Rôle de l'imagerie dans l'exploration des troubles de la statique pelvienne

25 décembre 2009

Auteurs : J.-F. Lapray, P. Costa, V. Delmas, F. Haab
Référence : Prog Urol, 2009, 13, 19, 953-969

La colpocystodéfécographie (CCD) et l’IRM dynamique (IRMd) avec déféco-IRM permettent, d’une part, l’alternance de la vidange et de la réplétion des organes creux et, d’autre part, une poussée abdominale maximale attestée par la défécation. L’application en imagerie de ces deux principes dévoile les prolapsus masqués (en compétition défavorable) ou sous-stadifiés lors de l’examen clinique. Le respect d’une technique rigoureuse garantit des résultats presque équivalents des deux examens. Les avantages de la CCD sont l’obtention de clichés mictionnels et une meilleure analyse de la pathologie anorectale spécifique (intussuception, anisme) au prix d’une irradiation et d’un examen plus invasif. Les avantages de l’IRMd sont la visibilité permanente du compartiment péritonéal, des coupes dans les trois plans de l’espace et l’étude associée de la morphologie des organes pelviens et des moyens de soutien avec le défaut d’un examen encore actuellement en décubitus, et parfois d’échecs liés à l’impossibilité d’obtenir une défécation en décubitus. Les résultats normaux et pathologiques (cystoptose, hystéroptose, élytrocèle, intussuception anorectale, périnée descendu et descendant, incontinence urinaire et anale) et les avantages et les limites respectives des différentes méthodes d’imagerie sont détaillés. Les examens d’imagerie morphologique et dynamiques sont un complément essentiel de l’examen physique lorsque ce dernier ne permet pas d’analyser avec précision les raisons anatomiques de la plainte fonctionnelle exprimée par la patiente ou bien lors de la prise en charge des situations complexes, notamment de récidive postopératoire.

   
 
 

 

 

Introduction

L'approche moderne du périnée, la périnéologie, correspond à une prise en charge globale du plancher pelvien, qui intègre les quatre étages du pelvipérinée (étage antérieur vésico-urétral, étage moyen utérovaginal, étage postérieur anorectal et étage supérieur péritonéal), car sont connues les interdépendances des différents étages et la compétition des différents prolapsus entre eux. L'examen clinique est généralement satisfaisant pour l'appréciation des prolapsus de la vessie et de l'utérus, qui sont d'ailleurs le terrain familier de l'urologue. Il est nettement plus limité et souvent incomplet pour l'examen des colpocèles postérieures, en particulier pour les élytrocèles et la pathologie anorectale spécifique. On peut, par exemple, estimer que la moitié des élytrocèles sont méconnues par l'examen clinique [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Or la découverte d'un prolapsus ou d'une pathologie méconnus ou sous-estimés par l'examen clinique peuvent conduire à une modification de l'abord chirurgical. Les stadifications cliniques sont une aide à la standardisation des diagnostics, mais sont moins utiles pour la sélection et la stratégie chirurgicales car elles ne concernent pas directement l'anatomie chirurgicale [2

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Si la modification peropératoire du geste en fonction des découvertes ou des contraintes reste toujours l'apanage incontournable et souvent glorieux de l'acte chirurgical, la chirurgie ne perd pas de son panache par une étude préopératoire la plus précise que possible des lésions anatomiques et des troubles fonctionnels associés. D'autant que le recours à l'imagerie préopératoire semble une évolution générale dans la plupart des spécialités. D'autant que les résultats actuels, où certes interviennent de nombreux facteurs, plaident pour une amélioration et une meilleure connaissance de cette pathologie, incluant sa prévention et son traitement : sur 300 000 à 400 000 femmes américaines opérées d'un trouble de la statique pelvienne, environ un tiers sont des réinterventions [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En outre, doivent se peser le risque médicolégal d'intervention sur un étage non symptomatique pour les partisans d'un traitement chirurgical global systématique et, pour d'autres, les conséquences d'une chirurgie a minima éventuellement incomplète ou inadaptée, fondée sur le seul examen clinique.

L'apport souhaité de l'imagerie est donc de compléter l'examen clinique et les autres examens paracliniques pour optimiser la décision thérapeutique et la stratégie chirurgicale. Le rôle et l'intérêt de l'échographie sont détaillés dans un autre chapitre du même numéro.

L'imagerie des prolapsus a réalisé de grands progrès depuis une quinzaine d'années grâce à des techniques qui reflètent bien la conception actuelle de l'approche globale et non plus segmentaire du pelvipérinée, même si l'exposé contraint à détailler successivement de façon analytique la pathologie des quatre étages. Deux principes essentiels doivent guider l'imagerie dynamique des prolapsus des quatre étages du pelvipérinée : d'une part, la prise en compte de la compétition entre les différents prolapsus (prolapsus masqué par un prolapsus dominant, en compétition défavorable, et parfois révélé secondairement après la chirurgie) qui doit donc faire alterner la réplétion et la vidange complète des organes creux dans un ordre précis et, d'autre part, la qualité de la poussée abdominale qui est à son acmé pendant la défécation.

Deux examens souvent complémentaires de par des informations fournies permettent l'étude dynamique du plancher pelvien et des viscères. Le plus conventionnel est la colpocystodéfécographie (CCD) qui est l'extension à l'étage antérieur (urologique) et supérieur (péritonéal) de l'ancienne défécographie [4

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Plus récemment, l'imagerie dynamique par résonance magnétique (IRMd) initiée par Yang [5

Cliquez ici pour aller à la section Références] a bénéficié de l'évolution de la CCD et permet avec des séquences de coupes rapides de réaliser un examen sensiblement comparable à la CCD avec bien sûr d'autres avantages mais aussi inconvénients.

Il est important de détailler les conditions de réalisation technique et d'interprétation des examens d'imagerie ainsi que leurs limites car les protocoles utilisés sont très variables et peuvent avoir une incidence directe sur les résultats, qui doit être connue du chirurgien, dont l'appréciation doit être critique.

 

Aspects techniques

Les explorations dynamiques du plancher pelvien sont effectuées « sur mesure » par le radiologue qui doit débuter l'examen par un interrogatoire, obtenir la coopération et la compréhension physique et intellectuelle des manœuvres de poussée et d'évacuation par la patiente en réalisant au début de l'examen un rapide examen clinique avec les touchers pelviens au repos et en valsalva lorsque la patiente est installée. Ce contrôle d'une poussée correcte avant l'examen est particulièrement important en IRMd où l'examen est effectué, d'une part, en décubitus et, d'autre part, dans une salle différente de celle de l'opérateur [6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

La colpocystodéfécographie

Initialement baptisé « colpocystodéfécographie dynamique », et extension de la défécographie avec une étude des quatre compartiments du pelvipérinée, parfois appelé « viscérogramme pelvien », cet examen comporte deux phases [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La première est une cystographie rétrograde dynamique et mictionnelle, et la seconde est la défécographie obtenue après une opacification vaginale et rectale et de l'intestin grêle avec une technique adaptée de celle décrite par Kelvin et Maglinte et al. [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 7

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La CCD est effectuée dans la première partie du cycle et en l'absence d'infection urinaire. L'examen bénéficie de la numérisation et en particulier d'un système de post-traitement des images, qui permet d'identifier précisément les points de référence. Une règle opaque graduée est fixée sur la table radiologique pour apprécier l'agrandissement radiologique sur les clichés. L'intestin grêle pelvien est déjà opacifié en début d'examen en suite de l'ingestion de sulfate de Baryum par la patiente 90minutes avant l'examen.La cystographie doit être le premier temps de l'examen [8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Après sondage vésical et opacification vaginale barytée, la vessie est remplie avec 150cm3 de produit de contraste (Radiosélectan urinaire 30 %®, sodium et meglumine amidotrizoate, iode : 146mg/mL ; Schering, Lys-les-Lannoy) pour la réalisation de deux clichés dynamiques en position debout au repos et en effort de poussée, avec la sonde en place repérant le col et l'urètre. Ces clichés sont effectués au cas où un éventuel volumineux prolapsus postérieur masque la descente vésicale lors de la deuxième phase. S'il existe d'emblée un prolapsus largement dominant au repos (hystéroptose ou volumineuse entérocèle), il convient d'effectuer des clichés au repos et en poussée en refoulant ce prolapsus dominant avec un tampon monté sur une pince. Cette partie de l'examen est superposable (en dehors de l'étude rectale) au colpocystogramme de Béthoux [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Après réplétion vésicale, deux clichés mictionnels sont effectués en position assise de profil sur un tabouret avec réceptacle des urines (Figure 1).

 
Figure 1
Figure 1. 

Colpocystodéfécographie. Temps cystographique. Après réplétion vésicale, deux clichés mictionnels sont effectués de profil en position assise, avec la sonde en place pour repérer le col vésical sur les clichés ultérieurs, et aussi pour vider partiellement la vessie en cas de nécessité avant la défécographie. Le vagin (et l'intestin grêle) sont déjà opacifiés.

