Traitements médicamenteux dans la prise en charge thérapeutique des douleurs pelvipérinéales chroniques

25 novembre 2010

Auteurs : T. Riant, J. Rigaud, D. Delavierre, L. Sibert, J.-J. Labat
Référence : Prog Urol, 2010, 12, 20, 1095-1102

Introduction

Les douleurs pelvipérinéales chroniques sont fréquentes avec des étiologies très variées. La stratégie thérapeutique est bien entendue en relation avec les étiologies reconnues qui constituent la première cible du traitement. Toutefois, avec le temps, se crée, souvent une autonomisation de la symptomatologie douloureuse qui va générer et se nourrir de conséquences fonctionnelles et sociales responsables d’une pathologie particulière la douleur chronique ou douleur maladie.

Objectifs

Situer la place des thérapeutiques médicamenteuses dans l’arsenal thérapeutique des douleurs pelvipérinéales chroniques.

Méthodes

Analyse de littérature consacrée aux thérapeutiques médicales.

Résultats

La place des médicaments dans cette stratégie est incontournable, mais mal connue et rarement complètement efficace. Les médicaments ne sont, ici, qu’une part du traitement et ne peuvent se concevoir que dans le cadre d’une stratégie prédéfinie. D’autres moyens sont disponibles et souvent indispensables : kinésithérapie, prise en charge globale, TENS (neurostimulation transcutanée), chirurgie, neuromodulation (stimulation périphérique, médullaire, corticale, perfusion intrathécale). À l’image des douleurs chroniques neuropathiques, les traitements médicamenteux à visée antalgique que l’on peut proposer font principalement appel au tramadol, aux antidépresseurs et aux antiépileptiques.

Conclusion

La pauvreté en études cliniques randomisées spécifiques, les résultats thérapeutiques médicamenteux parfois insuffisants, pourvoyeurs d’effets secondaires non nuls, le caractère très invalidant de cette pathologie, « l’obligation » fréquente de prescrire hors autorisation de mise sur le marché (AMM) rendent nécessaire une prise en charge transdisciplinaire effective.

   
 
 

 

 

Introduction

Les douleurs pelvipérinéales chroniques non lésionnelles recouvrent un vaste domaine et ont en commun une expression douloureuse principalement située dans la région mais ne préjugeant pas de leur origine (douleurs projetées, associées, dysfonctionnelles, post-traumatiques...).

Leur abord sera fonction de la gêne principale ressentie par le patient, et, de sa possibilité de recourir aux différents spécialistes d'organe qui vont chacun, comme il est normal et justifié, comprendre et démembrer la symptomatologie en fonction de leur compétence particulière (urologie, gynécologie, colo proctologue, rhumatologue, psychiatre, neurologue, neurochirurgien...). Le risque étant dans cette approche d'occulter une partie du problème potentiellement améliorable (dépression dans la vessie douloureuse par exemple).

Ces douleurs sont protéiformes dans leur expression, elles peuvent avoir une allure neuropathique, comme les névralgies pudendales (NP) qui ont récemment été définies par des critères cliniques clairs [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 2

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Elles sont caractérisées par leur chronicité, par leur intensité souvent majeure, par l'importance de l'impotence fonctionnelle induite, par les conséquences sociales, familiales, personnelles [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Enfin ces douleurs s'intègrent bien souvent dans un contexte plus large d'hypersensibilisation locorégionale associant hypersensibilisation vésicale, digestive, pariétale, musculaire voire globale de type fibromyalgique.

Nous nous contenterons de parler des traitements médicamenteux concernant les douleurs chroniques pelvipérinéales sans évoquer les traitements spécifiques à chaque organe qui sont souvent très utiles qui doivent être associés.

De même nous n'évoquerons qu'en passant les traitements non médicamenteux ou chirurgicaux (infiltrations, chirurgie, kinésithérapie, neurostimulation transcutanée (TENS) rétromalléolaire, neuromodulation, prise en charge globale, hypnose...) qui ne sont pas le sujet du présent article mais qui ont une place très importante dans la stratégie thérapeutique proposée au patient.

Il faut souligner que dans ce domaine, les études répondant strictement aux critères de l'evidence-based medecine sont rares. Cela s'explique en partie par le manque de critères de définition des douleurs en cause (jusqu'à présent), mais aussi par le caractère par définition plurifactoriel de toute douleur chronique. Cette plurifactorialité rend illusoire l'espérance en l'existence d'un traitement universel constamment efficace.

Les traitements médicamenteux des syndromes douloureux pelviens complexes représentent le plus souvent, soit un traitement adjuvant s'associant aux autres types de traitement, soit un traitement palliatif d'une pathologie dont l'origine est avant tout mécanique et dont les conséquences prennent rapidement une place considérable.

 

Présentation de l'ensemble des traitements non spécifiques des douleurs pelvipérinéales chroniques

L'arsenal thérapeutique disponible est loin d'être résumé par le traitement médicamenteux.

