Quantification des organisateurs nucléolaires (NORs) dans les carcinomes du rein. Comparaison avec le grade nucléaire

16 juillet 2001

Mots clés : Rein, Tumeur, marqueur tumoral, histo-pronostic
Auteurs : Serre I, Vieillefond A, Schovaert D, Quillard J, Benoit G, Martin E
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 196-206
3 tumeurs rénales - 6 carcinomes à cellules claires, 3 carcinomes à cellules granuleuses, 8 carcinomes à cellularité mixte, 3 tumeurs tubulo-papillaires, 2 carcinomes fuso-cellulaires, 1 oncocytome ont été soumises de façon rétrospective à une technique de coloration qui met en évidence les protéines argyrophiles liées aux organisateurs nucléolaires (NORs). La quantification semi-automatique du nombre et de la surface moyenne des grains argyrophiles a été effectuée au moyen d'un quantimètre. Les résultats ont été comparés au facteur histopronostique de référence que constitue le grade nucléaire. Il apparaît une très bonne corélation entre NORs et grade nucléaire. Le nombre moyen de granulations argyrophiles par noyaux (n), et plus encore leur surface (s), sont très significativement augmentés dans les carcinomes de haut grade (n-1,96; s=3,72) par rapport aux carcinomes de bas grade (n=1,50; s=1,35). La quantification des NORs permet donc de séparer de façon objective un bas grade et un haut grade nucléaire. La méthode de quantification utilisée nous permet d'insister sur l'utilité de mesurer non seulement le nombre mais aussi la surface des grains argyrophiles.