Résultats oncologiques de la cystectomie totale pour tumeurs de vessie invasive chez les patients oligo-métastatiques ganglionnaires

25 novembre 2016

Auteurs : S. Beurrier, D. Vordos, Y. Allory, M. Chiarradia, R. Yiou, A. Hoznek, A. De la Taille, L. Salomon, A. Masson-Lecomte
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 673
Objectifs

Les progrès de l’imagerie dans le bilan d’extension des TVIM permettent désormais d’identifier des maladies « oligo-métastatiques » ganglionnaires qui n’étaient auparavant pas détectées par le scanner. La prise en charge de ces patients reste à définir. L’objectif de notre étude était de comparer la survie après cystectomie radicale pour maladie cN0 au scanner des patients ayant un seul ganglion positif versus plus de un.

Méthodes

De 2001 à 2012, 287 cystectomies ont été réalisées pour tumeur de vessie infiltrant le muscle. Les patients présentant un envahissement ganglionnaire à l’examen anatomopathologique ont été sélectionnés pour analyse. Les caractéristiques clinico-pathologiques des patients ayant un seul ganglion positif (G1) ont été comparées à celles des patients ayant plus d’un ganglion positif (G2). Les facteurs prédictifs de survie sans progression dans la cohorte des patients N+ ont été évalués à l’aide d’une régression de Cox.

Résultats

Sur les 287 cystectomies, il y avait 79 envahissements ganglionnaires (20 G1 et 59 G2). Le nombre médian de ganglions prélevés était de 11 (3–43), pour un nombre médian de 3 ganglions envahis (1–35). Les caractéristiques des patients du groupe G1 n’étaient pas différentes des patients du groupe G2 pour l’âge, les caractéristiques radiologiques préopératoires, le stade et la taux de marges (Tableau 1). La survie à 5ans des patients du groupe G1 était de 32 % vs 11 % dans les groupe G2 (log rank p =0,43). L’analyse multivariée a montré que seules les marges (p =0,06) et l’extension extra capsulaire du ganglion (p =0,01) étaient associées à la survie sans progression. Le caractère oligo-métastatique ganglionnaire (G1) n’était pas indépendamment associé à la survie (HR=0,6, p =0,18).

Conclusion

Les patients présentant un faible nombre de ganglions envahis avaient un pronostic identique aux patients N+. Au regard de ces résultats, ces patients doivent être considérés comme des patients d’emblée métastatiques et traités par chimiothérapie. Le pronostic de ce groupe doit pouvoir être affiné en fonction du stade local et de l’imagerie préopératoire (vrai cN0 au scanner versus cN1).




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques des patients N+ en fonction du nombre de ganglions envahis.









© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.