité dendritique au niveau hippocampique et il diminuerait le risque d’AVC.


Cependant, l’impact réel de la suppression androgénique sur les troubles cognitifs reste sujet à débat [37]. Ainsi, une étude récente publiée dans le Journal of Clinical Oncology en 2010 [38] a tenté d’évaluer l’impact d’une suppression androgénique sur les fonctions cognitives de patients atteints de cancer de la prostate non métastatique. Trois groupes de patients, appariés par l’âge et le niveau d’éducation, ont été suivis pendant un an: un groupe de patients avec cancer de la prostate bénéficiant d’une suppression androgénique continue, un groupe cancer sans traitement androgénique et enfin un groupe de sujet contrôle sans cancer de la prostate. Une batterie de tests neuro- psychométriques a été réalisée pour chacun des patients des trois groupes à l’inclusion, à 6 mois et 1 an. L’âge moyen des patients est de 68,9 ans. Ajusté sur l’âge et le niveau d’éducation, les trois groupes de patients n’ont pas de différence au début de l’étude dans leurs performances cognitives. Après régression logistique, la suppression androgénique n’est pas associée à un changement significatif dans la mémoire procédurale, la fluence verbale, la mémoire verbale, la flexibilité mentale ni les capacités attentionnelles.


Les résultats des principales d’étude sont donc à interpréter avec prudence d’autant plus que les biais méthodologiques et les facteurs de confusions sont multiples. Ainsi, la majorité des études ne propose pas d’évaluation des fonctions cognitives avant l’introduction du traitement hormonal [39]. Ceci reste particulièrement critiquable du fait de la grande prévalence des affections neuro- dégénératives au sein de cette population âgée.


Par ailleurs, la principale difficulté pour déterminer le déclin cognitif reste encore de pouvoir le définir. En effet, il n’existe pas à ce jour de définition consensuelle. L’autre difficulté concerne l’absence de consensus sur les outils de l’évaluation neuro- psychométrique dans les études ce qui ne permet pas de véritable comparaison entre les différents résultats obtenus.


Enfin, l’évaluation de ces fonctions cognitives est également rendue difficile par des multiples facteurs de confusions tels que l’asthénie liée au cancer ou encore la dépression par exemple.


Quelle attitude en pratique?


L’imputabilité de l’hormonothérapie dans le déclin cognitif des sujets bénéficiant d’une suppression androgénique dans le cadre d’un cancer de la prostate n’est donc pas encore établie. D’autres études, mieux construites sur le plan méthodologique, semblent donc nécessaires.


Une question à laquelle les études existantes n’ont notamment pas encore répondu est de savoir si les troubles constatés ne surviennent pas de façon sélective chez des sujets ayant une affection neurodégénérative préexistante et non encore diagnostiqué.


Un des objectifs de l’onco- gériatrie est justement d’apprécier le risque de décompensation des patients fragiles, notamment ceux ayant des troubles cognitifs. Ces patients sont effectivement plus à risque de complications lors des traitements comme la survenue d’une confusion. Or, il n’est pas réalisable ni souhaitable de proposer à tout patient âgé relevant d’une hormonothérapie, une évaluation systématique des fonctions cognitives.


En revanche, l’identification de patient âgé « fragile » par un test de dépistage simple tel que le G8 [40] peut conduire l’urologue à proposer une consultation gériatrique et si besoin à une évaluation neuro- psychométrique approfondie.


Si quelques études convergent pour décrire un déclin cognitif de type sous- cortical chez les patients cancéreux, l’impact de la suppression androgénique sur ces troubles reste encore sujet à débat.



Conclusion


Indépendamment d’un terrain à risque, le diagnostic de cancer de prostate peut engendrer un syndrome dépressif. La suppression androgénique entraîne souvent une asthénie mais son imputabilité dans l’apparition de véritables troubles cognitifs n’a jamais été clairement démontrée. En pratique, en cas d’évolution péjorative au plan de l’humeur et de la cognition, un test de dépistage et une consultation oncogériatrique sont souhaitables.


