Recherche de facteurs prédictifs de formation de lithiase urinaire chez les patients avec diagnostic d’hyperparathyroïdie primaire

25 novembre 2016

Auteurs : S. Doizi, J. Poindexter, B. Huet, M. Pearle, N. Maalouf, K. Sakhaee
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 682-683
Objectifs

L’objectif de cette étude a été d’identifier les facteurs prédictifs de la formation de lithiase urinaire chez les patients avec diagnostic d’hyperparathyroïdie primaire (HPTP), en comparant des patients lithiasiques et non lithiasiques.

Méthodes

Une étude rétrospective monocentrique a inclus 177 patients avec diagnostic initial d’HPTP non traitée et qui avaient effectué un bilan métabolique (bilan sang et urines des 24heures) sous régime habituel. Les critères d’inclusion ont été : patients de plus 18ans avec diagnostic d’HPTP. Ce dernier a été établi sur une hypercalcémie (> 10,2mg/dL) associée à un dosage élevé ou à la limite supérieure à la normale de la parathormorne non expliqué par une cause secondaire. Critères de non-inclusion : suspicion d’hypercalcémie hypocalciurique familiale, hyperparathyroïdie secondaire. Les caractéristiques cliniques et biochimiques (sang et urines des 24heures) ont été comparées entre PL et PNL.

Résultats

Par rapport aux PNL, les PL étaient significativement plus jeunes avec une proportion plus importante d’hommes (39 vs. 18 %). La calcémie et la parathormone étaient élevées dans les deux groupes, sans différence significative. La calciurie des 24heures était élevée dans les deux groupes mais significativement plus élevée chez les PL par rapport aux PNL (373±142 vs. 302±120mg/J, p <0,001). La créatininurie et la natriurèse étaient significativement plus élevées chez les P, cependant aucune différence n’a été observée quant aux ratios Calciurie/Créatininurie et Calciurie/Natriurèse. Il n’y avait aucune autre différence significative pour les autres paramètres urinaires (Tableau 1). En analyse multivariée, les facteurs prédictifs de lithiase urinaire étaient : âge plus jeune, calciurie et natriurèse augmentées, une origine caucasienne.

Conclusion

Cette étude retrouve un large chevauchement des profils clinique et biochimique entre PL et PNL. Les facteurs prédictifs retrouvés en analyse multivariée comme une calciurie augmentée chez les PL pourrait s’expliquer partiellement par des natriurèse et créatininurie plus importantes, reflétant respectivement une consommation plus importante de sel et une masse musculaire plus importante du fait d’une plus grande proportion d’hommes.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Bourse AFU.




Tableau 1 -









© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.