Traitement de l’hémorragie per-opératoire par coagulation endoscopique du tunnel parenchymateux au cours de la NLPC

25 novembre 2019

Auteurs : M. Lezrek, H. Tazi, R. Zaini, O. El yazami, A. Slimani, A. Daoudi, M. Baghouli, A. Benkirane, E. Lokmane, M. Alami, A. Ammani
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 777-778
Objectif

L’hémorragie est la complication la plus redoutée de la chirurgie rénale percutanée. Nous présentons une vidéo de notre expérience de la prise en charge de l’hémorragie du parenchyme rénal per-opératoire, par une cautérisation endoscopique percutanée du tunnel parenchymateux. Une électrode endoscopique n’est pas disponible. Ainsi, Une sonde urétérale 8-Ch, avec son mandrin métallique, est utilisée.

Méthodes

Une patiente âgée de 40 ans présentant une obstruction de la jonction pyélo-urétérale droite, est programmée pour une endopyéloplastie percutanée. Sous anesthésie générale, elle est placée dans la position latérale modifiée. Après, ponction calicielle, une dilatation « one-shot » est réalisée avec insertion d’une gaine d’Amplatz 24-Ch à l’exploration. La vision n’est pas optimale, secondaire à un saignement actif du parenchyme. Une coagulation du saignement est décidée, afin d’avoir une vision claire durant l’intervention. Une sonde urétérale 8-Ch, avec son mandrin métallique est utilisée comme électrode, à travers le néphoscope. Sous une irrigation de glycine, avec un courant de coagulation, les saignements du parenchyme sont cautérisés.

Résultats

La cautérisation électrique du tunnel parenchymateux percutané était possible en quelques minutes. L’électrode doit seulement effleurer le parenchyme. C’est un courant monopolaire, et si on exerce une pression, l’électrode risque de couper le parenchyme et provoquer plus de saignement. La vue endoscopique s’est améliorée et est devenue claire, ce qui a permis de poursuivre l’intervention et de réaliser l’endopyéloplastie. Le contrôle du tunnel parenchymateux, à la fin de l’intervention, a montré une hémostase parfaite. Cette cautérisation endoscopique a été utilisée avec succès chez 5 patients : 2-cas au début de l’intervention, pour avoir une vision claire ; et 3-cas, en fin d’intervention. Des alternatives pouvant être utilisées à la place d’une électrode endoscopique : un cathéter urétéral avec son stylet mandarin, un panier à bout rond. Un guide hydrophile dénudé…

Conclusion

La cautérisation électrique du tunnel parenchymateux percutané a été couronnée de succès, en utilisant un cathéter urétéral avec son stylet métallique. Cela a permis de poursuivre l’intervention. Est-ce que c’est efficace sur les saignements abondants ? Quel est l’effet de la coagulation sur le parenchyme ? Est-ce qu’on peut avoir une électrode bipolaire ? Plus d’expérience et d’études sont nécessaires.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.