Traitement endoscopique du reflux vésico-urétéral résiduel après réimplantation chez l'enfant : à propos de 12 observations.

16 juillet 2001

Mots clés : malformation de la voie urinaire supérieure, Reflux vésico-urétéral, opération anti-reflux, Échec, chirurgie endoscopique
Auteurs : Gaschignard N, Plattner V, Boullanger P, Heloury Y
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 618-621
BUTS : Evaluer la tolérance et l'efficacité du traitement endoscopique du reflux vésico-urétéral de l'enfant persistant après réimplantation chirurgicale.
MATERIEL ET METHODES : 12 enfants âgés de 17 à 103 mois ont été traités par injection endoscopique après échec de réimplantation urétéro-vésicale type Cohen. Il existait une uropathie associée chez 4 enfants. Le reflux était dans tous les cas unilatéral. L'intervention était réalisée en hôpital de jour. Tous les enfants étaient contrôlés à 3 mois.
RESULTATS : Aucune complication précoce n'est apparue. La cystographie de contrôle était normale chez 10 enfants. Il persistait un reflux de même stade chez 2 enfants nécessitant une seconde réimplantation urétéro-vésicale. Une sténose du méat est apparue 2 ans après l'injection. Le recul moyen était de 24,7 mois. Le taux de succès de la technique était de 75% dans cette série.
CONCLUSION : Cette technique est fiable, simple pouvant être réalisée en hôpital de jour. Les bons résultats ne doivent pas faire oublier les risques de récidives à distance imposant une surveillance prolongée.