Recommandations françaises du Comité de cancérologie de l’AFU – actualisation 2020–2022 : tumeurs malignes du pénis

20 novembre 2020

Auteurs : P.-H. Savoie, N. Morel-Journel, T. Murez, L. Ferretti, L. Rocher, A. Fléchon, P. Camparo, A. Méjean
Référence : Prog Urol, 2020, 12, 30, S252, suppl. 12S
   
 
 

 

 

Introduction

 

Epidemiology

Malignant penile tumours are rare. In France, their incidence is stable [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. This rate in relation to the world population could be 0.59 per 100,000. These tumours are very rare before the age of 55 and mostly affect those over 75.

 

Risk factors

 

Human Papilloma Virus or HPV infection (flat condy-loma [2], bowenoid papulosis).
Phimosis and lack of hygiene, chronic inflammation (lichen sclerosus is not a precancerous lesion), multiple sexual partners, PUVA treatment for psoriasis).

 

Precancerous lesions

The most common precancerous lesion is intraepithelial neo-plasia (IEN) [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Carcinoma in situ, Erythroplasia of Queyrat and Bowen's disease of the penis are macroscopically different but histologically equivalent to PeIN3 (high grade). Their care is identical. Their association with HPV infection is probably underestimated and should be routinely investigated.

Other lesions are precancerous or pre-invasive forms of cancer such as giant condyloma acuminata (Buschke-Lowenstein tumour), or extramammary Paget's disease (intraepithelial adenocarcinoma). They are managed by extensive surgical excision.

 

Prevention

Circumcision in the neonatal period could reduce the risk of penile cancer but not PeIN [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. However, adult circumcision is not preventive.

Since the end of 2019, the French high health authority (HAS) has been recommending the vaccination of all boys aged 11 to 14 years, with a possible follow-up vaccination between 15 and 19 years of age, essentially to prevent anal and oropharyngeal cancers. Vaccination is still recommended up to the age of 26 for men who have sexual relations with men [4

Cliquez ici pour aller à la section Références]. This vaccination is reimbursed in France.

The CCAFU supports comprehensive vaccination for all young men (11-20 years) regardless of sexual orientation (with a possible follow-up vaccination up to 26 years of age in case of homosexual relations). This could protect men from HPV-induced cancers (penile, anal, oropharyngeal) but could also improve the protection of unvaccinated girls (cervical, anal, oropharyngeal). Several vaccines are available that cover different HPV subtypes (Gardasil® appears to be sufficient because it protects against 80% of the cancers; the more expensive Gardasil 9® protects against 90% of the cancers [5

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

 

Local diagnosis

 

Clinical

It is an indurated penile lesion that affects the glans or foreskin in 95% of the cases. It can be hidden under a phimosis, causing a purulent flow. The clinical examination aims to identify urethral involvement of the disease, cavernous or perineal [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Imaging of the penis

 
Ultrasound

Ultrasound is not the standard test for local staging. Along with the Colour Doppler, this simple and inexpensive examination is still operator-dependent. It is used to analyse local extension to the corpus cavernosum and urethra [6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 7

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Tumour and spongy/cavernous body echostructures are similar, but the tumour boundaries remain fairly clear, especially when using high-frequency (> 10MHz) probes. It can be performed without, but the best results are with an intracavernous injection of prostaglandins.

 
MRI

It is an alternative or a complement to ultrasound. The examination is supposedly less operator-dependent. An intraca-vernous injection of prostaglandins ensures an erection which facilitates reading [7

Cliquez ici pour aller à la section Références, 8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. The lesion is a mild T2 hyposignal. It presents diffusion restriction and enhancement after Gadolinium injection. MRI is effective for corpus cavernosum extension, a little less for urethral extension [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. It is useful in conservative surgery and indispensable in brachytherapy.

In practice, it is conventional to place a pelvic phased array antenna on the penis with the foreskin pulled back and if possible in erection.

 
Pathological diagnosis

 
The place of biopsy

Biopsy provides the confirmation of the histological diagnosis. It is mandatory before any local conservative treatment. Biopsy-excision is preferable for TNM staging and grading, and thereby guides the management of lymph node areas [10

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Histology

Squamous cell carcinoma accounts for more than 95% of malignant penile tumours. There are mixed forms with warty, papillary (good prognosis) or basaloid, adenosquamous and sarcomatoid (poor prognosis) components [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Pathological report

It should specify: histological type, grade, T-stage, p16/HPV status, and surgical margin [14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. The minimum margin allowed depends on the TNM stage and the grade of the tumour: a minimum of 3 mm (see below) [17

Cliquez ici pour aller à la section Références].

In total, at least one third of all squamous cell carcinomas are thought to be associated with HPV infection (the most common is subtype 16), but the frequency is probably underestimated. Disease-specific survival at 5 years could be better for HPV+ patients than for HPV- patients (93% vs. 78%) [18

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Rare penile tumours

Malignant melanoma should be treated initially like any malignant penile tumour.

Lymphomas as well as different types of penile sarcomas have also been reported and respond to specific management.

Penile metastases are mainly due to prostate or colorectal cancer.

 
TNM classification (Table 1)

The Tis stage corresponds to a high grade PeIN (PeIN3).

Subepithelial connective tissue involvement with lympho-vascular invasion (T1b) or a medium to high grade requires exploration of the lymph node areas. A capsular rupture in lymphadenectomy is a major adverse prognostic factor.

 
Risk groups [3]

The prognosis of penile cancers depends on the TNM stage and the histological grade.

The risk groups are [19

Cliquez ici pour aller à la section Références]:

 

Low-risk tumours (≤ pT1G1);
Intermediate-risk tumours (pT1 G2);
High-risk tumours (pT1G3, pT2-3 G1-3).

Lymphovascular involvement of the subepithelial connective tissue, perineural involvement and the depth of involvement have a highly negative prognostic impact [20

Cliquez ici pour aller à la section Références, 21

Cliquez ici pour aller à la section Références]. The prognostic value of urethral involvement is debated, except in the proximal form where deeper involvement is more unfavourable [22

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Only the lymph node areas with low-risk tumours can be monitored, a histological analysis of the lymph nodes is required in all other cases.

 

Lymph node and metastasis diagnosis

 

Semiology

Palpation is essential to rule out the presence of inguinal adenopathy, which is the first relay route for metastatic diffusion of the primary tumour. Adenopathies may be absent (cN0), mobile (cN1/cN2) or fixed (cN3). In some cases, cross-infection with fistulisation of the skin may be the reason for consultation.

 

Paraclinical examinations

 
The place of Fine Needle Aspiration

Ultrasound-guided needle fine needle aspiration is of no interest in cN0 patients.

In case of a palpable lymph node, fine needle aspiration is a simple procedure that can be performed in consultation with hardly any associated morbidity. It is suggested if a lymph node is palpated [24

Cliquez ici pour aller à la section Références]. It is of value only if it is positive and in that case saves time by enabling an immediate change in orientation to the appropriate therapeutic management (the most aggressive is radical inguinal lymphadenectomy on the N+ side and invasive inguinal exploration on the cN0 side [sentinel node or modified lymphadenectomy]. At this stage, a positive fine needle aspiration also allows patients to be included in the AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958) study [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

A negative cytology does not end the diagnostic phase. It does not rule out metastatic lymph node involvement. It may be repeated once; otherwise it should lead to a modified bilateral diagnostic lymphadenectomy. This should not be delayed by probabilistic antibiotic therapy.

 
Inguinal imaging

 
Ultrasound/CT scan/MRI

These examinations are indicated if optimal lymph node evaluation is not possible on the clinical examination (obesity, etc.)

 
Inguinal ultrasound

It is inexpensive and the most accessible. It detects suspicious adenopathies (loss of the fatty hilum, increase in the thickness / length ratio [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]) and then enables guidance of fine needle aspiration if the adenopathy is not palpable.

 
Inguinal computed tomography

It is indicated in general staging (thoraco abdominal-pelvic CT scan) when necessary. The field of acquisition should extend down to the lower inguinal areas. An examination focusing solely on the inguinal areas is not indicated. It does not detect micro-metastases and therefore cannot be a substitute for a more invasive lymph node evaluation.

 
Magnetic resonance imaging

The inguinal areas should be evaluated during the MRI dedicated to local assessment. A pelvic MRI in isolation is not suitable for locoregional assessment because, like the CT scan, MRI does not detect micro-metastases. At present, super paramagnetic contrast media are no longer used in France (product withdrawn from the market) [27

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Positron emission tomography with 18F-FDG

The use of 18 FDG PET CT is increasing. Its sensitivity is low for local invasion (corpus cavernosum and urethra), but better for lymph node and distant invasion. Its sensitivity varies according to the clinical examination: between 20 and 89% for cN0 patients, with good specificity of 88 to 100% [28

Cliquez ici pour aller à la section Références]; 96% for cN+ patients with 100% specificity [29

Cliquez ici pour aller à la section Références]. These values make it relevant when the efficacy of neoadjuvant chemotherapy in N+ patients is being assessed.

 
Sentinel inguinal lymph node

The principle is the identification of the lymphatic drainage route of the penis by a nuclear imaging technique, followed by a pathological analysis of the most proximal lymph node chain (sentinel node) after surgical resection. The analysis should be bilateral. It was initially criticised for a rate of false negatives of 19%, but when it is practised in expert centres this rate falls to 5% [30

Cliquez ici pour aller à la section Références].

In the absence of migration (uni- or bilateral) of the radiotracer, the procedure can be repeated later, which should allow the missing sentinel node to be localised in 86% of the cases [31

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Pelvic and distant staging

This assessment, which is indicated in case of clinically/ pathologically positive inguinal lymph nodes, can ideally be performed by 18 FDG PET scan, otherwise by thoraco-abdomino-pelvic CT scan with injection of a contrast medium.

Bone scintigraphy is recommended only if there is a bone callus or hypercalcaemia.
Table recommendation 1Diagnostic recommendations for malignant penile cancersPenile cancerStrengh ratingClinical examination: description, location, local extensionStrongUltrasound or MRI in induced erection before conservative surgeryweakLymph node areasClinical Examination ± Doppler or CTcN0 and ≤pT1G1 or assumedSurveillanceStrongcN0 and > pT1G1 or assumedAssessment of extensionStrongcN+Fine Needle Aspiration + PET CTStrongMetatasesN+Staging by TAP or PET-ScanStrongClinical suspicion M+Bone scintigraphy as a complement to PET scanStrong

Table recommendation 1 - Diagnostic recommendations for malignant penile cancers
Penile cancer  Strengh rating 
Clinical examination: description, location, local extension  Strong 
Ultrasound or MRI in induced erection before conservative surgery  weak 
Lymph node areas   
Clinical Examination ± Doppler or CT  cN0 and ≤pT1G1 or assumed  Surveillance  Strong 
  cN0 and > pT1G1 or assumed  Assessment of extension  Strong 
  cN+  Fine Needle Aspiration + PET CT  Strong 
Metatases   
N+  Staging by TAP or PET-Scan  Strong 
Clinical suspicion M+  Bone scintigraphy as a complement to PET scan  Strong 

 

 

Treatment of penile cancer

 

Therapeutic modalities

 
Local conservative treatments

When the intention is to use a non-surgical conservative local treatment, a biopsy and circumcision are required. This choice of management holds a risk of early recurrence (see below) which requires histological control during surveillance if there is the slightest doubt, and a systematic biopsy within 2 years in case of CIS.

The modalities of care are as follows:

 

Cytotoxic creams: Imiquimod 5%: 3 applications per week for 4 to 6 weeks or 5FU: 2 applications per day for 2 to 6 weeks [32].
Yag or CO2 laser
Photodynamic therapy after application of a topical photosensitiser (methyl aminolevulinate, marketed as METVIXIA® 168 mg/g, cream). This is a second-line option in immunocompetent subjects [33].

In case of failure, a 2nd trial of topical or laser treatment is not recommended.

 
Surgical treatment

Surgery should be as conservative as possible. A posthectomy (circumcision) should be systematically performed. Reconstruction techniques using grafts or skin flaps may have to be combined [34

Cliquez ici pour aller à la section Références, 35

Cliquez ici pour aller à la section Références].

An extemporaneous pathological examination of the surgical margins is recommended in case of doubt or large lesions (in case of CIS, this extemporaneous analysis is not essential).

A negative margin is absolutely essential, therefore surgery should be repeated in case of a positive margin (risk of recurrence multiplied by 3) [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. A safety margin of 3 mm is a minimum requirement. Safety margins are sometimes suggested according to the aggressiveness of the tumour, for example, 3 mm for grade 1 tumours, 5 mm for grade 2 and 8 mm for grade 3 [36

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Therefore, the surgical technique is not standardised but depends on the size and location of the tumour.

In case of partial amputation, the remaining length of the penis should be at least 3 cm to allow urination under adequate conditions, otherwise a perineal urethrostomy is proposed. Total amputation requires a perineal urethrostomy. Emasculation and complete disinsertion of the corpus cavernosum are only acts of oncological necessity.

 
Radiotherapy

A preliminary circumcision is systematic before any brachy-therapy or radiotherapy.

Interstitial brachytherapy with iridium 192 wires is the technique of choice and the only one used in France [37

Cliquez ici pour aller à la section Références]. The dose delivered is > 60 Grays. Complications are meatal stenosis, pain and necroses of the glans.

External beam radiation therapy is little used in France. Moreover, its value as a palliative measure has not been demonstrated.

 

Therapeutic indications (Table 2)

 
Tis Stage

A cytotoxic cream or laser can be used as local conservative treatment unless there is meatal involvement (up to 58% recurrence [38

Cliquez ici pour aller à la section Références] for which a second local treatment is contraindicated). A control biopsy is mandatory within 2 years.

Conservative surgical treatment is recommended. Circumcision is recommended. The technique of « resurfacing » the glans with skin grafting now provides the best outcomes in relation to recurrence [38

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Ta/T1a Stages

In all cases, a circumcision is performed before excision by Yag or CO2 laser. A conservative surgical treatment by biopsy-excision and circumcision can be performed or « resurfacing » of the glans with skin grafting or even a glansectomy with coverage by skin grafting.

Brachytherapy may be offered for tumours smaller than 4 cm [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
T1b/T2 stage of the glans

A conservative treatment is recommended, in the absence of urethral invasion. It consists of a biopsy-excision with circumcision. Skin grafting is an option, if necessary. If the tumour occupies more than half of the glans, a glansectomy with circumcision is recommended [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Brachytherapy may be proposed for tumours less than 4 cm from the glans or the balanopreputial sulcus, located at a distance from the urethra and its meatus, without invasion of the albuginea of the corpus cavernosum [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

A non-conservative procedure with partial amputation can be discussed depending on the patient's compliance and the status of the tumour (proximal involvement).