 

Le deuxième temps de l'examen est la défécographie. Le contenu vésical à la fin de la première phase doit être inférieur à 100cm3, car une vessie en réplétion risquerait de masquer un autre prolapsus. Après une réplétion rectale avec de la baryte (épaissie avec de la fécule de pomme de terre, afin d'obtenir une consistance proche de celles des selles), les clichés de défécographie sont réalisés de profil avec un centrage sur l'ensemble du pelvis, en position assise sur une commode spéciale avec réceptacle. Ils débutent par un cliché en position neutre, puis par un cliché en retenue qui permettent de juger d'un périnée descendu pour le premier et de l'effet de la contraction musculaire pour le second. Environ six clichés sont effectués pendant l'évacuation rectale qui doit être aussi complète que possible (Figure 2). Il est intéressant de faire reproduire par la patiente en fin d'examen les éventuelles manœuvres digitales vaginales ou para-anales qu'elle utilise de façon courante pour faciliter l'évacuation rectale, si celle-ci est difficile et incomplète. Il est important de noter la vitesse (lente, normale ou très rapide) et la qualité de l'évacuation ainsi que le résidu intrarectal après passage aux toilettes. Il est parfois nécessaire de réaliser, en position debout, des clichés avec refoulement d'un prolapsus très largement dominant avec une pince porte-tampon.

 
Figure 2
Figure 2. 

Colpocystodéfécographie. Deuxième temps : défécographie ; a : cliché au repos ; b : début d'exonération, la cervicocystoptose apparaît : le col vésical est repéré par la sonde laissée en place (flèche), descente du dôme vaginal surmonté par le col utérin, et rectocèle antérieure : c : accentuation de la cervicocystoptose et de la rectocèle (étoile), descente du col utérin dans le dôme vaginal (flèche) ; d : accentuation de l'hystéroptose (flèche), vidange partielle de la rectocèle laissant la place à une intussuception rectale intra-anale (tête de flèche). Il n'y a pas encore d'entérocèle ; e : fin de la vidange rectale : cervicocystoptose, hystéroptose (flèche) plus importante que la descente du dôme vaginal, accentuation de l'intussuception anorectale. L'entérocèle se démasque (IG) ; f : après vidange vésicale et rectale aux toilettes, cliché en poussée. Noter l'accentuation de l'entérocèle (IG) qui devient plus importante que l'hystéroptose (flèche blanche). Vessie (V), cervicocystoptose (C), vagin (va), rectum (R), intestin grêle (IG). Ligne pubococcygienne (trait noir).

 

L'examen est terminé, après vidange rectale et vésicale aux toilettes aussi complète que possible, par un cliché final avec un effort de poussée maximum en position assise comme lors des clichés de défécographie (Figure 2). Ce dernier cliché montrera au maximum ou parfois dévoilera une entérocèle qui est le prolapsus le plus souvent dominé. Un cliché avec refoulement par un tampon monté sur pince peut être effectué en position debout et en poussée en fin d'examen sur un prolapsus très dominant.

La durée de l'examen est d'environ 40 à 50minutes. L'irradiation, atténuée par la numérisation, n'est pas négligeable car le produit dose–surface (PDS) peut être évalué à 40 000–60 000mGy/cm2 à 70 000–130 000mGy/cm2 respectivement pour la défécographie et la CCD. Cela implique d'éviter tout cliché inutile [6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le colpocystogramme, introduit par Béthoux dans les années 1960, avait l'avantage de proposer un examen d'imagerie, précurseur à cette époque pour son approche globale du périnée [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il est effectué après opacification des organes pelviens (vessie et urètre, parois vaginales, ampoule rectale). Les clichés sont réalisés en retenue et en poussée, en position debout et de profil, et permet le refoulement (avec un tampon monté sur une pince) d'un prolapsus masquant (surtout utérus ou vessie) afin de mettre en évidence un prolapsus masqué. La position de chacun des organes est repérée sur un papier calque au repos et en poussée de valsalva. L'absence d'opacification de l'intestin grêle implique une appréciation de l'élytrocèle fondée uniquement sur l'élargissement de la cloison rectovaginale limitant la sensibilité de l'examen sur ce plan. L'absence de défécation, outre les interrogations et les limites sur la qualité de la poussée qu'induit tout examen « en poussée », ne permet pas de juger de la pathologie anorectale spécifique comme une intussuception ou un anisme, ce qui conduit certains auteurs à le compléter par une défécographie supplémentaire [10

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

L'IRM dynamique

L'IRMd permet de réaliser une vision dynamique des quatre compartiments périnéopelviens (urinaire, gynécologique, proctologique et péritonéal) ainsi que l'appréciation morphologique de l'ensemble des viscères intrapelviens et des structures musculoligamentaires. L'inconvénient principal est actuellement la réalisation de cet examen en décubitus tant que les aimants ouverts qui permettent des séquences en position assise ne sont pas disponibles en pratique courante. L'IRMd a été étudiée avec des IRM ouvertes (rares dans le parc actuel des appareils) permettant des séquences de déféco-IRM en position assise [11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Parmi les différentes techniques d'examen qui ont été proposées dans la littérature, le protocole d'examen est dérivé de la CCD et doit comporter une évacuation rectale (une déféco-IRM) (Figure 3) [14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De nombreuses variantes sont proposées dans la littérature : sur la préparation (opacification uniquement rectale, parfois vaginale, vésicale et même urétrale, fréquemment sans aucune opacification), sur le type d'opacifiant (addition de gadolinium dilué au gel), sur les séquences (types de séquence rapide, épaisseur de la coupe), et aussi sur la poussée maximum (pas de déféco-IRM). Le refoulement d'un prolapsus dominant peut être effectué avec une valve de spéculum pendant la poussée [17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'inconvénient de ne pas opacifier le vagin et le rectum est le risque de méconnaissance de certains prolapsus ou pathologies : difficulté d'apprécier le fond vaginal, le volume d'une rectocèle, la présence d'une intussuception rectoanale, etc. ; l'inconvénient d'opacifier sans réaliser d'évacuation est le risque majeur de méconnaître ou de minorer les prolapsus masqués. En effet, en particulier dans les conditions du décubitus, la certitude d'avoir obtenu une poussée maximum par la patiente peut être garantie par la vidange rectale au cours de l'examen [15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La déféco-IRM permet en outre une approche de la pathologie anorectale intrinsèque.

 
Figure 3
Figure 3. 

Compétition cystoptose et hystéroptose. IRM dynamique (déféco-IRM), séquence sagittale ; a : au repos, après opacification vaginale et rectale, pas de trouble statique ; b : en fin de défécation, cervicocystoptose de stade 2 (C) laminée par l'hystéroptose de stade 3 (H). LPC (trait noir). Une séquence avec refoulement de l'utérus par une valve est souhaitable dans ce type de prolapsus car l'hystéroptose est dominante et masque la présence ou l'importance des autre prolapsus. Ligne pubococcygienne (trait noir).

 

Phase dynamique

La patiente est installée en décubitus dorsal, le périnée reposant sur des alèzes absorbantes. La vessie est presque vide. Une vidange rectale (par lavement évacuateur) a été effectuée à la maison avant l'examen. L'examen débute comme pour la CCD par des explications claires, et la répétition des manœuvres de poussée lors des touchers pelviens qui permettent, outre une rapide appréciation clinique, l'assurance de la compréhension par la patiente des efforts qui lui seront demandés. Une opacification du vagin (20cm3 de gel échographique stérile), puis du rectum (environ 120cm3 de gel échographique) est effectuée avec une seringue à embout conique de 60cm3 [8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les séquences utilisées sont des séquences rapides type Fiesta ou SS-FSE ou HASTE qui permettent la répétition de coupes rapides d'environ 2s, avec des images séquentielles, en coupes sagittales. Par exemple, les paramètres des séquences Fiesta (steady state ) que nous utilisons avec une IRM General Electric 1,5 T sont : temps d'écho 2ms, champ 30cm, épaisseur de coupe 15mm, matrice 320×224, bande passante 100kHz, angle de bascule 45°. Elles peuvent être visualisées en ciné-loop secondairement. Des séquences dynamiques sont possibles dans les deux autres plans coronal et axial.

L'examen comporte des images au repos permettant de choisir le plan de coupe qui passe dans d'axe de l'urètre et du canal anal, puis en poussée maximum lors de l'évacuation du gel rectal permettant une déféco-IRM (Figure 3). Il est nécessaire d'effectuer plusieurs cycles (deux parfois jusqu'à cinq) pour atteindre l'évacuation rectale la plus complète possible. Certains auteurs réalisent une dernière série après passage aux toilettes (triphasic IRMd ) superposable à la CCD [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il ne semble pas exister de différence significative dans les résultats entre les appareils à 1,5 et à 3T [18

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'examen est généralement complété par au moins deux séquences à visée morphologique T2 balayant le pelvis dans le plan axial, puis sagittal à la recherche d'une pathologie viscérale, en particulier gynécologique, éventuellement complétées par d'autres séquences appropriées à la pathologie rencontrée ou suspectée. La durée globale de l'examen est d'environ 20 à 30minutes.

 

Méthodes de mesure

Il n'existe actuellement pas de consensus sur les méthodes de mesure. Trois systèmes ont été proposés dans la littérature : la ligne pubococcygienne (LPC), la stadification HMO ou encore l'étude de la ligne médiopubienne.

 

La ligne pubococcygienne

La ligne de référence la plus utilisée est la LPC tracée entre le bord inférieur de la symphyse pubienne et la dernière articulation coccygienne. La LPC est facilement reproductible et censée représenter la ligne d'attache des muscles et ligaments du plancher pelvien [5

Cliquez ici pour aller à la section Références, 19

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les mesures sont souvent effectuées perpendiculairement à cette ligne [14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 20

Cliquez ici pour aller à la section Références], parfois verticalement. Cette ligne peut être utilisée aussi bien avec la CCD qu'avec l'IRMd (Figure 2, Figure 4). La principale limite de cette référence est sa situation au-dessus du plan des élévateurs. Ainsi, l'examen clinique étant effectué par rapport à l'hymen et l'imagerie par rapport à la LPC, il est parfois difficile d'obtenir des corrélations. Pour cette raison, d'autres méthodes ont été proposées en IRMd.

