Sténoses uréthro-vésicales après prostatectomie radicale.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, prostatectomie radicale, complication iatrogène, sténose
Auteurs : Doublet JD, Barreto H, Gattegno B, Thibault P
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 357-361
La sténose de l'anastomose uréthro-vésicale est une complication peu fréquente de la prostatectomie radicale mais elle retentit sur la qualité de vie des patients. De janvier 1991 à décembre 1993, 50 patients ont subi une prostatectomie radicale pour cancer prostatique cliniquement localisé (41 par voie rétropubienne et 9 patients par voie périnéale). Nous avons étudié rétrospectivement l'influence de plusieurs facteurs sur la survenue de la sténose anastomotique: antécédents de chirurgie prostatique, voie d'abord, perte sanguine, stade pathologique, présence d'une fuite de produit de contraste lors de l'uréthro-cystographie de contrôle, traitement complémentaire post-opératoire, statut carcinologique au moment de la sténose. Sept patients ont présenté une sténose anastomotique cliniquement significative (14%). Le délai d'apparition a été de 1,5 à 10 mois (médiane 3 mois). Nous n'avons pas pu mettre en évidence de facteurs pré-, per- ou post-opératoires ou anatomo-pathologiques permettant de prédire la survenue d'une sténose anastomotique. Le recours à la voie périnéale semble en réduire la fréquence, mais cette donnée devra être confirmée sur un plus grand nombre de patients. Les sept patients ont subi une incision endoscopique de la sténose à la lame froide, suivie de la mise en place d'une sonde de Foley Charrière 22 pendant 48 heures. Aucun patient n'a présenté de récidive après un suivi moyen de 8 mois ( 0 à 13 mois). La continence post-opératoire a été normale dans tous les cas.