 
Stage T2 invading the body of the penis

Partial amputation is the recommended treatment for distal metastasis.

In cases of proximal metastasis of the body of the penis, total amputation is recommended.

 
Stages T3

Partial amputation is indicated for distal metastasis without extension to the proximal urethra, if the remaining penis length is adequate (3 cm).

In cases of proximal metastasis of the body of the penis, total amputation with perineal urethrostomy is recommended.

 
Stage T4

Total penile amputation with perineal urethrostomy is recommended if the tumour is resectable, possibly in combination with neoadjuvant chemotherapy. At this stage, cure rates are low (< 30%) and morbidity is high [39

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Treatment of inguinal and pelvic lymph node areas

 

Therapeutic modalities

Lymphadenectomy is the treatment of choice for locoregional adenopathies. Combination therapies are often associated (neoadjuvant or adjuvant chemotherapy, AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 study [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

 
Lymphadenectomy

Although still described in some reference works, the modified lymphadenectomy method according to Catalona is obsolete. In 86 cases of cN0, Leijte et al showed that in more than 95% of the cases the first lymph node chains were located in the 2 upper quadrants and the central quadrant of the Daseler zones (Figure 1). Modified inguinal lymphadenectomy now concerns the upper and central quadrants (around the saphenous vein) in cN0 patients who are at risk [40

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Figure 1
Figure 1. 

Topography of inguinal lymphatic drainage regions according to Daseler.

The recommended modified lymphadectomy concerns the perisaphenous (1), superior-internal (2) and superior-external (5) regions. The inferior-internal (3) and inferior-external (4) regions are only considered in radical lymphadenectomy.

Total (or radical) inguinal lymphadenectomy consists of the resection of all the inguinal lymph nodes in the femoral triangle.

This type of lymphadenectomy threatens the lymphatic drainage of the lower limb and cutaneous vascularisation. The morbidity associated with this treatment is related to the risk of lymphocele (2.1-4%), cutaneous necrosis (0.6-4.7%), parietal infection (1.2-1.4%) and lymphedema (5-13.9%) [41

Cliquez ici pour aller à la section Références, 42

Cliquez ici pour aller à la section Références]. The series report a morbidity of approximately 25% [41

Cliquez ici pour aller à la section Références, 42

Cliquez ici pour aller à la section Références] which can reach 50% in case of obesity [43

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Postoperative morbidity is reduced by the use of ligation with thread [44

Cliquez ici pour aller à la section Références, 45

Cliquez ici pour aller à la section Références], preservation of the saphenous vein, the use of a compression dressing, support stockings, and even probabilistic antibiotic therapy [46

Cliquez ici pour aller à la section Références]. A negative pressure dressing can be used for both prevention and treatment of lymphatic and cutaneous complications [47

Cliquez ici pour aller à la section Références].

The endoscopic approach (laparoscopic or robot-guided) is possible in certain select patients (cN0) and would reduce morbidity in certain series [48

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Pelvic lymphadenectomy should involve the 3 iliac lymph node chains: external, internal and primary. If possible, it should be performed simultaneously with inguinal lympha-denectomy (if the extemporaneous examination supports this), otherwise it should be performed without delay if the final histological results so dictates [49

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
External beam radiation therapy

There is no indication for prophylactic inguinal radiotherapy in cN0 patients [50

Cliquez ici pour aller à la section Références].

No curative effect of radiotherapy has been demonstrated in pN+ patients in either adjuvant or neoadjuvant contexts. Surgical excision is better than radiotherapy [50

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Therefore, radiotherapy is not recommended as a first-line curative treatment for lymph node metastases of penile cancers. Adjuvant chemotherapy would be preferable to adjuvant radiotherapy [51

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Adjuvant radiotherapy is an option:

 

In cN3 patients with extracapsular metastasis (inguinal or iliac)
As a palliative treatment for surgically non-resectable adenopathies.

 
Chemotherapy

Chemotherapy was evaluated in a neoadjuvant context in patients with locally advanced penile cancer (cN3) and in an adjuvant context with metastasis (M+). The studies generally involved a small number of patients and did not allow standards to be established.

In case of inguinal lymph node invasion, the objective of neoadjuvant chemotherapy is to allow tumour reduction and to facilitate excision [52

Cliquez ici pour aller à la section Références].

The oldest chemotherapy protocols used a combination of Bleomycin, Vincristine and Methotrexate [53

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Other retrospective studies have identified various chemotherapy protocols (5-Fluorouracil, Cisplatin, Taxane, Bleomycyn - Cisplatin - Methotrexate) [54

Cliquez ici pour aller à la section Références, 55

Cliquez ici pour aller à la section Références] which allows no conclusions to be drawn. Recently, Pizzocaro et al treated some patients with neoadjuvant chemotherapy using TPF (Paclitaxel, Cisplatin and 5-Fluorouracil) for non-resectable tumours or for lymph node metastases [56

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Half of the patients were alive without recurrence at more than 25 months. A phase II study evaluated neoadjuvant chemotherapy with 4 cycles of TIP (Taxol, Ifosfamide and Cisplatin) for patients with penile cancer and stage N2 or N3 and M0 lymph node spread [57

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Of the 30 patients included in the study, half had an objective response and 3 patients had a complete response. With a median follow-up of 34 months, 30% of the patients were alive without recurrence.

The AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 study [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] chose a combination of Taxol, Ifosfamide and Cisplatin.

The first efficacy studies of adjuvant chemotherapy in penile cancer evaluated many molecules. Responses to Bleomycin and Methotrexate have been reported [58

Cliquez ici pour aller à la section Références, 59

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Pizzocaro et al evaluated 12 patients after radical bilateral inguinal lymphadenectomy with combination chemotherapy of Bleomycin, Vincristine and Methotrexate. Eleven patients had no recurrence during the follow-up period (mean 42 months) [53

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Similar results have been obtained with a BMP protocol by Hakenberg [60

Cliquez ici pour aller à la section Références].

The advantage of adjuvant chemotherapy is that the treatment is administered once the lymph node status is known. However, due to the complications and morbidity associated with surgery, this is not always possible or it is at least postponed.

The other two products that have shown some efficacy are 5-Flurouracil and Ifosfamide. However, a recent retrospective study [61

Cliquez ici pour aller à la section Références] and a prospective phase 2 study do not support the use of the TPF (Docétaxel, Cisplatin and 5FU) combination, especially as a result of significant toxicity [62

Cliquez ici pour aller à la section Références].

The combination of Taxol, Ifosfamide and Cisplatin appears to have an acceptable efficacy/toxicity ratio.

 
Immunotherapy

Immunotherapy is being evaluated as maintenance in penile tumours in chemotherapy-responsive patients (PULSE study [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

 

Therapeutic indications

 
Stage cN0 (Figure 2)

The first line of treatment is sentinel node identification which suitably assesses (5-12% false negative) microscopic lymph node status resulting in less morbidity than bilateral modified lymphadenectomy [63

Cliquez ici pour aller à la section Références, 64

Cliquez ici pour aller à la section Références]. This procedure should be performed simultaneously with penile surgery. It can only be performed in a second phase if the tumour initially suspected to be low risk is finally intermediate or high risk [65

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Figure 2
Figure 2. 

Decisional algorithm for cN0.

 

In low-risk patients (Tis, TaG1 and T1aG1) and cN0, surveillance is recommended for well-informed compliant patients.
In patients at intermediate or high risk (≥ pT1b and/ or ≥ grade 2) with cN0, invasive lymph node staging is recommended with extemporaneous analysis: sentinel node first and bilateral modified lymphadenectomy otherwise (greater morbidity).
In high-risk tumours, if the sentinel node is only fixed on one side, a second test is possible, before a modified lymphadenectomy if the examination is still non-contributory [31].
In case of a negative sentinel node or modified lympha-denectomy, surveillance is recommended.
In case of a positive sentinel node or modified lym-phadenectomy, a radical inguinal lymphadenectomy is recommended on the affected side (contralateral modified superficial lymphadenectomy is not systematic: a negative analysis of the sentinel node suffices).
 
Stage cN1/cN2 (mobile adenopathy, single or multiple) (Figure 3)

Antibiotic therapy should not unsafely delay surgical exploration.

 
Figure 3
Figure 3. 

Decisional algorithm cN+(cN1, cN2, cN3).

Key: LDN = lymphadenectomy; SLN = sentinel lymph node; ECI = extracapsular invasion.

Fine needle aspiration is an option but is only contributory if it is positive. It then makes it possible to perform a complete ipsilateral inguinal lymphadenectomy from the outset (without going through modified inguinal lymphadenectomy) or to include the patient in the AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 study [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

In the absence of pathological confirmation (a negative fine needle aspiration or one not performed), it is recommended to perform a surgical excision of the palpable lymph nodes which are sent for extemporaneous analysis and if invasion is confirmed, radical inguinal lymphadenectomy is performed at the same time.

Adjuvant radiotherapy is not recommended.

Simultaneous pelvic lymphadenectomy is necessary if suspicious iliac lymphadenopathy is identified in the pre-operative staging.

 
Stage cN3 (Figure 2)

Fine needle aspiration and biopsy are not required.

Staging by 18F-FDG PET scan (or thoraco-abdomino-pelvic scan) is recommended [66

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Multimodal management is recommended due to the poor prognosis. Neoadjuvant chemotherapy is recommended followed by radical lymphadenectomy in responders [54

Cliquez ici pour aller à la section Références, 55

Cliquez ici pour aller à la section Références]. In other contexts (stabilisation or progression), only palliative care is permissible: salvage chemotherapy or radiotherapy and supportive care.

In locally advanced inoperable patients, chemotherapy should be considered and if the disease is stable or responsive, inclusion in the PULSE protocol [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] should be considered.

 
Postoperative stages: pN1-3

 

In pN1 stages, surveillance is recommended (adjuvant therapy can only be used in clinical trials).

An ipsilateral pelvic lymphadenectomy is recommended if this single lymph node is in capsular rupture (it is no longer pN1).

 

In unilateral pN2, early ipsilateral pelvic lymphadenectomy is recommended prior to adjuvant chemotherapy especially if there are 3 or more affected nodes, capsular invasion or a lymph node larger than 3 cm.
In the pN2/pN3 stages, adjuvant chemotherapy with lymphadenectomy is recommended.

Adjuvant radiotherapy is a possibility, but few data are available to support its use.

Early iliac lymphadenectomy is recommended if: at least 2 inguinal lymph nodes are metastatic or if capsular inguinal lymph node invasion is noted on one of the lymph nodes. It should be simultaneous, if indicated, as of the extemporaneous analysis. If the final results so indicate, it is deferred without delay unless the patient is included in the AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 study [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Treatment of metastatic stages

 

Palliative chemotherapy

In the metastatic phase, the same protocols were evaluated in phase II as those used in the perioperative context with BMP [60

Cliquez ici pour aller à la section Références], TIP [57

Cliquez ici pour aller à la section Références] or TPF [62

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Response rates range from 15 to 30% with modest progression-free survival of a few months. Toxicity appears to be significant for the BMP protocol. TPF [67

Cliquez ici pour aller à la section Références] or TIP can be offered as 1st line therapy. No treatment has been defined for 2nd line treatment and Cisplatin and Paclitaxel monotherapies [66

Cliquez ici pour aller à la section Références] have a modest activity. Inclusion in therapeutic trials should be the first choice for these patients.

No chemotherapy product has a Marketing Authorisation for use in penile cancer.

 

Immunotherapy

Immunotherapy has not yet proven its effectiveness in penile cancer and cannot be used outside the context of a therapeutic trial.

These tumours express PD-L1 on infiltrating cells at a rate of 48% to 60%, with a worse prognosis in terms of survival [68

Cliquez ici pour aller à la section Références].

A few phase II studies are under way in metastatic penile cancers that either combine different immunotherapies (Ipilimumab-Nivolumab trials: NCT03333616, NCT02834013), or use monotherapy as with Pembrolizumab (NCT02837042), Avelumab (NCT03391479), Atezolizumab (NCT03 686332) and Nivolumab in 2nd line treatment (AcSé program in France NCT03012581 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

Another trial in France is evaluating maintenance immuno-therapy with Avelumab after a response was achieved with chemotherapy (PULSE study NCT03774901 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]) as was the case in the Javelin Bladder 100 study. Other combinations are being evaluated with targeted therapies such as Cabozantinib and the Ipilimumab and Nivolumab combination (NCT03866382) in a program for rare cancers including penile cancers.

Other pathways are being explored for those infected with HPV, through vaccination studies or combinations such as atezolizumab and bevacizumab (NCT03074513).
Table recommendation 2Recommendations for the management of lymph nodes and metastasesStatusManagementStrengh RatingcN0Tis, Ta G1, T1G1: surveillance.Strong≥ T1bG2: Sentinel lymph node (SLN) or modified inguinal LDN (bilateral if SLN unavailable or contralateral if unilateral SLN twice)StrongcN1/cN2Surgical excision + contralateral SLN (extemporaneous analysis ± complete inguinal LDN if pN+)StrongpN + (cytopuncture or on extemporaneous examination)Radical inguinal LDN on the pN+ side and contralateral invasive exploration (SLN or modified LDN)Stronginguinal cN3Neoadjuvant chemotherapy and radical LDN if responderweakpelvic cN3Inguinal and pelvic LDN (± neoadjuvant chemotherapy) + contralateral surgical explorationStrongpN1Surveillance (no pelvic LDN)StrongpN2/pN3 or Suspicious pelvic adenopathies on imagingipsilateral pelvic LDNStrongpN2/pN3Discuss adjuvant chemotherapyStrongAll NRadiotherapy not recommended (except in rare palliative care situations)StrongM+Palliative chemotherapy or therapeutic trialsweak

Table recommendation 2 - Recommendations for the management of lymph nodes and metastases
Status Management Strengh Rating
cN0  Tis, Ta G1, T1G1: surveillance.  Strong 
  ≥ T1bG2: Sentinel lymph node (SLN) or modified inguinal LDN (bilateral if SLN unavailable or contralateral if unilateral SLN twice)  Strong 
cN1/cN2  Surgical excision + contralateral SLN (extemporaneous analysis ± complete inguinal LDN if pN+)  Strong 
pN + (cytopuncture or on extemporaneous examination)  Radical inguinal LDN on the pN+ side and contralateral invasive exploration (SLN or modified LDN)  Strong 
inguinal cN3  Neoadjuvant chemotherapy and radical LDN if responder  weak 
pelvic cN3  Inguinal and pelvic LDN (± neoadjuvant chemotherapy) + contralateral surgical exploration  Strong 
pN1  Surveillance (no pelvic LDN)  Strong 
pN2/pN3 or Suspicious pelvic adenopathies on imaging  ipsilateral pelvic LDN  Strong 
pN2/pN3  Discuss adjuvant chemotherapy  Strong 
All N  Radiotherapy not recommended (except in rare palliative care situations)  Strong 
M+  Palliative chemotherapy or therapeutic trials  weak 

 

 

Treatment of recurrences

 

Local recurrences

The rate of local recurrence after conservative surgery is 15% to 30% [69

Cliquez ici pour aller à la section Références] regardless of the treatment administered. It occurs mostly in the first 2 years and correlates with positive surgical margins. In case of an initial conservative procedure, a repeat procedure should be conservative, if possible [70

Cliquez ici pour aller à la section Références, 71

Cliquez ici pour aller à la section Références, 72

Cliquez ici pour aller à la section Références, 73

Cliquez ici pour aller à la section Références]. In case of deep involvement, partial or total amputation is recommended.

