Base bibliographique

Réhabilitation précoce après tumorectomie rénale robot-assistée : quelle satisfaction des patients ?
Enhanced recovery after robotic partial nephrectomy: Evaluation of patient's satisfaction
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 12, 29, 634-641


Introduction

Plusieurs programmes de réhabilitation avancée après chirurgie (RAAC) ont montré une amélioration des suites postopératoires pour les patients permettant des durées d’hospitalisation diminuées. Très peu d’études à notre connaissance ont évalué la satisfaction des patients sur ces protocoles. L’objectif de cette étude était d’évaluer la satisfaction des patients ayant bénéficié du protocole de RAAC pour néphrectomie partielle robot-assistée (NPRA).


Matériels et méthodes

Un questionnaire validé EORTC IN-PATSAT32 associé à un questionnaire spécifique sur la RAAC ont été envoyé aux 42 premiers patients inclus dans le protocole RAAC de RAPN après leur consultation postopératoire. Les réponses étaient anonymes. Les calculs des scores de satisfaction du questionnaire EORTC ont été effectués pour chaque dimension par la méthode de Likert. Les scores ont ensuite été transformés linéairement en une échelle variant de 0 à 100, où 100 représente le meilleur niveau de satisfaction sur les soins (méthode EORTC).


Résultats

Au total, 21 patients ont renvoyé les questionnaires (50 %). Le score moyen de satisfaction globale était de 75,1 % (37,3 ; 100) dans le questionnaire EORTC. Au total, 71,4 % des patients (n =15) trouvaient la sortie à j2 postopératoire satisfaisante et 5 patients (23,8 %) trouvaient cela prématurée. Aucun des patients n’avait d’impression négative sur le protocole de RAAC. L’évaluation globale moyenne du protocole par les patients sur une échelle de satisfaction de 1 à 10 était de 8,9/10.


Conclusion

Dans notre étude, les patients ayant bénéficié du protocole de RAAC après NPRA semblaient très satisfaits de leur prise en charge pré-, per- et postopératoire. Étant donnée la satisfaction des patients, la réduction des durées d’hospitalisation, la sécurité du patient et l’avantage médico-économique, ces protocoles de RAAC sont à développer et évaluer. Des études de plus grands effectifs sont nécessaires pour évaluer le vécu des patients sur ces protocoles de RAAC.


Niveau de preuve

4.

Mots clés:
Oncologie / cancer du rein / Réhabilitation précoce / Qualité de vie
Mots-clés:
Oncology / Renal cancer / Enhanced recovery / Quality of life
Salvage Hemiablation High Intensity Focused Ultrasound for unilateral radio-recurrent prostate cancer
Hémiablation prostatique de sauvetage par des ultrasons focalisés à haute intensité pour des récidives unilatérales après radiothérapie prostatique
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 12, 29, 627-633


Introduction


Mots clés:
prostate cancer / radiotherapy / Salvage treatment / High-intensity focused ultrasound (HIFU) / Hemiablation
Mots-clés:
Fouad / Simone / Ibrahim / Alexandre / Ksenija
Transplantation rénale sur prothèse vasculaire
Renal transplantation on vascular prosthesis
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 12, 29, 603-611


Introduction

Devant un axe aortoiliaque très calcifié, la transplantation rénale avec implantation de l’artère sur prothèse vasculaire peut être proposée. Cette intervention rare est réputée difficile et morbide. L’objectif principal de ce travail a été d’évaluer la survie globale et spécifique du transplant implanté sur une prothèse vasculaire. L’objectif secondaire a été l’étude des complications et de l’évolution de la fonction rénale du transplant.


Matériel et méthodes

À partir d’un recueil rétrospectif multicentrique de données issues de la cohorte DIVAT (6 centres) augmenté des données de 4 autres centres, nous avons étudié les transplantations rénales avec anastomose artérielle sur prothèse.


Résultats

Trente quatre patients ont été inclus. La durée médiane de suivi a été de 2 ans et demi. Quatre patients sont décédés dans le mois suivant la transplantation, 16 ont été hémodialysés et 9 transfusés.

La médiane de survie du transplant a été de 212jours. Les arrêts de fonction du transplant sont majoritairement associés à une dégradation néphrologique et à un retour en dialyse (80 %) alors que 10 % sont liés à un décès du receveur directement imputable à la transplantation rénale.

Les complications chirurgicales de la transplantation ont été marquées par 1 sténose artérielle, 1 fistule et 4 sténoses urinaires.


Conclusion

La transplantation rénale avec anastomose artérielle sur prothèse vasculaire, chez des patients sélectionnés, offre une alternative à la dialyse. Un recueil national des patients transplantés sur prothèse vasculaires permettrait un suivi à long terme de la survie du transplant afin de définir des critères de sélection pré-opératoire.


Niveau de preuve

3.


Introduction

In front of a very calcified aortoiliac axis, renal transplantation with implantation of the artery on vascular prosthesis can be proposed. This rare intervention is considered difficult and morbid. The main objective of this work was to evaluate the overall and specific survival of the transplant in this situation. The secondary objective was the study of the complications and the evolution of the transplant's renal function.


Material and methods

From a multicenter retrospective data collection of the DIVAT cohort (6 centers) added with data from 4 other transplant centers, we studied transplants with prosthetic arterial anastomosis.


Results

Thirty four patients was included. The median duration of follow-up was 2.5 years. 4 patients died in the month following transplantation, 16 were hemodialysis and 9 were transfused.

The median survival of the transplant was 212 days. Functional arrests of the transplant were mostly associated with nephrological degradation and return to dialysis (about 80%) while 10% were related to a death of the recipient directly attributable to renal transplantation.

The surgical complications of the transplantation were marked by one arterial stenosis, one fistula and 4 urinary stenoses.


Conclusion

Thus, renal transplantation with arterial anastomosis on vascular prosthesis, on selected patients, offers an alternative to dialysis. A national compendium of transplanted patients on vascular prosthesis would allow a long-term follow-up of transplant's survival and define selection criteria prior to this kind of surgery.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Transplantation rénale / Prothèse vasculaire / Morbimortalité
Mots-clés:
Renal transplantation / Vascular prosthesis / Morbidity and mortality
Prochaine élection du CA de l’AFU : Voici la liste des candidats
2019

Tous les membres de l’AFU à jour de leur cotisation sont invités à voter lors du congrès du mercredi 20 novembre 2019, 10h00, au vendredi 22 novembre 2019, 16h00.

Découvrez la liste des candidats en cliquant sur ce lien

Biopsies de prostate par voie transpérinéale : résultats et faisabilité sous anesthésie locale
2019
- Veille bibliographique
- Réf : Progrès FMC, 2019, 3, 29, F89


Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
Cliquer ici pour le visualiser

Mots clés:
Check-list / CRM / Aéronautique / sécurité / Facteurs humains
Mots-clés:
Checklist / CRM / Aeronautics / safety / Human factors
Cockpit et bloc : comparables ou pas ? Tout est affaire de point de vue
Cockpit and OR: Similar or not? It's all about perspective
2019
- Avis d'expert
- Réf : Progrès FMC, 2019, 3, 29, F84


Où peut décemment commencer et s’achever l’analogie entre un cockpit d’avion et un bloc opératoire ? Les équipes de soignants n’ayant généralement pas accès au poste de pilotage, leur opinion se forge trop souvent au travers de lieux communs, d’idées reçues et autres croyances aux fondements incertains. Jean-Pierre Henry partage ses 20 ans d’expérience sur Mirage 2000 sous l’angle des thématiques abordées par les équipes de bloc opératoire qu’il côtoie depuis 5 ans. À quoi sert une check-list dans un avion ? Le commandant de bord est-il le seul responsable dans l’avion ? Le milieu aéronautique de combat est-il prévisible ? L’objectif n’est pas tant de mettre fin aux schémas équivoques que d’inspirer les professionnels de santé sur d’éventuelles adaptations de pratiques.


Where the analogy between an airplane cockpit and an operating theatre could properly begin and end? As healthcare teams generally do not have access to the flight deck, their opinion is often formed through commonplaces, misconceptions and other beliefs with uncertain foundations. Jean-Pierre Henry shares his 20 years of experience flying the Mirage 2000 jet, from the point of view of the themes tackled by the operating theatre teams he has been working with for the past five years. What is the purpose of a checklist on an airplane? Is the captain the only person responsible for the plane? Is the aeronautical combat environment predictable? The goal is not so much to put an end to ambiguous patterns as to inspire healthcare professionals about possible adaptations of practices.

Mots clés:
Check-list / CRM / Aéronautique / sécurité / Facteurs humains
Mots-clés:
Checklist / CRM / Aeronautics / safety / Human factors
L’imagerie par TEP-18F-choline et TEP-PSMA en onco-urologie : qu’en attendre et quand la demander en 2019 ?
Imaging by PET-18F-choline and PET-PSMA in onco-urology: What to expect and when to ask in 2019?
2019
- Le point sur...
- Réf : Progrès FMC, 2019, 3, 29, F65


Introduction

L’objectif de cet article est d’apporter des réponses pragmatiques aux questions portant, d’une part, sur la disponibilité des radios pharmaceutiques tels que la choline ou le PSMA en France, et d’autre part, sur les indications et les limites de la tomographie à émission de positons (TEP) en 2019.


Méthode

Cet article se décompose en 2 parties, la première sur la disponibilité des radiopharmaceutiques tels que la choline et PSMA, et la deuxième à partir de données récentes (2015–2018), sur l’apport de la TEP dans l’optimisation de la prise en charge du cancer de prostate à différentes phases de son évolution.


Résultats

Dans la rechute biologique, la détection du site en TEP-choline dépend du taux de PSA (≥1ng/mL), de la cinétique PSA (si PSA≤2ng/mL) tandis que la TEP-PSMA serait plus performante pour des taux<1ng/mL. Lors du diagnostic initial la TEP peut affiner le diagnostic et mieux définir la stratégie thérapeutique dans le carcinome de prostate localisé à haut risque métastatique. La TEP montre un intérêt grandissant lors de la planification de la radiothérapie et dans l’évaluation des thérapeutiques systémiques notamment chez les patients résistants à la castration.


