Quel niveau de risque incite l’urologue à réaliser des biopsies de la prostate ? Analyse rétrospective et multicentrique française

25 novembre 2013

Auteurs : M. Roumiguié, J.B. Beauval, T. Filleron, B. Bordier, F. Rozet, A. Ruffion, N. Mottet, O. Cussenot, B. Malavaud
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1038-1039




 



Objectifs .- Déterminer le niveau de risque de cancer qui conduit l'urologue à réaliser des biopsies prostatiques.


Méthodes .- Huit cent huit patients qui devaient être biopsiés dans 5 centres universitaires français étaient inclus dans cette étude rétrospective multicentrique. Pour chaque patient, le recueil des données cliniques (âge, espérance de vie, toucher rectal, volume prostatique, antécédents biopsiques) et biologiques (PSA) avait permis une estimation du risque de cancer de prostate était réalisée par les calculateurs de risque PCPT-CRC et SWOP-PRI. Les antécédents familiaux n'étant pas renseigné, le PCPT-CRC était calculé avec et sans antécédents pour chacun.


Résultats .- Six cent vingt-cinq patients étaient considérés pour l'analyse finale, 568 (90,9 %) avaient une espérance de vie estimée>à 10ans, un CaP était diagnostiqué chez 291 (46,6 %) patients alors que 334 (53,4 %) avaient des résultats bénins. Les patients présentant des biopsies positives étaient plus âgés (66,7±6,8 vs 64,3±5,6ans, p <0,001), avaient un PSA plus élevé (10±7,9 vs 7,7±4,3ng/mL, p <0,0001) et un volume prostatique diminué (43,8±19,8 vs 51,3±20,7mL, p <0,0001) par rapport aux sujets non malades. Le toucher rectal était plus fréquemment anormal dans la population malade (43,6 % vs 18,9 %, p <0,0001). Les urologues ont réalisé des biopsies pour des niveaux de risque moyens de, 50,6±14 %, pour le PCPT-CRC sans ATCD, de 56,2±12,8 % pour le PCPT-CRC avec ATCD et de 31,2±17,3 % pour le SWOP-PRI (Figure 1). La probabilité que les biopsies détectent un cancer de haut grade était avec le PCPT-CRC de 22,4±16,9 % et de 14,8±18,2 % avec le SWOP-PRI. Les niveaux moyens de risque des patients biopsiés augmentaient avec l'âge, étaient différents entre les patients déjà biopsiés et indemnes de biopsies pour les deux calculateurs de risque. Enfin, la différence significative de risque moyen en fonction du nombre de série de biopsie préalable (1 vs>1) existait uniquement dans l'estimation du PCPT-CRC.


Figure 1
Figure 1. 




Conclusion .- Les urologues Français tolèrent un niveau de risque de cancer prostatique élevé avant de faire des biopsies. Leur décision tenait compte de l'espérance de vie et de l'âge, par contre les antécédents de biopsies n'augmentaient pas leur tolérance au risque.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.