 

Lymph node recurrences

For inguinal recurrence, a complete inguinal lymphadenectomy should be suggested if it was not performed. If not, remedial chemotherapy and radiotherapy should be discussed, as postoperative lymphatic drainage is altered, and the survival rate after lymph node metastasis after sentinel node resection or modified lymphadenectomy is 16% at 5 years [56

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Results

 

Oncological outcomes

 
According to the local stage

Specific survival at 5 years is 100% for CIS, 84% for pT1 and 54% for pT2 [74

Cliquez ici pour aller à la section Références].

For T2 lesions, the recurrence rate is 17 to 35% and the disease-specific mortality rate is 21 to 30% at 3 years [75

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Treatment with 5FU for CIS provides 50% complete responses and among these complete responses, 20% early recurrences (average time to recurrence = 5 months) [76

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Laser treatment of CIS and pT1 tumours has a recurrence rate at 5 years ranging from 10% to 48% [70

Cliquez ici pour aller à la section Références,77

Cliquez ici pour aller à la section Références], requiring additional surgery. Disease-specific survival at 5 years is estimated at 90% [61

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Conservative surgery (resurfacing or glansectomy) has a recurrence rate (2 to 4 years follow-up) of 6 to 27% [78

Cliquez ici pour aller à la section Références] with zero disease-specific mortality. Early recurrences manifest within 3 years in 94% of the cases. There are certain predictive factors of recurrence: perineural invasion, CIS, a positive margin and a high grade. When all 4 are present, the risk is multiplied by 34 [79

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Non-conservative surgery (partial or total amputation) has a local recurrence rate of 4 to 5% [69

Cliquez ici pour aller à la section Références].

After brachytherapy, the recurrence rate varies from 19 to 30% with 25% urethral stricture [80

Cliquez ici pour aller à la section Références, 81

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
According to the lymph node stage

For pN0 patients: disease-specific survival at 5 years varies from 87 to 100% [72

Cliquez ici pour aller à la section Références].

For pN+ patients: disease-specific survival at 5 years varies from 29 [71

Cliquez ici pour aller à la section Références] à 40% [82

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Disease-specific survival at 5 years for pN1 is 73 to 80% and for pN3 17 to 33% [72

Cliquez ici pour aller à la section Références,83

Cliquez ici pour aller à la section Références]. The percentage of invaded lymph nodes during radical inguinal lymphadenectomy is a prognostic factor identified in 2014 that seems relevant: if < 16% of the lymph nodes are invaded, disease-specific survival is 81%; while if more than 16% of the dissected lymph nodes are invaded, it is only 24% [84

Cliquez ici pour aller à la section Références]. For comparison: in the case of M+ tumour, the disease-specific survival at 5 years is 0%.

 
According to the tumour grade

Tumour grade may change the therapeutic approach:

For a cN0 patient with pT1, grade 1 calls for surveillance and grade 3 or 4 require inguinal lymphadenectomy [27

Cliquez ici pour aller à la section Références], although one study found an invaded sentinel node in 6% of the T1G1 [85

Cliquez ici pour aller à la section Références], which would lead to systematic resection of the sentinel node. High grade tumours require cautious surgery if a conservative approach is taken, in order to guarantee negative margins. Therefore, some may prefer partial amputation to conservative surgery [27

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
By histological type

Certain types of carcinomas (basaloid, warty-basaloid, sarcomatoid, pseudoglandular, mucoepidermoid, etc.) or clear cell carcinomas are very aggressive and this should be discussed for more aggressive management regardless of the stage and grade: partial penectomy with wide margins ± bilateral inguinal lymphadenectomy [16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 86

Cliquez ici pour aller à la section Références, 87

Cliquez ici pour aller à la section Références,16

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Functional results

Conservative surgery (where possible) provides much better results in terms of orgasms, self-image, quality of life and urination than amputations, 83% vs 43% p < 0.001) [88

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Micturition status

Micturition status is generally good for conservative surgeries with rare cases of meatal stenosis, but the difficulties with micturition that patients with partial amputation encounter are probably underestimated as they are rarely evaluated.

Brachytherapy leads to meatal stenosis (which can be complicated to treat) in more than 40% of the cases [16

Cliquez ici pour aller à la section Références,27

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Sexuality

The functional results of studies that did not use validated questionnaires for sexuality after treatment of a penile cancer should be put into perspective.

After Laser, there is no erectile dysfunction (ED), but there are difficulties in engaging in certain sexual activities because of residual pain [89

Cliquez ici pour aller à la section Références].

In case of « resurfacing », a recent prospective study showed an improvement in the sexual life of 81% of the patients and a satisfactory cosmetic appearance (5/5 on a cosmetic visual scale) [90

Cliquez ici pour aller à la section Références].

In case of glansectomy, a 0 to 20% change in sexuality is described

After partial amputation, a degradation in sexuality is noted in 67% of the cases even though erections are present in 56% of the cases and orgasms preserved in 72% of the cases [36

Cliquez ici pour aller à la section Références].

A multicentric study that compared sexuality after conservative surgery and after partial penectomy found significant differences in satisfaction with appearance: 64% for conservative surgery / 14% for partial penectomy, and confidence in sexuality increased from 55% to 6% in case of partial penectomy and identical results were found in the partners [91

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Surveillance (Table 3 and Table 4)

 

Local penile surveillance (a minimum of 5 years)

In all cases, learning regular self-examinations is recommended

 

After local non-surgical treatment: Regular self-examination and clinical follow-up

For 2 years: Consultation every 3 months with biopsy at the slightest doubt. At least one routine biopsy within 2 years (for histological evidence of eradication on the treated area after laser, topical or photodynamic therapy) and

Beyond 2 years and up to 5 years: consultation every 6 months

 

After conservative local surgical treatment (excisional biopsy, partial glansectomy or resurfacing): Regular self-examination and clinical follow-up

For 2 years: Consultation every 3 months

Beyond 2 years and up to 5 years: Consultation every 6 months

 

After total glansectomy, partial or total amputation

For 2 years: Consultation every 3 months

Beyond 2 years and up to 5 years: Consultation every year

 

Locoregional monitoring (inguinal)

In all cases, learning regular inguinal self-examinations is recommended.

 

Without initial lymphadenectomy: Regular self-examination and clinical examination

For 2 years : Consultation every 3 months

Beyond 2 years and up to 5 years: Consultation every 6 months

 

After initial lymphadenectomy - pN0 or SN negative: Self-examination and clinical examination

For 2 years : Consultation every 3 months (± half-yearly ultrasound-guided cytopuncture)

Beyond 2 years and up to 5 years : Consultation every year

 

After initial lymphadenectomy - pN+: Self-examination and systematic clinical examination (18FDG PET-CT, MRI and CT scan: use and frequency to be discussed on a case by case basis in MTM)

For 2 years : Consultation every 3 months (± half-yearly ultrasound-guided cytopuncture)

Beyond 2 years and up to 5 years : Consultation every 6 months

 

Introduction

 

Epidémiologie

Les tumeurs malignes du pénis sont rares. En France, leur incidence est stable [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ce taux rapporté à la population mondiale serait de 0,59 pour 100 000. Très rares avant 55 ans, ces tumeurs atteignent surtout les plus de 75 ans.

 

Facteurs de risque

 

Infection à human papillomavirus ou HPV (condylomes vénériens, papulose bowénoïde [2]).
Phimosis et défaut d'hygiène, inflammation chronique (le lichen scléro-atrophique ne constitue pas une lésion précancéreuse), partenaires sexuels multiples, puvathérapie pour psoriasis.

 

Lésions précancéreuses

La lésion précancéreuse la plus fréquente est la néoplasie intra-épithéliale (PeIN) [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Macroscopiquement différents, le carcinome in situ , l'érythroplasie de Queyrat ou la maladie de Bowen du pénis sont équivalents au PeIN3 (haut grade) au niveau histologique. Leur prise en charge est identique. Leur association avec une infection par HPV est probablement sous-évaluée et doit être systématiquement recherchée.

D'autres lésions constituent des formes précancéreuses ou cancéreuses pré-invasives comme le condylome acuminé géant (tumeur de Buschke-Löwenstein), ou la maladie de Paget extra-mammaire (adénocarcinome intra-épithélial). Leur prise en charge est l'exérèse chirurgicale exhaustive.

 

Prévention

La circoncision dans la période néonatale réduirait le risque de cancer du pénis mais pas de PeIN [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La circoncision à l'âge adulte n'est cependant pas préventive.

Depuis fin 2019, en France, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande essentiellement en prévention des cancers anaux et oropharyngés une vaccination de tous les garçons de 11 à 14 ans révolus, avec un rattrapage possible de 15 à 19 ans révolus. La vaccination reste recommandée jusqu'à 26 ans pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes [4

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cela induit un remboursement.

Le CCAFU soutient une vaccination élargie à tous les hommes jeunes (11-20 ans) quelle que soit leur orientation sexuelle (avec un rattrapage possible jusqu'à 26 ans en cas de rapports homosexuels). Cela protégerait les hommes des cancers HPV induits (pénis, anus, oropharynx) mais améliorerait aussi la protection des jeunes filles non vaccinées (col de l'utérus, anus, oropharynx). Plusieurs vaccins sont disponibles couvrant différents sous-types de HPV (Gardasil® apparaît suffisant car il protège contre 80 % des cancers; Gardasil 9® plus onéreux protège quant à lui contre 90 % des cancers) [5

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Diagnostic local

 

Clinique

Il s'agit d'une lésion indurée de verge, touchant le gland ou le prépuce dans 95 % des cas. Elle peut être cachée sous un phimosis, provoquant un écoulement purulent. L'examen clinique vise à reconnaître une extension urétrale de la maladie, caverneuse ou périnéale [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Imagerie du pénis

 
Echographie

L'échographie n'est pas l'examen de référence dans le bilan d'extension locale. Couplé au Doppler couleur, cet examen simple et peu coûteux reste opérateur dépendant. Il permet une analyse de l'extension locale, au corps caverneux et à l'urètre [6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 7

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'échostructure de la tumeur et celle des corps spongieux/caverneux sont proches, mais les limites tumorales restent assez nettes, surtout en utilisant des sondes de hautes fréquences (> 10 Mhz). Elle peut être pratiquée sans ou au mieux avec une injection intracaverneuse de prostaglandines.

 
IRM

C'est une alternative ou un complément de l'échographie. L'examen est supposé être moins opérateur dépendant. L'injection intracaverneuse de prostaglandines permet d'obtenir une érection qui facilite la lecture [7

Cliquez ici pour aller à la section Références, 8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La lésion est en hyposignal T2 peu marqué. Elle présente une restriction en diffusion et un rehaussement après injection de gadolinium. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est performante pour l'extension au corps caverneux, un peu moins pour l'extension urétrale [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle est utile en cas de chirurgie conservatrice et indispensable en cas de curiethérapie.

En pratique, la pose d'une antenne pelvienne est classique sur le pénis décalotté et si possible en érection.

 

Diagnostic anatomopathologique

 
Place de la biopsie

La biopsie permet d'affirmer le diagnostic histologique. Elle est obligatoire avant tout traitement conservateur local. Une biopsie-exérèse est préférée pour une stadification TNM et l'obtention du grade, orientant ainsi la prise en charge des aires ganglionnaires [10

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Histologie

Le carcinome épidermoïde représente plus de 95 % des tumeurs malignes du pénis. Il existe des formes mixtes comprenant des contingents verruqueux, papillaire (bon pronostic) ou basaloïdes, adénosquameux, sarcomatoïdes (mauvais pronostic) [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Compte rendu anatomopathologique

Il doit préciser: le type histologique, le grade, le stade T, le statut p16/HPV, et la marge chirurgicale [14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La marge minimale autorisée dépendra du stade TNM et du grade de la tumeur: minimum de 3 mm (voir plus loin) [17

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Au total, au moins un tiers des carcinomes épidermoïdes serait associé à une infection par HPV (sous-type 16 le plus fréquent) mais cette fréquence est probablement sous-évaluée. La survie spécifique à 5 ans serait meilleure pour les patient HPV+ que pour les HPV - (93 % vs 78 %) [18

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Tumeurs rares du pénis

Le mélanome malin est à prendre en charge initialement comme toute tumeur maligne du pénis.

Les lymphomes ainsi que différents types de sarcomes péniens ont aussi été rapportés et répondent à une prise en charge spécifique.

Les métastases péniennes sont principalement le fait d'un cancer prostatique ou colorectal.

 
Classification TNM (Tableau 1)

Le stade Tis correspond à une PeIN de haut grade (PeIN3).

Une atteinte du chorion avec invasion lymphovasculaire (T1b) ou un grade moyen à élevé nécessite une exploration des aires ganglionnaires. L'existence d'une rupture capsu-laire dans le curage ganglionnaire est un facteur pronostique péjoratif majeur.

 
Groupes à risque

Le pronostic des tumeurs du pénis dépend du stade TNM et du grade histologique [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les groupes à risque sont [19

Cliquez ici pour aller à la section Références]:

 

les tumeurs à faible risque (≤ pT1G1);
les tumeurs de risque intermédiaire (pT1 G2);
les tumeurs à haut risque (pT1G3, pT2-3 G1-3).

L'atteinte lymphovasculaire du chorion, l'atteinte périneurale et la profondeur de l'atteinte ont un fort impact pronostique péjoratif [20

Cliquez ici pour aller à la section Références, 21

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La valeur pronostique de l'atteinte urétrale est discutée, sauf dans sa forme proximale où l'atteinte en profondeur est plus péjorative [22

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Seules les aires ganglionnaires des tumeurs de faible risque peuvent être surveillées, une analyse histologique ganglionnaire est nécessaire dans tous les autres cas.

 

Diagnostic ganglionnaire et métastatique

 

Sémiologie

La présence d'adénopathie inguinale, premier relais de diffusion métastatique de la tumeur primitive, doit être impérativement recherchée par la palpation. Les adénopathies peuvent être absentes (cN0), mobiles (cN1/cN2) ou fixées (cN3). Dans certains cas, une surinfection avec fistulisation à la peau peut être le motif de consultation.