Conclusion

L’imagerie moléculaire par TEP permet d’envisager des thérapies personnalisées, cependant de larges études prospectives restent encore nécessaires.


Objective

The aim of this article is to provide pragmatic answers to questions on the availability of pharmaceutical radio nucleides such as choline or PSMA in France, and on the indications and limitations of tomograph positron emission (TEP) in 2019.


Method

This article is divided into two parts, the first on the availability of radiopharmaceuticals such as choline and PSMA and the second, based on recent data (2015–2018), on the contribution of PET in optimizing the management of prostate cancer at different stages of its evolution.


Results

In the biological relapse, the detection of the site in PET-choline depends on the rate of PSA (≥1ng/mL), the kinetics PSA (if PSA2ng/mL) while the PET-PSMA appears more efficient for rate PSA<1ng/mL. During the initial diagnosis, PET can refine the diagnosis and better define the therapeutic strategy in localized prostate carcinoma at high-risk metastatic. PET is showing increasing interest in the planning of radiotherapy and in the evaluation of systemic therapies, especially in castration-resistant patients.


Conclusion

PET molecular imaging allows for personalized therapies, but large prospective studies are still needed.

Mots clés:
TEP / Choline / PSMA / /
Mots-clés:
PET / Choline / PSMA / prostate cancer
Place des auto-sondages dans la prise en charge préopératoire des hommes en rétention aiguë d’urine
Interest of intermittent self-catheterization in preoperative management of men with acute urinary retention
2019
- Le point sur...
- Réf : Progrès FMC, 2019, 3, 29, F61


Objectifs

La rétention aiguë d’urine liée à une hyperplasie bénigne de la prostate est une situation courante en urologie. En cas d’échec de sevrage de sonde après un épisode de rétention d’urine, la sonde est repositionnée et une intervention chirurgicale est proposée. Dans l’intervalle, un drainage des urines doit être réalisé. Le but de ce travail est de préciser les bénéfices de l’auto-sondage chez le patient en attente d’une chirurgie de désobstruction prostatique.


Méthode

Une revue de la littérature a été réalisée à partir de la base de recherche PubMed portant sur le risque infectieux lié aux techniques de sondage à demeure et à l’alternative apportée par l’auto-sondage.


Résultats

La réalisation d’auto-sondages réduit le risque infectieux, améliore la qualité de vie des patients et donne de meilleurs résultats post-opératoires.


Conclusion

La technique la plus adaptée pour réduire le risque de complication infectieuse est la mise en place d’auto-sondages. Ils permettent de préserver la qualité de vie des patients en attente de chirurgie. Ils doivent donc être proposés autant que possible après un premier épisode de rétention aiguë d’urines.


Objectives

Acute urine retention associated with benign prostatic hyperplasia is a common situation in urology. In case of failure of catheter withdrawal after an episode of acute retention of urine, the catheter is repositioned and surgical management is proposed. In the meantime urine drainage should be performed. The aim of this work is to clarify the benefits of intermittent self-catheterization in patients waiting for prostatic surgery.


Methods

A literature review was conducted with PubMed search based on the infectious risk associated with indwelling catheterization (urethral catheterization or suprapubic catheter) and the alternative provided by intermittent self-catheterization.


Results

Intermittent self-catheterization reduces the risk of infection, improves the quality of life and leads to better postoperative results.


Conclusion

Nowadays, the most appropriate technique to reduce the risk of infectious complication is the establishment of intermittent self-catheterization. It preserves the quality of life of patients waiting for surgery. Intermittent self-catheterization should therefore be offered as much as possible after a first episode of acute urinary retention waiting for prostatic desobstruction surgery.

Mots clés:
hypertrophie bénigne de la prostate / Rétention aiguë d’urine / auto-sondage intermittent / Risque infectieux
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Acute urinary retention / intermittent self-catheterization / Infectious risk
Promontofixation cœlioscopique : les points clefs de la technique chirurgicale
Laparoscopic sacrocolpopexy: Surgical key points
2019
- Truc et astuce
- Réf : Progrès FMC, 2019, 3, 29, F74


Introduction et objectifs

La promontofixation cœlioscopique est considérée comme le traitement de choix du prolapsus de la femme jeune car elle associe les avantages de la chirurgie prothétique par voie abdominale, avec celles d’une technique mini-invasive. De nombreuses variantes se sont développées autour de cette intervention et rendent parfois difficile l’analyse des résultats. L’objectif de cet article est de faire une mise au point sur les différents aspects de la technique chirurgicale.


Méthode

Description et recommandations sur les différents aspects de la technique chirurgicale fondée l’expérience des auteurs (trucs et astuces) mais aussi à partir des données de la littérature.


Résultats

Nous décrirons les différents temps de la double promontofixation cœlioscopique avec conservation utérine. Bien qu’il n’existe pas de données comparatives concernant les sites et modes de fixation des prothèses, il convient de se référer aux résultats des grandes séries et de privilégier de la fixation des prothèses à l’aide de fils, en avant sur l’isthme utérin et la paroi vaginale antérieure et en arrière sur les muscles releveurs. De même, il est conseillé de fixer sans tension excessive les prothèses sur le promontoire à l’aide de fils non résorbables et d’effectuer une péritonisation de ces prothèses. Il n’est pas recommandé de mettre systématiquement une prothèse postérieure inter recto-vaginale en prévention de rectocèle secondaire.


Conclusion

L’utilisation de prothèses non résorbables par voie haute (promontofixation) permet de traiter les prolapsus des organes pelviens avec des bons résultats et peu de complications y compris en termes d’exposition et d’infection de prothèses. Elle est considérée à ce titre comme la technique chirurgicale de référence et les différents aspects de la technique chirurgicale doivent donc à ce titre être bien codifiés.


Introduction and objectives

Laparoscopic sacrocolpopexy is considered as the gold standard for the surgical treatment for urogenital prolapse because it combines the advantages of abdominal route for prosthetic prolapse repair with those of a minimally invasive technique. Many variants have been described and make results difficult to analyze. The purpose of this article is to focus on the different technical aspects of this surgery.


Method

Description and recommendations on different aspects of the surgical technique based on the experience of the authors (tips and tricks) but also from the data of the literature.


Results

We will describe the different steps of laparoscopic sacrocolpopexy with two mesh and with uterine preservation. Although there are no comparative data on sites and methods of fixation of prostheses, we have to refer to the results of large series. There is a consensus on fixation of prostheses with the help of threads, forward on uterine isthmus and the anterior vaginal wall and back on the levator muscles. Similarly consensus is to fix prostheses on the promontory without excessive tension and with non-absorbable thread and close the peritoneum on these prostheses. It is not recommended to systematically put an inter-recto-vaginal prosthesis in prevention of secondary rectocele.


Conclusion

Laparoscopic sacrocolpopexy with non-resorbable prostheses can treat pelvic organ prolapse with good results and few complications including in terms of prothetic exposure or infection. Considered as the reference surgical technique for prolapse repair, the various aspects of this procedure must therefore be well codified.

Mots clés:
Techniques chirurgicales / cystocèle / Prolapsus utérin / Rectocèle / prothèses
Mots-clés:
surgical technique / cystocèle / Uterine prolapse / Rectocèle / MeSH
Devenir à long terme de la fonction rénale et facteurs prédictifs d’insuffisance rénale chronique après don vivant
Long term renal function outcomes and predictive factors of chronic renal failure after living kidney donation
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 496-503


Introduction

Les transplantations rénales avec donneur vivant apparenté offrent les meilleurs résultats en terme de fonction rénale et sont une des principales solutions à la pénurie de transplants. Cependant la sélection des donneurs et l’évaluation de la fonction rénale post don sont essentielles. L’objectif de cette étude était d’évaluer la prévalence et identifier les facteurs prédictifs de l’insuffisance rénale (IRC) chez le donneur, après néphrectomie donneur vivant.


Matériels et méthodes

Il s’agissait d’une étude rétrospective, monocentrique, incluant tous les patients qui ont eu une néphrectomie donneur vivant de 2007 à 2015 au CHU de la Conception, APHM, Marseille. Le critère de jugement principal était la fonction rénale mesurée par le Débit de Filtration Glomérulaire (DFG en mL/min) à 1 an et 5 ans post-don. L’identification de facteurs prédictifs d’insuffisance rénale modérée a été menée par une analyse univariée et multivariée selon modèle de Cox.


Résultats

Quatre-vingt onze patients ont été inclus. Il y avait 40,7 % d’hommes et l’âge médian était de 49 ans (21; 70). Le DFG pré opératoire médian était de 94mL/min (67; 160). Le suivi médian était de 24 mois [1; 120]. Le DFG post opératoire à 1 mois, 1 an et 5 ans était respectivement de 63mL/min (33; 90), 65mL/min (38; 107) et 67,5 (56; 126) et significativement plus faible que le DFG pré opératoire (respectivement p <0,001, p <0,001 et p =0,005). La prévalence de l’IRC modérée (stade 3) à 1 mois, 1 an et 5 ans était respectivement de 43,1 %, 33,3 % et 25 %. En analyse univariée et multivariée, le seul paramètre significativement associé à un DFG à un an post opératoire supérieur à 60mL/min était le DFG pré opératoire>90mL/min OR 3,61 IC95 % (1,27; 10,28) p =0,02.


Conclusion

La néphrectomie pour don entraine une perte importante de fonction rénale à moyen et long terme. Les candidats au don ayant un DFG pré opératoire inférieur à 90mL/min doivent faire l’objet d’une décision collégiale au cas par cas et nécessitent un suivi et une prise en charge néphrologique rigoureuse.


Niveau de preuve

3.


Introduction

Living donor kidney transplants give the best results in term of renal function and are the principal solutions for the transplant shortage. However, donors selection and kidney function evaluation after surgery are essential. The objective of this study was to evaluate the prevalence and to identify the predictive factors of chronic renal failure for the donor, after living donor nephrectomy.