Déclarations d’intérêts


P. Frémont: Advisory boards (Novartis, Ferring); Cours ou formation dispensés (Novartis, Lilly, Lundbeck); Invitation à des congrès nationaux ou internationaux (Lilly, Janssen, Lundbeck, Novartis).


L. Balardy: Recherches cliniques/Travaux scientifi ques (Ferring).


D. Faramarzi- Roques: Aucun lien d’intérêts concernant cette publication.


L. Goldblatt: Aucun lien d’intérêts concernant cette publication.


G. Kouri: Recherches cliniques/Travaux scientifiques (Aspide); Advisory boards (Ferring, Bouchara- Recordati); Cours ou formation dispensés (Astellas, Takeda, Ipsen- Biotech); Invitation à des congrès nationaux ou internationaux (Astellas, Takeda, Ipsen- Biotech).


I. Latorzeff: Recherches cliniques/Travaux scientifi ques (Ferring, Ipsen); Advisory boards (Ipsen, Sanofi - Aventis, Ferring); Invitation à des congrès nationaux ou internationaux (Ipsen, AstraZeneca, Takeda, Ferring, Sanofi - Aventis).


L. Mourey: Recherches cliniques/Travaux scientifiques (GSK); Advisory boards (Ferring, Sanofi - Aventis, Roche, Novartis); Cours ou formation dispensés (Sanofi - Aventis, Ipsen- Biotech); Invitation à des congrès nationaux ou internationaux (Novartis, Roche, Pierre- Fabre).


G. Pasticier: Recherches cliniques/Travaux scientifi ques (Ipsen, Takeda, Bard); Advisory boards (Ferring); Cours ou formation dispensés (Sanofi - Aventis, Astellas, Takeda, Ipsen- Biotech); Invitation à des congrès nationaux ou internationaux (AstraZeneca, Astellas).


F. Vavdin: Invitation à des congrès nationaux ou internationaux (Takeda).


P. Rischmann: l’auteur n’a pas transmis ses confl its d’intérêts.




Tableau 1 - Echelle de dépistage des troubles de l’humeur: Mini- GDS [41,42].
Poser les questions au patient en lui précisant que, pour répondre, il doit se re- situer dans le temps qui précède, au mieux une semaine, et non pas dans la vie passée ou dans l’instant présent. 
1. Vous sentez- vous découragé(e) et triste?  □ oui  □ non 
2. Avez- vous le sentiment que votre vie est vide?  □ oui  □ non 
3. Etes- vous heureux(se) la plupart du temps?  □ oui  □ non 
4. Avez- vous l’impression que votre situation est désespérée?  □ oui  □ non 
Cotation:   
Question 1  oui = 1; non = 0 
Question 2  oui = 1; non = 0 
Question 3  oui = 0; non = 1 
Question 4  oui = 1; non = 0 
SCORE TOTAL:/5 
RESULTATS: 
Si le score est supérieur ou égal à 1: forte probabilité de dépression. 
Si le score est égal à 0: forte probabilité d’absence de dépression. 





