Traitement chirurgical du prolapsus par promontofixation cœlioscopique. Techniques et résultats

25 décembre 2009

Auteurs : L. Wagner, L. Boileau, V. Delmas, F. Haab, P. Costa
Référence : Prog Urol, 2009, 13, 19, 994-1005

La promontofixation laparoscopique s’est imposée comme le traitement de choix du prolapsus de la femme jeune. Cette technique associe les avantages de la voie abdominale avec une technique mini-invasive. La technique est celle de toute laparoscopie sur le pelvis en ce qui concerne l’installation et les différents temps sont ceux de la voie ouverte, facilitée par le pneumopéritoine et la pneumo-dissection et par la vision endoscopique. Les prothèses de polypropylène sont placées dans les espaces recto- et vésicovaginaux et fixées au promontoire. Une péritonisation soigneuse est faite. Les résultats montrent un taux de succès de plus de 90 %. Les récidives sont principalement des cystocèles. Les expositions de prothèses sont rapportées en moyenne de 3,4 % (2,7 à 9 %). La prothèse postérieure est discutée : elle ne doit pas être systématique en l’absence de rectocèle et s’il n’y a pas de colposuspension associée. La fixation des prothèses se fait en avant sur le vagin juste au-dessus du trigone et sur l’isthme utérin, en arrière sur les muscles élévateurs sans trop comprimer le rectum et le centre tendineux et ce, uniquement par voie haute. La fixation se fait par des fils non-résorbables. Parmi toutes les différentes prothèses utilisées la préférence va vers les matériaux de type I de la classification d’Amid. Les études comparatives avec la promontofixation par voie ouverte ou la voie vaginale montrent que la cœlioscopie donne un temps opératoire plus long mais une hospitalisation plus courte avec un résultat anatomique aussi si ce n’est plus satisfaisant. Les complications spécifiques sont les plaies vésicales, rectales, vasculaires au promontoire. En postopératoires, les érosions vaginales qui peuvent survenir tardivement, les spondylodiscites, les troubles colorectaux le plus souvent transitoires. Le taux moyen de troubles sexuels serait de 7,8 % (0 à 47 %). La promontofixation peut être assistée par robot mais les résultats préliminaires ne sont pas différents de ceux de la promontofixation par laparotomie ou cœlioscopie avec un coût supérieur.

   
 
 

 

 

Introduction

La promontofixation laparoscopique s'est imposée en quelques années comme le traitement de choix du prolapsus de la femme jeune. Les premières descriptions de promontofixation cœlioscopique datent de 1994 [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La technique laparoscopique reproduit les même temps opératoires que ceux réalisées par laparotomie avec une moindre morbidité pariétale. Elle offre une meilleure vision grâce au grossissement optique et un net avantage pour la dissection des espaces sous-péritonéaux grâce au pneumopéritoine. Cela facilite grandement la mise en place des prothèses notamment postérieure, inter-rectovaginale.

Cette technique associe en théorie les avantages de la voie abdominale (réparation durable), de la réparation vaginale (morbidité réduite) et bénéficie depuis peu du développement de la chirurgie assistée par un robot.

Les résultats rapportés dans la plupart des séries manquent cependant de recul et ne permettent pas une évaluation précise de la stabilité de la réparation dans le temps et de la tolérance à plus long terme du matériel prothétique implanté.

 

Technique de double promontofixation avec conservation utérine

 

Nous décrirons la technique que nous préconisons

 
Installation

La patiente est en décubitus dorsal et en position gynécologique, installation en double équipe, jambes légèrement fléchies. Elle est installée les fesses au ras de la table afin de faciliter la mobilisation utérine lors de l'intervention d'une valve vaginale. Les deux bras sont installés le long du corps, la patiente est sondée stérilement, la colonne vidéo est positionnée entre les jambes. Des matelas en gel siliconé sont placés au niveau des points de pression (coudes, genoux) ; ils ont un rôle protecteur, mais ils empêchent aussi la mobilisation de la patiente malgré le Trendelenburg. Un Trendelenburg marqué (30°) est effectué dès que la patiente est endormie ; durant le temps de l'installation (badigeonnage, pose des champs) le grêle réintègre la cavité abdominale et libère ainsi la poche recto-utérine (cul-de-sac de Douglas).

 
Intervention

Incision péri-ombilicale et réalisation d'une open cœlioscopie pour mise en place du premier trocart de 10mm de diamètre sous contrôle de la vue. Vérification des paramètres de sécurité, puis insufflation progressive. La pression maximale intra-abdominale est de 12mmHg. Fixation du trocart de 10mm de diamètre ombilical pour l'optique 0°, puis mise en place de trois trocarts supplémentaires : deux trocarts de 5mm au-dessus et en dedans des épines iliaques antérosupérieures, à environ deux travers de doigt de celles-ci et un trocart de 10mm à mi-distance entre l'ombilic et la symphyse pubienne.

 
Exposition et dissection du promontoire

Fixation percutanée de l'utérus et parfois de la boucle sigmoïdienne avec une aiguille droite. L'intestin grêle est refoulé si nécessaire par un brassage du grêle et/ou une libération du bas fond cæcal. On obtient ainsi une exposition parfaite du pelvis autorisant le début de l'intervention en toute sécurité. On peut débuter l'incision péritonéale sur le promontoire, l'aide tend le péritoine pariétal comme une tente et après incision la pneumo-dissection se fait seule. Il faut réaliser une hémostase soigneuse à la bipolaire du tissu cellulograisseux, prendre ensuite contact avec le promontoire et le préparer. On réalise ensuite une incision de la racine droite du mésorectum en direction du ligament utérosacré droit en libérant bien le mésorectum, geste qui servira à la péritonisation en fin d'intervention.

 
Dissection postérieure de la cloison rectovaginale

Une incision arciforme de la poche recto-utérine, dite cul-de-sac de Douglas, en partant du ligament utérosacré droit vers le ligament utérosacré gauche, l'aide réclinant en haut et en avant le vagin (à l'aide d'une valve placée dans le vagin) et en bas et en arrière le rectum à l'aide d'une pince atraumatique. Cette manœuvre sera facilitée par l'introduction à ce moment de la valve malléable intravaginale repliée à 90° faisant ascensionner le cul-de-sac vaginal postérieur de manière à exposer ainsi au mieux l'espace inter-rectovaginal. La dissection s'effectue dans cet espace avasculaire en restant le plus au contact possible du vagin et en restant médian. Au niveau de la partie la plus basse de la dissection, il faut alors libérer latéralement à droite comme à gauche le rectum vers le périnée et l'angle anorectal sans faire de coagulation et ainsi découvrir les muscles élévateurs de l'anus qui seront libérés progressivement des attaches du rectum.

 
Pose de la prothèse postérieure

Cette prothèse est prédécoupée, arciforme vers le bas (épousant la convexité du rectum) et ne sera pas fixée sur le vagin qui à ce niveau est relativement fin et fragile afin d'éviter une érosion secondaire. Les deux jambages de la prothèse seront fixés sur les muscles élévateurs par des points séparés de fils non-résorbables 2/0. Cette fixation sera réalisée le plus haut possible, horizontalement par rapport au canal anal, et non pas sur la partie charnue du muscle élévateur, pour éviter de réaliser un « cravatage » du rectum qui pourrait entraîner des troubles de l'exonération.

Le sommet de la partie large de la bandelette postérieure sera solidarisé aux ligaments utérosacrés par deux points séparés de fil non-résorbable On réalise ensuite une péritonisation postérieure de la poche recto-utérine (cul-de-sac de Douglas) afin, dans un même geste, de fermer ce décollement postérieur et de rapprocher les ligaments utérosacrés.