Materials and methods

It was a retrospective and monocentric study, including all the patients who underwent a living donor nephrectomy from 2007 to 2015 at the hospital of the Conception in Marseille. The primary study endpoint was renal function mesured by the glomerular filtration rate (GFR in mL/min) at 1 year and 5 years after surgery. The identification of moderate kidney failure predictive factors was achieved by an univariate and a multivariate analysis under Cox model.


Results

Ninety-one patients were included. There was 40,7 % of men and media nage was 49 years (21; 70). Median pre-operative GFR was 94mL/min (67; 160). Median follow-up was 24 months (1; 120). Post operative GFR at 1 month, 1 year and 5 years was respectively 63mL/min (33; 90), 65mL/min (38; 107) and 67mL/min (56; 126) ans significantly lower than pre operative GFR (respectively P <0,001, P <0,001 et P =0,005). The prevalence of moderate kidney failure at 1 month, 1 year and 5 years was respectively 43,1 %, 33,3 % ans 25 %. In univariate and multivariate analysis, the only parametre significantly associated with a 1 year GFR>60mL/min wasp re operative GFR>90mL/min OR 3,61 IC95 % (1,27; 10,28) P =0,02.


Conclusion

Living donor nephrectomy leads to an important medium to long term loss of renal function. Donors with pre operative GFR<90mL/min should benefit from a rigorous supervision and nephrological care.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Fonction rénale / Néphrectomie don vivant / Débit de filtration glomérulaire (DFG) / Facteurs prédictifs
Mots-clés:
Renal function / Living donor nephrectomy / Glomerular filtration rate / (GFR) predictive factors
Efficacy of the VIRTUE male quadratic sling in the treatment of stress urinary incontinence: A retrospective study
Efficacité de la bandelette 4 bras de type VIRTUE ® dans la prise en charge de l’incontinence urinaire masculine à l’effort: étude rétrospective
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 490-495


Introduction


Mots clés:
Male sling / post-prostatectomy incontinence / Suburethral sling / Bandelette masculine / incontinence post-prostatectomie
Mots-clés:
A. / F. / E. / X. / A.
Embolisation artérielle des reins polykystiques en alternative à la néphrectomie ergonomique en pré greffe rénale. Étude monocentrique rétrospective sur 15 cas
Arterial embolization of polycystic kidneys as an alternative to ergonomic nephrectomy in renal pre-transplantation. Monocentric retrospective study
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 482-489


Introduction

Le but de cette étude était d’évaluer rétrospectivement la décroissance du volume rénal total après embolisation de l’artère rénale (EAR) dans une cohorte de patients atteints de polykystose rénale autosomique dominante en contre-indication temporaire de greffe pour des raisons ergonomiques.


Matériel et méthode

Entre novembre 2014 et mars 2017, 15 patients (11 hommes, 4 femmes) ont bénéficié d’une EAR dans un contexte de préparation à la greffe. Tous les patients étaient atteints de polykystose autosomique dominante (PKRAD) en insuffisance rénale sévère ou terminale.


Résultats

Le volume rénal total (VRT) moyen initial était de 25506 cm3±1771 (1102 cm3–7310 cm3). Le VRT moyen à 3 mois était de 1684 cm3±1539 (648 cm3–6930 cm3) avec une réduction moyenne de 33 % du volume (5,2 %–83,9 %) (IC95 % 0,229–0,436) (p <0,01), et de 1632±1743 (599 cm3–6758 cm3) à 6 mois avec une réduction moyenne de 40,7 % (7,6 %–64,1 %) (IC95 % 0,306–0,508) (p <0,01). Sur 15 patients, 13 (86,6 %) ont vu leur contre-indication ergonomique levée, et 7 (46,6 %) ont été greffés sans difficultés à ce jour. Un échec résultait d’un volume initial très élevé (7310 cm3) et nécessitait une néphrectomie secondaire. Aucun syndrome post embolisation n’a été relevé, 2 complications mineures sont survenues (13 %) avec une reprise difficile du transit et un cas d’hématurie.


Conclusion

L’EAR est une procédure mini invasive qui doit avoir sa place dans la stratégie ergonomique pré-transplantation chez les sujets atteints de PKRAD, avec un faible taux de complications et une efficacité élevée. Les indications de la néphrectomie pré greffe doivent donc être reconsidérées en raison d’un risque postopératoire important. Nos résultats confirment ceux retrouvés dans les plus grandes cohortes. Néanmoins ils nécessitent d’être confirmés par une étude prospective randomisée de grande ampleur.


Niveau de preuve

4.


Purpose

This study aims at providing a retrospective assessment of the decrease in renal volume after renal artery embolization (RAE) among a group of patients with autosomal dominant polycystic renal disease and for whom transplantation, for ergonomic reasons was temporarily advised against.


Material and methods

Between November 2014 and March 2017, as part of pre-transplantory procedure 15 patients, including 11 men and 4 women benfited from renal embolization (RAE) in a context of preparation for transplant in Lille University Hospital. All of the patients were suffering from autosomal dominant polycystic renal disease (ADPKD) at a severe or terminal stage of renal disease.


Results

The original mean total kidney volume (TKV) was 2550.6 cm3±1771 (1102 cm3; 7310 cm3), the average TKV at 3 months was 1684 cm3±1539 (648 cm3; 6930 cm3) with an average decrease of 33% in the volume (5.2%; 83.9%) (95% confidence interval [0.229–0.436]) (P <0.01) and 1632±1743 (599 cm3; 6758 cm3) at 6 months with an average decrease of 40.7% (7.6%; 64.1%) (IC95% 0.306–0.508) (P <0.01). Among the 15 patients, 13 had their contraindication removed and to date 7 have had successful transplants. One failure due to a very high initial volume (7310cm3) required a secondary nephrectomy. No post-embolization syndrome has been noticed, 2 minor complications occurred (13%) involving a difficult resumption of transit and there was one case of hematuria.


Conclusion

ERA procedures must have a place in the ergonomic transplant strategy of patients with ADPKD with a low complication rate and a high efficiency. Nephrectomy indications before transplantation must therefore be reconsidered due to a major postoperative risk. Our results are in line with larger scale studies. Nevertheless, these results need to be confirmed by a large-scale randomized prospective study.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Polykystose rénale autosomique dominante / Embolisation de l’artère rénale / dialyse / Transplantation rénale
Mots-clés:
Renal contraction therapy / Transcatheter arterial embolisation / Renal transcatheter arterial embolisation / Autosomal dominant polycystyc kidney disease (ADPKD) / Dialysis patient
Est-il nécessaire de faire systématiquement un ECBU avant l’ablation d’une sonde double J ?
Is it necessary to perform urine culture systematically prior to double J ureteral stent removal?
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 504-509


But

Évaluer l’intérêt de l’ECBU systématique avant ablation d’une sonde JJ.


Matériel et méthodes

Analyse prospective dans le cadre d’une évaluation des pratiques professionnelles d’une cohorte de patients sans signe clinique d’infection urinaire, sans facteurs de risque (prédéfinis), programmés pour ablation de sonde JJ en consultation externe. Le geste était immédiatement précédé d’un ECBU. Les patients informés, devaient adresser un auto-questionnaire complété 15jours plus tard permettant de colliger les évènements d’intérêt, analysés en fonction des résultats de l’ECBU. Le critère de jugement principal était la survenue d’une infection urinaire fébrile.


Résultats

L’ECBU pré-opératoire immédiat des 56 participants révélait une colonisation chez 9 patients (16,1 %) et une contamination chez 6 patients (10,7 %). Une association nette était notée entre une bactériurie significative avant ablation de la sonde et la mise en place de la JJ suite à une chirurgie avec effraction de la voie urinaire (p <0,02) ainsi qu’un diabète (p <0,009). Deux patients avaient de la fièvre dont un homme ayant un ECBU stérile et une femme avec une infection à Staphylocoque Aureus . Aucune hospitalisation n’était nécessaire. Douze patients rapportaient des signes fonctionnels, la douleur lombaire étant la plus fréquente. Il n’y avait pas d’association significative entre les signes fonctionnels et les caractéristiques cliniques des patients.


Conclusion

Cette évaluation n’était pas en faveur de la modification de notre protocole de soins c’est-à-dire l’absence d’antibioprophylaxie et d’ECBU systématique avant ablation de sonde JJ dans une population sélectionnée.


Niveau de preuve

4.


Objective

To assess the value of systematic urine culture before ureteric double j removal.


Material and methods

This prospective audit was performed to assess the validity of our current clinical practice. A cohort of informed patients without clinical signs of urinary tract infection and without predefined risk factors were programmed for ureteral double j stent removal in an outpatient setting. Urine was sampled for culture immediately before the procedure. Patients had to complete a self-questionnaire 15 days following stent removal, inquiring about tolerance and complications which were to be analyzed according to the culture results. The primary endpoint was the occurrence of febrile urinary tract infection.


Results

Among the 56 participants, immediate preoperative urine culture revealed colonization in 9 patients (16.1%) and contamination in 6 patients (10.7%). A significant association was found between bacteriuria and double j placement following surgery with urinary tract injury (P <0.02) and diabetes (P <0.009). Two patients had fever including a man with sterile urine and a woman with Staphylococcus Aureus infection. No hospitalization was necessary. Twelve patients reported functional signs with lumbar pain being the most common. There was no significant association between functional signs and patients’ clinical characteristics.


Conclusion

This evaluation was not in favor of modifying our protocol of care i.e. the lack of performing neither antibiotic prophylaxis nor systematic urine culture before JJ ureteral stent removal in a selected population.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Antibioprophylaxie / cystoscopie / Ablation sonde double jj / bactériurie / infection urinaire
Mots-clés:
antibiotic prophylaxis / Cystoscopy / Ablation of ureteral stent double j / Bacteriuria / urinary tract infection
Résultats des reprises chirurgicales pour complications urétérales après transplantation rénale
Results of surgical revisions for ureteral complications after renal transplantation
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 474-481


Objectif

Analyser les résultats des reprises chirurgicales pour complication urétérale (sténose urétérale ou fistule urinaire) après transplantation rénale sur une période de 10 ans.