 

Examens paracliniques

 
Place de la cytoponction

La cytoponction à l'aiguille sous échographie n'a aucun intérêt chez les patients cN0.

En cas de ganglion palpable, la cytoponction à l'aiguille fine est un geste de réalisation simple en consultation et peu morbide. Elle est proposée si un ganglion est palpé [24

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle n'a de valeur que si elle est positive et permet dans ce cas de gagner du temps en basculant directement dans la prise en charge thérapeutique idoine (la plus agressive: curage inguinal radical du côté N+ et exploration inguinale invasive du côté cN0 [ganglion sentinelle ou curage modifié]). Une cytoponction positive permet aussi d'inclure, à ce stade, les patients dans l'étude AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une cytologie négative ne met pas fin à la phase diagnostique. Elle n'écarte pas un envahissement métastatique ganglionnaire. Elle peut être éventuellement répétée une fois, sinon elle doit conduire à un curage modifié bilatéral diagnostique. Ce dernier ne doit pas être différé par une antibiothérapie probabiliste.

 
Imagerie inguinale

 
Échographie/TDM/IRM

Ces examens sont indiqués si l'examen clinique ne permet pas l'évaluation ganglionnaire optimale (obésité…).

 
Échographie inguinale

Elle est peu coûteuse et la plus accessible. Elle dépiste les adénopathies suspectes (perte du hile graisseux, augmentation du ratio épaisseur/longueur) et permet alors de guider une cytoponction si l'adénopathie n'est pas palpable [26

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Tomodensitométrie inguinale

Elle est indiquée dans un bilan d'extension général (scanner thoraco-abdomino-pelvien) quand nécessaire. Le champ d'acquisition devra descendre jusqu'en bas des aires inguinales. Un examen uniquement centré sur les aires inguinales n'est pas indiqué. Elle ne détecte pas les micrométastases et ne peut donc se substituer à une évaluation ganglionnaire invasive.

 
Imagerie par résonance magnétique

Les aires inguinales doivent être évaluées lors de l'IRM dédiée au bilan local. Une IRM pelvienne n'a pas sa place de façon isolée pour le bilan locorégional car tout comme le scanner, l'IRM ne permet pas le dépistage des micrométastases. L'utilisation de produit de contraste superparamagnétique n'a plus sa place en France actuellement (produit retiré du marché) [27

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Tomographie par émission de positrons au 18F-FDG

L'utilisation du TEP-TDM au 18FDG est croissante. Sa sensibilité est faible pour l'extension locale (corps caverneux et urètre), mais meilleure pour l'extension ganglionnaire et à distance. Sa sensibilité est variable selon l'examen clinique: entre 20 et 89 % pour les patient cN0, avec une bonne spécificité de 88 à 100 % [28

Cliquez ici pour aller à la section Références]; 96 % pour les patients cN+ pour une spécificité de 100 % [29

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces valeurs la rendent pertinente dans l'évaluation de l'efficacité d'une chimiothérapie néo-adjuvante chez les patients N+.

 
Ganglion sentinelle inguinal

Son principe est le repérage de la voie de drainage lymphatique du pénis par une technique d'imagerie nucléaire, suivi de l'analyse anatomopathologique du relais ganglionnaire le plus proximal (ganglion sentinelle) après prélèvement chirurgical. L'analyse doit être bilatérale. Initialement critiquée pour un taux de faux négatifs de 19 %, sa pratique dans des centres expérimentés permet d'abaisser le taux à 5 % [30

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En l'absence de migration (uni- ou bilatérale) du radio-traceur, on peut répéter la procédure à distance, ce qui permettrait de localiser le ganglion sentinelle manquant dans 86 % des cas [31

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Bilan d'extension pelvien et à distance

Indiqué en cas de positivité clinique/anatomopathologique des ganglions inguinaux, ce bilan peut être effectué idéalement par une TEP-18FDG sinon par un scanner thoracoabdomino-pelvien avec injection de produit de contraste. La scintigraphie osseuse n'est recommandée qu'en cas de point d'appel osseux ou d'hypercalcémie .
Tableau de recommandation 1Recommandations diagnostiques des tumeurs malignes du pénisTumeur pénienneGradeExamen clinique: description, localisation, extension locale (envahissement de voisinage)FortEchographie ou IRM en érection induite avant chirurgie conservatriceFaibleAires ganglionnairesExamen Clinique ± Doppler ou TDMcN0 et ≤ pT1G1 ou supposéSurveillanceFortcN0 et > pT1G1 ou supposéÉvaluation invasiveFortcN+Cytoponction + TEP scannerFortMétastasesN+Bilan d'extension par scanner TAP ou TEP-scannerFortSuspicion clinique M+Scintigraphie osseuse en complément de la TEPFort

Tableau de recommandation 1 - Recommandations diagnostiques des tumeurs malignes du pénis
Tumeur pénienne  Grade 
Examen clinique: description, localisation, extension locale (envahissement de voisinage)  Fort 
Echographie ou IRM en érection induite avant chirurgie conservatrice  Faible 
Aires ganglionnaires   
Examen Clinique ± Doppler ou TDM  cN0 et ≤ pT1G1 ou supposé  Surveillance  Fort 
  cN0 et > pT1G1 ou supposé  Évaluation invasive  Fort 
  cN+  Cytoponction + TEP scanner  Fort 
Métastases   
N+  Bilan d'extension par scanner TAP ou TEP-scanner  Fort 
Suspicion clinique M+  Scintigraphie osseuse en complément de la TEP  Fort 

 

 

Traitement de la tumeur pénienne

 

Modalités thérapeutiques

 
Traitements conservateurs locaux

Lorsqu'un traitement conservateur local non chirurgical est envisagé, une biopsie est obligatoire ainsi qu'une circoncision. Cette prise en charge expose à des récidives précoces (voir plus loin), ce qui impose un contrôle histologique au moindre doute lors de la surveillance et une biopsie systématique dans les 2 ans, en cas de carcinome in situ (CIS).

Les modalités de prise en charge sont:

 

crèmes cytotoxiques: Imiquimod 5 %: 3 applications par semaine pendant 4 à 6 semaines, ou 5-FU: 2 applications par jour pendant 2 à 6 semaines [32];
laser Yag ou CO2 ;
photothérapie dynamique après application d'un topique photosensibilisant (aminolévulinate de méthyle, commercialisé sous le nom METVIXIA® 168 mg/g, crème). Il s'agit d'une option de deuxième intention, chez des sujets immunocompétents [33].

En cas d'échec, un 2e essai de traitement par topiques ou laser n'est pas recommandé.

 
Traitement chirurgical

La chirurgie doit être la plus conservatrice possible. Une posthectomie (circoncision) doit être systématiquement réalisée. Des techniques de reconstruction par greffe ou lambeaux cutanés doivent parfois être associées [34

Cliquez ici pour aller à la section Références, 35

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Un examen anatomopathologique extemporané des marges chirurgicales est recommandé en cas de doute ou de lésion volumineuse (en cas de CIS, cette analyse extemporanée n'est pas indispensable).

Une marge négative est un impératif absolu, donc une marge positive doit être reprise chirurgicalement (risque de récidive multiplié par 3) [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Une marge de sécurité de 3 mm est un minimum requis. Certains proposent des marges de sécurité en fonction de l'agressivité de la tumeur ainsi il faudrait avoir 3 mm pour les tumeurs de grade 1; 5 mm pour les grades 2 et 8 mm pour les grades 3 [36

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La technique chirurgicale n'est donc pas standardisée mais fonction de la taille et de la localisation de la tumeur.

En cas d'amputation partielle, la longueur du pénis restant doit être au moins de 3 cm pour permettre des mictions dans de bonnes conditions sinon on proposera une urétrostomie périnéale. L'amputation totale impose une urétrostomie périnéale. L'émasculation et la désinsertion complète des corps caverneux sont uniquement des gestes de nécessité carcinologique.

 
4.1.3. Radiothérapie

Une circoncision préalable est systématique avant toute curiethérapie ou radiothérapie.

La curiethérapie interstitielle par fils d'iridium 192 est la technique de choix et la seule utilisée en France [37

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La dose délivrée est supérieure à 60 Gy. Les complications sont les sténoses du méat, les douleurs et les nécroses du gland.

La radiothérapie externe est peu utilisée en France. Son intérêt n'est pas non plus démontré en palliatif.

 

Indications thérapeutiques (Tableau 2)

 
Stade Tis

Un traitement conservateur local par crème cytotoxique ou laser est possible sauf en cas d'atteinte du méat (jusqu'à 58 % de récidives pour lesquelles un deuxième traitement local est contre-indiqué [38

Cliquez ici pour aller à la section Références]). Un contrôle biopsique est obligatoire dans les 2 ans.

Un traitement chirurgical conservateur est recommandé. Une circoncision est conseillée. La technique de « resurfaçage » du gland avec greffe cutanée donne aujourd'hui les meilleurs résultats en termes de récidives [38

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Stades Ta/T1a

Dans tous les cas, une circoncision est réalisée avant une excision par laser Yag ou CO2 . Un traitement chirurgical conservateur par biopsie-exérèse et circoncision peut être réalisé ou un « resurfaçage » du gland avec greffe cutanée, voire une glandulectomie avec couverture par greffe cutanée.

Une curiethérapie peut être proposée pour des tumeurs de moins de 4 cm [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Stade T1b/T2 du gland

Un traitement conservateur est recommandé, en l'absence d'envahissement urétral. Il consiste en une biopsie-exérèse avec circoncision. Une greffe cutanée peut être proposée si nécessaire. Si la tumeur occupe plus de la moitié du gland, une glandulectomie avec circoncision est recommandée [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une curiethérapie peut être proposée pour les tumeurs de moins de 4 cm du gland ou du sillon balano-préputial, situées à distance de l'urètre et de son méat, sans envahissement de l'albuginée des corps caverneux [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Un geste non conservateur à type d'amputation partielle peut se discuter en fonction de la compliance du patient et de la situation de la tumeur (atteinte proximale).

 
Stade T2 envahissant le corps du pénis

Une amputation partielle est le traitement recommandé en cas d'atteinte distale.

Dans les cas d'atteinte proximale du corps du pénis, une amputation totale est recommandée.

 
Stade T3

Une amputation partielle est indiquée en cas d'atteinte distale sans extension à l'urètre proximal, si la longueur du pénis restant est suffisante (3 cm).

Dans les cas d'atteinte proximale du corps du pénis, une amputation totale avec urétrostomie périnéale est recommandée.

 
Stade T4

Une amputation pénienne totale avec urétrostomie périnéale est recommandée si la tumeur est extirpable, éventuellement associée à une chimiothérapie néo-adjuvante. À ce stade, les taux de guérisons sont faibles (< 30 %) et la morbidité élevée [39

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Traitement des aires ganglionnaires inguinales et pelviennes

 

Modalités thérapeutiques

La lymphadénectomie est le traitement de choix des adénopathies locorégionales. Des traitements combinés sont souvent associés (chimiothérapie néo-adjuvante ou adjuvante, étude AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

 
Curage ganglionnaire

Pourtant encore décrite dans certains ouvrages de référence, la technique de curage modifié selon Catalona est obsolète. Leijte et al. ont montré sur 86 cN0 que les premiers relais ganglionnaires se trouvaient dans plus de 95 % des cas dans les 2 quadrants supérieurs et le quadrant central des zones de Daseler (Figure 1). Désormais, le curage inguinal modifié concerne les quadrants supérieur et central (autour de la veine saphène) chez les patients cN0 à risque [40

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Figure 1
Figure 1. 

Topographie des territoires de drainage lymphatique inguinal selon Daseler.

Le curage modifié recommandé concerne les territoires périsaphène (1), supéro-interne (2) et supéro-externe (5). Les territoires inféro-internes (3) et inféro-externes (4) ne sont considérés que dans le curage radical.

La lymphadénectomie inguinale totale (ou radicale) consiste en une ablation de tous les ganglions inguinaux du triangle de Scarpa.

Ce curage menace le drainage lymphatique du membre inférieur et la vascularisation cutanée. La morbidité de ce curage est liée aux risques de lymphocèle (2,1-4 %), nécrose cutanée (0,6-4,7 %), infection pariétale (1,2-1,4 %), lymphÅ“dème (5-13,9 %) [41

Cliquez ici pour aller à la section Références, 42

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les séries rapportent une morbidité autour de 25 % [41

Cliquez ici pour aller à la section Références, 42

Cliquez ici pour aller à la section Références] et peuvent atteindre 50 % en cas d'obésité [43

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La morbidité postopératoire est diminuée par l'utilisation de ligatures au fil [44

Cliquez ici pour aller à la section Références, 45

Cliquez ici pour aller à la section Références], la préservation de la veine saphène, l'utilisation d'un pansement compressif, de bas de contention, voire d'une antibiothérapie probabiliste [46

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Un pansement à pression négative peut être utilisé en prévention comme en traitement des complications lymphatiques et cutanées [47

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'abord endoscopique (laparoscopique ou robot assisté) est envisageable chez certains patients bien sélectionnés (cN0) et diminuerait la morbidité dans certaines séries [48

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La lymphadénectomie pelvienne doit intéresser les 3 chaînes ganglionnaires iliaques: externe, interne et primitive. Elle doit être réalisée si possible simultanément au curage inguinal (si l'examen extemporané la retient) sinon elle doit être faite sans délai si les résultats histologiques définitifs l'imposent [49

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Radiothérapie externe

Il n'y a pas d'indication à une radiothérapie inguinale prophylactique chez des patients cN0 [50

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Aucun effet curatif de la radiothérapie n'a été démontré chez les patients pN+, que ce soit en adjuvant ou en néoadjuvant. La chirurgie d'exérèse fait mieux que la radiothérapie [50

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La radiothérapie n'est donc pas recommandée, en première ligne curative, dans le traitement des métastases ganglionnaires des tumeurs du pénis. La chimiothérapie adjuvante serait préférable à la radiothérapie adjuvante [51

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La radiothérapie adjuvante est une option:

 

chez les patients cN3 avec extension extra-capsulaire (inguinale ou iliaque);
en traitement palliatif pour les adénopathies inextirpables chirurgicalement.

 
Chimiothérapie

La chimiothérapie a été évaluée en situation néo-adjuvante chez les patients atteints d'un cancer du pénis localement avancé (cN3), en situations adjuvante et métastatiques (M+). Les études concernent en général un faible nombre de patients ne permettant pas d'établir des standards.

