Reconstruction pénienne après amputation par électrocution

25 juin 2002

Mots clés : Pénis, traumatisme, Amputation, reconstruction
Auteurs : BENCHEKROUN A., JIRA H., KASMAOUI EH., GHADOUANE M., NOUINI Y., FAIK M.
Référence : Prog Urol, 2002, 12, 129-131
Nous rapportons une observation de reconstruction du pénis chez un patient de 27 ans, victime d'une électrocution qui a entrainé une amputation du pénis et une nécrose de celui-ci. La reconstruction a consisté en une mobilisation des corps érectiles résiduels et leur recouvrement à partir de la peau scrotale. Le résultat fonctionnel et esthétique est bon.



L'amputation traumatique du pénis est une lésion rare et sévère. Elle retentit sur les fonctions mictionnelle et sexuelle et sur la fertilité. La reconstruction du pénis amputé constitue un défit thérapeutique, elle dépend de l'âge et de l'importance des lésions.

Nous rapportons une observation d'un patient qui a été amputé du pénis après une électrocution. La reconstruction du pénis a consisté en la mobilisation des corps érectiles résiduels.

Cas clinique

Patient âgé de 27 ans admis dans le service pour amputation du pénis après un choc électrique de haute tension. Le pénis était le point de sortie du courant électrique, ce qui avait entrainé sa nécrose.

L'examen des organes génitaux externes montrait des bourses normales avec un pénis amputé au ras du pubis (Figure 1).

Figure 1 : Amputation pénienne au ras du pubis. Aspect préopératoire.

Une reconstruction pénienne était proposée par allongement pénien. Une incision transversale de la racine du pénis (2A) permettait la section du ligament suspenseur (Figure 2B).

Figure 2 :Temps opératoires supérieurs à la racine du pénis (1). A. Incision transversale sur la racine du pénis. B. Section du ligament suspenseur.

Les corps caverneux résiduels étaient ensuite mobilisés des branches ischio-pubiennes (Figure 3A). Les corps érectiles allongés furent recouverts par une plastie de peau scrotale et la plaie fut fermée longitudinalement (Figure 3B).

Figure 3 : Temps opératoires supérieurs (2). A. Dissection des corps caverneux résiduels des branches ischio-pubiennes. B. Recouvrement des corps caverneux par mobilisation de la peau scrotale: la fermeture cutanée est longitudinale.

Une deuxième incision transversale faite au niveau de l'angle pénoscrotal (Figure 4A) permettait de disséquer et d'allonger l'urètre qui était fixé au niveau apical.

Figure 4 A. Temps opératoires inférieurs à l'angle péno-scrotal. Incision transversale au niveau de l'angle péno-scrotal et libération de l'urètre.

L'incision scrotale était fermée longitudinalement (Figure 4B).

Figure 4 B. Temps opératoires inférieurs à l'angle péno-scrotal: fermeture scrotale dans le sens longitudinal.

Une sonde Charrière 16 était placée en transurétral pendant deux semaines. Les suites opératoires furent simples.

4 mois plus tard, la miction était normale. L'injection intra-caverneuse de prostaglandine E1 avait montré que la longueur du pénis atteignait en érection 7 cm (Figure 5).

Figure 5 : Résultats opératoires à 4 mois.

Le patient était revu une année plus tard; il était satisfait sur le plan sexuel et mictionnel.

Discussion

La reconstruction du pénis est indiquée en cas d'amputation traumatique ou chirurgicale, de micro pénis et de pseudo hermaphrodisme masculin. La nécrose du pénis chez l'adulte secondaire à un choc électrique est exceptionnelle, alors qu'elle se voit chez l'enfant après circoncision ou morsure par les animaux domestiques [1, 10, 12].