Matériels et méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective portant sur 1313 transplantations rénales consécutives réalisées dans un centre hospitalo-universitaire entre 2005 et 2014. Les données des patients ayant développé une sténose urétérale ou une fistule urinaire secondaire à une transplantation rénale ont été analysées. Les transplantations d’organes combinées (rein-foie et rein-pancréas), ainsi que les transplantations pédiatriques ont été exclues.


Résultats

Soixante-16 patients (5,8 %) ont développé une sténose urétérale ou une fistule urinaire après transplantation rénale. Quarante-six patients (3,5 %) ont eu une reprise chirurgicale : 27 pour sténose urétérale, 19 pour fistule urinaire. Un succès d’emblée de ces reprises a été obtenu pour 26 patients (56,5 %), dont 14 sténoses urétérales (51,9 %) et 12 fistules urinaires (63,2 %) (p =0,45). Après un nouveau traitement endoscopique ou chirurgical, le taux de succès définitif a été porté à 73,1 % (34 patients) : 20 sténoses urétérales (74,1 %) et 14 fistules urinaires (73,7 %) (p =0,98). Il y a eu 2 pertes de greffons (4,3 %) et un décès (2,2 %). Le débit de filtration glomérulaire moyen estimé par le calcul du MDRD était à 44,58mL/min/1,73m2 (±14,7) avant la reprise et à 45,37mL/min/1,73m2 (±16,5) 6 mois après la reprise (p =0,92).


Conclusion

Bien que souvent complexes, les reprises chirurgicales pour complication urétérale après transplantation rénale donnent de bons résultats, avec un faible taux de perte de greffons et de mortalité.


Niveau de preuve

4.


Objective

To analyze the results of surgical revision for ureteral complication (ureteric stenosis or urinary leakage) after renal transplantation over a period of 10 years.


Materials and Methods

We performed a retrospective study on 1313 consecutive kidney transplantations carried out in a University Hospital Center between 2005 and 2014. The data of the patients who developed a ureteral stenosis or a urinary leakage secondary to a renal transplantation were analyzed. Combined organ transplantations (kidney-liver and kidney-pancreas), as well as pediatric transplantations were excluded.


Results

Seventy-six patients (5.8%) had ureteric stenosis or urinary leakage after renal transplantation. Forty-six patients (3.5%) underwent surgical revision: 27 for ureteral stenosis, 19 for urinary leakage. Early success was achieved in 26 patients (56.5%), including 14 ureteric stenosis (51.9%) and 12 urinary leakage (63.2%) (P =0.45). After a complementary endoscopic or surgical treatment, the final success rate was increased to 73.1% (34 patients): 20 ureteric stenosis (74.1%) and 14 urinary leakage (73.7%) (P =0.98). There were 2 graft losses (4.3%) and one death (2.2%). The mean glomerular filtration rate estimated by the MDRD was 44.58mL/min/1.73m2 (±14.7) before surgery and 45.37mL/min/1.73m2 (±16.5) 6 months after surgery (P =0.92).


Conclusion

Although frequently challenging, surgical revisions for ureteral complications after renal transplantation give good results, with a low rate of graft loss and mortality.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Transplantation rénale / Complication urétérale / Fistule urinaire / Sténose urétérale / Reprise chirurgicale
Mots-clés:
Kidney transplantation / Ureteral complication / Urinary leakage / Ureteric stenosis / Surgical revision
Testicular microlithiasis: Systematic review and Clinical guidelines
Micro-lithiases Testiculaires: revue systématique de la littérature et arbre décisionnel
2019
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 465-473


Introduction


Mots clés:
Testicular microlithiasis / testicular tumor / Testicular cancer / germ cell tumor / Infertility
Mots-clés:
Fouad / Amine / Elias / Toufic / Simone
Valeur pronostique de la testostéronémie lors de l’hormonothérapie intermittente du cancer de la prostate
Prognostic value of testosterone during androgene deprivation therapy
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 10, 29, 510-523


Introduction

Le traitement du cancer de la prostate (CaP) par suppression androgénique intermittente a été proposé dans le but de diminuer les effets secondaires tout en gardant un contrôle carcinologique équivalent à un traitement continu. Par ailleurs, des études ont suggéré que le pronostic du CaP traité par suppression androgénique était corrélé à l’importance de l’effondrement de la testostéronémie. Le but de cette étude était d’évaluer l’association entre la valeur de la testostéronémie en fin de première phase hors traitement (phase « OFF ») et le délai avant l’apparition d’une résistance à la castration.


Matériel et méthodes

Nous avons analysé de manière rétrospective 69 dossiers de patients sous traitement hormonal intermittent (THI). Le passage en phase OFF était proposé aux patients après au moins six mois d’hormonothérapie par analogue de la LH RH et un PSA<4ng/mL. La résistance à la castration était définie selon les recommandations de l’AFU. Trois groupes de patients ont été distingués en fonction de la valeur de la testostéronémie (T) à la fin de la première phase OFF : T<0,5ng/mL, 0,5<T<3,4ng/mL et T>3,4ng/mL. Les survies sans résistance à la castration, sans métastase et globale ont été comparées entre les groupes ainsi que la fréquence des complications. L’impact de la durée initiale d’hormonothérapie continue sur l’apparition d’une résistance à la castration et sur les paramètres chronologiques du THI a également été étudié.


Résultats

La testostéronémie à la fin de la première et de la 2e phase OFF n’était pas associée aux délais avant l’apparition d’une résistance à la castration (p = 0,5), la survenue de métastase (p = 0,4) et le décès (p = 0,3). Elle n’était pas associée à la fréquence des complications et des effets indésirables. La durée initiale d’hormonothérapie continue n’était pas associée à l’apparition d’une résistance à la castration (p = 0,6) ni à la durée moyenne des phases OFF (p = 0,5) et du traitement intermittent (p = 0,8).


Conclusion

Cette étude n’a pas montré d’impact de la valeur de la testostéronémie en fin de phase OFF (avant reprise de la suppression androgénique) sur les survies globales, sans résistance à la castration et sans métastase. De même, cette valeur n’était pas associée à la fréquence des complications liées au cancer ou à la suppression androgénique. La durée initiale d’hormonothérapie continue n’était pas associée à l’apparition d’une résistance à la castration ni aux paramètres chronologiques du THI.


Introduction

The concept of intermittent androgen deprivation therapy (IADT) for prostate cancer (PCa) was introduced in order to improve treatment tolerance with the same carcinological efficiency as continuous androgen deprivation therapy (CADT). Furthermore, studies have shown that PCa prognosis during CADT was correlated to the extent of testosterone collapse. The aim of this study was to assess the link between testosterone levels at the end of the first off-treatment phase and time to occurrence of castrate-resistant prostate cancer.


Methods

We retrospectively analyzed the files of 69 patients having undergone IADT. Intermittence was offered to the patients showing PSA<4ng/mL after at least six months of androgen deprivation therapy (ADT) using a LHRH analog. CRPC was defined according to the AFU oncological guidelines. Patients were sorted into three groups according to their testosterone levels at the end of the first off-treatment phase T<0.5ng/mL, 0.5<T<3.4ng/mL and T>3.4ng/mL. CRPC free-survival, metastasis-free survival and overall survival as well as adverse events frequency were compared between the groups. The impact of initial ADT duration on CRPC occurrence, mean off-treatment phase duration and IADT duration was also studied.


Results

Testosterone levels at the end of the first and second off-treatment phases were not linked to time to CRPC occurence (p = 0.5) , mestastasis occurence (p = 0.4 ) or death (p = 0.3 ). It was associated neither with adverse effects frequency (p = 0.2 ) nor with cancer-related complications (p = 0.6 ). Initial ADT duration was not linked to CRPC occurrence (p = 0.6 ), mean off-treatment phase duration (p = 0.5 ) or mean IADT duration (p = 0.6 ).


Conclusion

This study did not show any link between testosterone levels at the end of the first off-treatment phase (before reintroducing ADT) and overall survival, metastasis-free survival and CRPC-free survival. Likewise, it was not associated with the frequency of adverse events or cancer-related complications. Initial ADT duration was not linked to CRPC occurrence or IADT chronological parameters.

Mots clés:
Hormonothérapie intermittente / Testostéronémie / Résistance à la castration
Mots-clés:
Intermittent androgen deprivation therapy / Testostérone / Castrate-resistant prostate cancer
Dérivation urinaire non continente et modes mictionnels alternatifs chez les patients atteints de sclérose en plaques
Non continent urinary diversion and other bladder managements in patients with multiple sclerosis
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 572-578


Introduction

L’objectif est de comparer les résultats de la chirurgie de dérivation urinaire non continente (DUNC) aux modes mictionnels alternatifs chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP), en termes de satisfaction et de charge en soins.


Matériel et méthodes

Tous les patients présentant une SEP et à qui était proposé une DUNC entre janvier 2005 et mars 2018 étaient éligibles. Les patients étaient séparés en deux groupes distincts : groupe « DUNC » et groupe « Autres modes mictionnels ». L’objectif principal était la satisfaction en lien avec le mode mictionnel rapportée par le patient au moyen d’une échelle verbale simple (EVS) cotée de 0 à 10. Les objectifs secondaires comprenaient, entre autres, l’évaluation de la charge en soin liée aux différents modes mictionnels.


Résultats

Vingt-trois patients étaient inclus dans le groupe « DUNC » et 11 dans le groupe « Autres modes mictionnels », parmi lesquels 4 urinaient par miction spontanée, 3 avaient recours aux hétéro-sondages, 2 avaient eu un geste de sphinctérotomie, 1 avait toujours recours aux autosondages et 1 était porteur d’un cathéter sus-pubien. Le groupe « DUNC » rapportait une EVS significativement plus élevée que le groupe « Autres modes mictionnels » (8,22±1,78 vs 6,27±2,45 ; p =0,0056). La durée moyenne quotidienne des soins était de 16,42minutes dans le groupe « DUNC » contre 35,60minutes dans le groupe « Autres modes mictionnels » (p =0,1111).