En cas d'envahissement ganglionnaire inguinal, l'objectif d'une chimiothérapie néo-adjuvante est de permettre une réduction tumorale et d'en faciliter l'exérèse [52

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les plus anciens protocoles de chimiothérapie utilisaient une association de la bléomycine, vincristine et méthotrexate [53

Cliquez ici pour aller à la section Références]. D'autres études rétrospectives ont recensé divers protocoles de chimiothérapie (5-fluorouracil, cisplatine, taxane, bléomycine - cisplatine - méthotrexate) ne permettant aucune conclusion [54

Cliquez ici pour aller à la section Références, 55

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De façon plus récente, Pizzocaro et al. ont traité quelques patients avec une chimiothérapie néo-adjuvante de type TPF (paclitaxel, cisplatine et 5-fluorouracil) pour une tumeur inextirpable ou pour une récidive ganglionnaire [56

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La moitié des patients étaient vivants sans récidive à plus de 25 mois. Une étude de phase II a évalué l'intérêt d'une chimiothérapie néo-adjuvante avec 4 cycles de TIP (taxol, ifosfamide et cisplatine) pour les patients ayant une tumeur du pénis avec envahissement ganglionnaire de stades N2 ou N3 et M0 [57

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Parmi les 30 patients inclus dans l'étude, la moitié a obtenu une réponse objective et 3 patients étaient en réponse complète. Avec un suivi médian de 34 mois, 30 % des patients étaient vivants sans récidive.

L'étude AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 a, quant à elle, choisi d'utiliser une association taxol, ifosfamide et cisplatine [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les premières études d'efficacité de la chimiothérapie adjuvante dans le cancer du pénis ont évalué de nombreuses molécules. Des réponses à la bléomycine et au méthotrexate ont été rapportées [58

Cliquez ici pour aller à la section Références, 59

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Pizzocaro et al. ont évalué chez 12 patients, après un curage inguinal total bilatéral, une chimiothérapie associant bléomycine, vincristine et méthotrexate, 11 n'ont pas développé de récidive durant la période de suivi (42 mois en moyenne) [53

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Des résultats dans ce sens ont été obtenus avec un protocole BMP par Hakenberg [60

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'avantage de la chimiothérapie adjuvante est de réaliser le traitement une fois le statut ganglionnaire connu. Cependant, du fait des complications et de la morbidité de la chirurgie, celle-ci n'est pas toujours possible ou au moins décalée dans le temps.

Les deux autres produits ayant fait preuve d'une certaine efficacité sont le 5-flurouracil et l'ifosfamide. Une étude récente rétrospective [61

Cliquez ici pour aller à la section Références] ainsi qu'une étude prospective de phase II ne supportent pas cependant l'utilisation de l'association TPF (docétaxel, cisplatine et 5-FU) du fait, en particulier, d'une toxicité importante [62

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'association taxol, ifosfamide et cisplatine semble présenter un rapport efficacité/toxicité acceptable.

 
Immunothérapie

L'immunothérapie est en cours d'évaluation dans les tumeurs du pénis en entretien chez les patients répondeurs à la chimiothérapie (étude PULSE [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

 

Indications thérapeutiques

 
Stade cN0 (Figure 2)

En première intention, il faut proposer la recherche du ganglion sentinelle qui évalue de façon acceptable (5 à 12 % de faux négatif) le statut ganglionnaire microscopique pour une morbidité moins élevée que la lymphadénectomie modifiée bilatérale [63

Cliquez ici pour aller à la section Références, 64

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette procédure doit être réalisée simultanément à la chirurgie pénienne. Elle ne peut être réalisée dans un deuxième temps que si la tumeur initialement suspectée de risque faible est finalement de risque intermédiaire ou élevé [65

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Figure 2
Figure 2. 

Algorithme décisionnel cN0.

 

Chez les patients à faible risque (Tis, TaG1 et T1aG1) et cN0, une surveillance est recommandée chez un patient bien informé et compliant à la surveillance.
Chez les patients à risque intermédiaire ou élevé (≥ pT1b et/ou ≥ grade 2) et cN0, une stadification ganglionnaire invasive est recommandée avec analyse extemporanée: ganglion sentinelle en priorité et curage modifié bilatéral sinon (plus morbide).
Dans les tumeurs à haut risque, si le ganglion sentinelle ne fixe que d'un côté, un deuxième essai est possible, avant un curage modifié si l'examen n'est toujours pas contributif [31].
En cas de ganglion sentinelle ou de curage modifié négatifs, une surveillance est recommandée.
En cas de ganglion sentinelle ou de curage modifié positifs, une lymphadénectomie inguinale totale est recommandée du côté concerné (la lymphadénectomie superficielle modifiée controlatérale n'est pas systématique: l'analyse négative du ganglion sentinelle est suffisante).
 
Stade cN1/cN2 (adénopathie mobile, unique ou multiple) (Figure 3)

Une antibiothérapie ne doit pas retarder dangereusement l'exploration chirurgicale.

 
Figure 3
Figure 3. 

Algorithme décisionnel cN+ (cN1, cN2, cN3).

Légende : LDN = lymphadénectomie ; GS = ganglion sentinelle ; EEC = effraction extra-capsulaire.

Une cytoponction à l'aiguille fine est une option mais n'est contributive que si elle est positive. Elle permet alors de réaliser un curage inguinal complet homolatéral d'emblée (sans passer par le curage inguinal modifié) ou d'inclure le patient dans l'étude AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En l'absence de confirmation anatomopathologique (cytoponction négative ou non réalisée), une exérèse chirurgicale des ganglions palpables avec envoi en extemporanée est recommandée, et si l'envahissement est confirmé, la lymphadénectomie inguinale totale est réalisée dans le même temps.

La radiothérapie néo-adjuvante n'est pas recommandée.

Une lymphadénectomie pelvienne simultanée est nécessaire si une adénopathie iliaque suspecte est repérée au bilan d'extension préopératoire.

 
Stade cN3 (Figure 2)

La cytoponction et la biopsie ne sont pas indispensables.

Un bilan d'extension par 18F-FDG PET-scanner (ou par scanner thoraco-abdomino-pelvien) est recommandé [66

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une prise en charge multimodale est recommandée, du fait du pronostic péjoratif. Une chimiothérapie néoadjuvante est conseillée suivie d'un curage radical chez les répondeurs [54

Cliquez ici pour aller à la section Références, 55

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Dans les autres situations (stabilisation ou progression), seule une prise en charge palliative est licite: chimiothérapie de rattrapage ou radiothérapie et soins de support.

Chez les patients localement avancés non opérables, une chimiothérapie doit être considérée et en cas de stabilité ou réponse de la maladie, l'inclusion dans le protocole PULSE doit être considérée [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Stades postopératoires: pN1-3

 

Dans les stades pN1, une surveillance est recommandée (un traitement adjuvant ne peut être retenu que dans le cadre d'essai clinique).
Une lymphadénectomie pelvienne homolatérale est recommandée si ce ganglion unique est en rupture capsulaire (il ne s'agit plus d'un pN1).
Dans les pN2 unilatéraux, une lymphadénectomie pelvienne homolatérale précoce est recommandée avant une chimiothérapie adjuvante surtout s'il y a 3 ou plus ganglions atteints, effraction capsulaire ou un ganglion de plus de 3 cm.
Dans les stades pN2/pN3, une chimiothérapie adjuvante aux lymphadénectomies est recommandée.

La radiothérapie adjuvante est envisageable mais peu de données sont disponibles pour la recommander.

La lymphadénectomie iliaque précoce est recommandée si au moins 2 ganglions inguinaux sont métastatiques ou si une effraction capsulaire ganglionnaire inguinale est mise en évidence sur un des ganglions. Elle doit être simultanée, si elle est indiquée, dès l'analyse extemporanée. Si ce sont les résultats définitifs qui l'indiquent, elle sera différée sans délai, sauf si le patient est inclus dans l'étude AFU-GETUG 25_MEGACEP NCT02817958 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Traitement des stades métastatiques

 

Chimiothérapie palliative

En phase métastatique, les mêmes protocoles ont été évalués en phase II que ceux utilisés en situation périopératoire avec le BMP [60

Cliquez ici pour aller à la section Références], le TIP [57

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou le TPF [62

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les taux de réponses varient de 15 à 30 % avec des survies sans progression modestes de quelques mois. Les toxicités semblent importantes pour le protocole BMP. Les propositions en première ligne peuvent être le TPF ou le TIP [67

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Aucun traitement n'a été défini en seconde ligne, les monothérapies par cisplatine et paclitaxel ont une activité modeste [66

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il faut privilégier pour ces malades les inclusions dans les essais thérapeutiques.

Aucun produit de chimiothérapie n'a l'autorisation de mise sur le marché pour son utilisation dans le cancer du pénis.

 

Immunothérapie

L'immunothérapie n'a pas encore prouvé son efficacité dans le cancer du pénis et ne peut être utilisée en dehors d'un essai thérapeutique.

Ces tumeurs expriment programmed death-ligand 1 (PD-L1) sur les cellules infiltrantes entre 48 et 60 %, avec un pronostic plus péjoratif en termes de survie [68

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Quelques études de phase II sont en cours dans les tumeurs du pénis métastatiques associant soit des combos immunothérapie (essais ipilimumab - nivolumab: NCT03333616, NCT02834013), soit en monothérapie comme avec le pembrolizumab (NCT02837042), l'avélumab (NCT03391479), l'atezolizumab (NCT03 686332) et le nivolumab en traitement de seconde ligne (programme AcSé en France NCT03012581 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]).

Un autre essai en France évalue l'intérêt de l'immunothérapie par avélumab en maintenance après l'obtention d'une réponse après la chimiothérapie (étude PULSE NCT03774901) comme ce qui a été réalisé dans l'étude Javelin Bladder 100 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]. D'autres associations sont évaluées avec des thérapeutiques ciblées comme le cabozantinib et l'association ipilimumab et nivolumab (NCT03866382) dans un programme pour les tumeurs rares comprenant les tumeurs du pénis.

D'autres voies sont en cours d'exploration pour ceux infectés par HPV par des études de vaccinations ou des associations comme atézolizumab et bevacizumab (NCT03074513).
Tableau de recommandation 2Recommandations de la prise en charge ganglionnaire et métastatiqueStatutPrise en chargeGradecN0Tis, Ta G1, T1G1: surveillanceFort≥ T1bG2: ganglion sentinelle (GS) ou curage inguinal modifié (bilatéral si GS indisponible ou controlatéral si GS unilatéral à deux reprises)FortcN1/cN2Exérèse chirurgicale + GS controlatéral (analyse extemporanée ± curage inguinal complet si pN+)FortpN + (cytoponction ou sur examen extemporané)Curage inguinal radical côté pN+ et exploration invasive controlatérale (GS ou curage modifié)FortcN3 inguinalChimiothérapie néo-adjuvante et curage radical si répondeurFaiblecN3 pelvienCurage inguinal et pelvien (± chimiothérapie néoadjuvante) + exploration sanglante controlatéraleFortpN1Surveillance (pas de curage pelvien)FortpN2/pN3 ou adénopathies pelviennes suspectes à l'imagerieCurage pelvien homolatéralFortpN2/pN3Discuter une chimiothérapie adjuvanteFortTous NRadiothérapie non recommandée (sauf rares situations palliatives)FortM+Chimiothérapie palliative ou essais thérapeutiquesFaible

Tableau de recommandation 2 - Recommandations de la prise en charge ganglionnaire et métastatique
Statut Prise en charge Grade
cN0  Tis, Ta G1, T1G1: surveillance  Fort 
  ≥ T1bG2: ganglion sentinelle (GS) ou curage inguinal modifié (bilatéral si GS indisponible ou controlatéral si GS unilatéral à deux reprises)  Fort 
cN1/cN2  Exérèse chirurgicale + GS controlatéral (analyse extemporanée ± curage inguinal complet si pN+)  Fort 
pN + (cytoponction ou sur examen extemporané)  Curage inguinal radical côté pN+ et exploration invasive controlatérale (GS ou curage modifié)  Fort 
cN3 inguinal  Chimiothérapie néo-adjuvante et curage radical si répondeur  Faible 
cN3 pelvien  Curage inguinal et pelvien (± chimiothérapie néoadjuvante) + exploration sanglante controlatérale  Fort 
pN1  Surveillance (pas de curage pelvien)  Fort 
pN2/pN3 ou adénopathies pelviennes suspectes à l'imagerie  Curage pelvien homolatéral  Fort 
pN2/pN3  Discuter une chimiothérapie adjuvante  Fort 
Tous N  Radiothérapie non recommandée (sauf rares situations palliatives)  Fort 
M+  Chimiothérapie palliative ou essais thérapeutiques  Faible 

 

 

Traitement des récidives

 

Récidives locales

Le taux de récidive locale après une chirurgie conservatrice est de 15 à 30 % quel que soit le traitement réalisé [69

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle survient surtout dans les 2 premières années et est corrélée aux marges chirurgicales positives. En cas de geste conservateur initial, une reprise par un geste conservateur doit être préférée s'il est possible [70

Cliquez ici pour aller à la section Références, 71

Cliquez ici pour aller à la section Références, 72

Cliquez ici pour aller à la section Références, 73

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En cas d'atteinte profonde, une amputation partielle ou totale est recommandée.

 

Récidives ganglionnaires

En cas de récidive inguinale, une lymphadénectomie inguinale complète doit être proposée si elle n'a pas été réalisée. Dans le cas contraire, une chimiothérapie et une radiothérapie de rattrapage doivent être discutées, car le drainage lymphatique postopératoire est modifié, et le taux de survie après récidive ganglionnaire après ganglion sentinelle ou lymphadénectomie modifiée est de 16 % à 5 ans [56

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Résultats

 

Résultats carcinologiques

 
Selon le stade local

La survie spécifique à 5 ans est de 100 % pour le CIS, 84 % pour les pT1 et 54 % pour les pT2 [74

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Pour les lésions T2, le taux de récidive est de 17 à 35 % et le taux de mortalité spécifique de 21 à 30 % à 3 ans [75

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le traitement par 5-FU pour un CIS donne 50 % de réponses complètes et parmi ces réponses complètes, 20 % de récidives précoces (temps moyen lors de la récidive = 5 mois) [76

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le traitement par laser des tumeurs CIS et pT1 a un taux de récidive à 5 ans variant de 10 à 48 %, ce qui nécessite une chirurgie complémentaire [70

Cliquez ici pour aller à la section Références,77

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La survie spécifique à 5 ans est supérieure à 90 % [61

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La chirurgie conservatrice (« resurfaçage » ou glandulectomie) a un taux de récidive (suivie de 2 à 4 ans) de 6 à 27 % avec une mortalité spécifique nulle [78

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les récidives précoces surviennent dans 94 % des cas dans les 3 ans. On retrouve des facteurs prédictifs de récidive: envahissement périnerveux, CIS, marge positive et haut grade; lorsque les 4 sont présents, le risque est multiplié par 34 [79

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La chirurgie non conservatrice (amputation partielle ou totale) a un taux de récidive locale de 4 à 5 % [69

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Après curiethérapie, le taux de récidive varie de 19 à 30 % avec 25 % de sténose urétrale [80

Cliquez ici pour aller à la section Références, 81

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Selon le stade ganglionnaire

Pour les patients pN0: la survie spécifique à 5 ans varie de 87 à 100 % [72

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Pour les patients pN+: la survie spécifique à 5 ans varie de 29 [71

Cliquez ici pour aller à la section Références] à 40 % [82

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La survie spécifique à 5 ans pour un pN1 est de 73 à 80 % et pour un pN3 de 17 à 33 % [72

Cliquez ici pour aller à la section Références,83

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Un facteur pronostique est apparu en 2014 et semble pertinent: le pourcentage de ganglions envahis lors du curage inguinal radical: si < 16 % de ganglions sont envahis, la survie spécifique est de 81 %; alors que si plus de 16 % des ganglions prélevés sont envahis, elle est seulement de 24 % [84

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Pour comparaison: en cas de tumeur M+, la survie spécifique à 5 ans est de 0 %.