 
Le temps antérieur : dissection de l'espace vésicovaginal

Avant de libérer l'attache utérine percutanée, création d'une fenêtre droite et parfois gauche dans le ligament large (partie avasculaire) qui servira de passage aux jambages de la prothèse antérieure. L'aide tire l'utérus dans l'axe médian vers le bas et vers l'arrière afin de tendre la paroi antérieure du vagin ; la valve vaginale permet d'étaler la paroi antérieure du vagin et de faciliter la dissection du plan inter-vésicovaginal. L'opérateur tracte le péritoine recouvrant la vessie vers le haut de manière à ouvrir l'espace vésicovaginal. Ce temps peut être délicat chez les patientes ayant des antécédents de césarienne ou d'hystérectomie. Le décollement sera poursuivi vers le bas jusqu'au niveau du ballonnet de la sonde vésicale. À ce niveau, qui correspond au trigone, la dissection est souvent difficile, marquée par des adhérences devant conduire à l'arrêt de la dissection, car au-delà on risque de provoquer une irritabilité trigonale, génératrice d'hyperactivité vésicale.

 
Pose de la prothèse antérieure

La prothèse antérieure va être solidarisée à la face antérieure du vagin par cinq points séparés. Pour les deux points supérieurs, il faut veiller à bien se fixer sur l'isthme utérin afin d'éviter un mauvais amarrage utérin, l'utérus pouvant alors jouer un rôle de piston entre la bandelette antérieure et postérieure et être ainsi responsable d'une hystéroptose isolée secondaire. Les jambages sont ensuite passés dans les fenêtres créées dans les ligaments larges.

 
Fixation des prothèses au promontoire : la promontofixation

Le point sur le ligament vertébral antérieur au niveau du promontoire est passé à l'aide d'une aiguillée de fil non-résorbable triangulaire et fixation avec une légère traction de la bandelette postérieure, puis de la bandelette antérieure.

 
Péritonisation

Il est important de recouvrir parfaitement les prothèses afin d'éviter toute adhérence intestinale qui pourrait être source d'une occlusion.

À la lumière de la littérature, il faut noter qu'il existe de nombreuses variantes de site et de types de fixation de la prothèse (Tableau 1).

 

Résultats des principales séries de promontofixation cœlioscopique

Une revue de la littérature récente analyse les résultats des 11 plus grandes séries publiées entre 1991 et 2008 sur des cohortes de plus de 40 patientes [2

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Sur l'ensemble des patientes opérées, le suivi moyen est de 24,6 mois (11,4–66 mois), ce qui est court pour analyser le taux de récidives. Le taux de satisfaction globale des patientes évalué à l'aide de questionnaires de qualité de vie est de l'ordre de 94,4 %. Le taux de bons résultats anatomiques définis par l'examen clinique est de l'ordre de 92 %. L'analyse des résultats est délicate en raison, d'une part, d'une grande hétérogénéité dans la définition de la satisfaction des patientes car les questionnaires utilisés sont le plus souvent non validés. D'autre part, la différence entre les résultats anatomiques et fonctionnels parfois importante dans certaines séries souligne la nécessité d'une standardisation. Ainsi, dans l'étude de Higgs et al. [3

Cliquez ici pour aller à la section Références], sur une série de 140 patientes et avec un recul moyen de 66 mois, le taux de satisfaction des patientes est de 79 % alors qu'à l'examen clinique on retrouve 92 % de bons résultats. Sur les 1197 patientes de la méta-analyse, les 119 récidives se répartissent en 50 cystocèles, 18 hystéroptose (ou prolapsus du dôme vaginal) et 51 rectocèles. Parmi les séries rapportant le taux de réintervention, 45 patientes ont été réopérées parmi 727 (6,2 %). Il s'agissait de neuf cures de cystocèle, dix rectocèles et trois prolapsus apical. Le type des 23 autres réinterventions n'était pas détaillé. Le taux d'exposition prothétique rapporté est de 2,7 % (29/1093). Parmi les autre complications postopératoires, il faut signaler des troubles sexuels chez 7,8 % (68/876), des troubles mictionnels chez 18,2 % (188/1008) se répartissant en 107 incontinence urinaire d'effort, 39 hyperactivité vésicale et 20 rétentions et enfin des troubles digestifs (constipation surtout mais aussi douleur anale, dyschésie et incontinence anale de novo) chez 9,8 % patientes (90/920).

Cette revue de la littérature (Tableau 2), bien que basée sur des séries uniquement rétrospectives, permet de tirer certaines conclusions. La promontofixation cœlioscopique est une intervention qui présente comme en laparotomie, un taux de récidives et de réintervention relativement peu important [2

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le taux le plus élevé est cependant retrouvé dans les études ayant le plus de recul ce qui laisse penser que le taux d'échecs à plus long terme sera globalement un peu plus élevé. Higgs et al. [3

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent les résultats d'une série de 140 patientes opérées avec un recul moyen de 66 mois et Ross et Preston [4

Cliquez ici pour aller à la section Références] ceux d'une série de 51 patientes avec un recul de 60 mois. Les taux de bons résultats anatomiques rapportés dans les deux séries sont respectivement de 92 % et 93 % et les taux d'exposition prothétique de 8,7 % et 9 % [3

Cliquez ici pour aller à la section Références, 4

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La définition de la récidive n'est pas non plus standardisée. Le plus souvent il s'agit d'une extériorisation du prolapsus à la vulve, de l'apparition ou de la récidive de nouveaux symptômes liés au prolapsus.

En synthèse, on peut dire que la plupart des auteurs utilisent des prothèses de polypropylène ou de polyester et que les fixations de ces prothèses se font le plus souvent par fils non-résorbables. La très grande majorité des auteurs utilisent deux prothèses antérieures et postérieures. Le positionnement de la prothèse antérieure est assez consensuel. Il s'agit d'une fixation sur la paroi vaginale antérieure et sur l'isthme utérin. La prothèse postérieure est le plus souvent fixée aux muscles élévateurs de l'anus en bas et sur les ligaments utérosacrés en haut. Ce type de fixation assurant un cloisonnement complet de la paroi vaginale postérieure. Certains auteurs proposent une fixation sur l'isthme ou la paroi vaginale postérieure.

 

La prothèse postérieure doit-elle être systématique ?

La plupart des séries rapportent les résultats de promontofixation cœlioscopique avec double prothèse, antérieure sous-vésicale et postérieure inter-rectovaginale même en l'absence de prolapsus de l'étage postérieur. Ce geste chirurgical préventif a été motivé par un taux relativement élevé de récidive postérieure (rectocèle ou entérocèle) dans les séries de promontofixation par laparotomie associée à une colposuspension de Burch [5

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La prévention du prolapsus postérieur était le plus souvent réalisée par voie vaginale (colpopérinéoraphie postérieure) [6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Gadonneix et al. [7

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent une série prospective de 46 patientes opérées d'un prolapsus avec ou sans incontinence urinaire d'effort (IUE). Les patientes n'avaient aucun antécédent chirurgical pelvien et étaient opérées de leur prolapsus par promontofixation cœlioscopique utilisant deux prothèses (antérieure et postérieure) et de l'IUE par colposuspension selon la technique de Burch ou par bandelette sous-uréthrale rétropubienne, type tension free vaginal tape (TVT). Les récidives étaient constituées principalement par les rectocèles (12 %) avec un taux plus élevé dans le groupe de patientes opérées par colposuspension selon Burch. La responsabilité d'une colposuspension dans la survenue secondaire de prolapsus postérieur a été démontrée dans plusieurs publications. Wiskind et al. [8

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent dans une série de 131 patientes opérées d'une colposuspension selon Burch, 23 % de rectocèle symptomatique opérés, et ce avec un recul moyen de cinq ans.

La voie d'abord cœlioscopique facilite la dissection de la cloison rectovaginale, grâce à la pneumo-dissection et à la qualité de la vision (grossissement optique) ce qui rend la mise en place d'une prothèse postérieure plus aisée qu'en laparotomie. Ainsi, la technique de référence pour la réalisation d'une promontofixation cœlioscopique est pour la majorité des auteurs une technique avec prothèses antérieure et postérieure systématique [2

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cependant, certaines publications ont remis en cause la mise en place systématique de la prothèse postérieure. Antiphon et al. [9

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont montré sur une série de 104 patientes que l'absence de prothèse postérieure n'était corrélée à une augmentation du risque de rectocèle qu'en cas de colposuspension selon Burch. Toutes les patientes opérées ont été revues en consultation (examen clinique) avec un recul moyen de 17 mois (1–68). Les résultats fonctionnels ont pu être obtenus avec un recul plus important (27,5 mois) chez 73 patientes qui ont répondu à un questionnaire d'évaluation des symptômes en rapport avec le prolapsus. Chez 33 des 103 patientes avait été mise en place une seule prothèse antérieure avec dans 21 cas une colposuspension selon Burch associée (Tableau 3, Tableau 4).