Conclusion

Cette étude exploratoire, si elle ne permet pas de conclure, met à disposition les résultats préliminaires indispensables à l’élaboration de protocole de plus haut niveau de preuve sur la satisfaction et la charge en soin dans le cadre de la DUNC chez les patients atteints d’une SEP.


Niveau de preuve

4.


Introduction

To compare non-continent urinary diversion (NCUD) and other bladder managements in patients with multiple sclerosis (MS), in terms of satisfaction and burden of care.


Material and methods

All patients with MS that were proposed a NCUD in our center for refractory lower urinary tract disorders between January 2005 and March 2018 were eligible. Patients were attributed to two distinct groups: “NCUD” and “Other bladder management”. The primary endpoint was the satisfaction related to the bladder management quoted by a numerical rating scale (NRS) from 0 to 10. The secondary endpoints included, among other things, the evaluation of the burden of care associated with the bladder management.


Results

Twenty-three patients were included in the “NCUD” group and 11 in the “Other bladder management” group, with 4 patients pursuing with spontaneous voiding, 3 with intermittent catheterization, 2 that have undergone a sphincterotomy, 1 still performing self-intermittent catheterization and 1 with a supra-pubic catheter. The “NCUD” group had a significant higher NRS than the “Other bladder management” group (8.22±1.78 vs. 6.27±2.45; P =0.0056). The daily average duration of care was 16.42minutes in the “NCUD” group and 35.6minutes in the “Other bladder management” group (P =0.1111)


Conclusion

This exploratory study, even if not conclusive, brings to light the preliminary results needed to elaborate a high level of evidence protocol regarding the satisfaction and the burden of care associated with NCUD in MS patients.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Dérivation urinaire non continente / sclérose en plaques / Satisfaction / Qualité de vie / Charge en soin
Mots-clés:
Non-continent urinary diversion / Multiple sclerosis / Satisfaction / Quality of life / Burden of care
Dysfonctions sexuelles après traumatisme crânien : revue systématique de la littérature
Sexual dysfunctions after traumatic brain injury: Systematic review of the literature
2019
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 529-543


Contexte

Les dysfonctions sexuelles (DS) sont fréquentes en population générale, jusqu’à 50 % dans la population féminine et sans prévalence clairement définie chez les hommes mais pouvant aller jusqu’à 30 % concernant la dysfonction érectile. Après un traumatisme crânien (TC), elles sont fréquentes mais restent peu évaluées en pratique clinique. Or c’est un aspect crucial de la personne avec des implications sur la relation à l’autre, le « bien-être » psychologique et la qualité de vie.


Objectif

Déterminer, à l’aide d’une revue systématique de la littérature, dans la population des TC, l’épidémiologie, les outils d’évaluation et le traitement des DS.


Sources documentaires (mots clés, langues)

Les bases de données Medline, COCHRANE et OVID ont été utilisées avec des mots clés spécifiques (MeSH), combinés avec des opérateurs booléens : « sexual dysfunction  », « sexuality  », « erectile dysfunction  » et « traumatic brain injury  ».


Sélection des études

Seules les études publiées en français ou en anglais, et disponibles intégralement ont été inclues. Les articles ont été examinés et extraits de façon indépendante selon les recommandations PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses)


Résultats

Sur les 199 articles examinés après exclusion des doublons, 86 articles ont été étudiés dans leur texte intégral. Au total, 40 études ont été inclues dans l’analyse finale. Après un TC, 6 % à 83 % des patients rapportaient une DS : diminution de la fréquence des rapports sexuels (47 à 62 %), du désir et/ou de l’excitation (24 à 86 %), dysfonction érectile (24,2 à 57 %), dysorgasmie (29 à 40 %), comportement sexuel inapproprié (8,9 %). Il n’existait pas de méthode consensuelle d’évaluation des DS dans cette population, avec 16 outils recensés. Parmi eux, seuls deux questionnaires étaient validés dans cette population, le Brain Injury Questionnary of Sexuality – non validé en langue française – et l’Overt Behavior Scale, ce dernier étant destiné à l’évaluation des troubles du comportement sexuel. Plusieurs facteurs étaient associés de façon significative et positive aux DS : l’âge (p ≤0,01), la gravité du TC (p ≤0,002), la dépression (p <0,001), l’anxiété (p <0,001) et la fatigue (p =0,042). D’autres étaient associés négativement : le délai d’évolution (p =0,01), l’état de santé physique perçu (p <0,001) et la participation sociale (p <0,001). Il existait peu de données sur le traitement des DS en dehors d’études de cas.


Limite du travail

Une analyse quantitative n’a pas pu être réalisée en raison des différences des études inclues dans leur design, outils d’évaluation, choix de critères de gravité du TC, et délais post-TC. Quatre articles non disponibles n’ont pas pu être consultés.


Conclusion

Les DS sont fréquentes après un TC mais restent peu évaluées en pratique clinique, en dépit de leur impact sur les patients et leur partenaire. Leur évaluation et traitement devraient faire partie de la prise en charge globale des patients après un TC. Néanmoins, il n’existe pas actuellement d’outil validé en français pour évaluer ces DS, ni de recommandations sur leur traitement.


Background

Sexual dysfunction (SD) is common in the general population, up to 50% in women and with no clearly defined prevalence in men but up to 30% in erectile dysfunction. Sexual dysfunctions (SD) are common after a traumatic brain injury (TBI) but remain underrated in clinical practice, yet it is a crucial aspect of the person with consequences for the relationship with the other, psychological wellbeing and quality of life.


Objective

To determine, through a systematic literature review, the epidemiology, assessment tools and treatment of SD in the TBI population.


Sources

(keywords, languages): Medline, COCHRANE and OVID databases were used with specific keywords (MeSH), combined with Boolean operators: “sexual dysfunction”, “sexuality”, “erectile dysfunction” and “traumatic brain injury”.


Study selection

Only studies published in French or English, and with full-text available, have been included. Articles have been independently reviewed and extracted.


Results

Of the 199 articles reviewed after exclusion of duplicates, 86 articles were reviewed in their full text. A total of 40 studies were included in the final analysis. After TBI, 6% to 83% of patients report SD: decreased frequency of sexual intercourse (47–62%), desire and/or arousal (24–86%), erectile dysfunction (24,2–57%), difficulties with orgasm (29–40%), inappropriate sexual behaviour (8,9%). There is no consensus method for evaluating SD in this population, with 16 tools identified. Among them, only two questionnaires were validated in this population, the Brain Injury Questionnary of Sexuality – not validated in French – and the Overt Behavior Scale, the latter being intended for the evaluation of sexual behaviour disorders. Several factors are significantly and positively associated with SD: age (P 0.01), severity of TBI (P 0.002), depression (P <0.001), anxiety (P <0.001), and fatigue (P =0.042). Others are negatively associated: time since injury (P =0.01), perceived physical health status (P <0.001) and social participation (P <0.001). There is little data on the treatment of SD outside of case studies.


Limits

Quantitative analysis could not be performed due to differences in the studies included in their design, evaluation tools, choice of TBI severity criteria, and post-TBI timeframes. Four unavailable articles could not be consulted.


Conclusion

SD are common after TBI but remain poorly evaluated in clinical practice, despite their impact on patients and their partners. Their evaluation and treatment should be part of the overall management of patients after TBI. Nevertheless, there is currently no validated tool in French to evaluate these SD, nor are there any guidelines on their treatment.

Mots clés:
Traumatisme crânien / sexualité / Dysfonctions sexuelles / dysfonction érectile
Mots-clés:
Traumatic brain injury / Sexuality / Sexual dysfunction / erectile dysfunction
Existe-t-il une obstruction autre que prostatique dans la Maladie de Parkinson Idiopathique ?
Is there any obstruction other than prostatic obstruction in Idiopathic Parkinson's Disease?
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 579-585


Objectif

Mettre en évidence, une anomalie de relaxation sphinctérienne (pseudo-dyssynergie vésico-sphinctérienne – DVS), dans la Maladie de Parkinson Idiopathique (MPI), qui constituerait un obstacle sous vésical.


Matériel et méthode

Une étude rétrospective a été réalisée en incluant des hommes dont le diagnostic de MPI était certain et ayant participé au programme de rééducation SIROCCO. Les patients inclus ont présenté une hyperactivité vésicale et une dysurie sans obstacle prostatique échographique. Ils ont été évalués cliniquement par le score de symptômes urinaires Urinary Symptoms Profile (USP). L’obstruction sous vésicale a été évaluée sur le plan urodynamique par l’étude pression-débit. L’obstruction urodynamique a été évaluée par l’index d’obstruction vésicale (BOOI). Elle a été définie par un BOOI>40.


Résultats

Le nomogramme pression-débit a pu être analysé chez cinq patients qui répondaient aux critères d’inclusion. Chez ce groupe de 5 patients atteints de MPI, le diagnostic a été porté en moyenne 10,6 ans (7–14) avant la réalisation des études pression-débit. Nos résultats ont objectivé 4 patients obstructifs parmi 5 et un patient équivoque. Une pseudo-DVS striée a été retrouvée chez les 3 patients obstructifs et associée à une probable pseudo-DVS lisse chez un patient.


Conclusion

Nous avons observé, dans cette courte série, une anomalie de la relaxation sphinctérienne chez les patients présentant une MPI.


Niveau de preuve

3.


Objective

To highlight the existence of pseudo-dyssynergia in Idiopathic Parkinson's Disease (IPD) constituting a functional bladder outlet obstruction.


Materials and methods

A retrospective study was conducted by including men with a confirmed diagnose of IPD who participated in the SIROCCO rehabilitation program. Patients included clinically exhibited overactive bladder and voiding dysfunction without prostatic hypertrophy ultrasounded. They have been clinically assessed by the Urinary Symptoms Profile (USP) urinary symptom score. Bladder outlet obstruction was assessed by the pressure-flow study. Urodynamic obstruction has been quantified by the bladder obstruction index which depends on detrusor pressure at maximum flow rate and maximum flow rate. It has been defined by a BOOI>40.