 
Selon le grade tumoral

Le grade tumoral pourra faire changer d'attitude thérapeutique:

Pour un patient cN0 avec un pT1, le grade 1 permettra de proposer une surveillance et un grade 3 ou 4 imposera un curage inguinal [27

Cliquez ici pour aller à la section Références], même si une étude retrouve un ganglion sentinelle envahi dans 6 % des T1G1 [85

Cliquez ici pour aller à la section Références], ce qui pousserait à réaliser systématiquement une exérèse du ganglion sentinelle. Les tumeurs de grade élevé imposent un geste chirurgical prudent en cas d'approche conservatrice, afin de garantir des marges négatives. Ainsi certains ont pu préférer une amputation partielle à une chirurgie conservatrice [27

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Selon le type histologique

Certains types de carcinomes (basaloïdes, verruco-basaloïdes, sarcomatoïdes, pseudo-glandulaires, muco-épidermoïdes…) ou les carcinomes à cellules claires sont des carcinomes très agressifs qui doivent faire discuter une prise en charge plus agressive quels que soient le stade et le grade: pénectomie partielle large ± curage inguinal bilatéral [16

Cliquez ici pour aller à la section Références,86

Cliquez ici pour aller à la section Références, 87

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Résultats fonctionnels

La chirurgie conservatrice (lorsqu'elle est possible) donne de bien meilleurs résultats concernant les orgasmes, l'image de soi, la qualité de vie et les mictions, que les amputations 83 vs 43 % p < 0,001 [88

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Statut mictionnel

Le statut mictionnel est en général bon pour les chirurgies conservatrices avec de rares cas de sténose méatique mais les difficultés mictionnelles des patients ayant eu une amputation partielle sont sans doute sous-estimées car rarement évaluées.

La curiethérapie entraîne une sténose du méat (qui peut être complexe à traiter) dans plus de 40 % des cas [16

Cliquez ici pour aller à la section Références,27

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Sexualité

Il faut relativiser les résultats fonctionnels des études qui n'ont pas utilisé de questionnaires validés pour la sexualité, après traitement d'une tumeur du pénis.

Après laser, il n'y a pas de dysfonction érectile (DE), mais des difficultés à pratiquer certaines activités sexuelles à cause de douleurs résiduelles [89

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En cas de « resurfaçage », une étude prospective récente montre une amélioration de la vie sexuelle chez 81 % des patients et un aspect cosmétique satisfaisant (5/5 sur une échelle visuelle cosmétique) [90

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En cas de glandulectomie, il est décrit entre 0 et 20 % de modification de la sexualité.

Après amputation partielle, on retrouve une dégradation de la sexualité chez 67 % même si les érections sont présentes dans 56 % des cas et les orgasmes conservés dans 72 % des cas [36

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une étude multicentrique comparant la sexualité après chirurgie conservatrice et après pénectomie partielle retrouve des différences importantes en termes de satisfaction par rapport à l'apparence: 64 % si chirurgie conservatrice vs 14 % si pénectomie partielle, de même que la confiance en sa sexualité passe de 55 à 6 % en cas de pénectomie partielle et des résultats identiques sont retrouvés chez les partenaires [91

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Suivi (Tableau 3 et Tableau 4)

 

Suivi local du pénis (5 ans minimum)

Dans tous les cas, l'apprentissage des autoexamens réguliers est recommandé:

 

après traitement local non chirurgical: autoexamen régulier et suivi clinique:

 

â—¦
pendant 2 ans : consultation tous les 3 mois avec biopsie au moindre doute. Au moins une biopsie à titre systématique dans les 2 ans (pour preuve histologique de l'éradication sur la zone traitée après laser, topique ou photothérapie dynamique), et
â—¦
au-delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans : consultation tous les 6 mois;

 

après traitement local chirurgical conservateur (biopsie-exérèse, glandulectomie partielle ou resurfaçage): autoexamen régulier et suivi clinique:

 

â—¦
pendant 2 ans : consultation tous les 3 mois,
â—¦
au-delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans : consultation tous les 6 mois;

 

après glandulectomie totale, amputation partielle ou totale:

 

â—¦
pendant 2 ans : consultation tous les 3 mois,
â—¦
au-delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans : consultation tous les ans.

 

Suivi loco-régional (inguinal)

Dans tous les cas, l'apprentissage des autopalpations inguinales régulières est recommandé:

 

sans curage initial: autopalpation régulière et examen clinique:

 

â—¦
pendant 2 ans : consultation tous les 3 mois,
â—¦
au-delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans : consultation tous les 6 mois;

 

après curage initial pN0 ou GS négatif: autopalpation et examen clinique:

 

â—¦
pendant 2 ans : consultation tous les 3 mois (± cytoponction semestrielle sous échographie),
â—¦
au-delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans : consultation tous les ans;

 

après curage initial pN+: autopalpation et examen clinique systématique (18FDG PET-TDM, IRM et scanner: utilisation et rythme à discuter au cas par cas en RCP):

 

â—¦
pendant 2 ans : consultation tous les 3 mois (± cytoponction semestrielle sous échographie),
â—¦
au-delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans : consultation tous les 6 mois.

 

Déclaration de liens d'intérêts

P.-H. Savoie: Orateur et consultant pour le CCAFU online (AFU), Consultant pour BMS (membre d'un sous-comité), Janssen (expert urologue), Co-investigateur: Novartis, Janssen-Cilag, Intervention aux JOUM (CCAFU). Les autres auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.

   

 



Table 1 - TNM 2016 classification of penile cancer.
T Primary tumour 
pTx  Primary tumour cannot be assessed 
T0  No evidence of primary tumour 
Tis  Carcinoma in situ 
Ta  Non-invasive verrucous carcinoma 
T1  Tumour invades subepithelial connective tissue 
T1a  Tumour invades subepithelial connective tissue without lymphovascular or perineural invasion and is not high grade (grade 3 or sarcomatoid) 
T1b  Tumour invades subepithelial connective tissue with lymphovascular or perineural invasion, or is high grade (grade 3 or sarcomatoid) 
T2  Tumour invades the corpus spongiosum with or without invasion of the urethra 
T3  Tumour invades the corpora cavernosum with or without invasion of the urethra 
T4  Tumour invades other adjacent structures 
cN Regional nodes (clinical: palpation or imaging) 
Nx  Regional lymph nodes cannot be assessed (inguinal lymph nodes) 
N0  No palpable inguinal lymph node 
N1  Single palpable mobile unilateral lymph node 
N2  Palpable mobile multiple or bilateral lymph nodes 
N3  Fixed inguinal lymph nodes or pelvic lymph nodes, unilateral or bilateral 
pN Regional nodes (pathological: biopsy or excision) 
pNx  Regional lymph nodes cannot be assessed (inguinal lymph nodes) 
pN0  No regional lymph node metastasis 
pN1  ≤ 2 unilateral inguinal lymph node metastases without extracapsular extension 
pN2  ≥ 3 unilateral inguinal lymph node metastases or bilateral metastasis, without extracapsular extension 
pN3  Pelvic lymph node metastasis, extracapsular extension 
Distant metastases 
Mx  Distant metastases cannot be assessed 
M0  No distant metastasis 
M1  Distant metastases 
Histological grade 
pTx  Primary tumour cannot be assessed 
G1  Well differentiated 
G2  Moderately differentiated 
G3  Poorly differentiated 
G4  Undifferentiated 

 

Table 2 - Therapeutic indications according to stage T.
Stage T (type of lesion)  Treatment options  Strengh rating 
Tis  Cytotoxic creams then close surveillance
CO2 or Yag laser then close surveillance
Biopsy-excision or resurfacing 
Strong 
  Photodynamic therapy with mandatory control biopsy  Weak 
Ta, T1a  Brachytherapy  Strong 
  CO2 or Yag laser then close surveillance  Strong 
  Biopsy-excision/ resurfacing/glansectomy  Strong 
T1b, T2  Biopsy-excision/ glansectomy  Strong 
  Brachytherapy  Strong 
  Partial amputation (in selected cases)  Strong 
Proximal T3  Partial amputation if possible  Strong 
T3 of the body of the penis  Total amputation and perineal urethrostomy  Strong 
T4  Neoadjuvant chemotherapy and amputation in responders  Strong 
Local recurrence after conservative surgery  Conservative surgery if the corpus cavernosum is not invaded  Weak 
  Partial or total amputation  Weak 

 

Table 3 - Local penile surveillance after different types of treatment (biopsy at the slightest doubt by inspection or palpation) (25).
Modality  M1  M3  M6  M9  M12  M15  M18  M21  M24  M30  M36  M42  M48  M54  M60 
Non-surgical local treatment 
Teaching regular self-examination                               
Clinical examination                               
Biopsy  At the slightest doubt and At least one negative biopsy within 2 years if CIS 
Local surgical treatment (excisional biopsy, partial glansectomy or resurfacing) 
Teaching regular self-examination                               
Clinical examination                               
Treatment after partial glansectomy, partial or total amputation 
Teaching regular self-examination                               
Clinical examination                               

 

Table 4 - Locoregional monitoring of lymph node areas according to initial management (25).
Modality  M1  M3  M6  M9  M12  M15  M18  M21  M24  M30  M36  M42  M48  M54  M60 
without initial lymphadenectomy 
Regular training for self-examination                               
Clinical examination                               
After initial lymphadenectomy pN0 or negative SLN 
Regular training for self-examination                               
Clinical examination                               
Cytopuncture ± ultrasound-guidance                                
After positive initial lymphadenectomy (pN+) 
Regular training for self-examination                               
Clinical examination                               
Cytopuncture ± ultrasound-guidance                                
Imaging   18FDG PET/CT, MRI and CT TAP: use and frequency to be defined on a case-by-case basis in MTM 

 

Tableau 1 - Classification TNM 2016 des tumeurs malignes du pénis.
T Tumeur primitive 
pTx  Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive 
TO  Pas de signe de tumeur primitive 
Tis  Carcinome in situ  
Ta  Carcinome verruqueux non infiltrant 
T1  Tumeur envahissant le tissu conjonctif sous-épithélial 
Tla  Tumeur envahissant le tissu conjonctif sous-épithélial sans invasion lymphovasculaire ou perineurale à l'exclusion du haut grade 
T1b  (grade 3 ou sarcomatoïde) Tumeur envahissant le tissu conjonctif sous-épithélial avec invasion lymphovasculaire ou perineurale, ou de haut grade (grade 3 ou sarcomatoïde) 
T2  Tumeur envahissant le corps spongieux avec ou sans invasion de l'urètre 
T3  Tumeur envahissant le corps caverneux avec ou sans invasion de l'urètre 
T4  Tumeur envahissant d'autres structures adjacentes 
cN Ganglions régionaux (clinique: palpation ou imagerie) 
Nx  Renseignements insuffisants pour classer l'atteinte des ganglions lymphatiques régionaux (ganglions inguinaux) 
NO  Pas de ganglion inguinal palpé 
N1  Palpation d'un seul ganglion unilatéral mobile Palpation de ganglions multiples ou bilatéraux mobile 
N2  Ganglions inguinaux fixés ou ganglions pelviens, 
N3  unilatéraux ou bilatéraux 
pN Ganglions régionaux (pathologique: biopsie ou exérèse) 
pNx  Renseignements insuffisants pour classer l'atteinte des ganglions lymphatiques régionaux (ganglions inguinaux) 
pNO  Pas d'atteinte ganglionnaire régionale 
pN1  ≤ 2 métastases ganglionnaires inguinales unilatérales sans extension extra-capsulaire 
pN2  ≥ 3 métastases ganglionnaires inguinales unilatérales ou atteinte bilatérale, sans extension extra-capsulaire 
pN3  Métastase ganglionnaire pelvienne, extension extra-capsulaire 
M Métastases à distance 
Mx  Renseignements insuffisants pour classer des métastases à distance 
M0  Pas de métastase à distance 
M1  Présence de métastases à distance 
Grade histologique 
Gx  Renseignements insuffisants pour classer le grade histologique 
G1  Bien différencié 
G2  Moyennement différencié 
G3  Faiblement différencié 
G4  Indifférencié 

 

Tableau 2 - Indications thérapeutiques en fonction du stade T.
Stade T (type de lésion)  options thérapeutiques  Grade 
Tis  Crèmes cytotoxiques puis surveillance rapprochée Laser CO2 ou Yag puis surveillance rapprochée Biopsie-exérèse ou resurfaçage  Fort 
  Photothérapie dynamique avec biopsie de contrôle obligatoire  Faible 
Ta, T1a  Curiethérapie  Fort 
  Laser CO2 ou Yag puis surveillance rapprochée  Fort 
  Biopsie-exérèse/resurfaçage/glandulectomie  Fort 
T1b, T2  Biopsie-exérèse/glandulectomie  Fort 
  Curiethérapie  Fort 
  Amputation partielle (dans des cas sélectionnés)  Fort 
T3 proximaux  Amputation partielle si possible  Fort 
T3 du corps du pénis  Amputation totale et urétrostomie périnéale  Fort 
T4  Chimiothérapie néo-adjuvante et amputation chez le répondeur  Fort 
Récidive locale après chirurgie conservatrice  Chirurgie conservatrice si les corps caverneux ne sont pas envahis  Faible 
  Amputation partielle ou totale  Faible 

 

Tableau 3 - Suivi local du pénis après différents types de traitements (biopsie au moindre doute par inspection ou palpation) [25].
Modalité  M1  M3  M6  M9  M12  M15  M18  M21  M24  M30  M36  M42  M48  M54  M60 
Traitement local non chirurgical 
Apprentissage de l'autoexamen régulier                               
Examen clinique                               
Biopsie  Au moindre doute et au moins une biopsie négative dans les deux ans si CIS 
Traitement local chirurgical (biopsie-exérèse, glandulectomie partielle ou resurfaçage) 
Apprentissage de l'autoexamen régulier                               
Examen clinique                               
Traitement après glandulectomie partielle, amputation partielle ou totale 
Apprentissage de l'autoexamen régulier                               
Examen clinique                               

