Traumatisme rénal pénétrant : la gestion non opératoire est sûre chez certains patients (à propos de 22 cas)

25 novembre 2019

Auteurs : H. Talha, M. Moudouni, M. Lakmichi, Z. Dahami, I. Sarf
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 657
Objectifs

La littérature actuelle semble soutenir la gestion non opératoire des traumatismes rénaux pénétrants bien que les données restent limitées.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective de treize ans (janvier 2006 et décembre 2018) sur la gestion non chirurgicale par opposition à chirurgicale avec mesure du score médian de gravité des lésions chez des patients admis pour un traumatisme rénal pénétrant.

Résultats

Sur l’âge de 22 patients, l’âge médian était de 26 ans. La majorité d’entre eux étaient des hommes et avaient subi des blessures graves. La majorité (63 %) des patients ont été traités de manière non opératoire. Comparés à tous les patients opérés combinés, les patients non opérés présentaient un score médian de gravité de la blessure inférieur (18 vs 27, p <0,001), une exigence transfusionnelle moins élevée (31 % contre 69 %, p <0,001), une durée médiane de séjour à l’hôpital plus courte jours, p <0,001, aucun cas de décès dans notre série.

Conclusion

La prise en charge non opératoire des lésions rénales pénétrantes est sûre chez certains patients. En outre, les lésions rénales avec une instabilité hémodynamique sont associées à une morbidité et une mortalité plus grandes.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Bourse AFU.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.