Tableau 2 - Critères diagnostiques DSM- IV d’épisode dépressif majeur [43].
A. Au moins 5 des symptômes suivants doivent être présents pendant une même période d’une durée de 2 semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur; au moins 1 des symptômes est soit une humeur dépressive, soit une perte d’intérêt ou de plaisir. 
□ 1. Humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, presque tous les jours signalée par le sujet (par exemple: se sent triste ou vide) ou observée par les autres (par exemple: pleure) 
□ 2. Diminution marquée de l’intérêt et du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités, pratiquement toute la journée, presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres) 
□ 3. Perte ou gain de poids significatif en absence de régime (par exemple: modification du poids corporel en 1 mois excédant 5%) ou diminution ou augmentation de l’appétit presque tous les jours 
□ 4. Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours 
□ 5. Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours (constatés par les autres, non limités à un sentiment subjectif de fébrilité ou de ralentissement intérieur) 
□ 6. Fatigue ou perte d’énergie presque tous les jours 
□ 7. Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée (qui peut être délirante) presque tous 
les jours (pas seulement se faire prier ou se sentir coupable d’être malade) 
□ 8. Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours (signalée 
par le sujet ou observée par les autres) 
□ 9. Pensées de mort récurrentes (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider 
B. Les symptômes ne répondent pas aux critères d’épisode mixte. 
C. Les symptômes traduisent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel, ou dans d’autres domaines importants. 
D. Les symptômes ne sont pas imputables aux effets physiologiques directs d’une substance (par exemple une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou une affection médicale générale (par exemple hypothyroïdie). 
E. Les symptômes ne sont pas expliqués par un deuil, c’est- à- dire après la mort d’un être cher, les symptômes persistent pendant plus de 2 mois ou s’accompagnent d’une altération marquée du fonctionnement, de préoccupations morbides, de dévalorisation, d’idées suicidaires, de symptômes psychotiques ou d’un ralentissement psychomoteur. 




