Traumatismes scrotaux : intérêt de l’échographie préopératoire dans la prédiction de la rupture de l’albuginée

25 novembre 2019

Auteurs : A. Saadi, H. Saadi, M. Chakroun, O. Karray, N. Achour, A. Bouzouita, A. Derouiche, R. Ben Slama, N. Mnif, H. Ayed, M. Chebil
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 654-655
Objectifs

Les contusions scrotales représentent des traumatismes assez fréquents touchant des sujets jeunes, avec des répercussions psychologiques, sur l’image du corps et sur la fertilité. L’intérêt de l’échographie dans le cadre de l’urgence reste controversé. L’objectif de notre travail est d’étudier les données cliniques, échographiques et opératoires des contusions scrotales et d’évaluer l’apport de l’échographie dans la description des lésions traumatiques.

Méthodes

Il s’agit d’une étude monocentrique, rétrospective, colligeant les contusions scrotales opérées de janvier 2012 à janvier 2019. Les données cliniques, échographiques et opératoires ont été recueillies. Le critère principal d’évaluation était la rupture de l’albuginée, dont la concordance entre l’échographie et la chirurgie était évaluée selon la méthode Kappa. Les valeurs prédictives positives et négatives, la sensibilité et la spécificité pour la présence d’une rupture de l’albuginée étaient évaluées pour un ensemble de données échographiques : l’hématome scrotal, l’hématocèle, la régularité des contours testiculaires, la fracture testiculaire, l’hématome testiculaire et l’intensité du signal doppler.

Résultats

Parmi 103 patients opérés, 90 patients étaient inclus dans l’étude. L’âge moyen était de 27,53 ans (14–79 ans). Le délai moyen de consultation était de 2,62jours. L’agression était la circonstance du traumatisme dans 39 cas. L’hématocèle était constatée cliniquement dans 62 cas (68,9 %) avec une sensibilité à 0,82 et une spécificité à 0,47 pour prédire la rupture de l’albuginée. L’échographie était pratiquée chez 69 patients (76,7 %). L’index de concordance entre la rupture de l’albuginée à l’échographie et à la chirurgie était de 57 %. L’hématocèle échographique était le signe le plus sensible pour prédire de la rupture de l’albuginée (sensibilité à 95 %). Les signes échographiques les plus spécifiques étaient la fracture testiculaire (93 %), l’hématome testiculaire (82 %) et l’altération du doppler couleur (79 %) (Tableau 1).

Conclusion

L’hématocèle de moyenne à grande abondance devrait justifier une exploration scrotale sans complément échographique, vue sa sensibilité élevée pour prédire de la rupture de l’albuginée. Lorsque l’hématocèle n’est pas évidente cliniquement, l’échographie montre son intérêt au moyen des signes indirects spécifiques de la rupture de l’albuginée, tels que l’hématome testiculaire, la fracture du testicule, et les anomalies du doppler.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Mise à disposition des dispositifs pour l'étude par l'industriel fabricant du dispositif.




Tableau 1 - Sensibilité et spécialité des signes échographiques pour la rupture de l'albuginée.









© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.