Traitement de l'incontinence urinaire féminine d'effort avec cystocèle par promontofixation utérine au Gore Tex® et intervention de Burch

20 novembre 2001

Mots clés : Incontinence, cystocèle, Promontofixation, colposuspension
Auteurs : DRANCOURT E, YOUINOU Y, BRANDT B, HERARD A, LARDENNOIS B
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 211-218
Objectif:Nous traitons l'incontinence urinaire féminine d'effort (IUE) avec cystocèle associée ou non à un prolapsus génital par une promontofixation utérine et une colpo-suspension antérieure selon le procédé de Burch. Nous évaluons les résultats d'une série continue de 77 patientes. Une enquête téléphonique a été réalisée avec un recul moyen de 40,6 mois (intervalle de 15 à 74 mois). Matériel et méthodes:de Janvier 1991 à Décembre 1995, 77 patientes (moyenne d'âge de 56,7 ans) ont eu une promontofixation utérine au Gore-Tex® et une colposuspension de Burch pour IUE. Nous avons associé dans 53 cas sévères une myorraphie des releveurs de l'anus. Les fuites étaient marquées dans tous les cas, associées dans 93% des cas à une cystocèle de stade supérieur ou égal à 2. Le bilan urodynamique retrouvait dans 17,3% une instabilité vésicale (IV) et dans 11,9% des cas une insuffisance sphinctérienne (IS) inférieur ou égal à 35 cms-H2O. Les principales complications ont été : 4 hémorragies nécessitant un culot de transfusion, 2 abcès de paroi, un hématome de paroi, une occlusion du grêle au 4ème mois traitée chirurgicalement. Résultats : 6 patientes sont perdues de vue (bons résultats précoces) et 2 dossiers ne sont pas exploitables avec assez de recul (patientes décédées d'autres maladies). Les bons résultats sont définis par au moins deux de ces critères : une patiente satisfaite, une absence de fuite et pas de port de garniture. Nous obtenons 59 succès (85,5%) et 10 échecs (14,5%). Les résultats sont stables dans le temps avec 88,8% de succès avec plus de 60 mois de recul (20 patientes). 9 échecs sur 10 sont apparus la première année. Ils ont été mis en évidence par enquête, alors que le suivi post-opératoire à un mois avait été satisfaisant. Ils n'avaient donc pas été suivis de propositions thérapeutiques particulières. Les deux facteurs principaux d'échecs sont l'IV et l'IS sévère. On retrouve 3 fois plus d'échec quand les pressions de clôture préopératoires étaient inférieures à 30 cm d'eau. Conclusion:la promontofixation utérine associée à l'opération de Burch est une solution fiable pour la cure de l'IUE avec cystocèle notable. Elle assure de bons résultats initiaux qui se maintiennent au-delà d'un an.