Results

The pressure-flow profile was analyzed in 5 patients who met the inclusion criteria. In this group of 5 patients with IPD, the diagnosis was made on average 10.6 years (7–14) before the pressure-flow studies were performed. Our results objectified 4 patients obstructive among 5 and one equivocal patient. A striated pseudo-dyssynergia was found in the 3 obstructive patients and associated with a smooth pseudodyssynergia in one patient.


Conclusion

We have observed, in this short series, a pseudo-dyssynergia by subjects suffering from IPD.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Maladie de Parkinson idiopathique / dysurie / hyperactivité vésicale / Étude pression débit / Pseudo-dyssynergie vésico-sphinctérienne
Mots-clés:
Idiopathic Parkinson's disease / Voiding dysfunction / Overactive bladder / pressure-flow study / Pseudo-dyssynergia
Impact du diastasis des muscles droits de l’abdomen sur les symptômes pelvi-périnéaux : revue de la littérature
Impact of the diastasis of the rectus abdominis muscles on the pelvic-perineal symptoms: Review of the literature
2019
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 544-559


Introduction

Le diastasis des muscles droits de l’abdomen est fréquent au cours de la grossesse et du post-partum.


Objectif

Déterminer la prévalence de cette pathologie, les méthodes de diagnostic, l’association avec les troubles pelvi-périnéaux et les thérapeutiques pouvant être proposées.


Méthodes

Revue de la littérature sur Pubmed, Medline, Embase et Cochrane en utilisant les mots et MeSH suivants : diastasis, diastasis and pregnancy, diastasis of the rectus abdominis muscle, increase of the inter-recti distance.


Résultats

Parmi les 124 articles que nous avons trouvés, 61 ont été retenus. L’échographie abdominale semble être l’examen de choix tant sur le plan de la faisabilité que de la reproductibilité pour le diagnostic de cette pathologie (coefficients de corrélation intra-classe (ICC) élevés 0,81 à 0,94). Les facteurs de risque mis en évidence sont variables selon les études : port de charge lourde (OR=2,18 (IC 95 % 1,05 à 4,52) p= 0,04), prise de poids. Les résultats des études sont discordants concernant l’association entre le diastasis et les douleurs lombaires (RR=1,39 (IC 95 % 0,91–2,14), p= 0,17), l’incontinence urinaire (RR=0,86 (IC95 % 0,55–1,33) p >0,65) et le prolapsus (OR=2,25 (IC 95 % 1,51–3,37) p <0,001). Cependant, le diastasis semble jouer un rôle dans l’altération de la qualité de vie de ses patientes.


Conclusion

Les connaissances sur les facteurs de risque, les conséquences des diastasis et leur prise en charge sont encore limitées à ce jour. Il est donc nécessaire d’établir des études prospectives sur de plus grands effectifs afin d’améliorer les connaissances sur les diastasis des muscles droits.


Introduction

The diastasis of the rectus abdominis muscles is common during pregnancy and post-partum.


Objective

To determine the prevalence of this pathology, methods of diagnosis, association with pelvic-perineal disorders and therapies that may be proposed.


Methods

Review of Pubmed, Medline, Embase and Cochrane literature using the following words and MeSH: diastasis, diastasis and pregnancy, diastasis of the rectus abdominis muscle, increase of the inter-recti distance.


Results

Among the 124 articles found, 61 were selected. Ultrasound seems to be the exam of choice both in terms of feasibility and reproducibility for the diagnosis of this pathology (intra-class correlation coefficients (ICC) high 0.81 to 0.94). The risk factors identified vary from one study to another: heavy load bearing (OR=2.18 (95 % CI 1.05 to 4.52) P= 0.04), weight gain. Studies are discordant regarding the association between diastasis and low back pain (RR=1.39 (95 % CI 0.91–2.14), P= 0.17), urinary incontinence (RR=0.86 (95 % CI 0.55–1.33) P >0.65) and prolapse (OR=2.25 (95 % CI 1.51–3.37) P < 0.001), but the diastasis seems to play a role in the alteration of the quality of life for these patients.


Conclusion

Knowledge about risk factors, consequences of diastasis and management is still limited today. It is therefore necessary to establish prospective studies on larger numbers in order to improve knowledge on the diastasis of the rectus abdominis muscles.

Mots clés:
Diastasis / Diastasis et grossesse / Diastasis des muscles droits de l’abdomen / prolapsus / Diastasis et douleur
Mots-clés:
Diastasis / Diastasis and pregnancy / Diastasis of the rectus abdominis muscle / Increase of the inter-recti distance / Prolapse
Is bladder voiding efficiency useful to evaluate voiding function in women older than 65 years?
L’efficacité mictionnelle de la vessie est-elle utile pour évaluer la fonction vesicale chez les femmes de plus de 65 ans?
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 567-571


Introduction


Mots clés:
Bladder voiding efficiency / Ageing / Woman / Urodynamics / Éfficacité mictionnelle de la vessie
Mots-clés:
F.A. / B.G. / G. / P.E. / P.P.
Les changements itératifs de prothèse urétrale trans-sphinctérienne chez le patient neurologique : une alternative à la sphinctérotomie ?
Temporary urethral stents changes as an alternative treatment for neurological bladder
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 560-566


Introduction

Le traitement de référence de la dyssynergie vésicosphinctérienne (DVS) neurologique repose sur la réalisation d’auto-sondages intermittents mais, certains patients présentent une incapacité à la réalisation des auto-sondages. Dans cette population, un traitement endoscopique peut être proposé. Nous avons pris le parti d’évaluer les changements itératifs de prothèses trans-sphinctériennes temporaires comme une alternative à la sphinctérotomie chirurgicale.


Matériel et méthode

Nous avons réalisé une étude monocentrique rétrospective descriptive incluant tous les patients neurologiques appareillés par une prothèse urétrale trans-sphinctérienne entre avril 2005 et septembre 2017. Les changements prothétiques étaient réalisés tous les 12 à dix-huit mois selon les résultats de la fibroscopie de contrôle. Le critère de jugement principal était la poursuite des changements de prothèses.


Résultats

Quarante-quatre patients suivis durant 46 mois [18,5–53,25] étaient inclus. Quatorze (32 %) patients présentaient un échec primaire de traitement principalement à la suite de difficultés d’appareillage (n =3) et de rétention urinaire chronique persistante (n =2). Quatre patients étaient décédés. Le traitement était initialement efficace pour 30 (68 %) patients. Parmi ceux-ci 10 (33 %) ont adopté un autre mode mictionnel lors du suivi. Cinq (11 %) patients étaient perdus de vue. Les complications les plus fréquentes étaient les rétentions urinaires (29 %), les infections urinaires (27 %), et la migration prothétiques. Quinze (34 %) présentaient une complication de grade Clavien III–IV.


Conclusion

Les changements itératifs de prothèses trans-sphinctériennes sont une alternative à la sphinctérotomie chirurgicale chez des patients sélectionnés pour la prise en charge de la DVS mais avec une morbidité significative.


Niveau de preuve

4.


Background

Patients with detrusor-sphincter dysynergia (DSD) who are unable to perform self-catheterisation can benefit from an endoscopic treatment. We chose regular urethral stent changes as an alternative to sphincterotomy in this kind of patients. The purpose of this study is to show that temporary urethral stents changes represent a treatment option with a reasonable morbidity for patients with DSD.


Methods

We retrospectively reviewed patients in our center who had been treated with urethral stents from April 2005 to September 2017. The stent changes were performed every 12 to 18 months depending on urethrovesical fibroscopy findings. The primary endpoint was treatment continuation.


Results

A total of 44 patients were enrolled in our study and the average follow-up duration was 46 months [18.5–53.25]. Primary treatment failure was seen in 14 (32%) patients mainly due to problems related to equipment (n =3) and urinary retention (n =2). Four patients died before their first stent change. The treatment was successful in 30 (68%) patients, of whom 10 (33%) subsequently adopted a voiding mode change. We lost sight of 5 patients (11%) during follow-up. The main complications were urinary retention (29%), urinary tract infections (27%) and stent migration (18%). Fifteen (34%) experienced grade III–IV complications.


Conclusions

Regular urethral stent changes represent an alternative treatment option for patients with DSD but with a significant morbidity.


Level of evidence

4.

Mots clés:
vessie neurologique / Dyssynergie vésicosphinctérienne / Prothèse d’incontinentation
Mots-clés:
Neurological bladder / Detrusor-sphincter dyssynergia / urethral stent
Stop à “l’anticholinergic bashing” !
Stop the anticholinergic bashing !
2019
- Éditorial
- Réf : Prog Urol, 2019, 11, 29, 525-528

Mots clés:
G. / X. / B. / C.
Mots-clés:
Oncology / Renal cancer / Enhanced recovery / Quality of life
Évaluation de la rachianesthésie en chirurgie ambulatoire urologique, comparaison entre deux anesthésiques locaux (Chloroprocaïne/Bupivacaïne)
Evaluation of spinal anesthesia in urological outpatient surgery, comparison between two local anesthetics (Chloroprocaine/Bupivacaine)
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 402-407


Introduction

La rachianesthésie en urologie ambulatoire est controversée (durée d’hospitalisation, risque de rétention). L’objectif principal était d’évaluer la rachianesthésie en ambulatoire et comparer 2 anesthésiques locaux secondairement.


Matériel

Il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique incluant tous les patients opérés en chirurgie ambulatoire urologique sous rachianesthésie entre décembre 2011 et mai 2015, répartis en deux groupes selon l’anesthésique local utilisé : bupivacaïne (BP) et chloroprocaïne (CP). Les variables quantitatives étaient comparées par test t de Student, les variables qualitatives par test de &khgr; 2.


