Sténoses après une technique d¹anastomose urétéro-iléale directe dans les entérocystoplasties de substitution

08 octobre 2001

Mots clés : cystoplastie de remplacement, sténose, Uretère
Auteurs : MARTINEZ SAGARRA JM, CONDE REDONDO C, AMON SESMERO J, ESTEBANEZ ZARRANZ J, RODRIGUEZ TOVES A, ALONSO FERNANDEZ D
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 43-47
Buts : La sténose de l'anastomose urétéro-iléale et le reflux sont les causes les plus fréquentes de la détérioration de la fonction rénale des entérocystoplasties.Il y a différentes techniques d'anastomose directe ou des techniques antireflux qui essaient de réduire le risque de sténose et de reflux. Nous avons évalué le risque de sténose et le reflux après une anastomose urétéro-iléale droite sur une anse iléale invaginée.Il s'agit d'une étude rétrospective.Matériel et méthodes : Nous avons évalué le taux de sténose et de reflux de l'anastomose urétéro-iléale et les problèmes de la valve iléo-iléale par invagination chez 157 patients après entérocystoplasties de remplacement vésical. Résultats : Le taux de sténose de l'anastomose est de 3,8% (6/157 patients).Les 6 patients ont été réopérés.Les complications de sténose sur la valve est de 1,2% (2/157 patients).La morbidité totale des sténoses est de 5% (8/157 patients).Conclusion : L'anastomose directe termino-terminale urétéro-iléale est la technique la plus simple offrant le risque de sténose le plus faible.Le taux bas de sténoses des valves par invagination dû à une modification du système valvulaire (limitation de la manoeuvre d'exclusion mésentérique, amarrage externe de l'invagination et l'emploi de deux lignes d'agrafes résorbables pour fixer).