Traitement cystoscopique d’une coudure urétérale après hystérectomie par cœlioscopie

25 juin 2020

Auteurs : P.-A. Mal, B. Giovansili, E. Vincens, A. Kane, E. Bailly
Référence : Prog Urol, 2020, 7, 30, 411-412




 



Le taux de complications urologiques lors d'une hystérectomie varie entre 0,2 et 10 % [1, 2, 3]. Les dommages peuvent être secondaires à une section directe, une ligature accidentelle ou une dévascularisation/nécrose. Les complications vésicales sont plus fréquentes et de diagnostic plus précoce que les complications urétérales (localisées le plus souvent à la hauteur du croisement avec l'artère utérine) [4, 1]. Nous rapportons le cas d'une patiente de 54 ans, sans antécédent médico chirurgical, prise en charge pour une lésion endométriale de 39mm correspondant à un adénocarcinome endométrioïde de grade 1, classée stade FIGO IA. L'intervention (hystérectomie et prélèvement ganglionnaire pelvien) a été réalisée par cÅ“lioscopie, avec exposition des culs de sac vaginaux à l'aide d'un manipulateur de type Mangeshikar (Karl Storz®) muni d'une valve cylindrique en céramique, sans utiliser de canulation utérine. Le premier temps consistait en un prélèvement bilatéral des ganglions sentinelles pelviens après injection cervicale de 2mL de vert d'indocyanine et une détection de type fluorescence. Le deuxième temps d'hystérectomie totale avec annexectomie bilatérale a été réalisé sans difficulté (pièces opératoires extraites par voie vaginale). La colporraphie a été réalisée par 3 points intra corporels en X de Vicryl® no 1. Les pertes sanguines étaient négligeables et la durée opératoire était de 2heures. La patiente est retournée à domicile à J1 avec un examen clinique normal. Les suites opératoires ont été marquées par l'apparition à J4 d'un fébricule à 38°C accompagné de douleurs lombaires gauches. Le bilan sanguin montrait un syndrome inflammatoire (CRP à 120mg/L) et une insuffisance rénale aiguë (créatininémie à 110μmol/L). La bactériologie urinaire objectivait la présence de 2 germes : E. Coli et K. Pneumoniae . L'échographie rénale mettait en évidence une dilatation des cavités pyélocalicielles gauches à 17mm sans uropéritoine décelable. Le diagnostic de pyélonéphrite obstructive gauche étant retenu, un drainage des urines a été réalisé en urgence par mise en place d'une sonde urétérale double J gauche, associé à une antibiothérapie adaptée. La cystoscopie a mis en évidence un point de suture vaginal de l'angle gauche transfixiant la vessie au-dessus du méat urétéral gauche. L'urétéro-pyélographie rétrograde (UPR) montrait un trajet du bas uretère coudé, sans extravasation du produit de contraste, et la montée de sonde JJ a été réalisée sans difficulté. Au décours, la patiente n'était plus algique, elle était apyrétique, et le bilan biologique s'est normalisé. Concernant le point transfixiant, nous hésitions entre une expectative compte tenu du caractère résorbable du fil et de l'efficacité de la sonde urétérale, ou une reprise chirurgicale pour section du fil en choisissant la voie d'abord la moins à risque. La résorption du Vicryl® no 1 étant lente, la suture serrée cravatant le bas uretère avec un risque de séquelles, il a été décidé de sectionner le fil par voie cystoscopique. Sous anesthésie générale, à l'aide d'un cystoscope rigide et mise en place conjointe transurétrale de ciseaux de cÅ“lioscopie de 3mm de diamètre, le fil transvésical pu être sectionné (Annexe 1). Les suites ont été simples : La sonde JJ urétérale a été retirée à J30, la cystoscopie et l'échographie vésico rénale de contrôle étaient normales.


Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.



Annexe 1. Matériel complémentaire


(8.86 Mo)
 Vidéo 1 
Vidéo 1. 

Section d'un fil transfixiant par urétro-cystoscopie.



Références



Ibeanu O.A., Chesson R.R., Echols K.T., Nieves M., Busangu F., Nolan T.E. Urinary tract injury during hysterectomy based on universal cystoscopy Obstet Gynecol 2009 ;  113 (1) : 6-10 [cross-ref]
Kiran A., Hilton P., Cromwell D.A. The risk of ureteric injury associated with hysterectomy: a 10-year retrospective cohort study BJOG Int J Obstet Gynaecol 2016 ;  123 (7) : 1184-1191 [cross-ref]
Cadish L.A., Ridgeway B.M., Shepherd J.P. Cystoscopy at the time of benign hysterectomy: a decision analysis Am J Obstet Gynecol 2019 ;  220 (4) : 369[e1-369.e7].
Adelman M.R., Bardsley T.R., Sharp H.T. Urinary tract injuries in laparoscopic hysterectomy: a systematic review J Minim Invasive Gynecol 2014 ;  21 (4) : 558-566 [cross-ref]






© 2020 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.