Rapport du Congrès 2000 del'Association Française d'Urologie : Génétique et Urologie.

03 novembre 2001

Mots clés : génétique
Auteurs : Cussenot O, Fournier G
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 697-697
Introduction

La compréhension des pathologies chirurgicales et à fortiori urologiques repose sur la connaissance de l'histoire naturelle des maladies. Cette démarche cognitive est à la base des classifications anatomo-cliniques qui orientent et régissent la prise en charge thérapeutique de nos malades.

De la même manière que l'avènement des techniques histologiques a bouleversé la compréhension et la définition de la pathologie, le développement des techniques de génétique moléculaire permet d'apporter un nouvel éclairage sur la nature, l'origine et l'évolution des maladies.

La médecine moléculaire comme la chirurgie moléculaire (entendue comme ? pathologie chirurgicale moléculaire ?) apporte deux conceptions nouvelles à notre pratique.

Un concept d'anticipation : le diagnostic de la maladie pourra être plus précoce, certaines marqueurs génétiques offrant la possibilité de prédire sa survenue.

Un concept de personnalisation : les traitements pourront être adaptés à un potentiel évolutif de la maladie particulier déterminé par ses caractéristiques moléculaires, en tenant compte, également, de la susceptibilité génétique individuelle aux traitements.

Jusqu'à présent les maladies génétiques étaient considérées dans la pensée médicale comme rares et circonscrites à des formes héréditaires caricaturales qui intéressaient essentiellement le domaine de la pédiatrie avec les malformations et les maladies métaboliques.

L'identification physique d'anomalies génétiques acquises ou transmissibles selon des mécanismes plus complexes a révélé la réalité du concept de maladies multifactorielles où l'environnement (l'acquis) interagit avec la composante génétique (l'inné).

Nous sommes encore dans un phase d'inventaire où chaque nouvelle anomalie génétique, après avoir été identifiée et cartographiée sur le génome humain, est classifiée et corrélée à un stade anatomo-clinique ou à une réponse thérapeutique particulière. Le développement de la thérapie génique, limitée davantage par les problèmes de biodistribution et d'adressage (ciblage) thérapeutique que par le choix des gènes thérapeutiques (ADN médicament), constitue une étape intermédiaire pour beaucoup de maladies comme le cancer. Elle permet de valider la réalité thérapeutique de certaines interventions à l'échelle moléculaire en attendant leur remplacement par un médicament dessiné spécifiquement en fonction de l'anomalie à corriger.

Déjà, dans certaines pathologies, les premiers outils de la recherche moléculaire d'hier sont devenus des outils à l'usage du praticien, soit dans le diagnostic prédictif ou précoce, soit comme marqueurs pronostiques ou thérapeutiques. La détermination d'un profil génétique par pathologies détermine le choix thérapeutique et devient pour des maladies comme le cancer ce que l'antibiogramme est à l'infection urinaire.

Les succès d'aujourd'hui dans les domaines du diagnostic génétique ou de la thérapie génique sont encore limités aux maladies rares et ? simples ? où un seul gène altéré détermine la maladie. L'avenir dépendra de nos capacités à prendre en compte simultanément trois paramètres : la combinaison des facteurs génétiques en cause pour une maladie donnée, les caractéristiques (profil) génétiques de l'individu, et celles de son environnement.

Cette nouvelle conception est loin du quasi déterminisme (fatalisme) génétique des maladies héréditaires classiques mais s'apparente à une approche probabiliste où, connaissant le risque génétique, l'anticipation voire l'éviction de la maladie feront partie intégrante de notre approche du patient.

Notre objectif, tout au long de ce rapport, a été de présenter les principales caractéristiques génétiques des pathologies urinaires et génitales masculines, d'en préciser les implications cliniques voire sociologiques . Pour cela, nous avons consacré une large place à la description des concepts et outils génétiques actuels. Nous avons abordé la description d'une part des mécanismes moléculaires impliqués dans l'histoire naturelle des maladies de l'appareil urogénital et d'autre part des techniques de diagnostic ou de thérapie moléculaires développés pour notre pratique clinique.