 

Tableau 4 - Suivi locorégional des aires ganglionnaires en fonction de la prise en charge initiale [25].
Modalité  M1  M3  M6  M9  M12  M15  M18  M21  M24  M30  M36  M42  M48  M54  M60 
Sans curage initial 
Apprentissage autopalpation régulière                               
Examen clinique                               
Après curage initial pN0 ou GS négatif 
Apprentissage autopalpation régulière                               
Examen clinique                               
Cytoponction sous échographie optionnelle                                
Après curage initial positif (pN+) 
Apprentissage autopalpation régulière                               
Examen clinique                               
Cytoponction sous échographie optionnelle                                
Imagerie   18FDG TEP-TDM, IRM et scanner TAP: utilisation et rythme à définir au cas par cas en RCP 

 

Table recommendation 1 - Diagnostic recommendations for malignant penile cancers
Penile cancer  Strengh rating 
Clinical examination: description, location, local extension  Strong 
Ultrasound or MRI in induced erection before conservative surgery  weak 
Lymph node areas   
Clinical Examination ± Doppler or CT  cN0 and ≤pT1G1 or assumed  Surveillance  Strong 
  cN0 and > pT1G1 or assumed  Assessment of extension  Strong 
  cN+  Fine Needle Aspiration + PET CT  Strong 
Metatases   
N+  Staging by TAP or PET-Scan  Strong 
Clinical suspicion M+  Bone scintigraphy as a complement to PET scan  Strong 

 

Table recommendation 2 - Recommendations for the management of lymph nodes and metastases
Status  Management  Strengh Rating 
cN0  Tis, Ta G1, T1G1: surveillance.  Strong 
  ≥ T1bG2: Sentinel lymph node (SLN) or modified inguinal LDN (bilateral if SLN unavailable or contralateral if unilateral SLN twice)  Strong 
cN1/cN2  Surgical excision + contralateral SLN (extemporaneous analysis ± complete inguinal LDN if pN+)  Strong 
pN + (cytopuncture or on extemporaneous examination)  Radical inguinal LDN on the pN+ side and contralateral invasive exploration (SLN or modified LDN)  Strong 
inguinal cN3  Neoadjuvant chemotherapy and radical LDN if responder  weak 
pelvic cN3  Inguinal and pelvic LDN (± neoadjuvant chemotherapy) + contralateral surgical exploration  Strong 
pN1  Surveillance (no pelvic LDN)  Strong 
pN2/pN3 or Suspicious pelvic adenopathies on imaging  ipsilateral pelvic LDN  Strong 
pN2/pN3  Discuss adjuvant chemotherapy  Strong 
All N  Radiotherapy not recommended (except in rare palliative care situations)  Strong 
M+  Palliative chemotherapy or therapeutic trials  weak 

 

Tableau de recommandation 1 - Recommandations diagnostiques des tumeurs malignes du pénis
Tumeur pénienne  Grade 
Examen clinique: description, localisation, extension locale (envahissement de voisinage)  Fort 
Echographie ou IRM en érection induite avant chirurgie conservatrice  Faible 
Aires ganglionnaires   
Examen Clinique ± Doppler ou TDM  cN0 et ≤ pT1G1 ou supposé  Surveillance  Fort 
  cN0 et > pT1G1 ou supposé  Évaluation invasive  Fort 
  cN+  Cytoponction + TEP scanner  Fort 
Métastases   
N+  Bilan d'extension par scanner TAP ou TEP-scanner  Fort 
Suspicion clinique M+  Scintigraphie osseuse en complément de la TEP  Fort 

 

Tableau de recommandation 2 - Recommandations de la prise en charge ganglionnaire et métastatique
Statut  Prise en charge  Grade 
cN0  Tis, Ta G1, T1G1: surveillance  Fort 
  ≥ T1bG2: ganglion sentinelle (GS) ou curage inguinal modifié (bilatéral si GS indisponible ou controlatéral si GS unilatéral à deux reprises)  Fort 
cN1/cN2  Exérèse chirurgicale + GS controlatéral (analyse extemporanée ± curage inguinal complet si pN+)  Fort 
pN + (cytoponction ou sur examen extemporané)  Curage inguinal radical côté pN+ et exploration invasive controlatérale (GS ou curage modifié)  Fort 
cN3 inguinal  Chimiothérapie néo-adjuvante et curage radical si répondeur  Faible 
cN3 pelvien  Curage inguinal et pelvien (± chimiothérapie néoadjuvante) + exploration sanglante controlatérale  Fort 
pN1  Surveillance (pas de curage pelvien)  Fort 
pN2/pN3 ou adénopathies pelviennes suspectes à l'imagerie  Curage pelvien homolatéral  Fort 
pN2/pN3  Discuter une chimiothérapie adjuvante  Fort 
Tous N  Radiothérapie non recommandée (sauf rares situations palliatives)  Fort 
M+  Chimiothérapie palliative ou essais thérapeutiques  Faible 

 

 
 

Références

 

Daubisse-Marliac L., Colonna M., Tretarre B., Defossez G., Molinie F., Jehannin-Ligier K., et al. Long-term trends in incidence and survival of penile cancer in France Cancer Epidemiol 2017 ;  50 (Pt A) : 125-131 [cross-ref]
 
Lebelo R.L., Boulet G., Nkosi C.M., Bida M.N., Bogers J.P., Mphahlele M.J. Diversity of HPV types in cancerous and pre-cancerous penile lesions of South African men: implications for future HPV vaccination strategies. J Med Virol 2014 ;  86 (2) : 257-265 [cross-ref]
 
Hakenberg O.W., Comperat E.M., Minhas S., Necchi A., Protzel C., Watkin N. EAU guidelines on penile cancer: 2014 update. Eur Urol 2015 ;  67 (1) : 142-150 [cross-ref]
 
Recommandation vaccinale: vaccination contre les papillomavirus chez les garçons. In: HAS, editor. Paris; 2019.
 
Lieblong B.J., Montgomery B.EE., Su L.J., Nakagawa M. Natural history of human papillomavirus and vaccinations in men: A literature review. Health Sci Rep 2019 ;  2 (5) : e118
 
Bertolotto M., Serafini G., Dogliotti L., Gandolfo N., Gandolfo N.G., Belgrano M., et al. Primary and secondary malignancies of the penis: ultrasound features. Abdom Imaging 2005 ;  30 (1) : 108-112
 
Bozzini G., Provenzano M., Romero Otero J., Margreiter M., Garcia Cruz E., Osmolorskij B., et al. Role of Penile Doppler US in the Preoperative Assessment of Penile Squamous Cell Carcinoma Patients: Results From a Large Prospective Multicenter European Study. Urology 2016 ;  90 : 131-135 [inter-ref]
 
Krishna S., Shanbhogue K., Schieda N., Morbeck F., Hadas B., Kulkarni G., et al. Role of MRI in Staging of Penile Cancer. J Magn Reson Imaging 2020 ;  51 (6) : 1612-1629 [cross-ref]
 
Hanchanale V., Yeo L., Subedi N., Smith J., Wah T., Harnden P., et al. The accuracy of magnetic resonance imaging (MRI) in predicting the invasion of the tunica albuginea and the urethra during the primary staging of penile cancer. BJU Int 2016 ;  117 (3) : 439-443 [cross-ref]
 
Velazquez E.F., Barreto J.E., Rodriguez I., Piris A., Cubilla A.L. Limitations in the interpretation of biopsies in patients with penile squamous cell carcinoma. Int J Surg Pathol 2004 ;  12 (2) : 139-146 [cross-ref]
 
Velazquez E.F., Cubilla A.L. Lichen sclerosus in 68 patients with squamous cell carcinoma of the penis: frequent atypias and correlation with special carcinoma variants suggests a precan-cerous role. Am J Surg Pathol 2003 ;  27 (11) : 1448-1453 [cross-ref]
 
Teichman J.M., Sea J., Thompson I.M., Elston D.M. Noninfectious penile lesions. Am Fam Physician 2010 ;  81 (2) : 167-174
 
Renaud-Vilmer C., Cavelier-Balloy B., Verola O., Morel P., Servant J.M., Desgrandchamps F., et al. Analysis of alterations adjacent to invasive squamous cell carcinoma of the penis and their relationship with associated carcinoma. J Am Acad Dermatol 2010 ;  62 (2) : 284-290 [cross-ref]
 
Bezerra S.M., Chaux A., Ball M.W., Faraj S.F., Munari E., Gonzalez-Roibon N., et al. Human papillomavirus infection and immunohistochemical p16(INK4a) expression as predictors of outcome in penile squamous cell carcinomas. Hum Pathol 2015 ;  46 (4) : 532-540 [cross-ref]
 
Aumayr K., Susani M., Horvat R., Wrba F., Mazal P., Klatte T., et al. P16INK4A immunohistochemistry for detection of human papilloma virus-associated penile squamous cell carcinoma is superior to in-situ hybridization. Int J Immunopathol Pharmacol 2013 ;  26 (3) : 611-620 [cross-ref]
 
Mannweiler S., Sygulla S., Tsybrovskyy O., Razmara Y., Pummer K., Regauer S. Clear-cell differentiation and lymphatic invasion, but not the reused TNM classification, predict lymph node metastases in pT1 penile cancer: a clinicopathologic study of 76 patients from a low incidence area. Urol Oncol 2013 ;  31 (7) : 1378-1385 [cross-ref]
 
Mahesan T., Hegarty P.K., Watkin N.A. Advances in Penile-Preserving Surgical Approaches in the Management of Penile Tumors. Urol Clin North Am 2016 ;  43 (4) : 427-434 [inter-ref]
 
Lont A.P., Kroon B.K., Horenblas S., Gallee M.P., Berkhof J., Meijer C.J., et al. Presence of high-risk human papillomavirus DNA in penile carcinoma predicts favorable outcome in survival. Int J Cancer 2006 ;  119 (5) : 1078-1081 [cross-ref]
 
Chaux A., Caballero C., Soares F., Guimaraes G.C., Cunha I.W., Reuter V., et al. The prognostic index: a useful pathologic guide for prediction of nodal metastases and survival in penile squamous cell carcinoma. Am J Surg Pathol 2009 ;  33 (7) : 1049-1057 [cross-ref]
 
Winters B.R., Mossanen M., Holt S.K., Lin D.W., Wright J.L. Predictors of Nodal Upstaging in Clinical Node Negative Patients With Penile Carcinoma: A National Cancer Database Analysis. Urology 2016 ;  96 : 29-34 [inter-ref]
 
Cubilla A.L. The role of pathologic prognostic factors in squamous cell carcinoma of the penis. World J Urol 2009 ;  27 (2) : 169-177 [cross-ref]
 
Velazquez E.F., Soskin A., Bock A., Codas R., Cai G., Barreto J.E., et al. Epithelial abnormalities and precancerous lesions of anterior urethra in patients with penile carcinoma: a report of 89 cases. Mod Pathol 2005 ;  18 (7) : 917-923 [cross-ref]
 
Leijte J.A., Gallee M., Antonini N., Horenblas S. Evaluation of current TNM classification of penile carcinoma J Urol 2008 ;  180 (3) : 933-938 [cross-ref]
 
Saisorn I., Lawrentschuk N., Leewansangtong S., Bolton D.M. Fine-needle aspiration cytology predicts inguinal lymph node metastasis without antibiotic pretreatment in penile carcinoma. BJU Int 2006 ;  97 (6) : 1225-1228 [cross-ref]
 
Savoie P.H., Flechon A., Morel-Journel N., Murez T., Ferretti L., Camparo P., et al. [French ccAFU guidelines - Update 2018-2020: Penile cancer] Prog Urol 2018 ;  28 : R133-48
 
Krishna R.P., Sistla S.C., Smile R., Krishnan R. Sonography: an underutilized diagnostic tool in the assessment of metastatic groin nodes. J Clin Ultrasound 2008 ;  36 (4) : 212-217 [cross-ref]
 
Hakenberg OW, Minhas S, Necchi A, Protzel C, Watkin N. EAU Guidelines on Peline Cancer. Edn presented at the EAU Annual Congress Copenhagen 2018. 2018.
 
Ottenhof S.R., Vegt E. The role of PET/CT imaging in penile cancer. Transl Androl Urol 2017 ;  6 (5) : 833-838 [cross-ref]
 
Sadeghi R., Gholami H., Zakavi S.R., Kakhki V.R., Horenblas S. Accuracy of 18F-FDG PET/CT for diagnosing inguinal lymph node involvement in penile squamous cell carcinoma: systematic review and meta-analysis of the literature. Clin Nucl Med 2012 ;  37 (5) : 436-441 [cross-ref]
 
Zou Z.J., Liu Z.H., Tang L.Y., Wang Y.J., Liang J.Y., Zhang R.C., et al. Radiocolloid-based dynamic sentinel lymph node biopsy in penile cancer with clinically negative inguinal lymph node: an updated systematic review and meta-analysis. Int Urol Nephrol 2016 ;  48 (12) : 2001-2013 [cross-ref]
 
Sahdev V., Albersen M., Christodoulidou M., Parnham A., Malone P., Nigam R., et al. Management of non-visualization following dynamic sentinel lymph node biopsy for squamous cell carcinoma of the penis. BJU Int 2017 ;  119 (4) : 573-578 [cross-ref]
 
NCCN NCCN. Clinical Practice Guidelines in Oncology. Version 2/march 2018.
 