Avec un recul de 17 mois, il n'y a pas plus de récidive postérieure en cas de prothèse antérieure seule dans le groupe des patientes n'ayant pas de Burch. L'évaluation par questionnaire de qualité de vie met en revanche en évidence un taux de constipation (de novo ou aggravation) plus élevé en cas de prothèse postérieure. De plus, la mise en place de la bandelette postérieure sur les releveurs expose à des complications rectales (hématome, plaies, dénervation...). Enfin, le risque de plaie rectale, même s'il s'agit d'un événement rare, est potentiellement grave. Ce risque a été rapporté dans plusieurs grandes séries de promontofixation [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'expérience du service d'urologie du CHU de Nîmes a fait l'objet d'une thèse de doctorat en médecine (Florent Macia – septembre 2008) qui a repris de manière rétrospective les résultats de toutes les promontofixations cœlioscopique (n =128) opérées entre 2002 et 2007. Le taux de récidive, avec un recul moyen de 22,6 mois, est de 4,3 %. En constituant un sous-groupe de patientes opérées depuis plus de deux ans, le taux de récidive est de 9,3 % avec un recul moyen de 45,8 mois. Les patientes qui n'avaient pas de rectocèle symptomatiques n'ont pas eu pas de dissection de l'espace rectovaginal et donc pas de prévention d'une éventuelle rectocèle secondaire. Il n'était donc réalisé qu'une hystéro-vaginopexie avec le plus souvent une double fixation : antérieure sous-vésicale et postérieure sur l'isthme utérin. Il n'y avait pas de différence significative en termes de récidive entres les variantes techniques, y compris sur l'étage postérieur.

Il semble donc que le cloisonnement de l'espace rectovaginal ne doive pas être systématique en l'absence de colposuspension car la fréquence de survenue des prolapsus de l'étage postérieur ne semble pas majeure. La mise en balance du bénéfice-risque d'une telle stratégie préventive doit donc certainement être réfléchie. La patiente semble devoir être informée et éventuellement prendre part à la décision.

 

Les variantes de fixation des prothèses

Le positionnement et la fixation de la prothèse antérieure sous-vésicale a une fixation assez consensuelle. Elle se fait par des points non-résorbables, sur la paroi antérieure du vagin. Les points les plus distaux se situent à peu près au niveau du ballonnet de la sonde (juste au-dessus du trigone). La fixation latérale se fait a points séparés ou par surjet pour certains. L'amarrage supérieur de la prothèse doit se faire par des points solides prenant l'isthme utérin afin d'éviter l'effet piston et un prolapsus utérin isolé secondaire [2

Cliquez ici pour aller à la section Références, 9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La prothèse antérieure peut passer dans une fenêtre faite dans le ligament large droit [13

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou avoir deux jambages et passer de chaque côté à travers chaque ligament large [14

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il est recommandé de fixer la prothèse postérieure à l'aide de fils non-résorbables sur les muscles releveurs de part et d'autre du canal anal au niveau de sa partie la plus déclive et sur l'insertion utérine des ligaments utérosacrés dans sa partie haute [9

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le siège d'implantation de la prothèse postérieure est très important. Au début de l'expérience l'amarrage se faisait trop en « cravatant » le bas rectum ce qui entraînait d'importants troubles de la défécation (dyschésie). L'évolution s'est faite vers un amarrage de cette prothèse postérieure en avant, sur le centre tendineux du périnée, à la hauteur du cap anal. Le deuxième impératif est de limiter la dissection latérorectale (dissection des muscles élévateurs) car cette dissection peut être responsable d'une dénervation rectale.

Dans certaines publications, la prothèse postérieure est fixée à la face postérieure du vagin, après dissection de la cloison rectovaginale [3

Cliquez ici pour aller à la section Références, 4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les auteurs soulignent l'importance de faire des points de fixation ne traversant pas la paroi vaginale. Ceux-ci n'étant là que pour maintenir la prothèse dans la cloison rectovaginale. Le risque d'érosion étant à ce niveau extrêmement important, il paraît prudent de ne plus recommander ce type de fixation. Enfin, la mise en place de la prothèse postérieure sur les muscles élévateurs utilisant une voie combinée abdominale et vaginale est associée a un taux très élevé d'infection et d'érosion prothétique (40 %). Cette pratique doit donc être proscrite [17

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La fixation des prothèses sur le promontoire doit se faire par des points de fils non-résorbable. Certains auteurs ont proposé l'utilisation d'agrafage automatique (Tackers®) ou des systèmes d'ancrages intra-osseux [18

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Une étude anatomique a cependant montré que la fixation par fils était deux fois plus solide que la fixation par Tackers® [19

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Par ailleurs, la fixation des prothèses sur le ligament vertébral antérieur à l'aide de Tackers® augmenterait le risque de spondylodiscite en cas d'infection prothétique. Le système d'agrafage en effet pénètre plus profondément dans le ligament et peut même rentrer dans le disque intervertébral [20

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La fixation de la prothèse sur la paroi vaginale par agrafage automatique a également été décrite. Mais le risque d'érosion vaginale et d'exposition prothétique est important [21

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Existe-t-il des indications de la réparation paravaginale (para vaginal repair [RPV]) ?

L'objectif de cette réparation repose sur le concept anatomique de désinsertion de l'arc tendineux du fascia pelvien, dont la cystocèle latérale est la traduction clinique [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Certains auteurs lui attribuent un rôle dans la diminution des taux de récidive latérale notamment après traitement des cystocèles de grades élevés [23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Misrai et al. [24

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent les résultats de la cure de prolapsus par voie cœlioscopique sans réparation paravaginale chez 83 patientes. Le taux de récidive sous forme de cystocèle est relativement faible : 3,6 % à 14,3 mois et 5,3 % à 20 mois de recul moyen. Toutes les récidives étaient médianes et de grade 2. Aucune d'entre elle n'a été symptomatique ou associée à l'apparition de signes fonctionnels urinaires de novo. Ces résultats sont comparables à ceux rapportés par les séries réalisant une réparation paravaginale [22

Cliquez ici pour aller à la section Références, 25

Cliquez ici pour aller à la section Références, 26

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Paraiso et al. rapportent une série de promontofixation associée à une RPV dans plus de 50 % des cas. Avec un suivi de 15,7 mois, cinq patientes (9 %) présentaient une récidive anatomique, dans deux cas (3,5 %) sous la forme d'une cystocèle latérale [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Dans la série de Misrai et al., 47,4 % des patientes présentaient une cystocèle de grades 2 ou 3. C'est dans ce groupe qu'ont été isolées les trois récidives [24

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Botchorishvili et al. rapportent dans une série de 138 promontofixations cœlioscopique où 81 % des patientes présentaient une cystocèles de grade supérieur à 2, un taux élevé de récidives antérieures à long terme (recul moyen de 31 mois) : 20 % en considérant les cystocèles de grade supérieur à 1 et 8 % en ne considérant que les cystocèles de grade supérieur à 2. Soixante-quatre patientes avaient bénéficié d'une RPV [27

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Aucune précision n'était apportée sur la symptomatologie urinaire associée à ces récidives. La RPV ne semble pas apporter de bénéfice en termes de récidive anatomique à moyen ni à long terme (Tableau 5) et est associée à un risque de plaies vasculaires et urétérales peropératoire bien décrites dans la technique du Bruch dont elle dérive directement [28

Cliquez ici pour aller à la section Références, 29

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En outre, les conséquences physiologiques de la libération de la vessie sur sa face postérieure (lors de la dissection de l'espace inter-vésicovaginal) et sur ses faces antérieures et latérales (lors de l'abord de l'espace de Retzius) ne sont pas connues.