 
Figure 4
Figure 4. 

Prolapsus : méthodes de mesure. IRM dynamique (déféco-IRM) sagittale ; a : au repos, LPC (trait noir de la symphyse pubienne au coccyx). La ligne H (trait noir de la symphyse pubienne à la partie postérieure du canal anal) est dans le plan des élévateurs et apprécie la largeur du hiatus urogénital. La ligne M (trait noir perpendiculaire à la LPC jusqu'à la ligne H) détermine la descente des élévateurs, dans la stadification HMO. La ligne médiopubienne (trait blanc) dans l'axe de la symphyse pubienne est une autre méthode de mesure à partir d'un plan souhaité proche du plan de l'hymen ; b : en fin d'évacuation rectale : cystoptose, hystéroptose, élytrocèle et petite rectocèle rétentive.

 

La stadification HMO

Cette méthode de quantification des prolapsus pelviens, appelée HMO, combine des mesures viscérales et musculaires à partir de repères osseux et des tissus mous sur les coupes sagittales d'IRMd [21

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La ligne « H » tracée du bord inférieur de la symphyse pubienne à la partie postérieure du canal anal permet d'apprécier la largeur du hiatus urogénital et sert de ligne de référence pour la mesure des prolapsus. La ligne « M » est tracée perpendiculairement de la LPC au plan des élévateurs pour déterminer l'importance de la descente des élévateurs (Figure 4). La lettre « 0 » stadifie chacun des prolapsus. Pour ces auteurs, la largeur du hiatus (ligne H) est en moyenne de 5,2±1,1cm et la descente du plan des élévateurs de 1,9±1,2cm pour le groupe sans prolapsus [13

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

La ligne médiopubienne

La méthode utilisant la ligne médiopubienne souhaite se rapprocher de la classification clinique pelvic organ prolapse quantification (POP-Q) proposée par l'International Continence Society (ICS) qui utilise la référence de l'hymen. La ligne médiopubienne est tracée sur les coupes sagittales selon le grand axe de l'os pubien, en passant en son centre (Figure 4). Cette ligne paraît corrélée avec la situation de l'hymen qui n'est pas visible en IRM [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'angle entre le vagin et l'élévateur (90°±5° pour les contrôles) ainsi que la surface du hiatus urogénital (4,7cm2 en moyenne, de 3,0 à 7,5cm2) sont mesurés pour apprécier le support vaginal respectivement dans ses portions haute et basse [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La dernière mesure apparaît plus aléatoire.

 

Résultats normaux

 

La cystographie

Normalement la vessie, triangulaire à sommet inférieur se déplace en poussée un peu vers le bas et l'arrière et la face postéro-inférieure devient légèrement convexe. Quelle que soit la position, il n'y a pas de portion vésicale en dessous de l'horizontale passant par le bord inférieur de la symphyse pubienne et donc la LPC et il est admis que le col vésical descend en poussée d'environ 0,5 à 1cm mais reste situé au-dessus du bord inférieur de la symphyse (ou de la LPC). En miction, l'ouverture des deux berges du col est symétrique et l'urètre, qui fait un axe d'environ 35° par rapport à la verticale, présente un galbe harmonieux. L'angle urétrovésical postérieur formé par l'axe de l'urètre et l'axe antéropostérieur de la base vésicale est d'environ 10 à 115°. La distance horizontale entre la lumière urétrale et la symphyse est environ 31±6mm [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La vidange est complète.

 

La défécographie

Au repos, en CCD la jonction anorectale (JAR) doit être au niveau de la LPC et le canal anal doit être fermé et continent (premier cliché du temps défécographique de la CCD). Lors de la contraction volontaire, il existe une fermeture de l'angle anorectal (AAR), avec ascension de la JAR (cliché en retenue). Lors de la poussée volontaire, il existe normalement une relaxation du muscle puborectal avec une ouverture de l'AAR, associée à une descente modérée (<3cm) de la JAR. L'AAR est considéré comme représentatif de l'activité du muscle puborectal. Il est construit avec la tangente à la partie distale de la face postérieure de l'ampoule rectale et l'axe du canal anal. Sa valeur moyenne, à titre indicatif, car il existe d'importantes zones de recouvrement entre sujets sains et pathologiques, est au repos d'environ 92° (60° à 105°), et lors de la défécation d'environ 137° à 160°, avec une variation d'environ 45° entre le repos et l'exonération. Lors de la retenue, la JAR s'élève tandis que le canal anal est fermé comme au repos et l'AAR diminue jusqu'à des valeurs voisines de 75° [24

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le plancher pelvien, estimé par la situation de la JAR, située en regard du bord inférieur des ischions au repos, doit montrer une descente inférieure à 3,5cm lors de la défécation. Le canal anal doit s'ouvrir largement avec une moyenne de 1,5 à 2cm lors de l'évacuation.

Les cinq critères d'une défécographie normale définis par Mahieu sont l'augmentation de l'AAR, l'annulation de l'encoche du puborectal, l'ouverture large du canal anal, l'évacuation complète du contenu rectal et la résistance normale du plancher pelvien [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il faut noter que les aspects normaux sont variables et que de petites intussuceptions ou de petites rectocèles sont visibles chez les sujets asymptomatiques et considérés comme normaux [24

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les valeurs de l'AAR (repos, contraction volontaire, poussée), et celles de la position périnéale en IRMd (repos, poussée) ont une grande variabilité, et les valeurs chez les patients constipés, dyschésiques ou incontinents se chevauchent [11

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette absence de limite nette entre le physiologique et le pathologique pose donc le problème de l'établissement des valeurs normales. Après l'évacuation, le canal anal se referme, la JAR et le rectum retrouvent leur position de repos.

 

IRM dynamique

En poussée, il existe un déplacement vers l'arrière et le bas de la vessie et de l'urètre, un redressement du corps utérin tandis que le col utérin se déplace comme la vessie vers l'arrière et le bas, de même que le vagin qui devient rectiligne. Le rectum s'abaisse et s'aligne avec le canal anal. Mais en poussée comme au repos, la base et le col de la vessie, le col utérin et le dôme vaginal ainsi que le cul-de-sac de Douglas sont situés au-dessus de la LPC. Du repos à la poussée, l'angle urétrovésical postérieur passe d'environ 110° à 150°, le cap vaginal d'environ 120° à 180°, le diamètre antéropostérieur du hiatus urogénital (bord inférieur du pubis–bord postérieur du canal anal) d'environ 5cm à 7cm, et la distance entre le bord postérieur du canal anal et la LPC de 2,5cm à 3cm [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'AAR reste fermé en poussée et s'ouvre complètement lors de la défécation avec l'alignement du cap anorectal.

 

Résultats pathologiques

 

Cystocèle ou cystoptose

La cystocèle est définie par la descente de la base vésicale sous la LPC [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il existe une certaine confusion entre le terme clinique de cystocèle qui décrit le bombement de la vessie dans la face antérieure du vagin et celui employé en imagerie qui qualifie la vision directe de la ptose vésicale. Les termes de cystoptose (descente de la base vésicale) et de cervicocystoptose (descente de la vessie et du col vésical) paraissent plus adaptés à l'imagerie et plus précis que le terme de cystocèle utilisé de façon globale dans la littérature radiologique anglo-saxonne [6

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Figure 5). La cystoptose n'existe pas si la vessie reste au-dessus de la LPC à l'effort. Elle est considérée comme modérée si la descente est inférieure à 3cm, moyenne entre 3 et 6cm, et importante si elle supérieure à 6cm [4

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Des stades de 0 à 3 peuvent être déduits de ces quatre situations.

 
Figure 5
Figure 5. 

Cystoptose et hystéroptose. IRM dynamique (déféco-IRM). Au repos (a) : pas de trouble statique. Au cours de la vidange rectale (b) et en fin d'évacuation (c) : cervicocystoptose et hystéroptose de stade 3 en compétition. Il existe une petite rectocèle de stade 1 et des plissements de la jonction anorectale sans intussucption manifeste. Noter la position du cul-de-sac de Douglas (flèche) témoignant d'une très fine élytrocèle laminée par l'utérus, peut-être minorée par l'opacification vaginale résiduelle. Vessie (V), utérus (U), vagin opacifié (va), rectum opacifié (R), fibromyome utérin (F). LPC (trait blanc).

 

Descente du dôme vaginal et hystéroptose

Le prolapsus est défini radiologiquement par la descente du dôme vaginal en CCD, ou du col utérin s'il est présent en IRMd sous la LPC [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Figure 4, Figure 5). Les mesures et les stades (de 0 à 3) qui en découlent sont identiques à ceux utilisés pour la vessie : modérée si la descente est inférieure à 3cm, moyenne entre 3 et 6cm, et importante si elle supérieure à 6cm [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références] Lorsque l'hystéroptose est importante ou extériorisée, il est important que l'opérateur effectue lors de la poussée un refoulement de l'utérus avec une valve de spéculum pour démasquer les prolapsus associés éventuellement masqués par la descente de l'utérus, surtout si celui-ci est volumineux (Figure 3).

En CCD, avec une opacification vaginale correcte, il est fréquent de pouvoir observer, l'empreinte lacunaire du col utérin dans le dôme vaginal (Figure 2). La mesure de l'hystéroptose doit alors être effectuée à ce niveau, car il n'est pas rare que la descente utérine soit plus importante que celle du dôme vaginal (descente « en piston » du col utérin dans le vagin). L'IRMd a bien sûr l'avantage de voir directement la descente du col utérin et même de tout l'utérus lorsque celui-ci n'est pas latérodévié. En l'absence d'opacification lors de l'IRMd, le vagin est nettement plus mal visible et rend difficile l'appréciation précise des colpocèles fundiques.