 

Chirurgie

À tout seigneur, tout honneur il convient de citer le seul traitement actuellement validé de la névralgie pudendale à savoir la chirurgie de libération-décompression [4

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette chirurgie consiste en une libération du nerf de ces zones de conflit que constituent le ligament sacro-épineux, le processus falciforme du ligament sacrotubéral, le canal d'Alcock, par une section du ligament sacro-épineux ; une transposition intrapelvienne du nerf pudendal sous contrôle de la vue, une libération du nerf dans le canal d'Alcock associé ou non à une neurolyse du nerf du muscle obturateur interne (et non du nerf obturateur bien sur) [5

Cliquez ici pour aller à la section Références].

De la même façon il faut évoquer le traitement d'une douleur non strictement pelvipérinéale mais qui trouvent son origine dans le pelvis : la névralgie obturatrice (NO). Une fois le diagnostic établi, Rigaud et al. [6

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont montré les résultats très encourageants de la libération du nerf obturateur au trou obturé.

Il faut savoir proposer rapidement l'ablation d'une bandelette sous urétrale quand on peut penser qu'elle peut responsable de douleurs neuropathiques postopératoires.

Enfin le traitement des névromes occasionnés par les plaies chirurgicales est souvent chirurgical.

 

Kinésithérapie ciblée

Il existe une association fréquente de syndromes myofaciaux des muscles obturateur interne, piriforme, elevator ani, psoas et transverse profond en cas de syndrome douloureux pelvien complexe et singulièrement dans le cadre de la névralgie pudendale [7

Cliquez ici pour aller à la section Références, 8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il est dans ces cas logique et surtout relativement prouvé que la kinésithérapie spécifique soit une option thérapeutique d'autant plus intéressante qu'elle est non délétère [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Malheureusement il n'existe pas à notre connaissance d'étude randomisée. Elle serait sans doute difficiles à réaliser.

 

Stimulation électrique transcutanée

Peu ou pas d'études randomisées sur le sujet dans cette indication. On retrouve, toutefois quelques résultats encourageants [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Son coût faible, l'absence d'effet secondaire, la logique de sa prescription et des résultats encourageant incitent à la prescrire.

Il convient dans ce cas d'utiliser une stimulation au niveau du ou des nerfs tibial postérieur en rétromalléolaire interne ou de façon pragmatique au niveau de L2.

 

Infiltrations somatiques

Indispensables au diagnostique des névralgies pudendale, [12

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou obturatrice ou dans le cadre des névromes, leur intérêt thérapeutique est moins flagrant.

Il est probable que la réalisation de deux infiltrations test positives soit une bonne garantie de spécificité des critères diagnostiques de névralgie pudendale (critères de Nantes) en diminuant (peut être) le risque d'effet placebo. Il est important dans tout les cas de les réaliser en suivant certains critères de qualité (techniques utilisées, utilisation d'anesthésiques locaux, contrôle de la diffusion de la solution, compte rendu du geste, et surtout évaluation de son résultat immédiat).

Pour mémoire il est évidemment hors de question d'utiliser des produits lytiques (tel que l'alcool) lors de ces infiltrations. Cela ferait courir un risque fonctionnel sphinctérien et un risque de voir apparaître ou se majorer des douleurs de déafférentation.

 
Intérêt en tant qu'aide au patient

Il s'agit d'un aspect rarement traité mais fondamental dans la prise en charge des patients présentant une NP, ou NO, ou névromes. Le fait de réaliser une anesthésie tronculaire (distale) qui permet (à plusieurs reprises) de faire disparaître la douleur (même de façon transitoire) signe l'origine périphérique de la douleur.

Ce fait est capital pour le patient s'agissant de l'objectivisation d'une sensation par définition improuvable et dont la cause est invisible (IRM et TDM normaux, dans le cadre de la NP telle que définit par les critères de Nantes, EMG non discriminant [13

Cliquez ici pour aller à la section Références]). Le caractère illégitime de la douleur, la méconnaissance de cette pathologie dans le milieu médical et personnel du patient, l'importance des troubles fonctionnels induits étant responsable d'une « psychiatrisation » du patient, souvent pour le moins excessive. À ce propos, Thome et Egeler [14

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent l'histoire instructive d'une patiente souffrant d'une névralgie d'un nerf cutané abdominal confiée au psychiatre en désespoir de cause et dont le diagnostic a été rétablit au moyen d'une simple infiltration sous-cutanée d'anesthésiques locaux...

 
Intérêt en tant que traitement de la maladie névralgie pudendale

À notre connaissance il n'existe pas d'études « scientifiques » sur le sujet. Les chiffres les plus divers ont été dits allant de 0 % à 60 % de patients améliorés et ce, pour des infiltrations répétées deux voire trois fois.

