Sonde JJ après urétéroscopie non compliquée

30 mai 2007

Mots clés : Sonde JJ, Urétéroscopie
Auteurs : Jacques Irani
Référence : Prog Urol, 2007, 17, 250-250

Sonde JJ après urétéroscopie non compliquée

Une image à retenir

Contexte : L'objectif de cette méta-analyse était d'évaluer l'impact des sondes JJ après urétéroscopie. La recherche bibliographique a porté sur toutes les études randomisées publiées sur ce sujet jusqu'à 2006. In fine, 9 études incluant 831 patients ont été utilisées.

Conclusions : Les patients ayant des sondes JJ avaient une symptomatologie irritative du bas-appareil urinaire plus marquée mais il n'y avait pas d'influence significative sur les pourcentages de calculs résiduels, d'infection urinaire, de consommation d'antalgique ou de sténose de l'uretère.

L'image : Illustration des troubles urinaires du bas-appareil chez les patients avec et sans sonde après urétéroscopie. Les troubles irritatifs sont significativement plus importants dans le groupe avec sonde.

Commentaires : Cet article devrait être considéré comme la référence sur le sujet : une sonde JJ ne devrait pas être mise en place après urétéroscopie non compliquée. Mais cette référence reste insuffisante pour conduire à des recommandations: les articles ayant servi à son élaboration étaient peu nombreux, hétérogènes (type d'urétéroscope, type et localisation des calculs ...) et les informations qu'ils rapportaient souvent peu précises et non systématiques. Aucune des études répertoriées n'avait évalué avec un outil validé l'impact sur la qualité de vie. Certains points restent incertains : par exemple, le risque de consulter en urgence en post-opératoire était réduit dans le groupe avec sonde (RR 0,53). Cela n'atteignait pas le seuil de signification statistique : absence réelle de différence ou manque de puissance?

La recommandation de mettre en place ou non une sonde JJ après urétéroscopie devrait reposer sur une étude de haute qualité méthodologique qui reste à faire.