Relation pression-débit instantanée en flux permanent dans un tube collabable : conséquences sur l'évaluation de la résistance uréthrale

16 juillet 2001

Mots clés : recherche fondamentale, hydrodynamique, étude pression-débit, résistance uréthrale
Auteurs : Glémain P, Cordonnier JP, Le Normand L, Karam G, Buzelin JM
Référence : Prog Urol, 1993, 3, 644-657
L'urèthre est un conduit collabé en dehors des mictions de sorte qu'il a été reproché à l'évaluation de la résistance uréthrale instantanée par la relation pression/débit (R = P/Q2), issue de l'équation de Bernoulli, de ne pas tenir compte de la pression d'ouverture ou tout au moins du fait que le flux doive maintenir les parois pendant la miction. Le but de ce travail est de préciser si une telle critique est juste au plan de la mécanique des fluides. Pour cela, il a été effectué une étude de la relation pression/débit dans un tube souple, collabé par différentes pressions péri-tubulaires, et qui s'ouvrait ensuite sous l'effet du flux. Les expériences ont montré que la relation pression/débit, la résistance instantanée à l'écoulement et les pertes de charge étaient identiques lorsque le tube atteignait le même calibre, ceci malgré les différentes pressions péri-tubulaires. C'était donc la même pression qui servait à la fois à propulser le flux et à maintenir les parois. En conséquence il serait faux de prétendre améliorer l'évaluation de la résistance uréthrale instantanée en retirant une pression d'ouverture de la pression vésicale maximum. La formule R = P/Q2 est juste au plan expérimental et conforme aux principes de la mécanique des fluides. Elle constitue en théorie et en pratique une bonne méthode d'évaluation de la résistance instantanée.