Références



Harrington C.B., Hansen J.A., Moskowitz M., Todd B.L., Feuerstein M. It’s not over when it’s over: long- term symptoms in cancer survivors – a systematic review Int J Psychiatry Med 2010 ;  40 : 163-181 [cross-ref]
Tombal B. Prostate Cancer, Depression, and Risk of Suicide: Should We Pay More Attention? Eur Urol 2010 ;  57 : 396-397 [cross-ref]
Llorente M.D., Burke M., Gregory G.R., Bosworth H.B., Grambow S.C., Horner R.D., et al. Prostate cancer: a significant risk factor for late- life suicide Am J Geriatr Psychiatry 2005 ;  13 : 195-201 [cross-ref]
Bill- Axelson A., Garmo H., Lambe M., Bratt O., Adolfsson J., Nyberg U., et al. Suicide risk in men with prostate- specific antigen- detected early prostate cancer: a nationwide population- based cohort study from PCBaSe Sweden Eur Urol 2010 ;  57 (3) : 390-395 [cross-ref]
Anguiano L., Mayer D.K., Piven M.L., Rosenstein D. A Literature Review of Suicide in Cancer Patients Cancer Nurs 2011 ; [Epub ahead of print] Sep 23.
Fang F., Fall K., Mittleman M.A., Sparén P., Ye W., Adami H.O., et al. Suicide and Cardiovascular Death after a Cancer Diagnosis N Engl J Med 2012 ;  366 : 1310-1318 [cross-ref]
Jayadevappa R., Malkowicz S.B., Chhatre S., Johnson J.C., Gallo J.J. The burden of depression in prostate cancer Psychooncology 2011 ; doi: 10. 1002/pon. 2032. [Epub ahead of print]Aug 12.
Bill- Axelson A., Garmo H., Nyberg U., Lambe M., Bratt O., Stattin P., et al. Psychiatric treatment in men with prostate cancer – Results from a Nation- wide, population- based cohort study from PCBaSe Sweden Eur J Cancer 2011 ;  47 : 2195-2201 [cross-ref]
Frémont P. Aspects cliniques de la dépression du sujet âgé Psychol Neuropsychiatr Vieil 2004 ;  2 (Suppl 1) : S19-S27
Reich M. La dépression, une pathologie fréquente à dépister systématiquement La lettre du Psychiatre 2010 ;  6 : 151-154
Nelson C.J., Weinberger M.I., Balk E., Holland J., Breitbart W., Roth A.J. The chronology of distress, anxiety, and depression in older prostate cancer patients Oncologist 2009 ;  14 : 891-899 [cross-ref]
Zenger M., Lehmann- Laue A., Stolzenburg J.U., Schwalenberg T., Ried A., Hinz A. The relationship of life and distress in prostate cancer patients compared to the general population Psychosoc Med 2010 ;  7 : Doc02 Jun 30.
Kumar R.J., Barqawi A., Crawford E.D. Adverse events associated with hormonal therapy for prostate cancer Rev Urol 2005 ;  7 (Suppl 5) : S37-S43
Couper J.W., Love A.W., Dunai J.V., Duchesne G.M., Bloch S., Costello A.J., Kissane D.W. The psychological aftermath of prostate cancer treatment choices: a comparison of depression, anxiety and quality of life outcomes over the 12 months following diagnosis Med J Aust 2009 ;  190 (Suppl 7) : S86-S89
Saini A., Berruti A., Cracco C., Sguazzotti E., Porpiglia F., Russo L., et al. Psychological distress in men with prostate cancer receiving adjuvant androgen- deprivation therapy Urol Oncol 2011 ; Jul 29 [Epub ahead of print].
Cherrier M., Aubin S., Higano C.S. Cognitive and Mood Changes in Men Undergoing Intermittent Combined Androgen Blockade for Non- Metastatic Prostate Cancer Psychooncology 2009 ;  18 : 237-247 [cross-ref]
Couper J.W., Bloch S., Love A., Duchesne G., Macvean M., Kissane D.W. The psychosocial impact of prostate cancer on patients and their partners Med J Aust 2006 ;  185 : 428-432
Segrin C., Badger T.A., Harrington J. Interdependent psychological quality of life in dyads adjusting to prostate cancer Health Psychol 2011 ; [Epub ahead of print].Sep 5.
Turner D., Adams E., Boulton M., Harrison S., Khan N., Rose P., et al. Partners and close family members of long- term cancer survivors: health status, psychosocial well- being and unmet supportive care needs Psychooncology 2011 ; [Epub ahead of print]doi: 10.1002/pon.2050 Sep 9.
Anderson- Hanley C., Sherman M.L., Riggs R., Agocha V.B., Compas B.E. Neuropsychological effects of treatments for adults with cancer: a meta analysis and review of the literature J Int Neuropsychol Soc 2003 ;  9 : 967-982
Wefel J.S., Lenzi R., Theriault R.L., Davis R.N., Meyers C.A. The cognitive sequelae of standard- dose adjuvant chemotherapy in women with breast carcinoma: results of a prospective, randomized, longitudinal trial Cancer 2004 ;  100 : 2292-2299 [cross-ref]
Green H.J., Pakenham K.I., Headley B.C., Yaxley J., Nicol D.L., Mactaggart P.N., et al. Altered cognitive function in men treated for prostate cancer with luteinizing hormone- releasing hormone analogues and cyproterone acetate: a randomized controlled trial BJU Int 2002 ;  90 : 427-432 [cross-ref]