 

Élytrocèle

L'élytrocèle est définie par la descente du cul-de-sac de Douglas sous la LPC, c'est-à-dire du péritoine et de son éventuel contenu en IRMd, et des anses grêles en CCD [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Figure 2, Figure 4, Figure 5). Les mesures et les stades qui en découlent sont identiques à ceux utilisés pour la vessie et le dôme vaginal : modérée si la descente est inférieure à 3cm, moyenne entre 3 et 6cm, et importante si elle supérieure à 6cm [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il n'existe pas de définition uniforme pour les élytrocèles et certains auteurs définissent l'élytrocèle comme la descente du cul-de-sac de Douglas en dessous du tiers supérieur du vagin [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette approche méconnaît les élytrocèles (surtout dans les périnées descendants) qui restent au-dessus du dôme vaginal très abaissé. La LPC peut servir de ligne de référence pour cette mesure et est probablement plus cohérente [14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'élytrocèle peut être septale (dans la cloison rectovaginale), vaginale (refoulant le dôme vaginal après hystérectomie) ou rectale (très postérieure, fréquemment dans une intussuception rectale) (Figure 6) [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'élytrocèle, parfois appelée péritonéocèle, peut contenir l'intestin grêle et s'appelle alors entérocèle, ou le sigmoïde et devient alors sigmoïdocèle ou même d'autres constituants mobiles du pelvis comme l'épiploon ou les ovaires. Il est probable que le contenu des élytrocèles est variable. Rappelons que l'élytrocèle n'est parfois apparente que sur le dernier film de la CCD, en poussée après évacuation complète aux toilettes : près de la moitié (43 %) des entérocèles de la série de Kelvin ne sont vues que lors de cette manœuvre [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. C'est bien sûr un argument en faveur de la vidange rectale lors de l'IRMd et une limite probable des explorations « en poussée » que ce soit le colpocystogramme ou l'IRMd. Il n'est d'ailleurs pas rare lors de l'IRMd de voir brusquement se démasquer l'élytrocèle en fin de vidange rectale alors que les efforts de poussée ne l'avaient pas révélée, même avec un rectum non distendu. Contrairement à l'IRMd qui voit directement le contenu viscéral ou épiplooïque de l'élytrocèle, lors de la CCD seule l'opacification des anses grêles permet de repérer la descente péritonéale. Cela évite de l'apprécier uniquement sur l'élargissement de la cloison rectovaginale si l'intestin grêle n'a pas été opacifié et qui est source d'erreurs. En outre, l'élytrocèle peut aussi être vaginale, en cas d'hystérectomie, en s'impactant dans le dôme vaginal, ou rectale en se prolabant dans le rectum : ces deux dernières situations échappent généralement aux CCD où l'intestin grêle n'a pas été opacifié alors que l'IRMd offre toujours une vision permanente du péritoine. Il arrive exceptionnellement que malgré l'opacification correcte de l'intestin grêle, un écartement anormal de l'espace rectovaginal en fin d'évacuation rectale soit visible à la CCD, correspondant vraisemblablement à une élytrocèle avec une boucle du côlon sigmoïde, ou à un paquet d'anses grêles, non opacifiées, voire à un autre composant mobile pelvien intrapéritonéal non entérique (Figure 7). Ces cas sont rares (9 % dans la série de Kelvin [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]) d'autant que l'opacification barytée a l'avantage de lester l'intestin grêle. Ils correspondent probablement aux cas d'élytrocèles avec une mince lame de graisse visible en IRMd [15

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Figure 8). La recherche d'une élytrocèle lors de l'imagerie est capitale car la détection d'une volumineuse élytrocèle, non vue à l'examen clinique, peut modifier pour certains l'abord chirurgical de la voie vaginale vers la voie haute [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'élytrocèle est souvent en compétition défavorable avec les autres prolapsus [6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Bien que favorisée par l'hystérectomie associée à la cystopexie, l'élytrocèle n'est pas l'apanage des patientes hystérectomisées (Figure 4, Figure 5, Figure 6, Figure 8).

 
Figure 6
Figure 6. 

Les différents types d'élytrocèle (colpocystodéfécographie). (a) Entérocèle vaginale (EC), avec éversion du dôme vaginal (V), prolapsus rectal interne (R) sans prolongement intra-anal. (b) Entérocèle septale (G), dans la cloison vésicovaginale entre la vessie (V) et le rectum (R) ; périnée descendant. LPC (trait noir). (c et d) Deux exemples d'entérocèle rectale (EC) de diagnostic clinique difficile. (c) L'entérocèle est située immédiatement au-dessus de la rectocèle (R) partiellement rétentive.

 
Figure 7
Figure 7. 

Élytrocèle non opacifiée. L'espace (flèche blanche) entre la vessie (V) et le rectum (R) chez cette patiente hystérectomisée correspond à une élytrocèle non opacifiée par l'intestin grêle, vraisemblablement expliquée par la médiocre opacification de l'intestin grêle lors de l'examen car la majeure partie de la baryte est dans le côlon (C). Périnée descendant. LPC (trait blanc).

 
Figure 8
Figure 8. 

Déféco-IRM : élytrocèle très étroite. En fin d'évacuation rectale, après vidange de la rectocèle non rétentive, apparaît une fine élytrocèle (flèche) à contenu graisseux, de diagnostic clinique évidemment difficile. Noter en outre la cervicocystoptose, l'hystéroptose et l'intussuception anorectale. LPC (trait blanc).

 

Rectocèle

La rectocèle est définie comme toute saillie antérieure de la paroi rectale par rapport à la ligne tracée dans l'axe de la paroi antérieure du canal anal (Figure 9, Figure 10). Elle est mesurée orthogonalement à cet axe et considérée comme modérée si elle est inférieure à 3cm, moyenne entre 3 et 5cm, et importante si elle supérieure à 5cm [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ainsi, la classification radiologique est plus adaptée que la classification clinique POP-Q, la rectocèle réalisant un bombement antérieur de la paroi vaginale postérieure, plus qu'une descente vers l'orifice vulvaire.

 
Figure 9
Figure 9. 

IRM dynamique (déféco-IRM). Cystoptose, rectocèle, entérocèle. Patiente hystérectomisée. Au repos (a) : pas de trouble statique. En fin d'évacuation rectale (b) : cervicocystoptose (V) de stade 3 fort (85mm), descente du dôme vaginal de stade 2 fort à la limite du stade 3 (56mm), entérocèle (E) de stade 2 fort (56mm) dans la concavité de la rectocèle (R) rétentive de stade 2 (32mm) avec vidange rectale légèrement incomplète et périnée légèrement descendant. Les stadifications sont effectuées par rapport à LPC (trait noir). Noter les limites de la stadification des prolapsus en utilisant la ligne médiopubienne (trait blanc).

 
Figure 10
Figure 10. 

Rectocèle. IRM dynamique (déféco-IRM). Cliché en fin d'évacuation. Récidive de colpocèle postérieure. Hystérectomie par voie basse et intervention sur les releveurs 20 ans auparavant, puis cure de rectocèle et d'élytrocèle (voie basse) en 2005. Rectocèle (R) rétentive de stade 2 fort avec périnée descendant (75mm). Minime cystoptose (C) et élytrocèle limitée par la rectocèle (E). LPC (trait noir).

 

Les critères utilisés lors de la défécographie radiologique pour juger d'une rectocèle sont aussi applicables en IRMd : absence de protrusion de la paroi antérieure du rectum en avant d'une ligne tracée dans l'axe de la paroi antérieure du canal anal [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Mais la rectocèle n'est pas forcément symptomatique et la fréquence du bombement de la paroi rectale antérieure lors de la défécation dans la population courante fait considérer une voussure inférieure ou égale à 2cm comme une image normale par la plupart des auteurs [15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De ce fait, d'autres critères sont ajoutés par certains auteurs pour définir une rectocèle pathologique : rétention du produit de contraste après passage aux toilettes, nécessité de manœuvres digitales pour l'évacuation de la rectocèle [13

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le débat reste ouvert pour savoir s'il ne faut considérer comme pathologiques que les rectocèles avec défaut de vidange en fin d'évacuation, ou leur volume, ou la gêne fonctionnelle.

L'utilisation en IRMd de gel échographique, plus fluide que la pâte barytée de la défécographie radiologique, est responsable d'une sous-estimation du volume des rectocèles et d'une accentuation de leur vidange [27

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'épaississement du gel trouve ses limites dans la faculté pour les patientes d'exonérer en décubitus. Les petites rectocèles échappent aux IRMd effectuées sans opacification [2

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Il est classique de distinguer les rectocèles hautes, sus-lévatoriennes, des rectocèles basses qui sont situées sous le plan des élévateurs. La « rectocèle postérieure » est décrite comme une hernie de la paroi rectale postérieure à travers un défect de l'élévateur, appelée aussi « hernie périnéale ». Elle est latéralisée et visible au scanner et en IRM [23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Intussuception anorectale ou prolapsus rectal interne

L'intussuception ou prolapsus rectal interne correspond à l'invagination de la paroi rectale en direction du canal anal (Figure 11). Elle peut être antérieure, postérieure ou circonférentielle. L'intussuception qui reste intrarectale n'est pas considérée comme pathologique du fait de sa fréquence dans la population asymptomatique. Elle le devient lorsqu'elle se prolonge dans le canal anal (prolapsus rectal interne intra-anal ou intussuception intra-anale), ou a fortiori lorsqu'elle est s'extériorise constituant le prolapsus rectal externe, fréquemment associé à une incontinence anale. Une gradation du prolapsus rectal fondée sur l'extension la plus basse de l'apex de l'intussuception, simplifiée par rapport à celle de Shorvon et al. [28

Cliquez ici pour aller à la section Références], a été proposée : les grades I et II correspondant aux prolapsus intrarectaux, les grades III et IV aux prolapsus rectaux avec prolongement intra-anal et le grade V au prolapsus rectal extériorisé [29

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Figure 11
Figure 11. 