Malheureusement ni le nombre d'infiltration, ni les solutions utilisées (volume, concentration, type de médicaments), ni les localisations de ces infiltrations (ligament sacro-épineux, canal d'Alcock), ni les techniques utilisées (à l'aveugle, stimulodétection, stimulodétection et imagerie couplée, échographique, sous scopie, sous scanner), ni même les motifs ayant conduits à leur réalisation (les critères de névralgie pudendale sont relativement récents) n'ont réellement fait l'objet d'étude. Ce manque d'étude autorise toutes les interprétations dont les conclusions varieront selon des paramètres très éloignés de leur efficience réelle (accès à l'imagerie, accès à la chirurgie, accès aux types de traitements, « algophobie » des traitants, humilité des infiltrateurs, intérêt économique des praticiens...).

Pour notre part nous estimons que les infiltrations ne « marchent » que dans un nombre relativement mineur de cas.

Elles restent néanmoins un élément déterminant et majeur de la stratégie thérapeutique au niveau diagnostic, au niveau du renforcement de la relation médecin–malade, voire dans le cadre de recherches thérapeutiques futures (radiofréquence pulsée, mise en place de cathéter à demeure...).

 

Infiltrations végétatives

Contrairement au périnée, l'innervation sensitive du pelvis est exclusivement assuré par le système sympathique. Les messages nociceptifs empruntent les voies sympathiques du plexus hypogastrique inférieur puis supérieur puis les chaînes sympathiques lombaires. Il existe fréquemment une convergence en L-L2 où, via les rameaux communicants, les messages nociceptifs rejoignent le système nerveux central.

Depuis longtemps l'interruption transitoire ou définitive de ces voies a été proposée, particulièrement en cancérologie. D'une manière générale, il n'est concevable, dans le cadre de douleurs chroniques, de proposer une interruption définitive des voies sympathiques (alcoolisation, radiofréquence, chirurgie), qu'après un test d'efficacité aux anesthésiques locaux, et surtout après informations et consentement bien éclairés du patient. Ces techniques utilisées pour les pathologies malignes peuvent représenter un standard (alcoolisation de l'Impar dans les douleurs en rapport avec un cancer de l'anus récidivé ; alcoolisation cœliaque et hypogastrique supérieur dans les douleurs pelviennes oncologiques).

 

Prise en charge globale

Il s'agit d'un aspect fondamental de la stratégie thérapeutique, faisant intervenir une équipe transdisciplinaire apte à prendre en compte plus le patient que la maladie elle même. Le but de ce type de prise en charge est clairement plus palliatif au sens de l'amélioration de la qualité de vie que curatif au sens de l'ablation d'une cause inconnue ou intraitable.

Il ne faut pas voir dans le terme palliatif un sens péjoratif mais plutôt l'expression d'un pragmatisme qui permet in fine de répondre plus directement à la plainte du patient. Par exemple on peut clairement dire que le traitement de la migraine est de type palliatif (on ne guérit pas de la migraine, on diminue la fréquence et l'intensité des crises). Pour autant la découverte des triptans, la mise en place de traitements de fond de qualité (médicamenteux ou pas) a changé la vie des patients migraineux et a potentiellement un impact économique positif majeur.

Ce type de prise en charge permet outre le fait d'offrir au patient une amélioration effective de sa qualité de vie [15

Cliquez ici pour aller à la section Références], d'éviter l'épuisement des traitants et donc in fine l'abandon des patients.

Les différents aspects de cette prise en charge consistent en une reconnaissance de la réalité de la plainte exprimée. Mais aussi dans une reconnaissance explicite des implications sociales, morales, cognitives, psychologiques induites ou majorées par la pathologie.

Le but de ce type de traitement est d'augmenter la résilience du patient, les moyens passent par la reconnaissance et la validation de la réalité de la pathologie, le recadrage sur des objectifs réalistes, la recherche de solutions sociales, l'utilisation de techniques cognitivo-comportementales, l'implication des ressources du patient, l'utilisation de l'hypnose.

 

Traitements médicamenteux

Dans le cadre des traitements médicamenteux, s'agissant d'une douleur chronique, la place de l'éducation thérapeutique est primordiale.

 

Éducation thérapeutique

À l'image de la prise en charge d'autres pathologies chroniques, la prescription de médicaments au cours d'un syndrome douloureux pelvien complexe (SDPC) ne peut se concevoir que dans le cadre d'une stratégie préalablement élaborée. Stratégie où seront établies préalablement aux prescriptions des médicaments.

 
Les objectifs du traitement

Non pas une guérison mais une amélioration.

Trouver un compromis entre tolérance et efficience des traitements proposés.

 
Les limites des traitements et leurs effets secondaires éventuels

Les contraintes de ce type de traitements.

Le caractère non immédiat de l'efficacité des traitements (environ un mois pour les antidépresseurs et les antiépileptiques).

L'utilisation de médicaments hors cadre de leur indication princeps : les antidépresseurs sont là pour traiter la douleur beaucoup plus qu'une hypothétique dépression associée. Les antiépileptiques ne sont pas utilisés pour traiter une épilepsie le plus souvent absente.