Wefel J.S., Kayl A.E., Meyers C.A. Neuropsychological dysfunction associated with cancer and cancer therapies: a conceptual review of an emerging target Br J Cancer 2004 ;  90 : 1691-1696
Ahles T.A., Saykin A.J., Furstenberg C.T., Cole B., Mott L.A., Skalla K., et al. Neuropsychologic impact of standard- dose systemic chemotherapy in long- term survivors of breast cancer and lymphoma J Clin Oncol 2002 ;  20 : 485-493 [cross-ref]
Hurria A., Rosen C., Hudis C., Zuckerman E., Panageas K.S., Lachs M.S., et al. Cognitive function of older patients receiving adjuvant chemotherapy for breast cancer: a pilot prospective longitudinal study J Am Geriatr Soc 2006 ;  54 : 925-931 [cross-ref]
Shilling V., Jenkins V. Self- reported cognitive problems in women receiving adjuvant therapy for breast cancer Eur J Oncol Nurs 2007 ;  11 : 6-15 [cross-ref]
Hermelink K., Küchenhoff H., Untch M., Bauerfeind I., Lux M.P., Bühner M., Manitz J., et al. Two different sides of ‘chemobrain’: determinants and nondeterminants of self- perceived cognitive dysfunction in a prospective, randomized, multicenter study Psychooncology 2010 ;  19 : 1321-1328 [cross-ref]
Vardy J., Tannock I. Cognitive function after chemotherapy in adults with solid tumours Crit Rev Oncol Hematol 2007 ;  63 : 183-202 [cross-ref]
Ahles T.A. Do systemic cancer treatments affect cognitive function? Lancet Oncol 2004 ;  5 : 270-271 [inter-ref]
Jansen C.E., Miaskowski C., Dodd M., Dowling G. Chemotherapyinduced cognitive impairment in women with breast cancer: a critique of the literature Oncol Nurs Forum 2005 ;  32 : 329-342 [cross-ref]
Falleti M.G., Sanfilippo A., Maruff P., Weih L., Phillips K.A. The nature and severity of cognitive impairment associated with adjuvant chemotherapy in women with breast cancer: a meta- analysis of the current literature Brain Cogn 2005 ;  59 : 60-70 [cross-ref]
Stewart A., Bielajew C., Collins B., Parkinson M., Tomiak E. A meta- analysis of the neuropsychological effects of adjuvant chemotherapy treatment in women treated for breast cancer Clin Neuropsychol 2006 ;  20 : 76-89 [cross-ref]
Soussain C., Ricard D., Fike J.R., Mazeron J.J., Psimaras D., Delattre J.Y. CNS complications of radiotherapy and chemotherapy Lancet 2009 ;  374 : 1639-1651 [cross-ref]
Silverman D.H., Dy C.J., Castellon S.A., Lai J., Pio B.S., Abraham L., et al. Altered frontocortical, cerebellar, and basal ganglia activity in adjuvant- treated breast cancer survivors 5–10 years after chemotherapy Breast Cancer Res Treat 2007 ;  103 : 303-311 [cross-ref]
Nelson C.J., Lee J.S., Gamboa M.C., Roth A.J. Cognitive effects of hormone therapy in men with prostate cancer: a review Cancer 2008 ;  113 (5) : 1097-1106Sep 1.
 [cross-ref]
Jenkins V.A., Bloomfield D.J., Shilling V.M., et al. Does neoadjuvant hormone therapy for early prostate cancer affect cognition? Results from a pilot study BJU Int 2005 ;  96 : 48-53 [cross-ref]
Nedelec C., Ragot S., Irani J., Pires C., Gil R., Doré B. Effet de la suppression androgé nique par agonistes de la LH- RH sur les onctions cognitives de patients atteints de cancer de prostate Prog Urol 2009 ;  19 : 47-53 [cross-ref]
Alibhai S.M., Breunis H., Timilshina N., Marzouk S., Stewart D., Tannock I., et al. Impact of androgen- deprivation therapy on cognitive function in men with nonmetastatic prostate cancer J Clin Oncol 2010 ;  28 : 5030-5037 [cross-ref]
Mohile S.G., Lacy M., Rodin M., Bylow K., Dale W., Meager M.R., Stadler W.M. Cognitive effects of androgen deprivation therapy in an older cohort of men with prostrate cancer Crit Rev Oncol Hematol 2010 ; [Epub ahead of print] Jul 1.
Soubeyran P. Validation of the G8 screening tool in geriatric oncology: The ONCODAGE project. ASCO annual Meeting 2011.
Yesavage J.A. Geriatric depression scale Psychopharmacol Bull 1988 ;  24 : 709-711
Clément J.P., Nassif R.F., Léger J.M., Marchan F. Development and contribution to the validation of a brief French version of the Yesavage Geriatric Depression Scale Encéphale 1997 ;  23 : 91-99
AFSSAPS: Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, octobre 2006: Médicaments antidépresseurs dans le traitement des troubles dépressifs et des troubles anxieux de l’adulte, Annexe 2 – Critères diagnostiques d’un épisode dépressif majeur, c’est- à- dire caractérisé (DSM- IV- TR).






© 2012 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.