La RPV garde probablement une place dans la prise en charge des récidives de cystocèles latérales isolées symptomatiques mais ne doit certainement pas être associée de façon systématique à la promontofixation dans le cadre d'une chirurgie préventive des récidives. La voie d'abord prépéritonéal permet d'éviter tout contact avec les bandelettes mises en place antérieurement.

Les auteurs associant une RPV à la promontofixation ne rapportent pas de taux de récidives antérieures plus faibles.

Afin de justifier la réalisation de ce geste, le retentissement fonctionnel urinaire ou sexuel de ces récidives doit être analysé à long terme.

 

Les différents matériaux prothétiques utilisés pour la cure de prolapsus par promontofixation

L'utilisation d'une prothèse n'est pas discutable lors de la réalisation d'une promontofixation [30

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De nombreux matériaux, résorbables ou non, artificiels ou naturels, ont été testés.

Une prothèse doit classiquement répondre à certains critères de qualités : non physiquement modifiée par les fluides organiques, chimiquement inerte, ne pas induire de réaction inflammatoire ou d'anticorps, ne pas être carcinogène, ne pas induire d'allergie, résistant mécaniquement, pouvoir être fabriqué à la bonne taille et être stérilisé.

Trois critères ont récemment été rajoutés par Cosson et al. [31

Cliquez ici pour aller à la section Références] : résistance aux infections, préventions des adhérences aux viscères, meilleure réponse in vivo que les tissus autologues.

La résistance aux infections et l'intégration de la prothèse aux tissus est directement liée à la taille des pores. Les cellules inflammatoires (macrophages, fibroblastes) doivent pour cela pouvoir rentrer dans la prothèse.

Les différents matériaux sont ainsi classés en quatre types, en fonction de la taille de leurs pores selon la classification d'Amid. Le type I est le plus perméable, avec des pores de plus de 75μm, le type II est le moins perméable, avec des pores de 10μm. Le type III est intermédiaire et le type IV concerne les biomatériaux. Les types II et III sont plus vulnérables aux infections. En cas d'infection, on pourra laisser en place une prothèse de type I mais il faudra retirer complètement une prothèse de type II et partiellement une prothèse de type III.

Les principaux matériaux utilisés pour les promontofixations par cœlioscopie sont représentés par le polyester (Mersuture®, Parietex®) de type III et le polypropylène (Surgimesh®, Proléne®, Gynemesh®) de type I.

En 2004, une revue de la littérature a rapportée un taux d'érosion moyen de l'ordre de 3,4 % avec l'utilisation des prothèses non-résorbables [32

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Bien que le taux soit variable en fonction du type de prothèse utilisée (0 % avec les prothèses biologiques, 0,5 % avec le polypropylène, 5,5 % avec le téflon), l'étude ne concluait pourtant pas sur la prédisposition du matériau aux érosions car d'autres variables comme la technique opératoire de promontofixation ou l'association d'une hystérectomie intervenaient dans l'analyse des résultats.

Une étude publiée récemment [33

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapporte avec deux ans de recul le taux d'érosion prothétique chez 302 patientes inclues dans l'étude Colpopexy and Urinary Reduction Effort (CARE) [34

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le type de prothèse utilisée était majoritairement du polypropylène (48 %) ou du polyester (42 %) et rarement du polytrafluroethylene (PTFE) (6 %). Une érosion vaginale avec exposition prothétique est survenue chez 20 patientes (6 %). Ce taux est plus élevé que celui publié dans la littérature [32

Cliquez ici pour aller à la section Références] mais les auteurs ont rapportés toutes les expositions, y compris celles ayant évolué favorablement sans reprises chirurgicale. Un des principaux facteurs de risque d'érosion était représenté par le type de prothèse utilisé avec un taux multiplié par quatre en cas d'utilisation de PTFE (Gore-Tex®, Gore Medical). Deux autres facteurs étaient associés à une érosion : l'hystérectomie concomitante et la consommation de tabac (risque multiplié par cinq). Une série publiée en 1998, avec un recul de 12 à 68 mois, ne montre pourtant pas d'augmentation du risque d'érosion au cours de la période étudiée [35

Cliquez ici pour aller à la section Références]. D'autres études publiées vont dans le même sens. Begley et al. rapportent un taux d'érosion prothétique de 9 % en utilisant le PTFE et de 19 % en utilisant le silicone [36

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il semble donc que les prothèses de type II (PTFE-Gore-Tex®, silicone) ne doivent plus être employées dans la cure de prolapsus par promontofixation.

Par ailleurs, plusieurs études utilisant des matériaux biologiques ont été menées. Il s'agit pour la plupart de small intestine submucosa (SIS), qui est dérivée du porc. Une bandelette de SIS a été utilisée pour remplacer le matériel prothétique, avec des résultats comparables à 15 mois de suivi [37

Cliquez ici pour aller à la section Références] mais également à plus long terme, avec un recul de 2,5 ans [38

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Dans deux autres cas, elle a été utilisée en interposition entre la prothèse et le vagin pour la prévention des érosions [39

Cliquez ici pour aller à la section Références] et en renfort de la cloison rectovaginale pour la prévention des rectocèles [40

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les auteurs décrivent de bons résultats dans les deux séries mais avec un suivi à court terme (deux et un ans) et avec un faible nombre de patientes (31 et 6). Ce type de matériel biologique semble donc donner de bons résultats. Le nombre de cas publié avec suffisamment de recul est encore limité ne permettant pas de conclure de façon formelle.

Quiroz et al. en 2008 rapportent les résultats d'une étude comparant les résultats de 259 promontofixations utilisant des prothèses en Pelvicol® (n =102), des prothèses synthétiques (23 polyester, 111 polypropylène) et des tissus autologues (n =23) avec un recul moyen de 13 mois [41

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les récidives apicales, représentants des échecs directs de la procédure sont plus importants dans le groupe de patientes opérées avec des prothèses de Pelvicol® (dix patientes, 11 %) que dans les deux autres groupes. Le taux d'érosion est également plus élevé dans ce groupe (11 % versus 3 % et 4 %). Les auteurs concluent que l'utilisation du Pelvicol® ne doit plus être recommandée dans cette indication.

Un essai plus ancien, comparant polypropylène et fascia lata de donneur a montré une différence significative en termes d'efficacité en faveur du polypropylène [42

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Comparaison des résultats de la promontofixation cœlioscopique par rapport à la laparotomie et à la voie basse

Quatre études rétrospectives comparent la promontofixation cœlioscopique avec la promontofixation par laparotomie (trois études) et la spinofixation par voie vaginale (une étude) [25

Cliquez ici pour aller à la section Références, 43

Cliquez ici pour aller à la section Références, 44

Cliquez ici pour aller à la section Références, 45

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le temps opératoire est plus important en cœlioscopie qu'en laparotomie ou en voie vaginale. Les pertes sanguines et la durée d'hospitalisation sont moindres pour la voie cœlioscopique. Il n'a en revanche pas été retrouvé de différences en termes de correction du prolapsus comme pour celui des complications et des érosions. Les résultats de ces études sont toutefois limités par leur caractère rétrospectif et par la petite taille des échantillons. Une étude prospective randomisée comparant la promontofixation par laparotomie et par cœlioscopie est en cours [46

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Comparaison promontofixation par cœlioscopie versus laparotomie

La cœlioscopie offre de nombreux avantages par rapport à la laparotomie : meilleure visualisation du champ opératoire grâce au grossissement de la caméra, hospitalisation plus courte, douleur postopératoire diminuée, moindre rançon cicatricielle (Tableau 6). En revanche, la courbe d'apprentissage est plus longue, ainsi que le temps opératoire (en début d'expérience) et le matériel est plus cher [44

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Promontofixation cœlioscopique versus voie basse

Descargues et al. présentent une étude rétrospective chez 154 patientes avec un prolapsus de degré 3 à 4 (classification de Baden Walker) sur au moins un des trois compartiments [45

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Tableau 6). La technique par voie laparoscopique comportait la mise en place de deux prothèses non-résorbables, associées à une hystérectomie subtotale et à un cloisonnement de la poche recto-utérine (douglassectomie). La technique par voie vaginale associait à une hystérectomie vaginale la mise en place d'une prothèse sous-vésicale résorbable (SIS®) posée par voie transobturatrice, une colpopérinéoraphie antérieure et postérieure et une spinofixation.