La stratégie de type tentative treatment où les effets positifs et négatifs des traitements sont régulièrement évalués permettant de poursuivre, d'augmenter, de diminuer ou de changer ces traitements.

La préférence pour une monothérapie en première intention.

Le fait que le patient devient, est et reste maître du jeu. Lui seul a raison sur les effets positifs et négatifs du traitement. Le rôle du thérapeute étant surtout de recadrer sur les objectifs qui avaient été définis, voire de faire évoluer ces objectifs (à la hausse ou à la baisse) en fonction des résultats obtenus.

 

Médicaments antalgiques utilisés dans les SDPC

 
Antalgiques

À l'image des douleurs neuropathiques, la part des antalgiques est paradoxalement relativement faibles dans le traitement des SDPC.

 
Niveau I de l'OMS : paracétamol et AINS

Les NP sont généralement peu sensibles aux antalgiques de niveau I (AINS et paracétamol). En fait ils ne font généralement plus partie des traitements nouveaux lors du diagnostique de SDPC. En effet le patient les a déjà testé et souvent déjà arrêté.

Toutefois, il convient parfois de souligner, avec le patient, leur inefficacité afin de pouvoir les arrêter. Il n'est pas rare de voir les patients s'automédiquer, en reconnaissant eux mêmes l'inefficience des traitements mais pour « faire quelque chose contre cette horreur ».

La prise régulière d'antalgiques n'est pas anodine, que cela soit pour les AINS (problèmes digestifs, rénaux, voire interactions avec les antihypertenseurs), ou pour le paracétamol, ou pour l'ensemble des antalgiques dont la responsabilité est engagée dans la genèse de pathologie d'hypersensibilisation telle que la céphalée chronique quotidienne. Leur inefficacité reconnue chez un patient donné dans cette pathologie doit conduire à cesser leur administration.

 
Niveau II : morphiniques faibles : opium, dextroproxyphène, codéine et tramadol

Sont eux aussi rarement efficaces mais méritent d'être essayés. En effet certains patients s'estiment soulagés partiellement en particulier avec l'utilisation du tramadol.

Le mode d'action du tramadol avec son action opioïde et monoaminergique (inhibiteur de recapture de la sérotonine et de la noradrénaline) le rend particulièrement intéressant dans le traitement des douleurs neuropathiques [16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 17

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En outre il existe des formes galéniques à libération prolongée et rapide qui permettent, en association, de donner une certaine liberté d'utilisation au patient (forme rapide), tout en amenant une concentration plasmatique minimale (forme prolongée). Elles sont à utiliser comme les morphiniques (Skénan®/Actiskénan® ou Oxycontin®/Oxynorm® par exemple).

Dans notre expérience nous proposons souvent l'association de 100mg/j de tramadol en une (Monocrixo 100 LP®) ou deux prises (Zamudol 50 LP®) quotidiennes, associée à des doses faibles de tramadol LI que l'on trouve dans les associations type Zaldiar® ou Ixprim®.

Il faut toutefois noter qu'il existe (contrairement aux morphiniques) une dose maximale à ne pas dépasser (400mg/j).

De plus son association avec des antidépresseurs (imipraminiques ou inhibiteurs de recapture de la sérotonine) expose au syndrome sérotoninergique dont l'issue est parfois redoutable [18

Cliquez ici pour aller à la section Références, 19

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Niveau III : morphiniques forts

L'utilisation des morphiniques au long cours dans le cadre de douleurs chroniques non cancéreuses neuropathiques ou non reste un sujet de débat parfois passionné. Toutefois il est maintenant admis que sous réserve d'une surveillance très stricte, il est licite de proposer ce type de traitement [20

Cliquez ici pour aller à la section Références, 21

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les morphiniques sont réputés peu ou pas efficaces dans le traitement des douleurs neuropathiques. Ce fut d'ailleurs un moyen de faire la différence entre les douleurs par excès de nociception (morphino-sensibles) et les douleurs neuropathiques.

En fait les douleurs neuropathiques peuvent être soulagées par des morphiniques mais souvent à des doses beaucoup plus élevées qu'habituellement pour des effets secondaires non négligeables en particulier au niveau cognitif [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Par ailleurs les différents auteurs insistent sur le fait que l'amélioration ne se produit que sur la douleur et non sur la fonction [20

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Enfin il faut insister sur la brièveté des études servant de référence, sur le caractère efficace au moins à court terme de ce type de traitement, mais aussi sur l'absence de données (en particulier effets secondaires) concernant la prise de morphiniques au très long cours.

L'utilisation de morphiniques au long cours tend à induire une tolérance voire dans certains cas une hyperalgésie [23

Cliquez ici pour aller à la section Références] ce qui rend son utilisation parfois très complexe, voire franchement délétère.

