Statut gonadique des cancers de prostate localisé et prise de statines

25 novembre 2019

Auteurs : Y. Neuzillet, J. Dreyfus, M. Rouanne, J. Raynaud, M. Schneider, M. Rouprêt, S. Drouin, M. Galiano, X. Cathelineau, T. Lebret, H. Botto
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 763
Objectifs

L’impact de la prise des statines sur le cancer de prostate (CaP) localisé reste discuté et très diversement apprécié. L’objectif de cette étude a été de comparer les concentrations des stéroïdes sexuels de patients opérés d’un CaP localisé en fonction qu’ils soient traités ou non par statines.

Méthodes

Étude prospective (2013–2016), multicentrique, sur 1343 hommes porteurs d’un CaP localisé, traités par prostatectomie radicale robot-assistée. Les mesures préopératoires du poids total et gras, de la taille, de l’IMC, du PSA,FSH, LH, SHBG et par chromatographie gazeuse-spectrométrie de masse de la DHEA, Δ4, Δ5, DHEA sulfate, testostérone totale (TT), bio-disponible (BT), DHT, E1, E2 de patients prenant des statines depuis au moins 6 mois, ont été comparées à celles de patients ne recevant pas de statines. La probabilité de la différence entre les 2 groupes est obtenue par un test t par randomisation (10 000 itérations) tenant compte d’une éventuelle différence de variance entre groupes.

Résultats

Les concentration des 285 patients qui prenaient des statines depuis au moins 6 mois, ont été comparées a celles des 71 patients ne recevant pas de statines (Tableau 1). Le groupe recevant des statines est significativement plus âgé ; TT, BT, DHT, Δ 4 y était significativement plus faibles. Les différences sur E2 et le poids prostatique tangentent la significativité sans l’atteindre.

Conclusion

La prise de statine, de façon prolongée (≥ 6 mois) est associée a un hypogonadisme franc. Ce paramètre devrait être intégré dans le profil métabolique pré-thérapeutique des CaP localisé.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Fondation Foch.




Tableau 1 -



Légende :
1re ligne : moyenne et effectif (entre chevrons) ; 2e, entre parenthèses : limites inférieures et supérieures de confiance à 95 % séparées par (calculées par bootstrap −3000 itérations).







© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.