La technique laparoscopique a comporté un temps opératoire plus important, mais une durée d'hospitalisation plus réduite. Le résultat anatomique avec un recul moyen de 30 mois semble plus favorable à la laparoscopie avec 98,9 % de bons résultats anatomique contre 93,7 % pour la voie basse. Le nombre de complications per- et postopératoires, de même que le taux d'érosion vaginale ne différait pas dans les deux groupes.

 

Les complications spécifiques à la promontofixation

 

Complications peropératoires

Les complications peropératoires sont :

les plaies vésicale ont une fréquence qui varie entre 1,5 et 10 % en fonction des séries [24, 25, 47]. Elles sont toujours réparées par cœlioscopie et ne contre-indiquent pas la poursuite du geste ;
les plaies rectales sont plus rares mais peuvent nécessiter la conversion en laparotomie pour la réparation. Elles peuvent passer inaperçue. Dans un des cas décrits, la découverte de la plaie a été faite à j6 et a conduit à une reprise chirurgicale avec explantation de la mèche et iléostomie de protection [25] ;
les plaies vasculaires peuvent survenir lors de la dissection du ligament vertébral antérieur au niveau du promontoire. Le risque est majoré en cas de confluence basse sur le promontoire des veines iliaques communes. Dans ce cas, la plus grande précaution doit être prise au moment de l'aiguillage du ligament vertébral antérieur. Le taux de complications hémorragiques nécessitant une transfusion varie suivant les auteurs entre 0 à 3,9 % [15, 20].

 

Complications postopératoires

Les complications postopératoires sont :

l'érosion vaginale en regard de la prothèse est une complication spécifique qui a été déjà abordée au chapitre des résultats. Son taux varie entre 3 et 12 % dans les séries en laparotomie [32]. Avec un suivi moyen de 24,6 mois, le taux moyen d'érosion vaginale après promontofixation cœlioscopique sur 11 séries récentes est de 2,7 % (0–9 %) [2]. Le taux d'érosion le plus élevé (8,7 % et 9 %) est retrouvé dans les séries ayant le plus de recul (66 mois et 60 mois, respectivement) [3, 4]. Le délai moyen pour la survenue d'une érosion vaginale est compris entre six et 36 mois [13, 25, 40, 47] ;
La fixation au vagin avec des agrafes n'est pas recommandée car elle entraîne un taux élevé d'érosion. De même, la mise en place de la prothèse postérieure sur les muscles élévateurs utilisant une voie combinée abdominale et vaginale est associée a un taux très élevé d'infection et d'érosion prothétique 20 à 40 % [16, 20].
plusieurs cas de spondylodiscite ont été décrits. L'un d'eux a même entraîné un abcès péridural avec nécessité de laminectomie. La bandelette était fixée au promontoire par des fils. Il s'agissait d'une mèche de Mersilène® [48, 49] ;
les troubles colorectaux sont fréquemment associés aux prolapsus. Les différentes séries rétrospectives suggèrent un taux élevé après promontofixation [4, 9]. La méta-analyse de Ganatra et al. [2] à partir des résultats de neuf séries de colpopexie cœlioscopique fait état d'un taux de 9,8 % (0–25 %) de troubles colorectal incluant constipation, douleurs anales et un cas d'incontinence fécale. La plupart de ces symptômes disparaissent spontanément dans les six mois postopératoire. Une patiente présentait une constipation majeure associée à un défaut de relaxation périnéale (hypertonie des muscles élévateurs) a été traitée efficacement par neurostimulation sacrée S3. La patiente qui a présentée une incontinence fécale a également été traitée avec succès par sphinctéroplastie [4]. La constipation est un symptôme très fréquemment associé au prolapsus. Elle peut même en être la cause. L'évaluation de la constipation postopératoire varie grandement entre les séries (6–47 %) [13, 47]. Cela peut venir du fait que la constipation postopératoire à tendance à diminuer avec le temps. La prévention des troubles anorectaux passe par un bilan préopératoire soigneux comprenant outre l'interrogatoire, une manométrie anorectale et une défécographie. L'indication de la prothèse postérieure inter-rectovaginale pourra dépendre de ces symptômes. Leur prise en charge médico-rééducative pourra se faire en post- mais au mieux en préopératoire ;
les troubles sexuels induits par la promontofixation sont probablement sous-évalués. Cependant, la promontofixation avec conservation utérine est une technique chirurgicale ayant l'avantage de préserver l'intégrité de la cavité vaginale et par ce biais entraîne moins de conséquences sexuelles que la chirurgie du prolapsus par voie vaginale. L'incidence de troubles sexuels de novo après promontofixation est très variable selon les séries (0–47 %). Une méta-analyse de huit études rapporte un taux moyen de 7,8 % [2] ;
l'incontinence urinaire est une complication classique du traitement du prolapsus. Elle peut être démasquée par la réduction du prolapsus.

 

La promontofixation assistée par robot

 

Technique opératoire

Le robot Da Vinci® est un système informatisé avec deux bras robotiques interactifs, un bras avec une caméra et une télécommande avec une vision tridimensionnelle. Il utilise des instruments à six degrés de liberté qui fournissent une flexibilité semblable à celle du poignet humain. Les bras robotiques de travail sont reliés à des trocarts de 8mm, réutilisables, alors que la caméra est introduite par un trocart laparoscopique standard de 12mm. Pour obtenir un fonctionnement optimal et pour minimiser le risque de collision, les angles entre le trocart caméra et chaque trocart robotique de travail doivent être obtus, et la distance entre les trocarts doit être d'au moins une main. En chirurgie robotique, les mouvements du chirurgien sur la télécommande sont reproduits par les bras robotiques situés à l'intérieur de la patiente. Le contrôle tactile n'est pas disponible dans le cas du robot Da Vinci® : ce qui impose donc de se baser plus sur les informations visuelles. En chirurgie robotique, un aide-chirurgien est présent à la table opératoire. Il est chargé de différentes tâches importantes, liées au robot, dont l'alignement et le changement des instruments sur les bras robotiques. Il exécute des manœuvres opératoires avec des instruments conventionnels, telles que la contre-traction des tissus, l'hémostase, l'application d'hémoclips, l'aspiration et l'assistance pendant les sutures. De plus, l'assistant est disponible en cas d'évènement qui impose une conversion urgente de l'intervention.

La patiente est placée en position de lithotomie dorsale sur la table opératoire. Après induction de l'anesthésie générale, une sonde nasogastrique est introduite et les deux bras sont repliés le long du tronc. La patiente est badigeonnée des aréoles mammaires jusqu'à mi-cuisse, comprenant le vagin.

Un trocart péri-ombilical est placé sous contrôle visuel direct pour éviter une blessure vasculaire ou viscérale. Deux trocarts laparoscopiques standards sont ensuite introduits sous contrôle visuel direct. On introduit un trocart sous-costal de 10mm, latéralement au muscle droit, et un trocart de 5mm une main en dessous et latéralement. Ils sont utilisés pour exercer les tractions au cours de l'intervention. Ensuite, deux trocarts robotiques de 8mm sont placés de part et d'autre des droits, deux doigts au-dessus de la crête iliaque. Le robot est ensuite placé aux pieds de la table. La principale raison pour utiliser le robot à ce stade est de faciliter et réduire le temps opératoire nécessaire pour suturer la prothèse sur le vagin, les muscles élévateurs et le sacrum.