Le but de la reconstruction du pénis est d'avoir un phallus de longueur adéquate avec un méat apical, permettant ainsi des fonctions mictionnelle et sexuelle satisfaisantes [3]. Plusieurs techniques de reconstruction péniennes ont été décrites. Les méthodes des lambeaux myocutanés à partir du muscle grand dorsal ou du muscle droit de l'abdomen ou ostéocutanés à partir de l'avant bras [3, 6, 9, 11] ont été rapportées. Leur indication trouve son intérêt en cas d'association de perte de substance périnéale importante [4, 13]. La transformation sexuelle proposée et réalisée en 1948, par GILLIS et HARISSON, peut être indiquée avant l'âge de différenciation sexuelle chez les enfants de moins de 12 mois [2, 10]. La technique d'allongement pénien, quand elle est possible, par mobilisation partielle des corps caverneux et spongieux résiduels des branches ischio-pubiennes, semble être la meilleure solution [1, 5, 10]. Elle permet d'obtenir une bonne fonction sexuelle et une position mictionnelle normale en évitant l'uréthrostomie périnéale. Elle évite le retentissement psychologique des différents procédés mutilants.

Le recouvrement des organes érectiles à partir de la peau périnéo-scrotale, permet d'obtenir les meilleurs résultats sur le plan sensitif et esthétique [3, 5, 7]. Ceci est illustré par notre observation. La réimplantation du pénis amputé doit être tentée avant la 8ème heure si l'organe est ramené des lieux de l'accident [12]. D'excellents résultats ont été rapportés chez l'adulte et chez l'enfant avec le développement des techniques microchirurgicales [8, 10].

Conclusion

L'amputation traumatique du pénis chez l'adulte suite à une électrocution, est rare. La reconstruction pénienne à partir des corps érectiles résiduels, quand elle est possible, doit être tentée en première intention. Elle permet d'obtenir de bons résultats esthétiques et fonctionnels et préserve l'image corporelle du patient.

Références

1. BELKACEM R., AMRANI A., BENABDELLAH F., OUTARAHOUT O. Reconstruction de la verge après nécrose due à une circoncision. Maroc Medical, 1997, 19, 5-8.

2. BRADLEY SJ., OLIVIER G.D., CHERNICK AB., ZUKER K.J. Experiment of nurture: ablatio penis at 2 months, sex reassignement at 7 months, and psychosexual follow up in young adulthood. Pediatrics, 1998, 102, 9.

3. EDWARD TANK S., ROBERT DEMUTH J., STUART ROSENBERG. Reconstruction following amputation of the pénis in children. J. Urol., 1982, 128, 386’Äì388.

4. GONZALEZ SARASUA J., RIVAS DEL FRESNO M., MARTIN MUNIZ C. Aetiology and treatment of penoscrotal skin defects. Arch. Esp.Urol, 1999, 52, 1033-1042.

5. GREEN BERGER M.L., LOW B.A. Penile stump advancement as an alternative to perineal urethrostomy after penile amputation. J. Urol., 1999, 161, 893-894.

6. GUO XIAN PEI, KUNDE LI, CHANGPING XIE. Reconstruction of the pénis after severe injury. Injury, 1998, 29, 329-334.

7. HINMAN F. Jr. Surgical management of microphalus. B. J. Urol, 1974, 46: 685-688.

8. ISHIDA O., IKUTA Y., SHIRANE T., NAKAHARA M. Penile replantation after self-inflicted complete amputation: a case report. J. Reconstr. Microsurg., 1996, 12, 23-26.

9. KENNEDY C.L., BREACH N.M., SHEPRED J.H., HENDRY W.F. The use of myocutaneous flaps following radical excision of the external genitalia. B.J.Urol., 1987, 59: 272-276.

10. OCHOA B. Trauma of the external genitalia in children: amputation of the penis and emasculation. J. Urol, 1998, 160, 1116-1119.

11. SASAKI K., NOZAKI M., MORIOKA K., HUANG T.T. Penile reconstruction: combined us of an innervated forearm osteocutaneous flap and big toe pulp. Plast. Reconstr. Surg., 1999, 104, 1054-1058.

12. SHERMAN J., BORER J.G., HOROWITZ M., GLASSBERG K.I. Circumcision: successful glanular reconstruction and survival following traumatic amputation. J. Urol., 1996, 152, 842-844.

13. THOMAS J.A., MATANHELIA S.S., DICKSON W.A., REES R.W.M., MATTEWS P.N. Use of the rectus abdominis myocutaneous flap treating advanced carcinomas of the penis. B.J.Urol., 1995, 75, 214-219.