Certaines études semblent retrouver une activité particulière de l'oxycodone pour les douleurs neuropathiques chez l'homme [24

Cliquez ici pour aller à la section Références, 25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Au total

L'usage des morphiniques est peut être licite dans le cadre des NP. Ce ne doit être qu'une prescription de recours, éventuellement pour passer un cap, en tout cas dans le cadre d'un suivi spécialisé régulier.

Typiquement il ne faut pas que la recherche effrénée de la solution par le patient, que le sentiment de désarroi que peuvent ressentir les traitants mis en échec par la douleur, conduisent à proposer une solution, in fine, pire que le mal.

L'association européenne d'urologie [26

Cliquez ici pour aller à la section Références] propose un schéma d'utilisation dans le cadre des SDPC.

Consignes pour l'utilisation des opioïdes dans le cadre des douleurs pelviennes chroniques (EAU) :
1.
tous les autres traitements « raisonnables » ont été essayés et ont échoué ;
2.
la décision de débuter un traitement morphinique au long cours est prise par un spécialiste en association avec un autre praticien de préférence le médecin traitant du patient ;
3.
lorsqu' il existe un antécédent d'addiction, un psychiatre ou un psychologue devrait faire partie intégrante de l'équipe traitante ;
4.
le patient subit une période test ou les effets des morphiniques sont évaluées ;
5.
la dose minimale efficace est définie avec une particulière attention ;
6.
le patient doit être parfaitement conscient (au besoin consentement écrit) que :
les opiacés sont des médicaments puissants associés à des phénomènes d'addiction, et de dépendance,
les médicaments sont prescris pour une période définie, et une nouvelle prescription ne sera faite qu'à la fin de la période précédente,
le patient peut être amené à accepter des examens sanguins ou urinaires afin de vérifier la réalité de la prise médicamenteuse (excès, autres médicaments),
un comportement agressif pour demander des médicaments ne sera pas accepté
au moins une visite par an avec le médecin spécialiste référent,
le patient peut être amené à accepter une évaluation psychiatrique ou psychologique au cours du traitement,
un non respect des règles précédentes conduirait à proposer au patient un suivi en centre d'addictologie et bien sur à suspendre les prescriptions :
7.
les opiacés sont des médicaments de première importance, il existe néanmoins des contre-indications absolues ou relatives à leur utilisation. Il faut préférer les formes à libération prolongée, et les titrations orales.

 
Antidépresseurs

Tous les types d'antidépresseurs sont utilisés dans le traitement des douleurs neuropathiques et ce depuis fort longtemps [27

Cliquez ici pour aller à la section Références, 28

Cliquez ici pour aller à la section Références].

De nombreuses études ont montré que leur efficacité antalgique était indépendante de leur action antidépressive, pouvant survenir pour des doses inférieures (tricycliques) ou supérieures (IRS) et parfois plus rapidement que l'effet antidépresseur [29

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'action pharmacologique des antidépresseurs est encore mal comprise néanmoins ils agiraient au niveau des voies inhibitrices descendantes, au niveau médullaire essentiellement en augmentant le taux de sérotonine et/ou de noradrénaline. Une proposition récente de nouvelle taxonomie [30

Cliquez ici pour aller à la section Références] les intègre au sein d'une famille appelée modulateurs des voies descendantes.

Depuis très longtemps les antidépresseurs et particulièrement les tricycliques ont été proposés dans le cadre des douleurs périnéales de type vestibulodynies [31

Cliquez ici pour aller à la section Références, 32

Cliquez ici pour aller à la section Références] et dans le cadre plus global, intégrant peut être certaines NP, de douleurs pelviennes chroniques.

Concernant ce cadre très particulier des vestibulodynies, Munday [33

Cliquez ici pour aller à la section Références] trouve un taux de réponse complète chez 47 % des patientes après six mois de traitement par tricycliques (n =33).

En fin dans le cadre des hypersensibilités vésicales (vessie douloureuse), dans le cadre des hypersensibilisations globales (fibromyalgie) qui peuvent être associées, les tricycliques sont les seuls antidépresseurs a avoir fait la preuve de leur efficacité. Ils sont d'ailleurs proposés en première ligne de traitement à visée analgésique neuropathique par l'association européenne d'urologie [28

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La mise en œuvre du traitement par tricycliques doit être progressive (par exemple par paliers de 5 ou 10mg), en tenant compte des effets sédatifs (Laroxyl®) ou plus toniques (Anafranil®). Il faut tenir compte évidemment des contre-indications (grossesse, bloc de conduction, glaucome), des effets secondaires (constipation, rétention urinaire, somnolence, bouche sèche, prise de poids), du temps nécessaire pour observer les éventuels effets positifs (deux à six semaines).

