Risque de perforation rectale liée à l’utilisation de l’échographie endorectale au cours de la photovaporisation prostatique au laser en intention de traiter : à propos de 4 cas

25 février 2015

Auteurs : G. Fournier
Référence : Prog Urol, 2015, 2, 25, 107




 



Cet article est important car il rappelle aux lecteurs que le risque de plaie rectale est encore possible lors de la chirurgie endoscopique de la prostate.


Dans deux cas, il s'agit de plaies au cours de résection ou mono-incision. Ces interventions sont réalisées en principe avec une excellente visibilité en l'absence de l'effet flashant du laser. Par conséquent, l'appui excessif de l'opérateur avec le bistouri ne peut qu'être la cause. Dans ce cas, avoir une sonde d'échographie en appui sur le rectum ne peut qu'augmenter le risque. Cependant, contrairement à ce qui est dit par les auteurs, il ne s'agit pas de la technique décrite initialement qui ne comporte pas de protrusion de la face antérieure du rectum. Le caractère flexible du support est de ce point de vue sécurisant.


Dans un cas, le laser est utilisé mais sans visibilité ce qui conduit logiquement à un accident. Dans ce cas, il est facile de conclure que quel que soit l'outil utilisé, c'est l'absence de conversion pour avoir une bonne visibilité qui me semble en cause plutôt que l'échographie ou le laser. Enfin, dans le dernier cas, il est difficile de conclure à la responsabilité de l'échographie, mais la localisation de la plaie probablement au-dessus du veru montanum laisse penser qu'un tir appuyé, sur cette zone constamment peu épaisse, quel que soit le patient, est à l'origine de la plaie.


Dans notre expérience de l'échographie endorectale, nous n'avons pas rencontré cette complication. La suggestion d'usage intermittent de la sonde d'échographie, comme suggéré par les auteurs dans leur centre, apparaît, en tout cas, intéressante. L'intérêt essentiel de l'échographie peropératoire est de vérifier le caractère complet de la vaporisation en fin de procédure.


Déclaration d'intérêts


L'auteur assure des formations à la technique de Laser Greenlight pour la société American Medical Systems (AMS).






© 2014 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.