La lentille à 30° et le rétracteur vaginal améliorent l'exposition pour placer les points. Selon notre expérience, le fait d'exécuter d'abord les sutures postérieures les plus difficiles et ensuite les sutures antérieures de la prothèse facilite le processus. La queue de la prothèse est ensuite suturée sur le promontoire sacré, par deux points séparés, en évitant toute tension inutile du vagin.

 

Résultats des principales séries publiées

La première mention de l'utilisation de robot pour la pratique de la promontofixation par cœlioscopie date de 2004, avec la série de Rozet et al. [13

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il a utilisé le robot Aesop 3000 pour la manipulation de la caméra, ce qui a permit de travailler avec quatre instruments au lieu de trois, une main de l'aide étant libérée.

Les autres articles font mention de l'utilisation du robot da Vinci (Intuitive Surgical, Sunnyvale, CA, États-Unis) qui permet de gagner en liberté de mouvement (six axes de rotation) et en précision : gestes démultipliés, tremblements « effacées électroniquement ». Les séries sont encore limitées mais les résultats semblent être comparables à ceux de la promontofixation classique [50

Cliquez ici pour aller à la section Références, 51

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Patel M. et al. [52

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent les résultats d'une étude comparative des coûts des différentes procédures de promontofixation (15 patientes dans chaque groupe). La chirurgie ouverte est la procédure la moins coûteuse. La chirurgie cœlioscopique comporte une diminution de la durée d'hospitalisation mais comporte un surcoût en matériel chirurgical (usage unique). La chirurgie robotique comporte un surcoût supplémentaire qui vient s'additionner au coût de la cœlioscopie [52

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Eliott en 2006 présente les résultats des 30 premières procédures de promontofixation robot assistée de la Mayo Clinic. Il s'agissait de promontofixation du dôme vaginal après hystérectomie. Vingt-et-un patientes étaient opérées avec un recul de plus d'un an (moyenne de 24 mois sur la série). Le temps opératoire moyen rapporté est de 3,1heures et le temps d'hospitalisation moyen d'un peu plus d'une journée. La prothèse utilisée est en polypropylène et les sutures à l'aide de Gore-Tex®. À signaler quatre récidives dont trois rectocèle et un prolapsus du dôme vaginal. Il est survenue deux expositions prothétiques (2/21 soit environ 10 %) ce qui est un peu supérieur au taux attendu mais qui peu être attribué, d'une part, à la courbe d'apprentissage et, d'autre part, au faible effectif de la population [50

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Nezhat C. et al. en 2006 rapportent les résultats de ses 15 premières promontofixations robot assistée [53

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'intervention robotique du fait de l'installation allonge le temps opératoire d'une durée moyenne de 19minutes (14–27minutes). Les auteurs concluent que l'assistance robotique permet d'avoir une vision en trois dimensions et une précision dans le geste chirurgical. L'inconvénient est en revanche le coût et le manque de souplesse de la technique.

Une autre série en 2007 inclue 15 patientes présentant des prolapsus de haut grade [54

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il s'agissait de prolapsus du dôme vaginal ou de prolapsus utérin de grade 3 majoritaire (POPQ). Un changement de technique a été réalisée chez trois patientes dont deux promontofixations (en cœlioscopie pour une et en laparotomie pour l'autre) et une chirurgie par voie vaginale. Les pertes sanguines étaient faibles (50–150ml) et le temps d'hospitalisation moyen de 2,7jours. Les auteurs concluent que les résultats préliminaires de la promontofixation robot assistée ne sont pas différents de ceux de la promontofixation par laparotomie ou cœlioscopie.

 

Conflits d'intérêts

Aucun.

   

 



Tableau 1 - Différentes techniques de promontofixation cœlioscopique.
Auteur (année)  n   Type de prothèse  Site et type de fixation 
Bruyere et al. [12] (2001)  76  Polypropylène (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin 
      Postérieure : vagin 
Cosson et al. [10] (2002)  83  Polyester (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin 
      Postérieure : Halban (douglassectomie) 
Antiphon et al. [9] (2004)  108  Polyester (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin-isthme utérin 
      Postérieure : muscles élévateurs et ligaments utérosacrés 
Gadonneix et al. [7] (2004)  46  Polyester (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin 
      Postérieure : muscles élévateurs et vagin postérolatéral 
Paraiso et al. [25] (2005)  56  Polypropylène (n =2)  Fixation/fils NR 
      Site np 
Rozet et al. [13] (2005)  363  Polyester (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : Vagin 
      Postérieure : muscles élévateurs 
Ross et Preston [4] (2005)  51  Polypropylène (n =2)  Fixation/fils ou Tackers® 
      Antérieure : fascia pubocervical 
      Postérieure : élévateurs – vagin 
Higgs et al. [3] (2005)  140  Prolène (1 ou 2)  Fixation/fils ou Tackers® 
      Antérieure : vagin 
      Postérieure : cloison rectovaginale 
Agarwala et al. [55] (2007)  74  Polypropylène (n =2)  Fixation/fils ou Tackers® 
      Antérieure : fascia pubocervical 
      Postérieure : élévateurs – vagin 
Rivoire et al. [47] (2007)  131  Polyester (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin-isthme utérin 
      Postérieure : élévateurs et utérosacrés 
Misrai et al. [24] (2007)  97  Polyester (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin 
      Postérieure : élévateurs et utérosacrés 
Sarlos et al. [15] (2008)  101  Polypropylène (n =2)  Fixation/fils NR 
      Antérieure : vagin 
      Postérieure : élévateurs, vagin ou isthme utérin 

 

Légende :
RA : résultats anatomiques (examen clinique) ; np : non précisé dans l'article ; P. apical : prolapsus apical (hystéroptose ou prolapsus du dôme vaginal) ; fils NR : non-résorbables.
 

Tableau 2 - Résultats de la promontofixation cœlioscopique.
Auteur (année)  n   Recul moyen (mois)  Résultat anatomique (examen clinique)  Réintervention  Exposition prothétique 
Bruyere et al. [12] (2001)  76  46  96  –  – 
Cosson et al. [10] (2002)  83  12  94  1 cystocèle (1,3 %)  1 (1,3 %) 
Antiphon et al. [9] (2004)  108  16 SM  75  5 rectocèles (4,8 %) 
Gadonneix et al. [7] (2004)  46  24  83  np 
Paraiso et al. [25] (2005)  56  17 DM 13,5  –  1 cystocèle  2 (3,6 %) 
Rozet et al. [13] (2005)  363  14,6  96  np  3 (<1 %) 
Ross et Preston [4] (2005)  51  60  93  6 cystocèles
3 P. apical 
4 (9 %) 
Higgs et al. [3] (2005)  140  66  92  5 rectocèles+16 np. 
Agarwala et al. [55] (2007)  74  24  100  2 (2,8 %) 
Rivoire et al. [47] (2007)  131  33,7  89  7 (5,3 %)  7 np (5,3 %) 
Misrai et al. [24] (2007)  97  14,3  89  np  np 
Sarlos et al. [15] (2008)  101  12  93  1 cystocèle (1 %)  1 (1 %) 

 

Légende :
np : non précisé dans l'article ; P. apical : prolapsus apical (hystéroptose ou prolapsus du dôme vaginal).
 

Tableau 3 - Répartition de la population des patientes opérées en fonction de la technique de promontofixation et du geste urinaire associé [9].
Population (76)  Burch  TVT  Pas de trait de l'IUE  Total 
Prothèse antérieure et postérieure  33  19  18  70 
Prothèse antérieure seule  21  33 
 
Total  54 (52,4 %)  24 (23,3 %)  25 (24,3 %)  103 

 

Tableau 4 - Taux de récidives postérieures en fonction de la technique de promontofixation (prothèse antérieure associée ou non à une prothèse postérieure) et de l'association d'une colposuspension (Burch) [9].
  Burch/52
Récidive (rectocèle) 
Burch
Pas de récidive 
Sans Burch/47
Récidive (rectocèle) 
Sans Burch
Pas de récidive 
p  
Prothèse antérieure  11 (55 %)  9 (45 %)  1 (8,3 %)  11 (91,7 %)  0,08 
Double prothèse  4 (12,5 %)  28 (87,5 %)  3 (8,6 %)  32 (91,4 %)  0,6 

 

Tableau 5 - Résultats de la cure de prolapsus au niveau de l'étage antérieur en fonction de la réalisation ou non de la réparation paravaginale.
Séries  PF+RPV (%)  Recul (mois)  PF seule  Recul (mois) 
Paraiso et al. [25 96,5  13,5     
Higgs et al. [3 83,3  66     
Botchorishvili et al. [27 81  31     
Antiphon et al. [9     91,4  17 
Bruyere et al. [12     100  15 
Cheret et al. [11     100  18,6 
Rozet et al. [13     97  14,6 
Misrai et al. [24     96,3  14,3 

 

Légende :
PF : promontofixation ; RPV : réparation paravaginale.
 