 
Duloxétine

La duloxétine (Cymbalta®) est un médicament qui a obtenu trois autorisations de mise sur le marché (AMM) : la dépression, la douleur neuropathique diabétique et l'incontinence urinaire d'effort. Cette dernière indication n'a cependant pas été utilisée commercialement. Il n'y a pas d'étude spécifique contrôlée concernant son utilisation dans les douleurs pelvipérinéales. Toutefois chez la souris, une étude réalisée dans un modèle de cystite interstitielle déclenchée par administration de cyclophosphamide a montré une certaine efficacité (contrairement à la gabapentine) [34

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les posologies habituelles vont de 30 à 120mg par jour en général en deux prises.

 
Antiépileptiques

Depuis la description de « Cures heureuses de névralgies faciales essentielles par le diphenylhydantoinate de soude » par M. Bergouignan en 1942 [35

Cliquez ici pour aller à la section Références], il est admis que les antiépileptiques peuvent être considérés comme des analgésiques dans le cadre des douleurs neuropathiques.De façon récente les gabapentinoïdes (gabapentine et pregabaline) ont été mis dans une nouvelle classe thérapeutique appelée : antihyperalgésiant.

Dans notre expérience la pregabaline n'est ni universellement active ni universellement tolérée. En outre la littérature (toujours inexistante dans le cadre de la névralgie pudendale) mais relativement plus fournie dans le cadre du syndrome douloureux pelvien complexe dont fait souvent partie la névralgie pudendale fait souvent appel à l'ensemble des antiépileptiques usuels pour traiter ce type de douleurs [15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 28

Cliquez ici pour aller à la section Références, 36

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En fait l'ensemble des antiépileptiques sont des antalgiques dans le cadre des douleurs neuropathiques et ils sont toujours proposés dans ce cadre [36

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Néanmoins seule la carbamazépine (Tégretol®) dans les algies faciales, la gabapentine (Neurontin®) dans le cadre des algies post-zostériennes, et le pregabalin (Lyrica®) : dans les douleurs neuropathiques ont une AMM en rapport avec la douleur.

L'action pharmacologique des antiépileptiques est encore mal comprise. Ils agiraient au niveau médullaire essentiellement en bloquant les canaux sodiques et/ou calciques, les récepteurs NMDA, en favorisant les récepteurs GABA et récepteurs à la glycine [36

Cliquez ici pour aller à la section Références] L'ensemble de ces actions aboutissant à une augmentation de l'inhibition neuronale et une diminution de son excitabilité.

La mise en œuvre du traitement par pregabalin (Lyrica®) doit être progressive (par exemple par paliers de 25 ou 50mg). Il faut tenir compte évidemment des contre-indications (grossesse, allergie, moins de 18 ans), des effets secondaires (troubles de la marche, une sensation d'ébriété, fatigue, œdème périphérique, nausées vomissements, bouche sèche, constipation, des flatulences, une augmentation de l'appétit et une prise de poids, des troubles de l'érection, une difficulté à respirer [dyspnée], une humeur euphorique, une confusion, une irritabilité, une diminution de la libido, des étourdissements, somnolence, des troubles de la coordination, des tremblements, une dysarthrie, des troubles de la mémoire, des troubles de l'attention, des paresthésies, une vision trouble, une diplopie [vision double], et des vertiges).

 
Gel de Xylocaïne®

Bien que non strictement définie comme une névralgie pudendale par entrapment, il semble que certaines vulvodynies généralisées soient des formes de NP.

Différents gel de Xylocaïne® ont été proposés dans la prise en charge des allodynies dans le cadre des vestibulodynies [37

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Ce traitement est intéressant dans la mesure où il constitue un traitement symptomatique immédiat avec diminution possible de l'allodynie réduisant de façon importante la dyspareunie d'introduction.

Il représente aussi probablement un traitement de l'hypersensibilisation. En effet l'application régulière et quotidienne d'un gel de Xylocaïne® a permis, au bout de sept semaines, la reprise des rapports chez 76 % des patientes traitées (versus 36 % avant traitement) [38

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette action est toutefois pondérée par le fait que ce traitement est plus efficace chez les femmes qui présente une vuvlvodynie provoquée isolée que chez celle qui présentent une hypersensibilisation locorégionale associée.

Il faut enfin souligner l'existence de quelques effets secondaires dont la sensation d'engourdissement pénien possible chez le partenaire, l'extrême prudence dans la pratique du cunnilingus, une dermatose allergique de contact, et surtout en cas d'utilisation excessive un surdosage en anesthésiques locaux [39

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Conclusion

L'utilisation de médicaments est fréquente et souvent indispensable dans le cadre de la stratégie thérapeutique des SDPC.

Chaque médicament pouvant ou non aider le patient en diminuant les symptômes.

Il convient donc de les tester en prévenant préalablement le patient de la nécessité d'évaluer régulièrement le rapport bénéfice–risque. Ce fait impose que le praticien responsable des prescriptions (médecin généraliste et médecin algologue) intervienne dans le cadre d'une certaine proximité. Le moins que l'on puisse dire est que la disponibilité des unités douleurs est actuellement, en France, insuffisante pour cela.

