Quel est le taux de publication des communications présentées au congrès annuel de l'Association française d'urologie ?

25 janvier 2009

Auteurs : G. Gourtaud, F. Bruyère
Référence : Prog Urol, 2009, 1, 19, 60-64

Le congrès de l’Association française d’urologie (AFU) a lieu une fois par an. Une partie de ces communications est ensuite publiée dans des revues nationales ou internationales. Nous avons tenté d’analysé les critères de publications des communications de l’AFU.

Matériel

Nous avons récupéré toutes les communications présentées aux 94e et 95e congrès de l’AFU, respectivement, des années 2000 et 2001, à l’aide des suppléments de Progrès en urologie . Nous avons ensuite interrogé la base de données Medline sur une période allant de janvier 1996 à décembre 2006 et nous avons comparé les communications aux publications selon un certain nombre de mots clés.

Résultats

Le taux de publication global des communications du congrès de l’AFU était de 34,5 %. Des articles publiés, 38,6 % l’ont été dans l’année qui a suivi leur présentation au congrès mais la majorité des articles ont été publiés dans les deux ans suivant leur présentation (78,42 %). Le délai moyen de publication était de 16,9mois. Les études prospectives avaient un taux de publication de 44,1 % contre 24,8 % pour les études rétrospectives. Un article sur cinq était publié dans la revue Progrès en urologie (21,6 %).

Conclusions

Si seulement un tiers des communications du congrès de l’AFU sont ensuite publiées, 20 % d’entre elles le sont dans Progrès en urologie . Différents moyens pourraient être mis en œuvre pour augmenter ce taux. Le délai de publication, plus haut que les autres congrès, pourrait diminuer avec le nouveau mode de soumission informatisé de Progrès en urologie .




 




Introduction


Le congrès de l'Association française d'urologie (AFU) se tient annuellement au quatrième trimestre et réuni un grand nombre d'urologues francophones. Au cours des quatre jours d'ouverture, les communications présentent le travail des équipes françaises mais également internationales. De nombreux urologues assistent à ce congrès pour mettre à jours leurs acquis avec pour conséquence directe une éventuelle modification de leur pratique clinique sur le terrain. La publication d'un article dans une revue scientifique répond à des critères de sélection en termes de méthodologie et d'écriture très rigoureux et variable en fonction des revues [1]. Il nous a paru intéressant d'identifier les thèmes des communications le plus souvent publiées et de calculer le taux de publication en fonction des sujets et de la provenance des communications présentées au congrès de l'AFU.


Matériels et méthodes


Nous avons récupéré toutes les communications présentées aux 94e et 95e congrès de l'AFU, respectivement, des années 2000 et 2001 à l'aide des suppléments de Progrès en urologie publiant la liste complète des communications avec leur résumé. Ont été excluent les présentations vidéo pour ne conserver que les communications orales et les posters. Nous avons définit toutes les communications par un type d'étude et la localisation géographique de l'équipe.

Nous avons ensuite interrogé la base de données Medline . La recherche a intéressé une période allant de janvier 1996 à décembre 2006 en se basant sur la méta-analyse de Scherer et al. [1] démontrant que la majorité des articles publiés le sont dans les cinq ans suivant leur présentation à un congrès.

La recherche a été effectuée de mars à mai 2007. La méthode de recherche comprenait la saisie d'un ensemble de mots clés en rapport avec le titre de la communication tel qu'il a été publié dans Progrès en urologie associé au nom du premier auteur. L'ensemble des résultats de la recherche était analysée. En l'absence de résultats concordant les différents noms d'auteurs étaient saisis successivement jusqu'au dernier auteur. Si aucune concordance n'était retrouvée, une recherche incluant uniquement le nom d'auteur était effectuée.

Pour les résultats concordant, nous avons vérifié par lecture comparative des abstracts si les données et résultats étaient similaires. Seuls les articles originaux ont été considérés comme publiés. Pour chaque recherche positive, le mois, l'année et la revue de publication ont été saisi dans notre base de données.


Résultats


Quatre cent quarante-trois communications ont été présentées aux congrès de 2000 et 2001, 42,2 % (187) de communications orales, 57,8 % (256) sous forme de posters. Le taux de publication global était de 34,5 % (153) : 36,6 % (86/234) pour l'année 2000 et 32,1 % (67/209) pour l'année 2001. Les taux de publication des communications orales et des posters étaient respectivement de 35,3 % et 34 %. Le taux d'auteurs en premier nom lors de la communication qui se retrouvaient en premier sur la publication était de 74,51 % (114/153). Quatorze articles ont été présentés alors qu'ils faisaient déjà l'objet d'une publication.

Des articles publiés (38,6 %) l'ont été dans l'année qui a suivi leur présentation au congrès. La majorité des articles ont été publiés dans les deux ans suivant leur présentation (78,42 %). Le délai moyen de publication était de 16,9mois. Le délai maximal retrouvé entre une communication et la publication de l'article était de 65mois.

