Radiothérapie externe conformationnelle versus HIFU : résultats oncologiques chez 272 patients à risque intermédiaire traités dans la même ville entre 2000 et 2005

25 novembre 2012

Auteurs : S. Crouzet, P. Pommier, C. Carrie, J.-M. Marechal, H. Tonoli-catez, F. Mège-lechevallier, R. Bouvier, X. Martin, A. Gelet
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 742




 

Objectifs. – Comparer les résultats oncologiques de la radiothérapie conformationnelle (RT) avec l’HIFU (sans honothérapie néoadjuvante).


Méthodes. – De juin 2000 à décembre 2005, 272 patients présentant un cancer de prostatique, classés risque intermédiaire selon D’Amico ont été traités par HIFU (175 patients) ou par RT (97 patients) sans hormonothérapie associée.


Résultat. – L’âge moyen était de 70,2±5,8 dans le groupe HIFU et 71,1±5,6 dans le groupe RT (p =0,06). Le PSA moyen était de 9,6±4,3 (HIFU) et 10,8±3,9 (RT) (p =0,02). Le score de Gleason était de 6,5±0,9 (HIFU) et 6,7±0,5 (RT) (p =0,11). Le suivi était de 6,1ans±2,7. Le nombre de sessions HIFU a été de 1,51±0,5 : une session=90 patients (51,4 %), deux sessions ou plus=85 patients (48,6 %). La dose moyenne de radiothérapie a été de 72,6±2,4 grays. Le PSA nadir dans le groupe HIFU était de 0,8±1,7 (médiane : 0,15) versus 1,2±1,4 (médiane : 0,89) dans le groupe RT (p <0,001). La médiane d’obtention du nadir était de 7,4 mois dans le groupe HIFU versus 22 mois dans le groupe radiothérapie (p <0,001). Un échec biologique (nadir+2) est survenu chez 34 patients (21 %) vs 36 patients (39,6 %), p =0,002, dans les groupes HIFU et RT, respectivement. Traitements complémentaires : HIFU : 66 patients (37,7 %) (radiothérapie : 45, hormonothérapie : 21) et RT : 29 patients (29,9 %) (hormonothérapie : 23, HIFU : 6). Une hormonothérapie palliative a été mise en place chez 21 patients dans le groupe HIFU (12 %) et chez 28 patients dans le groupe radiothérapie (29 %), p =0,001. À huit ans, la survie globale était de 88 % et 92 % (p =0,104), la survie spécifique de 98 % et 96 % (p =0,6) et la survie sans métastase de 96 % et 98 % (p =0,51) pour les groupes HIFU et RT respectivement. La survie sans hormonothérapie palliative a été calculée significativement différente dans les deux groupes : HIFU 87 % versus RT 58 % (p <0,001).


Conclusion. – Les résultats du traitement HIFU et de la radiothérapie conformationnelle étaient comparables mais du fait de l’efficacité de la radiothérapie adjuvante après HIFU, une différence significative du nombre de patients finalement sous hormonothérapie palliative a été constaté.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.