L'existence de SDPC rebelles à l'ensemble de la thérapeutique proposée actuellement donne toute son importance à la relation médecin–malade. Le médicament peut alors jouer un rôle de média qu'il convient de ne pas sous-estimer.

La nouvelle classe thérapeutique des antihyperalgésiants qui comprend outre les gabapentinoïdes, le protoxyde d'azote, la kétamine et les anti-NMDA, ouvre la voie à une nouvelle définition des objectifs que devraient avoir les traitements des SDPC : lutter contre l'hyperalgésie et donc contre l'hypersensibilisation. Ces objectifs plus en phase avec notre compréhension actuelle de la physiopathologie des SDPC pourraient permettre l'établissement de protocoles médicamenteux peut être plus adaptés.

L'absolue nécessité de ne pas abandonner le patient à son triste sort génère parfois des tentatives de traitement pouvant mettre le patient et le traitant dans des situations difficiles (morphine, prise de poids importante, incompatibilité à la conduite...).

Une réalité d'équipe soignante transdisciplinaire, une bonne communication interprofessionnelle, une certaine clarté dans la relation avec le patient sont les garants d'une définition d'objectifs thérapeutiques certes moins importants mais beaucoup plus réalistes et utiles qui permettent de valoriser au mieux les acquis parfois insuffisants que procurent le traitement médicamenteux des SDPC.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

   

 

 
 
 

Références

 

Labat J.J., Riant T., Robert R., et al. Critères diagnostiques d'une névralgie pudendale (critères de Nantes) Pelvi-perineologie 2007 ;  2 : 65-70 [cross-ref]
 
Labat J.J., Riant T., Robert R., et al. Diagnostic criteria for pudendal neuralgia by pudendal nerve entrapment (Nantes criteria) Neurourol Urodyn 2008 ;  27 : 306-310 [cross-ref]
 
Labat J.J., Robert R. Algies pelvi-périnéales chroniques : une approche globale  Nantes: XXVIII congres de la SIFUD (2005). 
 
Robert R., Labat J.J., Bensignor M., Glemain P., Deschamps C., Raoul S., et al. Decompression and transposition of the pudendal nerve in pudendal neuralgia: a randomized controlled trial and long-term evaluation Eur Urol 2005 ;  47 : 403-408 [cross-ref]
 
Khalfallah M., Labat J.J., Robert R., Riant T., Guérineau M., Richardson R., et al. Chirurgie de la névralgie pudendale par voie transglutéale Pelvi-perineologie 2007 ;  2 : 86-91 [cross-ref]
 
Rigaud J., Labat J.J., Riant T., Guerineau M., Bouchot O., Robert R. Névralgies obturatrices : prise en charge et résultats préliminaires de la neurolyse laparoscopique Prog Urol 2009 ;  19 : 420-426 [inter-ref]
 
Labat J.J., Guérineau M., Bensignor M., et Robert R. Composantes pariétales et musculosquelettiques des algies pelvi-périnéales Pelvi-périnéologie Paris: Springer (2005).  367-378
 
Berger R.E., Ciol M.A., Rothman I., Turner J.A. Pelvic tenderness is not limited to the prostate in chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome (CPPS) type IIIA and IIIB: comparison of men with and without CP/CPPS BMC Urol 2007 ;  7 : 17 [cross-ref]
 
Guerineau M., Labat J.J., Robert R., et al. Aspect myofascial des algies pelvi-périnéales : traitement kinésithérapique Kinesither Sci 2006 ;  463 : 25-37
 
Kim S.W., Paick J.S., Ku J.H. Percutaneous posterior tibial nerve stimulation in patients with chronic pelvic pain: a preliminary study Urol Int 2007 ;  78 : 58-62 [cross-ref]
 
van Balken M.R., Vandoninck V., Messelink B.J., et al. Percutaneous tibial nerve stimulation as neuromodulative treatment of chronic pelvic pain Eur Urol 2003 ;  43 : 158-163 [cross-ref]
 
Riant T., Labat J.J., Roger R., et Guerineau M. Blocs anesthésiques pudendaux dans le cadre de la névralgie pudendale par entrapment : indications, techniques, interprétation Pelvi-perineologie 2007 ;  2 : 78-85 [cross-ref]
 
Lefaucheur J.P., Labat J.J., Amarenco G., et al. What is the place of electroneuromyographic studies in the diagnosis and management of pudendal neuralgia related to entrapment syndrome? Neurophysiol Clin 2007 ;  37 : 223-228 [inter-ref]
 
Thome J., Egeler C. Abdominal cutaneous nerve entrapment syndrome (ACNES) in a patient with a pain syndrome previously assumed to be of psychiatric origin World J Biol Psychiatry 2006 ;  7 : 116-118 [cross-ref]
 
Nickel J.C., Baranowski A.P., Pontari M., et al. Management of men diagnosed with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome who have failed traditional management Rev Urol 2007 ;  9 : 63-72
 
Dworkin R.H., O'Connor A.B., Backonja M., et al. Pharmacologic management of neuropathic pain: evidence-based recommendations Pain 2007 ;  132 : 237-251 [cross-ref]
 
Duhmke RM, Cornblath DD, Hollingshead JR. Tramadol for neuropathic pain. Cochrane Database Syst Rev 2004;CD003726.
 
