Traitement de l'impuissance au moyen de pompes à dépression.

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, traitement des dysérections, pompe à dépression
Auteurs : Tuchschmid Y, Schmidlin F, Graber P
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 1009-1016
Dans l'arsenal thérapeutique de l'impuissance, les érecteurs à dépression ne constituent pas une nouveauté. Pourtant, il y a moins de 10 ans que les urologues s'y intéressent, alors qu'ils sont en vente aux Etats-Unis depuis 1974. Nous décrivons les résultats d'une série de 32 patients âgés en moyenne de 54 ans et traités par une pompe Erecaid Osbon(r). 84% d'entre eux souffrent d'une impuissance organique. Le taux de succès est de 66 % avec un suivi moyen de 6,6 mois. Aucun effet secondaire sérieux n'est à déplorer. Toutefois, des problèmes mineurs sont signalés par 75% des utilisateurs: blocage de l'éjaculation, douleurs, pénis froid ou pivotant. Il s'agit d'un traitement sûr et efficace, à condition que les patients soient sélectionnés. En effet, il faut se méfier des impuissances partielles et psychogènes pour lesquelles les taux de succès sont moindres: échecs en cas d'impuissances organiques: 30%, psychogènes: 40%, totales: 26%, partielles: 56%. Les meilleurs résultats sont obtenus pour des patients souffrant d'une impuissance organique, dont les couples sont stables et les partenaires associées au choix thérapeutique.