Résultats

Soixante-quinze patients inclus dont 71 (95 %) sortis le même jour. Les contre-indications de sortie étaient : patient seul à domicile(1), caillotage vésical(1), intolérance JJ(1), retard reprise mictionnelle(1). La durée moyenne d’acte était de 27±19min, celle de SSPI de 55±31min, celle de séjour de 360±91min. Un total de 45 patients (60 %) ont reçu de la BP et 30 (40 %) de la CP. La durée de séjour moyenne en SSPI était significativement réduite dans le groupe CP (47±24min vs 61±34min, p =0,04). Un patient a présenté un retard mictionnel dans le groupe BP sans différence significative. Pas de différence significative pour les autres critères étudiés en dehors de l’âge moyen qui est plus élevé dans le groupe CP (p =0,02).


Conclusion

La rachianesthésie est adaptée à l’urologie ambulatoire sans augmenter le risque de rétention urinaire, notamment avec la CP qui diminuerait la durée de séjour en SSPI comparée à la BP.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Spinal anesthesia in outpatient urology is controversial (longer hospital stay, risk of urinary retention). The main goal was to evaluate outpatient spinal anesthesia and to compare 2 local anesthetics secondarily.


Material

Monocentric retrospective study including all patients undergoing surgery in urological ambulatory surgery under spinal anesthesia between December 2011 and May 2015, split into two groups according to the local anesthetic used: bupivacaine (BP) and chloroprocaine (CP). Quantitative variables were compared by Student's t-test, qualitative variables by &khgr; 2 test.


Results

Seventy-one (95%) out of the 75 patients included have been discharged the same day. Discharge was impossible in these cases: patient alone at home (1), bladder clot (1), JJ intolerance (1), delayed micturition (1). The mean duration of the procedure was 27±19min, the SSPI's was 55±31min, the stay's was 360±91min. A total of 45 patients (60%) received BP and 30 (40%) received CP. The mean residence time in SSPI was significantly reduced in the CP group (47±24min vs. 61±34min, P =0.04). One patient experienced urination delay in the BP group with no significant difference. No significant difference for the other criteria studied despite the mean age, which is higher in the CP group (P =0.02).


Conclusion

Spinal anesthesia is adapted to ambulatory urology, and does not increase the risk of urinary retention, especially with CP that would decrease the length of stay in SSPI compared to BP.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Rachianesthésie / Ambulatoire / urologie / Bupivacaine / Chloroprocaine
Mots-clés:
Spinal anesthesia / outpatient surgery / Urology / Bupivacaine / Chloroprocaine
Évolution sur 12 ans des indications de prostatectomie totale pour cancer
12-year history of radical surgery indications for the treatment of prostate cancer
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 408-415


But

Analyser les indications de prostatectomie radicale et de curage ganglionnaire retenue en RCP au cours des 12 dernières années dans un centre chirurgical hospitalo-universitaire francilien afin d’évaluer leur adéquation vis-à-vis des recommandations de bonnes pratiques clinique concomitamment en vigueur.


Méthode

>Il s'agit d'une étude rétrospective monocentrique des données collectées prospectivement entre 2007 et 2019. Nous avons réalisé une analyse des caractéristiques clinique et pathologiques prises en compte en RCP pour la décision de traitement et comparaison de leur évolution au cours de 4 périodes de 3 ans correspondant aux actualisations des recommandations de bonnes pratiques clinique.


Résultats

Deux mille quatre-vingt-huit patients consécutifs traités par prostatectomie totale entre le 16/03/2007 et le 17/03/2019 ont été inclus. La proportion de patients classés à risque faible, intermédiaire ou haut selon D’Amico, a été de 13,2 %, 80,8 % et 6,0 % respectivement. Une augmentation de fréquence du traitement chirurgical radical des cancers de haut risque a été observée. Parallèlement, une diminution de fréquence des prostatectomies pour traiter des cancers de faible risque a été constaté.


Conclusion

Les indications de prostatectomie totale et de curage ganglionnaire ont évolué en adéquation avec les recommandations de bonnes pratiques cliniques prises en considération en réunion de concertation pluridisciplinaire d’onco-urologie.


Niveau de preuve

3.


Aim

To analyze the indications of radical prostatectomy and lymph node dissection retained during the last 12 years in an academic surgical center in the Paris region in order to ensure their adequacy in relation to the current clinical guidelines.


Method

Monocentric retrospective study of prospectively collected data, between 2007 and 2019. Analysis of the clinical and pathological characteristics which were taken into account during multidisciplinary meeting discussion for the treatment decision, and comparison of their evolution over the four 3-year period corresponding to the clinical guideline updates.


Results

Two thousand eighty-eight consecutive patients treated by radical prostatectomy between 16/03/2007 and 17/03/2019 were included. The proportion of patients classified as low, intermediate or high risk according to D’Amico system was 13.2%, 80.8% and 6.0% respectively. An increase in the frequency of surgical treatment of high-risk cancers has been observed. At the same time, there has been a decrease in the frequency of prostatectomies to treat low-risk cancers.


Conclusion

The indications for radical prostatectomy and lymph node dissection have evolved in line with the current clinical guidelines which were taken into consideration in a onco-urological multidisciplinary meeting.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Cancer de la prostate / Classification de D’Amico / Curage ganglionnaire / prostatectomie radicale / Recommandations
Mots-clés:
prostate cancer / D’Amico class system / lymph node dissection / radical prostatectomy / guidelines
Facteurs prédictifs d’échec du traitement conservateur du traumatisme rénal grade III–V
Factors predicting of failure after conservative treatment in III–V grade renal trauma
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 416-422


Introduction et objectifs

l’exploration chirurgicale des lésions rénales secondaires d’un traumatisme majeur aboutit souvent à la néphrectomie. L’objectif de ce travail était d’identifier les facteurs associés à la nécessité d’une intervention chirurgicale chez les patients atteints de traumatisme rénal grade III–V et traités initialement de manière conservatrice.


Matériels et méthodes

Nous avons étudié rétrospectivement les données des patients atteints de traumatisme rénal grade III–V survenus entre juin 2005 au juin 2015. Les caractères démographiques, cliniques et bio-radiologiques à l’admission et au cours du suivi, ainsi que la prise en charge et les complications, ont été enregistrés. Les données des patients, dont le traitement conservateur a été un succès sans recours à la néphrectomie, et celles des patients qui ont eu besoin de chirurgie, ont été analysées.


Résultats

Soixante-treize patients ont été inclus dans cette étude. Le grade III représentait 45 %, le grade IV 49 % et le grade V 5 %. Le taux de réussite du traitement conservateur était de 79 % : 31 cas de grade III (94 %), 26 cas de grade IV (72 %) et aucun patient de grade V. L’hypotension à l’admission (p =0,04), taille de l’hématome supérieure à 3,5 centimètres (p =0,002), le grade V (p =0,003), anémie (p =0,04), la transfusion sanguine (p =0,01) et l’aggravation des lésions au scanner de contrôle (p =0,001), sont les facteurs retenus comme prédictifs d’échec du traitement conservateur.


Conclusion

L’attitude conservatrice est le traitement de choix dans le traumatisme rénal grade III–V, les facteurs pronostiques retrouvés permettent de mieux sélectionner les patients.


Niveau de preuve

4.


Introduction and objectives

Surgical exploration of renal injury secondary to major trauma often leads to nephrectomy. The aim of this work was to identify the factors associated with the need for surgery in patients with III–V grade renal trauma who were initially managed conservatively.


Materials and methods

We retrospectively reviewed data from patients with Grade III–V kidney injury between June 2005 and June 2015. Demographic, clinical and bio-radiological characteristics at admission and follow-up, as well as management and complications, were recorded. Patient data, including conservative treatment, was a success without recourse to nephrectomy, and those patients who needed surgery were analyzed.


Results

Seventy three patients were included in this study. Grade III accounted for 45%, Grade IV: 49% and Grade V: 5%. The success rate for conservative treatment was 79%: 31 patients grade III (94%), 26 grade IV (72%) and no grade V patients. hypotension at admission (P =0.04), hematoma size greater than 3.5 centimeters (P =0.002), grade V (P =0.003), anemia (P =0.04), blood transfusion (P =0.01) and worsening of lesions of the control CT lesions (P =0.001), are the factors considered as predictive of failure of conservative treatment.


Conclusion

Conservative management is the treatment of choice in III–V grade renal trauma, and the prognostic factors found in this study make it possible to better select patients.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Rein / traumatisme / Traitement conservateur / Facteurs pronostiques
Mots-clés:
kidney / trauma / Conservative treatment / Prognostic factors
Les scores radiologiques peuvent-t-ils prédire le succès de la NLPC ? Étude comparative du Guy's stone score, du STONE score, du CROES nomogram, et du S-ReSc score
Do the nephrolithometry scoring systems predict the success of percutaneous nephrolithotomy. Comparison of 4 scores: The Guy's stone score, STONE Score, CROES nomogram and S-ReSC score
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 432-439


Objectif

Comparer la sensibilité du GSS score, du STONE score, du CROES score et du S-ReSC score dans la prédiction des résultats de la NLPC.


Matériels et patients

Nous avons rétrospectivement étudié les données cliniques, biologiques ainsi que les caractéristiques scannographies des calculs de tous les patients ayant eu une NLPC entre 2013 et 2016. Le statut stone-free (SSF) était défini par l’absence de calculs résiduels ou un calcul<4mm.


Résultats

Un total de 157 NLPC était noté. Le taux moyen de SF était de 59 % (92 sur 157) et le taux moyen de complication était de 22 % (35 sur 157). La surface moyenne des calculs était de 542mm2 pour le groupe stone-free. Tous les scores étaient identifiés comme facteurs prédictifs du statut stone-free (SSF). Le Guy's Stone Score, le CROES score et le S-ReSC score étaient liés de façon significative au taux de complications périopératoires (p <0,02). En analyse multivariée, le CROES score était identifié comme étant facteur prédictif du taux stone-free et des complications (p <0,01). L’aire sous la courbe avait montré de bons résultats en terme de sensibilité au SSF de la surface du calcul, du GSS score, du STONE score, du CROES score, et du S-ReSC score, qui étaient respectivement (0,737/0,674/0,762/0,746/0,710).