Les études prospectives avaient un taux de publication de 44,1 % contre 24,8 % pour les études rétrospectives. Soixante-deux articles ont été présentés au cours de ces deux années par des équipes étrangères (soit 14 % de l'ensemble des communications) pour un taux de publication de 38,7 %.

La Figure 1 représente la répartition des publications selon les principales revues d'urologie. Un article sur cinq était publié dans la revue Progrès en urologie (21,6 %). Les revues les plus représentées étaient ensuite The Journal of Urology (13,1 %), European Urology (11,1 %), Urology (8,5 %), British Journal of Urology International (5,2 %). Le Tableau 1 reprend l'ensemble des revues ayant publié un article issu d'une communication.


Figure 1
Figure 1. 





Discussion


Le congrès annuel de l'AFU constitue la plus grande réunion scientifique d'urologie française. Elle rassemble les urologues des équipes françaises mais également internationales qui présentent le résultat de leurs travaux. De nombreux urologues cliniciens assistent aux communications pour se tenir informé des évolutions et nouveautés techniques ou cliniques à venir afin de l'appliquer dans leur pratique quotidienne. D'ailleurs certaines sessions sont certifiées formation médicale continue (FMC).

D'autres congrès d'urologie nationaux ou internationaux ont déjà fait l'objet d'une évaluation de leur taux de publication (Tableau 2). C'est ainsi que Ng et al. [2] ont en 2004 évalué le taux de publication des abstracts présentés au congrès de l'American Urological Association (AUA). Celui-ci était de 37,8 % pour les congrès de 1998 à 2000 avec un délai moyen de publication de 23,2mois. Autorino R et al. [3] en 2007 ont calculé un taux de publication de 47,3 % pour les congrès de l'European Association of Urology (EAU) 2000 et 2001, avec un délai de publication de 8,6mois. Plus récemment, la même équipe a évalué le congrès de la Société internationale d'urologie (SIU) pour les années 2002 à 2004 [4], et a calculé un taux de publication plus de deux fois inférieur à celui de l'EAU soit 22,1 % pour un délai moyen de publication de 13mois.

Dans notre étude, le taux de publication est de 34,5 % avec un délai moyen de publication de 16,9mois. Bien sûr, ces chiffres sont comparables et tenant compte d'un certain nombre de biais. Par exemple, on ne connaît pour aucun des congrès cités le nombre de communication qui ont été appelées à être publié directement par le comité éditorial. Malgré les biais multiples, le taux de publication des différents congrès semble être corrélé au facteur d'impact des revues correspondantes. Ainsi, le taux de publication des communications de l'EAU est le plus élevé comme l'est le facteur d'impact du journal European Urology .

On pourrait s'attendre à ce qu'une plus grande proportion de travaux présentés soit publiée, la publication dans une revue scientifique permettant une plus grande diffusion des résultats et une pérennisation du travail accompli. Les raisons de non-publication sont plurifactorielles, les critères de sélection des articles originaux par les revues scientifiques sont plus rigoureux que ceux de validation d'un abstract pour un congrès. De nombreuses communications sont acceptées avec comme unique support le résumé. D'autre part, le travail à effectuer pour amener une recherche à la publication est plus long. De nombreux auteurs disent manquer de temps pour amener leurs travaux à terme [5].

Par rapport aux autres congrès évalués, le taux de publication des communications du congrès de l'AFU reste bas, bien que la méthodologie des différentes études ne soit pas totalement identique [2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9]. Il faut noter que la grande majorité des articles publiés l'ont été dans la revue Progrès en urologie , qui est la revue officielle du congrès ainsi que de l'AFU. Les résultats de cette analyse permettent de dégager un élément favorable prédictif à la publication, le caractère prospectif d'une étude multiplie quasiment par deux le taux de publication d'une recherche. Cela s'explique par le caractère a priori plus rigoureux d'une étude prospective, leur rareté et l'investissement initial qui pousse à ne pas abandonner l'étude à une seule communication. Quant au délai moyen de publication élevé par rapport aux autres congrès, il peut être lié en partie à un mode de soumission qui était jusqu'alors non informatisé.

Des limites sont à apporter à cette étude, la recherche s'est limitée à l'interrogation d'une seule base de donnée (Medline ) en utilisant le moteur de recherche PubMed®. À notre connaissance, toutes les études récentes sur le sujet ont utilisé la même base de données [2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10]. Une étude a retrouvé un taux d'exhaustivité de 94 % pour Medline , ce qui a motivé cette méthodologie [11]. Pour éviter les erreurs de recherches par erreur d'orthographe des noms, nous avons réitéré la recherche pour chaque nom tant qu'une réponse positive n'était pas obtenue.


Conclusion


Cette étude a montré que le taux de publication des communications présentées lors du congrès de l'AFU se situait dans la moyenne basse des autres congrès d'urologie nationaux ou internationaux. Une sélection plus discriminante des abstracts ainsi qu'une incitation des auteurs à publier permettrait d'améliorer la visibilité de cet important congrès. Un mode de soumission informatisé à Progrès en Urologie permettra certainement de voir diminuer le délai de publication. L'accès aux nouveautés et mise à jour scientifique ne doit donc pas se limiter à la seule participation au congrès. Cela confirme la nécessité d'une lecture régulière des revues scientifiques.