Intussuceptions anorectales. (a et b) Clichés en fin de défécographie radiologique : l'intussuception débute au niveau de la jonction anorectale (a) et devient complète en fin d'évacuation (flèches) dans le canal anal (b). (c et d) Déféco-IRM : l'intussuception débute en (c) et devient complète (flèches) en (d) à la fin de la vidange rectale. V : vessie ; va ; vagin ; R : rectum.

 

Les intussuceptions sont visibles en IRMd, bien sûr favorisées par l'exonération et l'opacification rectale [15

Cliquez ici pour aller à la section Références], ce qui est bien sûr une limite des IRM « en poussée » et sans opacification. Mais l'IRMd avec opacification et exonération apparaît moins sensible que la CCD dans la détection des intussuceptions : l'étude de Dvorkin montre une sensibilité de 70 % de l'IRMd (avec déféco-IRM), pourtant réalisée en position assise dans une IRM ouverte, comparativement à la défécographie radiologique classique pour la détection des intussuceptions symptomatiques [30

Cliquez ici pour aller à la section Références], ce que confirme l'expérience de la pratique routinière des deux examens. Il est probable que l'utilisation de gel échographique, nettement plus fluide que la pâte barytée utilisée en défécographie est pour partie responsable de cette différence de sensibilité [27

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La défécographie radiologique reste donc la première méthode à mettre en œuvre pour la détection des intussuceptions anorectales [30

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il est probable que le rôle de l'intussuception anorectale dans l'étiologie multifactorielle de l'incontinence anale est sous-estimée, et la défécographie radiologique est recommandée en routine dans le bilan des incontinences anales [29

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Il n'est pas rare qu'une entérocèle s'accompagne d'une intussuception dans la concavité de la paroi rectale antérieure. Toutefois, le concept de la gêne causée à l'évacuation rectale par l'entérocèle est remis en cause et c'est plutôt la mauvaise évacuation rectale limitant la progression de l'entérocèle qui est actuellement évoquée [23

Cliquez ici pour aller à la section Références, 31

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Périnée descendant et descendu

Le périnée descendant correspond à une définition radiologique fondée sur la position anormalement basse de la JAR en poussée qui peut être aussi appréciée cliniquement [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 32

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le périnée descendu correspond à cette situation au repos. Il s'agit d'une pathologie neuromusculaire dont les causes semblent multiples.

La position de la JAR, qui permet d'étudier la descente périnéale, est considérée comme normale en CCD si elle est située au repos en regard du bord inférieur des ischions et à moins de 3,5cm en poussée [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En CCD, le périnée est considéré comme descendu si la JAR est située, au repos, nettement en dessous du bord inférieur des ischions, et comme descendant si la JAR en défécation descend à plus de 3,5cm du même repère [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les mesures sont plus variables dans la littérature en IRMd. En IRMd, où la coupe sagittale ne permet pas la visibilité des ischions, la JAR est située approximativement au niveau de la LPC et pas à plus de 2cm au repos chez les sujets normaux [20

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle est considérée comme anormale si elle descend en dessous de plus de 3cm en poussée par certains [20

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou plutôt de 5cm [17

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Figure 6, Figure 7, Figure 9, Figure 10).

 

Incontinence urinaire

L'avantage de la CCD est d'offrir une vision permanente de la situation de la jonction vésico-urétrale (JVU) repérée par la sonde vésicale pendant toute la durée de l'examen permettant d'apprécier l'hypermobilité cervico-urétrale. En outre, les clichés mictionnels effectués en début d'examen objectivent la morphologie du col vésical (vésicalisation urétrale, béance) ainsi que l'urètre en miction [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le retentissement des prolapsus de voisinage qui peuvent interférer avec la continence peut être appréciée (par exemple, compression urétrale réalisant un effet-pelote masquant une incontinence). Mais l'appréciation d'une incompétence cervico-urétrale reste difficile en cas de cervicocystoptose [6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'IRMd permet en général de voir la mobilité du col vésical mais il arrive parfois que le col soit mal visible spontanément ou en rapport avec un déplacement latéral du pelvis lié aux mouvements de la patiente lors de la répétition des efforts de poussée. L'IRMd montre aussi les prolapsus de voisinage et leur éventuel retentissement sur l'urètre.

L'IRM morphologique en particulier avec des antennes endocavitaires permet, encore mieux que l'échographie, d'apprécier l'anatomie zonale en cible de l'urètre avec la zone centrale muqueuse en hyposignal T1 et T2, la zone intermédiaire en hypersignal T2 et T1 gadolinium (plexus vasculaires et éléments musculaires lisses) et la zone périphérique en hyposignal T2 correspondant à une couche de muscles lisses cernée par une couche de muscles striés. Mais, comme en échographie, il n'existe pas de critères discriminants en pratique courante pour le diagnostic de l'insuffisance sphinctérienne. L'IRM morphologique permet, en particulier avec les antennes endocavitaires, une excellente visibilité des connexions urétrales avec les ligaments péri-urétraux et para-urétraux, les ligaments pubopelviens et le faisceau puborectal de l'élévateur confirmant le concept d'une unité fonctionnelle urétrale [7

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Incontinence anale, asynchronisme abdominopelvien et anisme

En CCD, la béance du canal anal au repos souvent associée à une augmentation de l'AAR au repos en rapport avec une diminution du tonus de base du puborectal traduit une hypotonie anormale du sphincter. Le cliché en retenue permet de juger de l'efficacité de la contraction volontaire par l'accentuation de l'encoche du puborectal et l'effet sur la fermeture partielle ou complète du canal s'il est ouvert au repos. Enfin le diamètre du canal anal lors de l'évacuation, normalement inférieur ou égal à 2cm, est élargi en cas de lésion sphinctérienne, et rétréci dans l'anisme (ou dyssynergie anorectale). L'akinésie rectale caractérise des dyschésies avec un débit d'évacuation lent (<5g/s) avec résidu rectal significatif en dehors d'autre anomalie morphologique ou statique lors de la défécographie radiologique [33

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En IRMd, la présence de gel échographique pour opacifier le rectum, nettement plus fluide que le mélange utilisé en CCD, gêne l'appréciation qui est aussi perturbée par le caractère non physiologique de l'exonération en décubitus. En revanche l'IRM morphologique retrouve l'aspect en cocarde, visible en échographie, des différentes couches du canal anal : muqueuse en hypersignal T1 et T2, sous-muqueuse en hyposignal T1 et T2, sphincter interne en hypersignal T2 et en hypersignal T1 après injection de gadolinium, sphincter externe en hyposignal T1 et T2 [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'IRM permet la visualisation des défects du sphincter interne et du sphincter externe, avec une appréciation qui semble voisine de celle de l'échographie endo-anale, mais avec une meilleure visibilité des limites périphériques du sphincter externe. De ce fait, elle évalue beaucoup mieux l'atrophie du sphincter externe que l'échographie [6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 34

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Muscles et moyens de soutien

Les muscles sont étudiés directement par l'échographie et l'IRM tandis que la radiologie n'offre qu'une vision indirecte comme l'empreinte du puborectal.

Les moyens de soutien du plancher pelvien, qui est une unité anatomique et fonctionnelle, comportent le système actif, musculaire, essentiellement représenté par le muscle élévateur de l'anus ainsi que le système passif avec l'enceinte osseuse, les fascias (fascia pelvien, arcus tendineux du fascia pelvis, arcus tendineux de l'élévateur) et le tissu conjonctif. Les deux systèmes présentent des connexions multiples [15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Bien que non directement visibles en IRM, les lésions des fascias peuvent être suggérées par les mouvements pathologiques des organes durant l'IRMd [2

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'analyse de ces structures bénéficie de la haute résolution fournie par l'utilisation d'antennes endocavitaires en IRM [2

Cliquez ici pour aller à la section Références, 35

Cliquez ici pour aller à la section Références, 36

Cliquez ici pour aller à la section Références].

De nombreux travaux ont permis des études morphologiques et dynamiques du système de soutien, grâce aux possibilités de l'IRM, en tentant d'établir des corrélations avec le type et l'importance des prolapsus ainsi qu'avec les antécédents et la symptomatologie. La largeur normale du hiatus urogénital d'environ 4cm, et inférieure à 6cm au niveau de la symphyse pubienne augmente dans les prolapsus [2

Cliquez ici pour aller à la section Références, 37

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De même, une surface du hiatus urogénital supérieure à 25cm2 en échographie translabiale 3D apparaît corrélée avec une distension anormale des élévateurs (ballooning ) [38

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le plan de l'élévateur qui est normalement parallèle à la LPC avec un axe traversant la symphyse pubienne [39

Cliquez ici pour aller à la section Références] est situé plus bas dans les prolapsus [37

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De même, la convexité normale du faisceau iliococcygien disparaît.