Manjunath A., Brenton T., Wylie S., Corbishley C.M., Watkin N.A. Topical Therapy for non-invasive penile cancer (Tis)-updated results and toxicity. Transl Androl Urol 2017 ;  6 (5) : 803-808 [cross-ref]
 
Bracka A. Glans resection and plastic repair. BJU Int 2010 ;  105 (1) : 136-144 [cross-ref]
 
Garaffa G., Raheem A.A., Christopher N.A., Ralph D.J. Total phallic reconstruction after penile amputation for carcinoma. BJU Int 2009 ;  104 (6) : 852-856 [cross-ref]
 
Hakenberg OW, Minhas S, Necchi A, Protzel C, Watkin N. EAU Guidelines on Penile Cancer. Edn presented at the EAU Annual Congress Copenhagen 2018. 2018.
 
de Crevoisier R., Slimane K., Sanfilippo N., Bossi A., Albano M., Dumas I., et al. Long-term results of brachytherapy for carcinoma of the penis confined to the glans (N- or NX). Int J Radiat Oncol Biol Phys 2009 ;  74 (4) : 1150-1156 [cross-ref]
 
Chipollini J., Yan S., Ottenhof S.R., Zhu Y., Draeger D., Baumgarten A.S., et al. Surgical management of penile carcinoma in situ: results from an international collaborative study and review of the literature. BJU Int 2018 ;  121 (3) : 393-398 [cross-ref]
 
Ottenhof S.R., Leone A., Djajadiningrat R.S., Azizi M., Zargar K., Kidd L.C., et al. Surgical and Oncological Outcomes in Patients After Vascularised Flap Reconstruction for Locoregionally Advanced Penile Cancer. Eur Urol Focus 2019 ;  5 (5) : 867-874 [cross-ref]
 
Leijte J.A., Valdes Olmos R.A., Nieweg O.E., Horenblas S. Anatomical mapping of lymphatic drainage in penile carcinoma with SPECT-CT: implications for the extent of inguinal lymph node dissection. Eur Urol 2008 ;  54 (4) : 885-890 [cross-ref]
 
Koifman L., Hampl D., Koifman N., Vides A.J., Ornellas A.AA. Radical open inguinal lymphadenectomy for penile carcinoma: surgical technique, early complications and late outcomes. J Urol 2013 ;  190 (6) : 2086-2092 [cross-ref]
 
Yao K., Tu H., Li Y.H., Qin Z.K., Liu Z.W., Zhou F.J., et al. Modified technique of radical inguinal lymphadenectomy for penile carcinoma: morbidity and outcome. J Urol 2010 ;  184 (2) : 546-552 [cross-ref]
 
Stuiver M.M., Djajadiningrat R.S., Graafland N.M., Vincent A.D., Lucas C., Horenblas S. Early wound complications after inguinal lymphadenectomy in penile cancer: a historical cohort study and risk-factor analysis. Eur Urol 2013 ;  64 (3) : 486-492 [cross-ref]
 
Protzel C., Alcaraz A., Horenblas S., Pizzocaro G., Zlotta A., Hakenberg O.W. Lymphadenectomy in the surgical management of penile cancer. Eur Urol 2009 ;  55 (5) : 1075-1088 [cross-ref]
 
Thuret R., Sun M., Lughezzani G., Budaus L., Liberman D., Abdollah F., et al. A contemporary population-based assessment of the rate of lymph node dissection for penile carcinoma. Ann Surg Oncol 2011 ;  18 (2) : 439-446 [cross-ref]
 
Weldrick C., Bashar K., O'Sullivan T.A., Gillis E., Clarke Moloney M., Tang T.Y., et al. A comparison of fibrin sealant versus standard closure in the reduction of postoperative morbidity after groin dissection: A systematic review and meta-analysis. Eur J Surg Oncol 2014 ;  40 (11) : 1391-1398 [cross-ref]
 
Tauber R., Schmid S., Horn T., Thalgott M., Heck M., Haller B., et al. Inguinal lymph node dissection: epidermal vacuum therapy for prevention of wound complications. J Plast Reconstr Aesthet Surg 2013 ;  66 (3) : 390-396 [cross-ref]
 
Gkegkes I.D., Minis E.E., Iavazzo C. Robotic-assisted inguinal lymphadenectomy: a systematic review. J Robot Surg 2019 ;  13 (1) : 1-8 [cross-ref]
 
Graafland N.M., van Boven H.H., van Werkhoven E., Moonen L.M., Horenblas S. Prognostic significance of extranodal extension in patients with pathological node positive penile carcinoma. J Urol 2010 ;  184 (4) : 1347-1353 [cross-ref]
 
Kulkarni J.N., Kamat M.R. Prophylactic bilateral groin node dissection versus prophylactic radiotherapy and surveillance in patients rath N0 and N1-2A carcinoma of the penis. Eur Urol 1994 ;  26 (2) : 123-128 [cross-ref]
 
Lucky M.A., Rogers B., Parr N.J. Referrals into a dedicated British penile cancer centre and sources of possible delay. Sex Transm Infect 2009 ;  85 (7) : 527-530 [cross-ref]
 
Protzel C., Hakenberg O.W. Chemotherapy in patients with penile carcinoma. Urol Int 2009 ;  82 (1) : 1-7 [cross-ref]
 
Pizzocaro G., Piva L. Adjuvant and neoadjuvant vincristine, bleomycin, and methotrexate for inguinal metastases from squamous cell carcinoma of the penis Acta Oncol 1988 ;  27 (6b) : 823-824 [cross-ref]
 
Leijte J.A., Kerst J.M., Bais E., Antonini N., Horenblas S. Neoadjuvant chemotherapy in advanced penile carcinoma. Eur Urol 2007 ;  52 (2) : 488-494 [cross-ref]
 
Bermejo C., Busby J.E., Spiess P.E., Heller L., Pagliaro L.C., Pettaway C.A. Neoadjuvant chemotherapy followed by aggressive surgical consolidation for metastatic penile squamous cell carcinoma. J Urol 2007 ;  177 (4) : 1335-1338 [cross-ref]
 
Pizzocaro G., Nicolai N., Milani A. Taxanes in combination with cisplatin and fluorouracil for advanced penile cancer: preliminary results. Eur Urol 2009 ;  55 (3) : 546-551 [cross-ref]
 
Pagliaro L.C., Williams D.L., Daliani D., Williams M.B., Osai W., Kincaid M., et al. Neoadjuvant paclitaxel, ifosfamide, and cisplatin chemotherapy for metastatic penile cancer: a phase II study. J Clin Oncol 2010 ;  28 (24) : 3851-3857 [cross-ref]
 
Ichikawa T., Nakano I., Hirokawa I. Bleomycin treatment of the tumors of penis and scrotum. J Urol 1969 ;  102 (6) : 699-707 [cross-ref]
 
Haas G.P., Blumenstein B.A., Gagliano R.G., Russell C.A., Rivkin S.E., Culkin D.J., et al. Cisplatin, methotrexate and bleomycin for the treatment of carcinoma of the penis: a Southwest Oncology Group study. J Urol 1999 ;  161 (6) : 1823-1825 [cross-ref]
 
Hakenberg O.W., Nippgen J.B., Froehner M., Zastrow S., Wirth M.P. Cisplatin, methotrexate and bleomycin for treating advanced penile carcinoma. BJU Int 2006 ;  98 (6) : 1225-1227 [cross-ref]
 
Djajadiningrat R.S., Bergman A.M., van Werkhoven E., Vegt E., Horenblas S. Neoadjuvant taxane-based combination chemotherapy in patients with advanced penile cancer. Clin Genitourin Cancer 2015 ;  13 (1) : 44-49 [cross-ref]
 
Nicholson S., Hall E., Harland S.J., Chester J.D., Pickering L., Barber J., et al. Phase II trial of docetaxel, cisplatin and 5FU chemotherapy in locally advanced and metastatic penis cancer (CRUK/09/001). Br J Cancer 2013 ;  109 (10) : 2554-2559 [cross-ref]
 
Kirrander P., Andren O., Windahl T. Dynamic sentinel node biopsy in penile cancer: initial experiences at a Swedish referral centre BJU Int 2013 ;  1 (3 Pt B) : E48-53
 
Djajadiningrat R.S., Teertstra H.J., van Werkhoven E., van Boven H.H., Horenblas S. Ultrasound examination and fine needle aspiration cytology-useful for followup of the regional nodes in penile cancer?. J Urol 2014 ;  191 (3) : 652-655 [cross-ref]
 
Omorphos S., Saad Z., Arya M., Freeman A., Malone P., Nigam R., et al. Feasibility of performing dynamic sentinel lymph node biopsy as a delayed procedure in penile cancer. World J Urol 2016 ;  34 (3) : 329-335 [cross-ref]
 
Di Lorenzo G., Federico P., Buonerba C., Longo N., Carteni G., Autorino R., et al. Paclitaxel in pretreated metastatic penile cancer: final results of a phase 2 study. Eur Urol 2011 ;  60 (6) : 1280-1284 [cross-ref]
 
Zhang S., Zhu Y., Ye D. Phase II study of docetaxel, cisplatin, and fluorouracil in patients with distantly metastatic penile cancer as first-line chemotherapy. Oncotarget 2015 ;  6 (31) : 32212-32219 [cross-ref]
 
Udager A.M., Liu T.Y., Skala S.L., Magers M.J., McDaniel A.S., Spratt D.E., et al. Frequent PD-L1 expression in primary and metastatic penile squamous cell carcinoma: potential opportunities for immunotherapeutic approaches. Ann Oncol 2016 ;  27 (9) : 1706-1712 [cross-ref]
 
Djajadiningrat R.S., van Werkhoven E., Meinhardt W., van Rhijn B.W., Bex A., van der Poel H.G., et al. Penile sparing surgery for penile cancer-does it affect survival?. J Urol 2014 ;  192 (1) : 120-125 [cross-ref]
 
Paoli J., Ternesten Bratel A., Lowhagen G.B., Stenquist B., Forslund O., Wennberg A.M. Penile intraepithelial neoplasia: results of photodynamic therapy. Acta Derm Venereol 2006 ;  86 (5) : 418-421 [cross-ref]
 
Ornellas A.A., Kinchin E.W., Nobrega B.L., Wisnescky A., Koifman N., Quirino R. Surgical treatment of invasive squamous cell carcinoma of the penis: Brazilian National Cancer Institute long-term experience. J Surg Oncol 2008 ;  97 (6) : 487-495 [cross-ref]
 
Veeratterapillay R., Teo L., Asterling S., Greene D. Oncologic Outcomes of Penile Cancer Treatment at a UK Supraregional Center. Urology 2015 ;  85 (5) : 1097-1103 [inter-ref]
 
Gotsadze D., Matveev B., Zak B., Mamaladze V. Is conservative organ-sparing treatment of penile carcinoma justified?. Eur Urol 2000 ;  38 (3) : 306-312 [cross-ref]
 
Moses K.A., Winer A., Sfakianos J.P., Poon S.A., Kent M., Bernstein M., et al. Contemporary management of penile cancer: greater than 15 year MSKCC experience. Can J Urol 2014 ;  21 (2) : 7201-7206
 
Rees R.WFA., Borley N., et al. pT2 penile squamous cell carcinomas: cavernosus vs spongiosus invasion Eur Urol Suppl 2008 ;  7 (3) : 111 [cross-ref]
 
Lucky M., Murthy K.V., Rogers B., Jones S., Lau M.W., Sangar V.K., et al. The treatment of penile carcinoma in situ (CIS) within a UK supra-regional network. BJU Int 2015 ;  115 (4) : 595-598 [cross-ref]
 
Frimberger D., Hungerhuber E., Zaak D., Waidelich R., Hofstetter A., Schneede P. Penile carcinoma. Is Nd:YAG laser therapy radical enough? J Urol 2002 ;  168 (6) : 2418-2421 [cross-ref]
 
Baumgarten A., Chipollini J., Yan S., Ottenhof S.R., Tang D.H., Draeger D., et al. Penile Sparing Surgery for Penile Cancer: A Multicenter International Retrospective Cohort. J Urol 2018 ;  199 (5) : 1233-1237 [cross-ref]
 
Albersen M., Parnham A., Joniau S., Sahdev V., Christodoulidou M., Castiglione F., et al. Predictive factors for local recurrence after glansectomy and neoglans reconstruction for penile squamous cell carcinoma. Urol Oncol 2018 ;  36 (4) : 141-146 [cross-ref]
 
Pimenta A., Gutierrez C., Mosquera D., Pera J., Martinez E., Londres B., et al. Penile brachytherapy-Retrospective review of a single institution. Brachytherapy 2015 ;  14 (4) : 525-530 [cross-ref]
 
Escande A., Haie-Meder C., Mazeron R., Maroun P., Cavalcanti A., de Crevoisier R., et al. Brachytherapy for Conservative Treatment of Invasive Penile Carcinoma: Prognostic Factors and Long-Term Analysis of Outcome. Int J Radiat Oncol Biol Phys 2017 ;  99 (3) : 563-570 [cross-ref]
 
Lopes A., Rossi B.M., Fonseca F.P., Morini S. Unreliability of modified inguinal lymphadenectomy for clinical staging of penile carcinoma. Cancer 1996 ;  77 (10) : 2099-2102 [cross-ref]
 
Fossa S.D., Hall K.S., Johannessen N.B., Urnes T., Kaalhus O. Cancer of the penis. Experience at the Norwegian Radium Hospital 1974-1985. Eur Urol 1987 ;  13 (6) : 372-377 [cross-ref]
 
Li Z.S., Yao K., Chen P., Zou Z.J., Qin Z.K., Liu Z.W., et al. Disease-specific survival after radical lymphadenectomy for penile cancer: prediction by lymph node count and density. Urol Oncol 2014 ;  32 (6) : 893-900 [cross-ref]
 
Jakobsen J.K., Krarup K.P., Sommer P., Nerstrom H., Bakholdt V., Sorensen J.A., et al. DaPeCa-1: diagnostic accuracy of sentinel lymph node biopsy in 222 patients with penile cancer at four tertiary referral centres - a national study from Denmark. BJU Int 2016 ;  117 (2) : 235-243 [cross-ref]
 
Cubilla A.L., Barreto J., Caballero C., Ayala G., Riveros M. Pathologic features of epidermoid carcinoma of the penis. A prospective study of 66 cases. Am J Surg Pathol 1993 ;  17 (8) : 753-763 [cross-ref]
 
Chaux A., Soares F., Rodriguez I., Barreto J., Lezcano C., Torres J., et al. Papillary squamous cell carcinoma, not otherwise specified (NOS) of the penis: clinicopathologic features, differential diagnosis, and outcome of 35 cases. Am J Surg Pathol 2010 ;  34 (2) : 223-230 [cross-ref]
 
Kieffer J.M., Djajadiningrat R.S., van Muilekom E.A., Graafland N.M., Horenblas S., Aaronson N.K. Quality of life for patients treated for penile cancer. J Urol 2014 ;  192 (4) : 1105-1110 [cross-ref]
 
Skeppner E., Windahl T., Andersson S.O., Fugl-Meyer K.S. Treatment-seeking, aspects of sexual activity and life satisfaction in men with laser-treated penile carcinoma. Eur Urol 2008 ;  54 (3) : 631-639 [cross-ref]
 
O'Kelly F., Lonergan P., Lundon D., Nason G., Sweeney P., Cullen I., et al. A Prospective Study of Total Glans Resurfacing for Localized Penile Cancer to Maximize Oncologic and Functional Outcomes in a Tertiary Referral Network. J Urol 2017 ;  197 (5) : 1258-1263 [cross-ref]
 
Yang J., Chen J., Wu X.F., Song N.J., Xu X.Y., Li Q., et al. Glans preservation contributes to postoperative restoration of male sexual function: a multicenter clinical study of glans preserving surgery. J Urol 2014 ;  192 (5) : 1410-1417 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2020  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.