Tableau 6 - Études comparatives de la promontofixation par laparotomie, cœlioscopie et voie vaginale.
Comparaison  Laparotomie  Cœlioscopie  Voie vaginale 
Paraiso et al. [25 61  56   
Hsaio et al. [43 22  25   
Klauschie et al. [44 41  43  63 
Descargues et al. [45   91   
Recul (mois)  
Paraiso et al. [25 15,7  13,5   
Hsaio et al. [43 11  5,9  31,3 
Klauschie et al. [44 10,6  7,4   
Descargues et al. [45   29,6   
Temps opératoire (min)  
Paraiso et al. [25 218  269   
Hsaio et al. [43 185,2  219,9  110 
Klauschie et al. [44 168  183   
Descargues et al. [45   181   
Pertes sanguines (ml)  
Paraiso et al. [25 234  172   
Hsaio et al. [43 195  82,7  np 
Klauschie et al. [44 139  104   
Descargues et al. [45   np   
Durée hospitalisation (j)  
Paraiso et al. [25 1,8   
Hsaio et al. [43 3,3  1,2 
Klauschie et al. [44 2,6  1,3   
Descargues et al. [45    
Bon résultat clinique (%)  
Paraiso et al. [25 95  89   
Hsaio et al. [43 95  100  93,7 
Klauschie et al. [44 81  86   
Descargues et al. [45   98,9   
Taux d'exposition (%)  
Prothétique 
Paraiso et al. [25 1,6  3,6 
Hsaio et al. [43 9,1  10   
Klauschie et al. [44  
Descargues et al. [45    

 

Légende :
np : non précisé dans l'article.
 
 
 

Références

 

Nezhat C.H., Nezhat F., Nezhat C. Laparoscopic sacral colpopexy for vaginal vault prolapse Obstet Gynecol 1994 ;  84 (5) : 885-888
 
Ganatra A.M., Rozet F., Sanchez-Salas R., Barret E., Galiano M., Cathelineau X., et al. The current status of laparoscopic sacrocolpopexy: a review Eur Urol 2009 ;  55 (5) : 1089-1103 [cross-ref]
 
Higgs P.J., Chua H.L., Smith A.R. Long-term review of laparoscopic sacrocolpopexy Br J Obstet Gynaecol 2005 ;  112 : 1134-1138 [cross-ref]
 
Ross J.W., Preston M. Laparoscopic sacrocolpopexy for severe vaginal vault prolapse: five-year outcome J Minim Invasive Gynecol 2005 ;  12 : 221-226 [cross-ref]
 
Baessler K., Stanton S.L. Sacrocolpopexy for vault prolapse and rectocele: do concomitant Burch colposuspension and perineal mesh detachment affect the outcome? Am J Obstet Gynecol 2005 ;  192 (4) : 1067-1072 [cross-ref]
 
Deval B., Fauconnier A., Repiquet D., Liou Y., Montuclard B., Fritel X., et al. Surgical treatment of genitourinary prolapse by the abdominal approach. Apropos of a series of 232 cases Ann Chir 1997 ;  51 (3) : 256-265
 
Gadonneix P., Ercoli A., Salet-Lizée D., Cotelle O., Bolner B., Van Den Akker M., et al. Laparoscopic sacrocolpopexy with two separate meshes along the anterior and posterior vaginal walls for multi compartment pelvic organ prolapse J Am Assoc Gynecol Laparosc 2004 ;  11 : 29-35 [cross-ref]
 
Wiskind A.K., Creighton S.M., Stanton S.L. The incidence of genital prolapse after the Burch colposuspension Am J Obstet Gynecol 1992 ;  167 (2) : 399-404
 
Antiphon P., Elard S., Benyoussef A., Fofana M., Yiou R., Gettman M., et al. Laparoscopic promontory sacral colpopexy: is the posterior, recto-vaginal, mesh mandatory? Eur Urol 2004 ;  45 (5) : 655-661 [cross-ref]
 
Cosson M., Bogaert E., Narducci F., Querleu D., Crépin G. Laparoscopic sacral colpopexy: short-term results and complications in 83 patients J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 2000 ;  29 (8) : 746-750 [inter-ref]
 
Cheret A., Von Theobald P., Lucas J., Dreyfus M., Herlicoviez M. Laparoscopic promontofixation feasibility study in 44 patients J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 2001 ;  30 (2) : 139-143 [inter-ref]
 
Bruyere F., Rozenberg H., Abdelkader T. La promonto-fixation sous cœlioscopie : une voie d'abord séduisante pour la cure des prolapsus Prog Urol 2001 ;  11 (6) : 1320-1326
 
Rozet F., Mandron E., Arroyo C., Andrews H., Cathelineau X., Mombet A., et al. Laparoscopic sacral colpopexy approach for genito-urinary prolapse: experience with 363 cases Eur Urol 2005 ;  47 : 230-236 [cross-ref]
 
Mandron E., Bryckaert P.E. Prolapsus et colpocèle antérieure. Double promontofixation cœlioscopique. Technique Ann Urol (Paris) 2005 ;  39 (6) : 247-256 [inter-ref]
 
Sarlos D., Brandner S., Kots L., Gygax N., Schaer G. Laparoscopic sacrocolpopexy for uterine and posthysterectomy prolapse: anatomical results, quality of life and perioperative outcome — a prospective study with 101 cases Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2008 ;  19 : 1415-1422 [cross-ref]
 
Visco A.G., Weidner A.C., Barber M.D., Myers E.R., Cundiff G.W., Bump R.C., et al. Vaginal mesh erosion after abdominal sacral colpopexy Am J Obstet Gynecol 2001 ;  184 (3) : 297-302 [cross-ref]
 
Romero A.A., Amundsen C.L., Weidner A.C., Webster G.D. Transvaginal endoscopic removal of eroded mesh after abdominal sacral colpopexy Obstet Gynecol 2004 ;  103 (5 Pt 2) : 1040-1042
 
Oguchi N., Yoshida K., Inoue T., Kawa G., Kinoshita H., Yoshimura Y., et al. Laparoscopic sacrocolpopexy for post-hysterectomy vaginal vault prolapse Hinyokika Kiyo 2007 ;  53 (7) : 467-471
 
Boukerrou M., Orazi G., Nayama M., Boodhun R., Crépin G., Cosson M. Promontofixation procedure: use of non-absorbable sutures or Tackers? J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 2003 ;  32 (6) : 524-528
 
Cosson M., Narducci F., Querleu D., Crépin G. Experimental use of laparoscopic material: report of a case of spondylodiscitis after laparoscopic sacropexy with Taker Ann Chir 2001 ;  126 (6) : 554-556 [inter-ref]
 
Cosson M., Vinatier D., Rajabally R., Querleu D., Crepin G. Rejection of stapled prosthetic mesh after laparoscopic sacropexy Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 1999 ;  10 (5) : 349-350 [cross-ref]
 
Delancey J.O. Fascial and muscular abnormalities in women with urethral hypermobility and anterior vaginal wall prolapse Am J Obstet Gynecol 2002 ;  187 (1) : 93-98 [cross-ref]
 