L'épaisseur normale de l'élévateur va de 3mm pour le faisceau iliococcygien à 5 à 6mm pour le faisceau puborectal [37

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le côté droit du puborectal apparaît souvent plus fin, ce qui a été attribué successivement à des causes techniques, puis au rôle de l'épisiotomie, sans qu'aucune explication formelle de cet aspect soit actuellement avancée. Les modifications musculaires contemporaines de la poussée peuvent être étudiées dans tous les plans de l'espace en IRM. Des lésions morphologiques de l'élévateur sont fréquemment constatées. Toutefois, le fait que 30 % des femmes avec prolapsus ne présentent aucun défect suggère que d'autres facteurs interviennent dans la genèse des prolapsus [40

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'étude dynamique et morphologique des moyens de soutien qu'offre l'IRMd suscite une abondante littérature et apportera peut-être des éléments nouveaux dans la prévention et la prise en charge des prolapsus.

 

Aspects postopératoires

En IRM, les pessaires apparaissent en hyposignal T1 et T2, et reposent normalement sur le faisceau puborectal et le hiatus urogénital. Les séquences dynamiques permettent d'évaluer leur efficacité et leur retentissement [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les bandelettes sous-urétrales (BSU) sont mal visibles en IRM (en hyposignal T1 et T2) alors qu'elles sont très bien visibles sur le plan morphologique et dynamique en échographie introïtale. Toutefois, l'IRM est utile en cas de complication infectieuse ou inflammatoire où la BSU est cernée par un hypersignal T2 et T1 gadolinium. L'IRM trouve aussi sa place dans les complications précoces (hématome du Retzius, abcès, myosite). Le signal des prothèses et bandelettes de suspension est identique à celui des BSU.

La correction des prolapsus est bien étudiée par l'IRMd effectuée à titre postopératoire. Toutefois, il n'existe pas de superposition entre une correction anatomique satisfaisante et l'amélioration de la qualité de vie. La corrélation apparaît modeste entre l'amélioration morphologique et celle des signes fonctionnels dans les cures de rectocèles [41

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Certains auteurs insistent sur la sélection rigoureuse des patients dans la pathologie complexe et intriquée de la dyschésie, qui doit prendre en compte aussi bien la globalité des troubles du plancher pelvien que les troubles psychologiques préexistants, du fait des médiocres résultats des réinterventions après échec ou complication de l'intervention de stapled transanal rectal resection (STARR) [42

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Discussion

Les conclusions des études comparant les résultats des examens radiologiques et de l'IRMd dans l'évaluation des prolapsus sont, à première vue, divergentes [13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 43

Cliquez ici pour aller à la section Références, 44

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En fait, l'explication de ces divergences réside dans les techniques utilisées. Ainsi, Vanbeckevoort et al. trouvent chez 35 patientes une sensibilité de l'IRMd en poussée avec opacification rectale comparée à la CCD I (avec poussée) et la CCD II (avec évacuation rectale) respectivement de 74 et 59 % pour la descente vésicale, de 60 et 13 % pour la descente vaginale, de 100 et 56 % pour l'entérocèle, de 62 et 38 % pour la rectocèle et de 97 et 85 % pour la descente rectale [43

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ils concluent donc à une faible sensibilité de l'IRMd, en particulier pour les compartiments antérieur et moyen. Cette différence peut être attribuée à l'absence de poussée suffisante en IRMd qui n'a pas comporté de défécation. À l'inverse, Lieneman et al. comparent l'IRMd (en poussée, avec opacification rectale, en décubitus) à la CCD (sans opacification de l'intestin grêle, en poussée, en position debout) et notent pour les descentes utérines et les entérocèles une sensibilité et une spécificité de l'IRMd nettement supérieure à celles de la CCD [44

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette différence peut être expliquée par l'absence d'opacification barytée de l'intestin grêle lors de la CCD et par la visibilité des parties molles en IRMd [37

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En fait, les études comparant la CCD et l'IRMd comportant une défécation avec une technique rigoureuse et similaire montrent un score identique de détection des prolapsus [14

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces résultats permettent d'insister sur le rôle crucial de la qualité de la poussée, tout particulièrement en IRMd où la patiente est en décubitus et où l'effort de poussée est non mesurable en l'absence de défécation alors que la CCD semble moins variable de ce point de vue [43

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La critique majeure adressée à l'IRMd est celle d'être réalisée en décubitus tant que les IRM ouvertes ne sont pas facilement disponibles. Le décubitus minore l'importance des cystocèles et des entérocèles d'environ 10 à 15 % comparativement à la CCD en position assise chez les mêmes patientes [14

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La défécation en décubitus peut aussi être initialement d'acceptation difficile ou de réalisation malaisée par la patiente, et c'est le rôle de l'examinateur d'expliquer et de banaliser la procédure en début d'examen. Dans l'étude de Kelvin comparant la CCD et l'IRMd avec défécation, la préférence des patientes entre les deux examens est répartie de façon égale. De plus, selon Kelvin et al., plus de 90 % des patientes arrivent à évacuer le gel rectal de façon satisfaisante en décubitus sur le statif d'IRM [23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les IRM ouvertes ont l'avantage de permettre des séquences dynamiques en position assise. Dans une étude en IRMd chez les mêmes patientes comparant les résultats de la poussée en décubitus (dans une IRM classique) et de la défécation en position assise (dans une IRM ouverte), le taux des prolapsus est sensiblement identique (à l'exclusion des prolapsus non significatifs) mais les intussuceptions rectales visibles en position assise ne sont pas vues en décubitus [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Toutefois, l'IRMd reste imprécise même avec une IRM ouverte pour les intussuceptions comparativement à la défécographie radiologique effectuée en position assise qui reste certainement l'examen de référence pour l'étude de la dynamique rectoanale [30

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Si l'IRMd présente l'inconvénient d'être réalisée en décubitus, elle offre l'avantage de l'absence de radiation, de l'absence d'ingestion orale de produit baryté et de l'absence de sondage vésico-urétral. Enfin, les repères osseux sont toujours facilement identifiables, alors que la symphyse pubienne n'est pas toujours nettement individualisable lors de la CCD, en particulier dans les prolapsus volumineux (centrage abaissé des clichés) et chez les patientes obèses. L'IRMd garde cependant l'inconvénient de ne pas offrir de clichés mictionnels, même si elle peut montrer une ouverture de la jonction vésico-urétrale en poussée. Le temps morphologique de l'IRM a toutefois l'avantage d'offrir une excellente vision des tissus péri-urétraux [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle permet une analyse du sphincter anal. Les deux méthodes ont donc leurs avantages et leurs inconvénients (Tableau 1, Tableau 2). Cependant, malgré ses imperfections, l'IRMd apparaît comme l'examen de l'avenir mais ne saurait remplacer l'examen clinique.

 

Comparaison examen clinique et imagerie

Il ressort des premières études comparant le taux de prolapsus décelé lors de l'examen clinique versus CCD que le diagnostic clinique des cystocèles et des rectocèles est nettement meilleur que celui observé pour les élytrocèles puisque l'examen clinique méconnaît environ 50 % des élytrocèles [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 43

Cliquez ici pour aller à la section Références, 45

Cliquez ici pour aller à la section Références, 46

Cliquez ici pour aller à la section Références] (Tableau 3).

Il apparaît probable que plusieurs raisons concourent à ces différences entre imagerie et examen clinique [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 46

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ainsi, l'examen clinique utilise la poussée en valsalva en décubitus et parfois en position debout tandis que la CCD et l'IRMd nécessitent un effort de défécation,

Par ailleurs, l'examen clinique requiert un examen digital ou des valves de spéculum qui peuvent modifier la situation des différents organes tandis que l'imagerie se limite à l'observation. Enfin, l'examen clinique a recours à la palpation, tandis que l'imagerie a l'avantage de visualiser directement les organes en cause. Cela paraît probablement rendre compte d'une partie importante des élytrocèles méconnues en pratique courante, en particulier quand elles sont associées aux rectocèles, et où seules ces dernières sont diagnostiquées (Figure 12, Figure 13). Ainsi, les stadifications cliniques, en particulier POP-Q insistent sur l'aspect purement descriptif parlant de colpocèle antérieure ou postérieure et non de cystocèle, rectocèle ou elytrocèle. Cette distinction est particulièrement importante pour l'étage postérieur.

 
Figure 12
Figure 12. 

Compétition entre rectocèle et entérocèle. Colpocystodéfécographie. En fin de défécographie, la volumineuse rectocèle bien décelée cliniquement s'évacue progressivement et apparaît une importante entérocèle (EC) qui représente l'intégralité de la colpocèle postérieure après vidange rectale complète. Prolapsus rectal intra-anal (flèches) et périnée descendant. Patiente non hystérectomisée : l'empreinte du col utérin tapiroïde sur le dôme vaginal est visible.

 
Figure 13
Figure 13. 

Volumineuse colpocèle postérieure en présence de l'utérus. IRM dynamique, déféco-IRM. En (a), au repos, pas de trouble statique. (b) Au cours de l'évacuation rectale, apparition d'une rectocèle. En fin d'évacuation rectale (c) la rectocèle (R), décelée cliniquement est presque vide, au contact d'une volumineuse sigmoïdocèle (S) avec petite cystoptose (C) et hystéroptose (H) ; périnée descendant. V : vessie ; va : vagin opacifié ; U : utérus. LPC (trait noir).