Llinares-Tello F, Escrivá-Moscardó S, Martínez-Pastor F, Martínez-Mascaraque P. Possible serotoninergic syndrome associated with coadministration of paroxetine and tramadol. P Med Clin (Barc) 2007;128:438.
 
Gillman P.K. Monoamine oxidase inhibitors, opioid analgesics and serotonin toxicity Br J Anaesth 2005 ;  95 : 434-441 [cross-ref]
 
Furlan A.D., Sandoval J.A., Mailis-Gagnon A., Tunks E. Opioids for chronic noncancer pain: a meta-analysis of effectiveness and side effects CMAJ 2006 ;  23 : 174
 
Eisenberg E., McNicol E.D., Carr D.B. Efficacy and safety of opioid agonists in the treatment of neuropathic pain of non malignant origin: systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials JAMA 2005 ;  293 : 3043-3045 [cross-ref]
 
Moroni C., Laurent B. Influence de la douleur sur la cognition Psychol Neuropsychiatr Vieil 2006 ;  4 : 21-30
 
Simonnet G. Complexité et logique physiologiques du mode d'action des substances opioïdes Rev Med Suisse 2005 ;  25 : 1682-1685
 
Watson C.P., Moulin D., Watt-Watson J., Gordon A., Eisenhoffer J. Controlled-release oxycodone relieves neuropathic pain: a randomized controlled trial in painful diabetic neuropathy Pain 2003 ;  105 : 71-78 [cross-ref]
 
Gimbel J.S., Richards P., Portenoy R.K. Controlled-release oxycodone for pain in diabetic neuropathy: a randomized controlled trial Neurology 2003 ;  60 : 927-934
 
Fall M., Baranowski A.P., Fowler C.J., Lepinard V., Malone-Lee J.G., Messelink E.J., et al. European Association of Urology (EAU) guidelines on chronic pelvic pain Eur Urol 2004 ;  46 : 681-689 [cross-ref]
 
Paoli F., Darcourt G., Gossa P. Notes préliminaires sur l'action de l'imipramine dans les états douloureux Rev Neurol (Paris) 1960 ;  102 : 503-504
 
McQuay H.J., Tramèr M., Nye B.A., Carroll D., Wiffen P.J., Moore R.A. A systematic review of antidepressants in neuropathic pain Pain 1996 ;  68 : 217-227 [cross-ref]
 
Monks R. Psychotropics drugs. Textbook of pain, 3rd ed. In: Wall P, Melzack R, editors. Churchill Livingston Edition; 1994. p. 963–91 (chap. 50).
 
Lussier D., Beaulieu P. Toward a rationnal taxonomy of analgesic drugs  Pharmacology of pain Seattle: IASP press (2010). p. 27–41.
 
McKay M.J. Dysesthetic (“essential”) vulvodynia. Treatment with amitriptyline Reprod Med 1993 ;  38 : 9-13
 
Reed B.D., Caron A.M., Gorenflo D.W., Haefner H.K. Treatment of vulvodynia with tricyclic antidepressants: efficacy and associated factors J Low Genit Tract Dis 2006 ;  10 : 245-251 [cross-ref]
 
Munday P.E. Response to treatment in dysaesthetic vulvodynia J Obstet Gynaecol 2001 ;  6 : 610-613 [cross-ref]
 
Wantuch W., Piesla M., Leventhal L. Pharmacological validation of a model of cystitis pain in the mouse Neurosci Lett 2007 ;  29 : 250-252
 
Bergouignan M. Cures heureuses de névralgies faciales essentielles par le diphenylhydantoinate de soude Rev Laryngol Otol Rhinol (Bord) 1942 ;  63 : 34-41
 
Maizels M., McCarberg B. Antidepressants and antiepileptic drugs for chronic non-cancer pain Am Fam Physician 2005 ;  71 : 483-490
 
Haefner H.K., Collins M.E., Davis G.D., et al. The vulvodynia guideline J Low Genit Tract Dis 2005 ;  9 : 40-51 [cross-ref]
 
Zolnoun D.A., Hartmann K.E., Steege J.F. Overnight 5 % lidocaïne ointment for treatment of vulvar destibulitis Obstet Gynecol 2003 ;  102 : 84-87 [cross-ref]
 
Yamashita S., Sato S., Kakiuchi Y., Miyabe M., Yamaguchi H. Lidocaine toxicity during frequent viscous lidocaine use for painful tongue ulcer J Pain Symptom Manage 2002 ;  24 : 543-545 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.