 Niveau de preuve : NA.





Tableau 1 -
Revues  Publications 
Progrès en urologie   33 
The Journal of Urology   20 
European Urology   17 
Urology   13 
BJU International  
Transplantation Proceeding  
Human Pathology  
Journal of Endorurology  
Urologic Oncology  
Kidney International  
British Journal of Cancer  
Cancer Research  
International Journal of Impotence Research  
Neurology and Urodynamic  
Presse médicale  
Prostate Cancer and Prostatic Disease  
Annales d'urologie  
Anticancer Research  
Atherosclerosis  
Biochemical and Biophysical Research Communication  
Cancer  
Cancer Immunology  
Cancer Radiotherapie  
Chirurgia  
Clinical Cancer Research  
Diabetic Medecine  
European Journal of Human Genetics  
European Radiology  
Fertility and Sterility  
Human Gene Therapy  
Human Reproduction  
International Journal of Cancer  
Journal de radiologie  
Journal of Clinical Microbiology  
Journal of Clinical Oncology  
Journal of Nuclear Medecine  
Journal of Sex and Marital Therapy  
Journal of Virology  
Molecular and Cellular Endocrinology  
Nephrology Dialisys Transplantation  
Oncogene  
Surgical and Radiologic Anatomy  
The Journal of Biological Chemistery  
The Journal of Pathology  
The Prostate  
Transplant International  
Urology Internatonalis  
Value in Health  
World Journal of Urology  
Xenotransplantation  





Tableau 2 - Taux de publication des abstracts présentés aux congrès d'urologie.
Auteurs  Année  Congrès  Taux de publication (%) 
Cartwright et al. [10 2007  2003 ICS  61,6 
Hoag et al. [8 2006  2000 AUA  55 
Autorino et al. [6 2007  2000–2001 EAU  47,3 
Smith et al. [11 2007  2002–2003 AUA  44 
Rao et al. [7 2006  2001–2002 BAUS  42 
Ng L et al. [2 2004  1998–2000 AUA  37,8 
Notre étude  2008  2000–2001 AFU  34,5 
Autorino et al. [4 2008  2002–2004 SIU  22,1 
Autorino et al. [3 2006  2001–2002 WCE  20,5 



Légende :
AUA : American Urological Association ; AFU: Association française d'urologie ; BAUS : British Association Urological Surgeon ; ICS : International Continence Society ; SIU : Société internationale d'urologie ; WCE : World Congress of Endourology.


Références



Scherer R.W., Dickersin K., Langerberg P. Full publication of results initially presented in abstracts: a meta-analysis JAMA 1994 ;  272 : 158-162
Ng L., Hersey K., Fleshner N Publication rate of abstract presented at the annual meeting of the American Urological Association BJU Int 2004 ;  94 : 79-81 [cross-ref]
Autorino R., Quarto G., Di Lorenzo G., De Sio M., Damiano R. Are abstracts presented at the EAU meeting followed by publication in peer-reviewed journals? A critical analysis Eur Urol 2007, Mar ;  51 : 833-840 [cross-ref]
Autorino R., Quarto G., Di Lorenzo G., Giugliano F., Quattrone C., Neri F., et al. What happens to the abstracts presented at the Societè internationale d'urologie meeting? Urology 2008, Mar ;  71 : 367-371Epub 2008 Feb 15.
 [cross-ref]
Dickersin K., Min Y., Meinert CL Factors influencing publication of research results: follow-up of applications submitted to two institutional review boards JAMA 1992 ;  267 : 374-378
Autorino R., Quarto G., De Sio M., et al. Fate of abstracts presented at the World Congress of Endourology: are they followed by publication in peer-reviewed journals? J Endourol 2006 ;  20 : 996-1001
Rao A.R., Beatty J.D., Laniado M., Motiwala H.G., Karim O.M. Publication rate of abstracts presented at the British Association of Urological Surgeons annual meeting BJU Int 2006, Feb ;  97 : 306-309 [cross-ref]
Hoag C.C., Elterman D.S., Macneily A.E. Abstracts presented at the American Urological Association annual meeting: determinants of subsequent peer-reviewed publication J Urol 2006, Dec ;  176 : 2624-2629 [cross-ref]
Smith W.A., Cancel Q.V., Tseng T.Y., Sultan S., Vieweg J., Dahm P. Factors associated with the full publication of studies presented in abstract form at the annual meeting of the American Urological Association J Urol 2007, Mar ;  177 : 1084-1088discussion 1088-9.
 [cross-ref]
Cartwright R., Khoo A.K., Cardozo L. Publish or be damned? The fate of abstracts presented at the International Continence Society meeting 2003 Neurourol Urodyn 2007 ;  26 : 154-157 [cross-ref]
Berry E., Kelly S., Hutton J., Harris K.M., Smith M.A. Identifying studies for systematic reviews. An example from medical imaging Int J Technol Assess Health Care 2000 ;  16 : 668-672






© 2008 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.