 

Par ailleurs, il faut souligner les écueils persistant encore dans la comparaison de la clinique et de l'imagerie. Comme nous l'avons vu plus haut, les méthodes de mesure utilisées actuellement en imagerie utilisent des repères osseux fixes tandis que l'examen clinique se réfère à l'hymen. La stadification effectuée en IRMd selon la ligne médiopubienne a pour but de se référer à l'hymen pour faciliter les comparaisons avec l'examen clinique et en particulier à la classification de l'ICS, POP-Q [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle pourrait être utilisée aussi pour la CCD. Les promoteurs de cette dernière méthode notent une bonne corrélation globale entre l'examen clinique (dans leur population de patientes sans et avec prolapsus) et l'IRMd qui est faite en poussée, sans défécation [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ils sont cependant contraints d'ajouter une stadification supplémentaire des étages antérieur (A), moyen (M) et postérieur (P) pour pouvoir refléter chacun des prolapsus constatés à l'IRM, puisque la classification de l'ICS est incomplète pour cela [22

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Parmi les autres études utilisant la stadification avec la ligne médiopubienne [12

Cliquez ici pour aller à la section Références, 47

Cliquez ici pour aller à la section Références], l'étude de Lieneman montre que la meilleure corrélation entre les résultats de l'IRMd (avec défécation) et de l'examen clinique (avec la classification de l'ICS) sont obtenus avec la LPC pour les compartiments antérieur et supérieur, et la ligne médiopubienne pour le compartiment postérieur, soulignant encore le caractère restrictif de la classification de l'ICS et les limites de la ligne médiopubienne [44

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En particulier, les prolapsus ne présentent pas une descente dans un seul plan de l'espace, ni dans une seule direction (ventrocaudale) et les séquences de déféco-IRM montrent souvent un déplacement dorsocaudal associé avec une descente relativement circulaire. L'utilisation de la ligne médiopubienne dans ces cas conduit à obtenir des mesures verticales identiques au repos et en poussée (Figure 4) [16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La LPC reste, pour l'instant, la méthode la plus facile en pratique pour juger d'un prolapsus en IRMd [16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il faut bien sûr aussi évoquer les limites de l'interprétation de l'imagerie : les sources d'erreur de mesures sont soulignées par Morren pour l'IRMd, et de la défécographie par Dobben [34

Cliquez ici pour aller à la section Références, 48

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Et la reproductibilité des mesures n'est acceptable que pour huit des 19 mesures dans une étude multisite en IRMd [49

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Modifications de la stratégie chirurgicale

Il est admis que l'association des prolapsus est fréquente [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 50

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les études d'imagerie montrant la fréquence des associations des prolapsus sont nombreuses. Ainsi, 95 % des patientes adressées pour prolapsus présentent des anomalies des trois compartiments dans l'étude de Maglinte [50

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'imagerie est à même de montrer des anomalies non détectées par l'examen clinique. Ces constatations peuvent modifier la stratégie thérapeutique ou la voie d'abord et la technique chirurgicale. La détection d'une volumineuse élytrocèle, non vue à l'examen clinique, peut modifier pour certains l'abord chirurgical de la voie vaginale vers la voie haute [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De même, la voie haute est préférée par Lehur pour la cure de rectocèle dont l'appréciation radiologique est importante : volume, taille supérieure à 3cm, caractère rétentif s'il existe une pathologie urogénitale ou une volumineuse élytrocèle [51

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Kaufman observe une modification de la chirurgie initialement planifiée dans 41 % des cas après l'examen avec CCD et IRMd [52

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il note que la CCD révélait plus souvent que l'examen clinique et l'IRMd les sigmoïdocèles et les intussuceptions. La modification par l'imagerie de la chirurgie initialement planifiée est retrouvée dans d'autres articles : 36 % dans l'étude de Brubaker [53

Cliquez ici pour aller à la section Références], et 67 % pour l'incontinence anale dans celle de Hetzer [54

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Conclusion

L'examen clinique et l'examen d'imagerie doivent se potentialiser et non se remplacer ou s'opposer, l'un corrigeant les insuffisances de l'autre. La pratique courante nous apprend que l'examen clinique du prolapsus peut être difficile, parfois variable, par exemple en fonction de l'heure de l'examen. Les corrélations bénéficieraient aussi bien pour l'imagerie que pour la clinique, d'une harmonisation des méthodes de mesure et de classification qui sont actuellement éloignées sur le plan conceptuel. L'analyse de la littérature ne montre pas de consensus pour une technique meilleure entre IRM ou radiologie conventionnelle, mais confirme les avantages ainsi que les inconvénients et les limites de chacun de ces deux examens. Elles confirment une certitude : la poussée maximum est garantie par la défécation, et il existe toujours le soupçon de contraction et non de relâchement des muscles dans les examens comportant des efforts de poussée sans exonération.

L'incidence élevée des prolapsus, le taux non négligeable de récidive après chirurgie, l'impact important de l'accouchement par voie basse doivent pousser à poursuivre les recherches sur les causes et la prévention de cette pathologie. L'imagerie y a son rôle, d'autant que les relations entre, d'une part, les lésions anatomiques que nous pouvons mieux préciser et, d'autre part, les signes fonctionnels restent floues. En pratique clinique, si l'indication de l'imagerie dans les prolapsus semble importante lorsque la patiente a déjà été opérée ou que l'examen clinique est manifestement insuffisant, les indications de l'imagerie restent largement débattues.

 

Conflit d'intérêt

Pas de conflit d'intérêt.

   

 



Tableau 1 - Avantages et inconvénients de la colpocystodéfécographie (CCD).
Inconvénients  
Contraignant ? (durée 45–60min) 
Ne montre pas l'utérus (mais l'empreinte du col utérin est souvent visible) 
Risque de méconnaître une élytrocèle étroite, et le contenu de l'élytrocèle (variable) 
Aucun détail sur les tissus mous 
Exposition aux RX 
 
Avantages  
Défécation assurée (±miction) 
Reste l'examen de référence de la pathologie anorectale (position assise, pâte proche de la consistance des selles) 

 

Tableau 2 - Avantages et inconvénients de l'IRM dynamique.
Inconvénients  
Décubitus (parfois impossibilité de défécation) 
Minore l'importance des prolapsus (décubitus) 
Pas d'étude du col vésical et de l'urètre en miction 
Imprécis pour la pathologie anorectale (intussuception, vidange des rectocèles, anisme, etc.) 
 
Avantages  
Contraste vésical spontané 
Rapide (20min) 
Étude morphologique pelvienne simultanée 
Montre les tissus mous et moyens de soutien 
Étude possible dans les 3 plans de l'espace 
Pas d'irradiation 

 

Tableau 3 - Comparaison du nombre de prolapsus décelés à la CCD, et du pourcentage de ce même prolapsus décelé lors de l'examen clinique par rapport à la CCD.
Prolapsus  Hock  Altringer  Hale  Kelvin 
Cystocèle CCD  112  44  NC  159 
Cystocèle % examen clinique/CCD  41 %  73 %  NC  83 % 
Rectocèle CCD  225  46  124  155 
Rectocèle % examen clinique/CCD  31 %  52 %  80 %  77 % 
Entérocèle CCD  111  33  66  47 
Entérocèle % examen clinique/CCD  16 %  48 %  52 %  51 % 

 

 
 

Références

 

Kelvin F.M., Hale D.S., Maglinte D.T., Patten B.J., Benson J.T. Female pelvic organ prolapse: diagnostic contribution of dynamic cystoproctography and comparison with physical examination AJR 1999 ;  173 : 31-37
 
Boyadzhyan L., Raman S.S., Raz S.R. Role of static and dynamic MR imaging in surgical pelvic floor dysfunction Radiographics 2008 ;  28 : 949-967 [cross-ref]
 
DeLancey J.O. The hidden epidemic of pelvic floor dysfunction: achievable goals for improved prevention and treatment Am J Obstet Gynecol 2005 ;  192 : 1488-1495 [cross-ref]
 
Kelvin F.M., Maglinte D.T., Benson J.T., Brubaker L.P., Smith C. Dynamic cystoproctography: a technique for assessing disorders of the pelvic floor in women AJR 1994 ;  163 : 368-370
 
Yang A., Mostwin J.L., Rosenhein N.B., Zerhouni E.A. Pelvic floor descent in women: dynamic evaluation with fast MR imaging and cinematic display Radiology 1991 ;  179 : 25-33 [cross-ref]
 
Lapray JF. Imagerie de la vessie et de la dynamique pelvienne de la femme. Paris: Masson; 1999. p. 237.
 
