Résultats carcinologiques à long terme de la curiethérapie du pénis : à partir d’une base internationale

25 novembre 2013

Auteurs : B. Delaunay, M. Soulié, C. Llacer, F. Ferrer, F. Moreno, M. Delannes, E. Huyghe
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1027




 

Objectifs .- Le cancer du pénis est une tumeur rare en Europe. Le traitement de référence est la chirurgie d'exérèse. La curiethérapie du pénis est une alternative proposée afin de préserver l'organe. Nous présenterons dans cette étude les résultats carcinologiques, la morbidité de ce traitement et les facteurs pronostiques de récidive.


Méthodes .- Entre 1992 et 2009, 47 patients avec un cancer du pénis ont été traités par curiethérapie interstitielle (Iridium-192), dans les centres de Toulouse, Montpellier et Barcelone (base du GOCO). L'âge moyen de la population lors du traitement était de 64,7ans. La dose moyenne délivrée était de 60Gy. Il s'agissait pour l'essentiel de carcinomes épidermoïdes (91,5 %), de stade T1 (86,8 %) ou T2 (13,2 %), de bas grade pour la majorité (84,8 %), la plupart des lésions faisant moins de 3cm (96,9 %).


Résultats .- Parmi les 47 patients ayant eu un traitement par curiethérapie, 59,6 % n'ont pas présenté de récidive, 34 % ont présenté une récidive locale ayant nécessité une amputation (partielle ou totale) et 17 % ont présenté une récidive régionale et/ou à distance. Au moment de notre étude, 48,9 % des patients étaient guéris sans récidive, 21,3 % étaient guéris après récidive locale ayant nécessité une amputation partielle ou totale et 29,8 % étaient décédés. Le taux de préservation du pénis était de 66 %. Les survies globale, spécifique et sans récidive à 5ans étaient respectivement de 80,9 %, 87,6 % et 84 %. La localisation de la tumeur sur le corps du pénis ressort comme l'unique facteur pronostique de la récidive. Après la curiethérapie, les patients présentaient peu de douleur. Les saignements étaient rares, de même que les ulcérations Le taux de sténoses récidivantes était de 21,1 %. Avec un recul moyen de 80,5 mois, le score IPSS médian était de 5.


Conclusion .- Les résultats à long terme et la morbidité de la curiethérapie du pénis la confirment comme une alternative conservatrice à la chirurgie pour les carcinomes épidermoïdes du pénis limités au gland.




Haut de page



© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.