Colombo M., Milani R., Vitobello D., Maggioni A. A randomized comparison of Burch colposuspension and abdominal paravaginal defect repair for female stress urinary incontinence Am J Obstet Gynecol 1996 ;  175 : 78-84 [cross-ref]
 
Misrai V., Almeras C., Roupret M., Chartier-Kastler E., Richard F. Cure de prolapsus urogénital par voie cœlioscopique sans réparation paravaginale : résultats anatomiques à moyen terme Prog Urol 2007 ;  17 (4) : 846-849
 
Paraiso M.F., Walters M.D., Rackley R.R., Melek S., Hugney C. Laparoscopic and open sacral colpopexies: a cohort study Am J Obstet Gynecol 2005 ;  192 : 1752-1758 [cross-ref]
 
Blanchard K.A., Vanlangendonck R., Winters J.C. Recurrent pelvic floor defects after abdominal sacral colpopexy J Urol 2006 ;  175 : 1010-1013 [cross-ref]
 
Botchorishvili R., Rivoire C., Jardon K. Le traitement cœlioscopique des prolapsus génitaux avec mise en place de prothèse dans les espaces vésico et recto vaginaux e-memoire Acad Natl Chir 2005 ;  4 : 43-49
 
Rosen D.M., Korda A.R., Waugh R.C. Ureteric injury at Burch colposuspension. 4 case reports and literature review Aust N Z J Obstet Gynaecol 1996 ;  36 : 354-358 [cross-ref]
 
Wee H.Y., Low C., Han H.C. Burch colposuspension: review of perioperative complications at a women's and children's hospital in Singapore Ann Acad Med Singapore 2003 ;  32 : 821-823
 
Birch C. The use of prosthetics in pelvic reconstructive surgery Best Pract Res Clin Obstet Gynaecol 2005 ;  19 (6) : 979-991[Epub 2005 Sep 26. Review].  [cross-ref]
 
Cosson M., Debodinance P., Boukerrou M., Chauvet M.P., Lobry P., Crépin G., et al. Mechanical properties of synthetic implants used in the repair of prolapse and urinary incontinence in women: which is the ideal material? Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2003 ;  14 (3) : 169-178discussion 78.  [cross-ref]
 
Nygaard I.E., McCreery R., Brubaker L., Connolly A., Cundiff G., Weber A.M., et al. Abdominal sacrocolpopexy: a comprehensive review Obstet Gynecol 2004 ;  104 : 805-823
 
Cundiff G.W., Varner E., Visco A.G., Zyczynski H.M., Nager C.W., Norton P.A., et al. Risk factors for mesh/suture erosion following sacral colpopexy Am J Obstet Gynecol 2008 ;  199 : 688
 
Brubaker L., Cundiff G., Fine P., Nygaard I., Richter H., Visco A., et al. A randomized trial of colpopexy and urinary reduction efforts (CARE): designs and methods Control Clin Trials 2003 ;  24 : 629-642 [cross-ref]
 
Costantini E., Lombi R., Micheli C., Parziani S., Porena M. Colposacropexy with Gore-tex mesh in marked vaginal and uterovaginal prolapse Eur Urol 1998 ;  34 (2) : 111-117 [cross-ref]
 
Begley J.S., Kupferman S.P., Kuznetsov D.D., Kobashi K.C., Govier F.E., McGonigle K.F., et al. Incidence and management of abdominal sacral colpopexy mesh erosions Am J Obstet Gynecol 2005 ;  192 : 1956-1962 [cross-ref]
 
Grynberg M., Dedecker F., Staerman F. Promontofixation cœlioscopique : comparaison d'une bandelette prothétique non résorbable (Mersuture®) et d'une matrice collagène sis (Surgisises) Prog Urol 2005 ;  15 (4) : 751-755discussion 5.
 
Altman D., Anzen B., Brismar S., Lopez A., Zetterström J. Long term outcome of abdominal sacrocolpopexy using xenograft compared with synthetic mesh Urology 2006 ;  67 : 719-724 [cross-ref]
 
Ross J.W. The use of a xenogenic barrier to prevent mesh erosion with laparoscopic sacrocolpopexy J Minim Invasive Gynecol 2007 ;  14 (4) : 470-474 [cross-ref]
 
Cutner A.S. The use of submucosal small intestinal mesh in laparoscopic sacrocolpopexy and posterior vaginal repair Gynecol Surg 2005 ;  2 : 187-1892005.  [cross-ref]
 
Quiroz L.H., Gutman R.E., Shippey S., Cundiff G.W., Sanses T., Blomquist J.L., et al. Abdominal sacrocolpopexy: anatomic outcomes and complications with Pelvicol and autologous and synthetic graft material Am J Obstet Gynecol 2008 ; 198-557
 
Culligan P.J., Blackwell L., Goldsmith L.J., Graham C.A., Rogers A., Heit M.H. A randomized controlled trial comparing fascia lata and synthetic mesh for sacral colpopexy Obstet Gynecol 2005 ;  106 (1) : 29-37
 
Hsiao K.C., Latchamsetty K., Govier F.E., Kozlowski P., Kobashi K.C. Comparison of laparoscopic and abdominal sacrocolpopexy for the treatment of vaginal vault prolapse J Endourol 2007 ;  21 : 926-930 [cross-ref]
 
Klauschie J.L., Suozzi B.A., O'Brien M.M., McBride A.W. A comparison of laparoscopic and abdominal sacral colpopexy: objective outcome and perioperative differences Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2009 ;  20 (3) : 273-279
 
Descargues G., Collard P., Grise P. Surgical management of pelvic organ prolapse in women: laparoscopic or vaginal sacrocolpopexy? Gynecol Obstet Fertil 2008 ;  36 : 978-983 [inter-ref]
 
Maher C., Baessler K., Glazener C.M., Adams E.J., Hagen S. Surgical management of pelvic organ prolapse in women Cochrane Database Syst Rev 2007 ; CD004014
 
Rivoire C., Botchorishvili R., Canis M., Jardon K., Rabischong B., Wattiez A., et al. Complete laparoscopic treatment of genital prolapse withmeshes including vaginal promontofixation and anterior repair: a series of 138 patients J Minim Invasive Gynecol 2007 ;  14 : 712-718 [cross-ref]
 
Kapoor B., Toms A., Hooper P., Fraser A.M., Cox C.W. Infective lumbar discitis following laparascopic sacrocolpopexy J R Coll Surg Edinb 2002 ;  47 (5) : 709-710
 
Taylor G.B., Moore R.D., Miklos J.R. Osteomyelitis secondary to sacral colpopexy mesh erosion requiring laminectomy Obstet Gynecol 2006 ;  107 (2 Pt 2) : 475-477
 
Elliott D.S., Krambeck A.E., Chow G.K. Long-term results of robotic assisted laparoscopic sacrocolpopexy for the treatment of high grade vaginal vault prolapse J Urol 2006 ;  176 (2) : 655-659 [cross-ref]
 
Moreno Sierra J., Galante Romo I., Ortiz Oshiro E., Núñez Mora C., Silmi Moyano A. Robotic assisted laparoscopic colposacropexy in the treatment of pelvic organ prolapse Arch Esp Urol 2007 ;  60 (4) : 481-488
 
Patel M., O'Sullivan D., Tulikangas P.K. A comparison of costs for abdominal, laparoscopic and robot-assisted sacral colpopexy Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2009 ;  20 (2) : 223-228 [cross-ref]
 
Nezhat C., Saberi N.S., Shahmohamady B., Nezhat F. Robotic assisted laparoscopy in gynecoloical surgery JSLS 2006 ;  10 (3) : 317-320
 
Daneshgari F., Kefer J.C., Moore C., Kaouk J. Robotic abdominal sacrocolpopexy/sacrouteropexy repair of advanced female pelvic organ prolapse (POP): utilizing POP-quantification based staging and outcomes BJU Int 2007 ;  100 (4) : 875-879 [cross-ref]
 
Agarwala N., Hasiak N., Shade M. Laparoscopic sacral colpopexy with Gynemesh as graft material — experience and results J Minim Invasive Gynecol 2007 ;  14 : 577-583 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.