Maglinte D.T., Bartram C. Dynamic imaging of posterior comparment pelvic floor dysfunction by evacuation proctography: Techniques, indications, results and limitations Eur J Rad 2007 ;  61 : 454-461 [cross-ref]
 
Lapray J.F. Imagerie des prolapsus pelvipérinéaux Pelvipérinéologie 2007 ;  2 : 227-243 [cross-ref]
 
Béthoux A., Bory S., Huguier M., Lan C.S. Le colpocystogramme. Son application à l'étude des prolapsus vaginaux et des incontinences d'urine J Chir 1965 ;  21 : 1863-1884
 
Villet R., Ayoub N., Salet-Lizée D., Bolner B., Kujas A. Le périnée descendant de la femme Prog Urol 2005 ;  15 : 265-271
 
Schoenenberger A.W., Debatin J.F., Guldenschuh I., Hany T.F., Steiner P., Krestin G.P. Dynamic MR defecography with a superconducting, open-configuration MR system Radiology 1998 ;  206 : 641-646
 
Bertschinger K.M., Hetzer F.H., Roos J.E., Treiber K., Marincek B., Hilfiker P.R. Dynamic MR imaging of the pelvic floor performed with patient sitting in an open-magnet unit versus patient supine in a closed-magnet unit Radiology 2002 ;  223 : 501-508 [cross-ref]
 
Roos J.E., Weishaupt D., Wildermuth S., Willman J.K., Marincek B., Hilfiker P.R. Experience of 4 years with open MR defecography: pictorial review of anorectal anatomy and disease Radiographics 2002 ;  22 : 817-832
 
Kelvin F.M., Maglinte D.T., Hale D.S., Benson J.T. Female pelvic organ prolapse: a comparison of triphasic dynamic MR imaging and triphasic fluoroscopic cystocolpocystography AJR 2000 ;  174 : 81-88
 
Pannu K.H. Dynamic MR imaging of female organ prolapse Radiol Clin N Am 2003 ;  41 : 409-423 [cross-ref]
 
Lieneman A., Sprenger D., Janssen U., Grosch E., Pellengahr C., Anthuber C. Assessment of pelvic organ descent by use of functional cine-MRI: which reference line should be used? Neurourol Urodyn 2004 ;  23 : 33-37
 
Maubon A., Aubard Y., Berkane V., Camezind-Vidal M.A., Marès P., Rouanet J.P. Magnetic resonance imaging of the pelvic floor Abdom Imaging 2003 ;  28 : 217-225 [cross-ref]
 
Morakkabati-Spitz N., Gieseke J., Willinek W.A., Bastian P.J., Schmitz B., Träber F., et al. Dynamic pelvic floor MR imaging at 3T in patients with clinical signs of urinary incontinence – preliminary results Eur Radiol 2008 ;  18 : 2620-2627 [cross-ref]
 
Healy J.C., Halligan S., Reznek R.H., Watson S., Bartram C.I., Phillips R., et al. Dynamic MR imaging compared with evacuation proctography when evaluating anorectal configuration and pelvic floor movement AJR 1997 ;  169 : 775-779
 
Goh V., Halligan S., Kaplan G., Healy J.C., Bartram C.I. Dynamic MR imaging of the pelvic floor in asymptomatic subjects AJR 2000 ;  174 : 661-666
 
Comiter C.V., Vasavada S.P., Barbaric Z., Gousse A.E., Raz S. Grading pelvic prolapse and pelvic floor relaxation using dynamic magnetic resonance imaging Urology 1999 ;  54 : 454-457 [cross-ref]
 
Singh K., Reid W.M., Berger L.A. Assessment and grading of pelvic organ prolapse by use of dynamic magnetic resonance Am J Obstet Gynecol 2001 ;  185 : 71-77 [cross-ref]
 
Kelvin F.M., Maglinte D.T. Dynamic evaluation of female pelvic organ prolapse by extended proctography Radiol Clin N Am 2003 ;  41 : 395-407 [cross-ref]
 
Karasick S., Karasick D., Karasick S.R. Functional disorders of the anus and rectum: findings on defecography AJR Am J Roentgenol 1993 ;  160 : 777-782
 
Mahieu P.H., Pringot J., Bodart P. Defecography: I. Description of a new procedure and results in normal patients Gastroint Radiol 1994 ;  163 : 368-370
 
Bremmer S., Mellgren A., Holmström B., Lopez A., Uden R. Peritoneocele: Visualization with defecography and peritoneography performed simultaneously Radiology 1997 ;  202 : 373-377
 
Solopova A.E., Hetzer F.H., Marincek B., Weishaupt D. MR defecography: prospective comparison of two rectal enema compositions AJR 2008 ;  190 : W118-W124
 
Shorvon P.J., McHugh S., Diamant N.E., Somers S., Stevenson G.W. Defecography in normal volunteers: results and implications Gut 1989 ;  30 : 1737-1749 [cross-ref]
 
Collinson R., Cunningham C., D'Costa H., Lindsey I. Rectal intussuception and unexplained faecal incontinence: findings of a proctographic study Colorectal Dis 2008 ;  11 : 77-83
 
Dvorkin L.S., Hetzer F., Scott S.M., Williams N.S., Gedroyc W., Lunniss P.J. Open-Magnet MR defecography compared with evacuation proctography in the diagnosis and management of patients with rectal intussuception Colorectal Dis 2004 ;  6 : 45-53 [cross-ref]
 
Halligan S., Bartram C.I., Hall C., Wingate J. Enterocele revealed by simultaneous evacuation proctography and peritoneography: does “defecation block” exists? AJR Am J Roentgenol 1996 ;  167 : 461-466
 
Fatton B. Poussée abdominale et prolapsus ou périnée descendant Corr Pelviperineol 2002 ;  2 : 24-28
 
Faucheron J.L., Dubreuil A. Rectal akinesia as a new cause of impaired defecation Dis Colon Rectum 2001 ;  44 : 1049-1051
 
Dobben A.C., Wiersma T.G., Janssen L.W., de Vos R., Terra M.P., Baeten C.G., et al. Prospective assessment of interobserver agreement for defecography in fecal incontinence AJR Am J Roentgenol 2005 ;  185 : 1166-1172 [cross-ref]
 
Tan I.L., Stoker J., Zwamborn A.W., Entrius K.A., Calame J.J., Lameris J.S. Female pelvic floor: endovaginal MR imaging of normal anatomy Radiology 1998 ;  206 : 777-783 [cross-ref]
 
Stoker J., Halligan S., Bartram C.I. Pelvic floor imaging Radiology 2001 ;  218 : 621-641
 
Pannu H.K. MRI of pelvic organ prolapse Eur Radiol 2004 ;  14 : 1456-1464
 
Dietz H.P., Shek C., De Leon J., Steensma A.B. Ballooning of the levator hiatus Ultrasound Obstet Gynecol 2008 ;  31 : 676-680 [cross-ref]
 
Fielding J.R., Dumanli H., Schreyer A.G., Okuda S., Gering D.T., Zou K.H., et al. MR-based three-dimensional modeling of the normal pelvic floor in women: quantification of muscle mass AJR Am J Roentgenol 2000 ;  174 : 657-660 [cross-ref]
 
DeLancey J.O.L., Morgan D.M., Fenner D.E., Kearney R., Guire K., Miller J.M., et al. Comparison of levator ani muscle defects and function in women with and without pelvic organ prolapse Obstet Gynecol 2007 ;  109 : 295-302
 
Hübner M., Hetzer F., Weishaupt D., Hahnloser D., Clavien P.A., Demartines N. A prospective comparison between clinical outcome and open-configuration magnetic resonance defecography findings before and after surgery for symptomatic rectocele Colorectal Dis 2006 ;  8 : 605-611
 
Pescatori M., Zbar A.P. Reinterventions after complicated or failed STARR procedure Int J Colorectal Dis 2009 ;  24 : 87-95 [cross-ref]
 
Vanbeckevoort D., Van Hoe L., Oyen R., Ponette E., De Ridder D., Deprest J., et al. Pelvic floor descent in females comparative study of colpocystodefecography and dynamic fast MR imaging J Magn Reson Imaging 1999 ;  9 : 373-377 [cross-ref]
 
Lieneman A., Anthuber C., Baron A., Kohz P., Reiser M. Dynamic MR colpocystorectography assessing pelvic-floor descent Eur Radiol 1997 ;  7 : 1309-1317
 
Altringer W.E., Saclarides T.J., Dominguez J.M., Brubaker L.T., Smith C.S. Four-contrast defecography: pelvic “floor-oscopy” Dis Colon Rectum 1995 ;  38 : 695-699 [cross-ref]
 
Hock D., Lombard R., Jeahes C., Markiewicz S., Penders L., Fontaine F., et al. Colpocystodefecography Dis Colon Rectum 1993 ;  36 : 1015-1021 [cross-ref]
 
Kenton K., Shott S., Brubaker L. Vaginal topography does not correlate well with visceral position in women with pelvic organ prolapse Int Urogynecol J 1997 ;  8 : 336-339 [cross-ref]
 
Morren G.L., Balasingam A.G., Wells J.E., Hunter A.M., Coates R.H., Perry R.E. Triphasic MRI of pelvic organ descent: sources of measurement error Eur J Radiol 2005 ;  54 : 276-283 [cross-ref]
 
Lockart M.E., Fielding J.R., Richter H.E., Brubaker L., Salomon C.G., Ye W., et al. Reproductibility of dynamic MR imaging pelvic measurements: a multi-institutional study Radiology 2008 ;  249 : 534-540
 
Maglinte D.T., Kelvin F.M., Fitzgerald K., Hale D.S., Benson J.T. Association of compartment defects in pelvic floor dysfunction AJR Am J Roentgenol. 1999 ;  172 : 439-444
 
Lehur PA. Rectocèle. Quelle voie d'abord ? Forum du CUROPF. Congrès de l'Association française d'urologie, Paris, 2007.
 
Kaufman H.S., Buller J.L., Thomson J.R., Pannu H.K., DeMeester S.L., Genadry R.R., et al. Dynamic pelvic magnetic resonance imaging and cystocolpoproctography alter surgical management of pelvic floor disorders Dis Colon Rectum 2001 ;  44 : 1575-1584 [cross-ref]
 
Brubaker L., Retzky S., Smith C., Saclarides T. Pelvic floor evaluation with dynamic fluoroscopy Obstet Gynecol 1993 ;  82 : 863-868
 
Hetzer F.H., Andreisek G., Tsagari C., Sahrbacher U., Weishaupt D. MR defecography in patients with fecal incontinence imaging findings and their effects on surgical management Radiology 2006 ;  240 : 449-457 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.