Stimulation transcutanée du nerf tibial dans le traitement des hyperactivités vésicales réfractaires de l’enfant et de l’adolescent. Étude préliminaire

25 novembre 2013

Auteurs : O. Bouali, L. Even, O. Abbo, P. Galinier, J. Moscovici, X. Gamé
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1035-1036




 



Objectifs .- L'électrostimulation transcutanée du nerf tibial (NT) a montré son efficacité dans l'hyperactivité vésicale (HAV) de l'adulte mais n'a pas été évaluée chez l'enfant. Le but de cette étude était d'évaluer son efficacité et sa tolérance chez les patients de moins de 15ans ayant un syndrome clinique d'HAV.


Méthodes .- Nous avons mené une analyse rétrospective des résultats de l'électrostimulation du NT (1 séance quotidienne de 20minutes, intensité 10Hz) pour syndrome clinique d'HAV réfractaire aux thérapeutiques usuelles (hors vessie neurologique). L'efficacité du traitement était évaluée sur l'amélioration clinique ressentie et le calendrier mictionnel. Les critères de guérison étaient : absence de récidive infectieuse, profil mictionnel normal, pas de trouble nocturne, débitmétrie normale.


Résultats .- Dix-neuf patients consécutifs (11 filles, 8 garçons) d'âge moyen 12,1±2,7ans, ont été traités de novembre 2010 à mars 2012. Trois patients avaient des troubles diurnes isolés et tous les autres avaient des troubles mictionnels nocturnes associés. Il existait des infections urinaires fébriles chez 10 patients (9 filles, 1 garçon). Tous étaient en échec de traitement de première intention de leur syndrome clinique d'HAV. La durée moyenne du traitement était de 6 mois. Deux patientes ont été perdues de vue. Les patients avaient le traitement par électrostimulation seule dans 13 cas et 3 patients avaient aussi un traitement par du chlorure de trospium ou de la desmopressine. L'évaluation à 1 mois montrait une amélioration clinique chez 16 des 17 patients (94 %). À l'arrêt du traitement au bout de 6 mois, 12 patients sur 17 (70 %) étaient guéris (5 garçons, 7 filles), sans récidive après un suivi moyen de 9 mois. Trois garçons (18 %) ont eu une amélioration partielle, avec disparition des fuites diurnes et persistance d'une pollakiurie. Aucun patient n'a rapporté d'effets secondaires.


Conclusion .- L'électrostimulation transcutanée du NT est une option thérapeutique intéressante dans l'HAV de l'enfant. Son taux de succès est de 70 % et il s'agit d'un traitement non invasif, sans effets secondaires et sans récidive à l'arrêt du traitement. D'autres études sont nécessaires pour confirmer son efficacité, définir les modalités du traitement, et préciser les indications.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.