Conclusion

Bien que les 4 scores étaient significativement liés au SSF. Le STONE score est apparu comme le facteur le plus prédictif de SSF et de complications.


Niveau de preuve

3.


Introduction

The aim of the study is to investigate the factors predictive of surgical outcomes of PCNL and to compare the predictability and accuracy of the Guy's stone score, STONE nephrolithometry, CROES nomogram and S-ReSC score.


Patients and methods

We reviewed retrospectively the surgical outcomes recorded consecutively and imaging data of preoperative computed tomography scans of patients who underwent PCNL from 2013 to 2016. Patients with asymptomatic residual fragments<4mm were considered stone-free. Preoperative abdominopelvic computerized tomography images of the patients were reviewed and scored according The Guy's stone score, STONE nephrolithometry, CROES nomogram, S-ReSC score by one urologist.


Results

A total of 157 PCNLs were reviewed. The overall stone-free rate was 59% (92/157) with a complication rate of 22% (35/157). Stone Burden<542mm3 is significantly associated with stone-free rate (SFR) (P =0.001). On univariate analysis, all the scoring systems were identified as significant factors in terms of SFR. The Guy's Stone Score, the CROES score and the S-ReSC score were associated with complications (P <0.02). The multivariate logistic regression analysis showed that the CROES score was identified as a significant factor in terms of SFR and complications (P <0.01). The area under the receiver operating characteristic (ROC) curves for stone burden, the Guy's, STONE score, CROES core and S-ReSC scores showed good results (0.737/0.674/0.762/0.746/0.710) respectively.


Conclusion

Although the four scoring systems were significantly associated with SFR, the STONE score was a significant predictive factor for SFR and complications after PCNL.


Level of evidence

3.

Mots clés:
La néphrolithotomie percutanée / Guy's stone score / STONE nephrolithometry / CROES score / S-ReSC score
Mots-clés:
percutaneous nephrolithotomy / Guy's stone score / STONE nephrolithometry / CROES score / S-ReSC score
Morbidité, résultat fonctionnel, et qualité de vie des néovessies après cystectomie pour cancer : comparaison de la voie ouverte vs robotique
Orthotopic neobladder reconstruction for bladder cancer: robotic-assisted versus open-radical cystectomy for perioperative outcomes, functional results and quality of life
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 440-448


Introduction

La cystectomie totale ouverte (CTO) est la technique de référence des cystectomies carcinologiques. La cystectomie laparoscopique robot assistée (CLRA) a été introduite en 2003, son développement est en plein essor.


Objectif

Comparer les résultats de la voie ouverte et robotique totalement intracorporelle (IC) avec remplacement orthotopique en termes de morbidité périopératoires, complications, résultats fonctionnels et qualité de vie (QdV) à long terme.


Patients et méthodes

Une étude prospective, multicentrique, a été conduite chez les patients opérés d’une CT avec dérivation urinaire par néovessie orthotopique iléale (NVOI) pour cancer de vessie, entre février 2010 et février 2017. Les questionnaires de QdV (EORTC QLQ-C30 et BLM30) et de fonction urinaire (questionnaire USP et calendrier mictionnel) étaient distribués au cours d’une consultation de suivi ou par voie postale. Les patients traités par CT et NVOI de remplacement étaient divisés en 2 groupes (CLRA-IC, et CTO).


Résultats

Au total, 72 patients étaient inclus : 55 (76,4 %) dans le groupe CTO et 17 (33,6 %) dans le groupe CLRA-IC. La durée opératoire était significativement plus longue dans le groupe CLRA-IC (médiane 360 vs 300min; p <0,001), mais la durée d’hospitalisation réduite de 5jours comparée au groupe CTO (médiane 12 vs 17jours ; p <0,05). Les patients du groupe CLRA-IC avaient moins de transfusion périopératoire (0 vs 23,6 % ; p <0,05) mais un taux plus élevé de sténose urétéro-iléale et d’éventration à long terme (respectivement 25,5 vs 3,6 % et 23 vs 2 % ; p <0,05). Aucunes différences en termes de qualité de vie et de fonctions urinaires n’étaient observées entre les deux groupes à long terme.


Conclusion

La CLRA avec NVOI totalement IC est associée à une durée d’hospitalisation plus courte et une réduction des transfusions sanguines. À long terme, les patients avec une CLRA peuvent présenter un risque plus important de sténose de l 'anastomose urétéro-iléale et d’éventration. La CLRA avec remplacement par NVOI en IC ne présente aucune différence avec la CTO en termes de fonction urinaire et de QdV à long terme.


Niveau de preuve

3.


Introduction

Open radical cystectomy (ORC) is the gold standard technique for carcinologic cystectomies. Robotic-assisted radical cystectomy (RARC) was introduced in 2003 and its development is booming.


Objective

To compare ORC and RARC with totally intracorporal (IC) orthotopic neobladder (ONB) reconstruction, in terms of perioperative outcomes, morbidity, functional results and quality of life (Qol).


Patients and methods

From February 2010 to February 2017, a French multicentric, prospective study on patients who had a RC and ONB reconstruction for bladder cancer was performed. All patients completed the following questionnaires: the European Organization for Research and Treatment of Cancer (EORTC) generic (QLQ-C30) and the bladder cancer specific instruments (QLQ-BLM30). To assess urinary symptoms, patients also completed the Urinary Symptom Profile questionnaire (USP) and a three-day voiding diary. Patients were divided in two groups: ORC and RARC.


Results

We included 72 patients: 55 in the ORC group (76,4%) and 17 (33,6%) in the RARC group. Operative time was longer in RARC group (median 360 vs 300min; P <0.001) but length of stay was 5 days shorter (median 12 vs 17 days; P <0,05). Patients in RARC group had less blood transfusion (0 vs 23.6%; P <0.05), but a higher rate of uretero-ileal anastomosis stenosis and eventration at long term (respectively 25.5 vs 3.6% et 23 vs 2%; P <0.05). No statistical differences were found concerning quality of life items and functional results between the groups.


Conclusion

RARC with totally IC ONB reconstruction lead to less perioperative morbidity with a reduced rate of blood transfusion and a reduced hospital length of stay. At long term, RARC could provide higher rates of uretero-ileal stenosis and eventration. RARC and ORC do not have any differences in terms of functional outcomes and Qol at long term after ONB reconstruction.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Qualité de vie / Cancer de la vessie / Néovessie orthotopique / Cystectomie / Laparotomie
Mots-clés:
Quality of life / bladder cancer / Orthotopic neobladder / Cystectomy / Open
Photothérapie dynamique dans le cancer de la prostate à faible risque. Revue de la littérature
Vascular targeted photodynamic therapy in low-risk prostate cancer. A literature review
2019
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 393-401


Introduction

Actuellement, environ 50 % des cancers de la prostate nouvellement diagnostiqués sont localisés à la glande prostatique et de faible risque selon la classification de d’Amico. Les thérapies focales, dont l’objectif est le traitement de la seule lésion index du cancer, apparaissent comme une nouvelle alternative en cours d’évaluation dans la prise en charge de ces cancers. Outre l’intérêt dans le contrôle de la maladie, ces thérapies focales présentent un très faible risque de morbidité. La photothérapie dynamique à visée vasculaire (VTP) est l’une de ces nouvelles thérapies émergentes.


Méthode

Une revue exhaustive de la littérature concernant la VTP en cancérologie prostatique a été réalisée. Une recherche par les mots clés suivant « low-risk prostate cancer  », « focal treatment  », « vascular targeted photodynamic therapy  » « TOOKAD » a été réalisée dans Pubmed et Embase.


Résultats

Dans les différentes études de phase II, la VTP a montré un taux de 80 % de biopsies négatives à 6 mois, avec une bonne tolérance clinique. L’étude européenne de phase III, prospective randomisée comparant le VTP à la surveillance active, a montré une plus faible proportion de progression, ainsi qu’une durée avant progression plus importante pour la VTP. Les évènements indésirables sont majoritairement modérés et transitoires. La qualité de vie des patients est préservée, avec un impact modéré sur les fonctions érectiles et urinaires.


Conclusion

La VTP semblent être une nouvelle approche prometteuse dans le cancer de la prostate localisé de faible risque.


Introduction

Currently, about 50% of newly prostate cancers are localized and low-risk according to D’Amico risk classification. Focal therapies whose objective is to treat only the index lesion appear as a new alternative being evaluated in the management of these cancers. Besides the interest in the control of the disease, focal therapies present a very low risk of morbidity. Vascular targeted photodynamic therapy (VTP) is one of these new emerging therapies.


Method

An exhaustive review concerning VTP in prostate cancer was carried out. A search by the following keywords “low-risk prostate cancer”, “focal treatment”, “vascular targeted photodynamic therapy” “TOOKAD” was carried out in Pubmed and Embase.


Results

In phase II studies, VTP showed a rate of 80% negative biopsies at 6 months, with good clinical tolerance. The European phase III, randomized prospective study, comparing VTP to active surveillance showed a lower proportion of progression, as well as a more significant duration before progression for VTP. The adverse events are mostly moderate and transient. The quality of life of patients is preserved, with a moderate impact on erectile and urinary functions.


Conclusion

VTP appear to be a promising new approach in localized low-risk prostate cancer.

Mots clés:
Traitement focal / Photothérapie dynamique / Tookad / Cancer de la prostate de faible risque
Mots-clés:
Focal treatment / Vascular targeted photodynamic therapy / Tookad / Low-risk prostate cancer
The impact of neutrophil-to-lymphocyte, platelet-to-lymphocyte and haemoglobin-to-platelet ratio on localised renal cell carcinoma oncologic outcomes
L’impact du rapport neutrophiles-lymphocytes, plaquettes-lymphocytes et hémoglobine-plaquettes sur les résultats oncologiques du carcinome rénal localisés
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 8, 29, 423-431


Introduction


Mots clés:
S. / D. / W. / F. / T.
Mots-clés:
kidney / trauma / Conservative treatment / Prognostic factors