QCM Progrès en Urologie - Septembre 2007

05 octobre 2007

Mots clés : QCM, Évaluation, questions
Auteurs : AFU - Formation initiale et continue
Référence : Prog Urol, 2007, 17, 5, 1011-1012
  1. La survenue de neuropathie optique antérieure aiguë non-artéritique après la prise d'inhibiteurs de la PDE-5
    Parmi les 5 propositions suivantes, 1 réponse fausse :
    1. Présente comme facteurs de risques, l'âge supérieur à 50 ans, les maladies cardiaques, l'hypertension artérielle systémique, l'hypercholestérolémie, le diabète, le tabagisme, certains troubles oculaires préexistants.
    2. Est fréquente
    3. La FDA a modifié le résumé des caractéristiques du produit des inhibiteurs de la PDE-5 suite à la survenue de cas.
    4. Les professionnels de santé doivent notifier au système de pharmacovigilance de leur pays afin d'alimenter le système d'alerte de pharmacovigilance.
    5. En cas de trouble visuel après la prise d'inhibiteurs de la PDE-5, les patients doivent arrêter le traitement et consulter en urgence un spécialiste.
  2. Inhibiteurs de mTOR : de la transplantation à l'oncologie (Revue de la littérature du Comité de Transplantation - AFU 2006)
    Parmi les 5 propositions suivantes, une seule est vraie, laquelle ?
    1. L'activation de mTOR interrompt le cycle cellulaire en phase G1.
    2. Du fait de sa liaison à la FKBP12, la rapamycine inhibe à la fois le premier et le troisième signal de la réponse allo immune.
    3. Le remplacement d'un inhibiteurs de la calcineurine par un inhibiteur de mTOR dasn les protocoles d'immunosuppression chez les transplanté rénaux a diminué la mortalité par cancer.
    4. Dans les cancers du rein métastatique de mauvais pronostic, le temsirolimus a permis un gain de survie globale par rapport à l'interféron alpha.
    5. Le remplacement d'un antimétabolite par un inhibiteur de mTOR dans les protocoles d'immunosuppression chez les transplanté rénaux a diminué la survie des transplants à deux ans.
  3. Concernant la prostatite aiguë post-biopsie et ses complications
    Parmi les 5 propositions suivantes, une seule est exacte :
    1. Les germes les plus fréquents sont les bacilles Gram positifs.
    2. Les manifestations graves apparaissent en cas de retard thérapeutique ou chez les immunodéprimés.
    3. Aucune complications type rétention urinaire fébrile n'a été signalée.
    4. Les hémocultures lors d'une prostatite aiguë post-biopsie sont toujours négatives.
    5. Aucune antibioprophylaxie n'est réalisée avant les biopsies prostatiques.
  4. Les leçons à tirer d'un an de surveillance de Escherichia coli dans un service d'urologie.
    Concernant les fluoroquinolones :
    (1 réponse fausse)
    1. Sont efficaces dans 95% des cas sur E. coli.
    2. Leur prescription doit prendre en compte le taux de resistance spécifique des germes.
    3. La prescription doit être limitée le plus possible pour abaisser le taux de résistance.
    4. L'acide nalidixique n'est plus utilisé et est donc inutile sur les antibiogrammes.
    5. Leur prescription nécessite de prendre en compte la gravité du tableau clinique.
  5. La cystite glandulaire pseudo-tumorale.
    Parmi les propositions suivantes concernant la cystite glandulaire, une réponse est juste, laquelle ?

    1. C'est une affection fréquente de la muqueuse vésicale.
    2. Elle touche uniquement l'homme de la cinquantaine.
    3. Elle s'associe fréquemment à des situations qui entraînent une inflammation chronique de la vessie.
    4. La lipomatose pelvienne est toujours associée.
    5. Son évolution spontanée est toujours favorable.
  6. Le dispositif intra-vaginal autostatique DIVA, pour le traitement ambulatoire de l'incontinence urinaire d'effort : technique et résultats préliminaires.
    Parmi les 5 propositions suivantes, une seule est exacte :
    1. Une mini prothèse sous-uréthrale augmente le risque d'érosion et de dyspareunie.
    2. Une mini prothèse sous-uréthrale est plus délicate à mettre en place.
    3. Il est facile de placer une mini prothèse sous anesthésie locale.
    4. Le sondage vésical post-opératoire est nécessaire.
    5. La prothèse miniaturisée a autant de risques que les bandelettes de se rétracter ou de s'allonger.
  7. Néphro-urétérectomie polaire pour duplication pyélo-urétérale par voie lombaire postérieure chez le nourrisson.
    Quelle attitude thérapeutique adopter ?
    (1 réponse vraie)
    1. Traitement antiseptique et surveillance régulière par échographie.
    2. Incision de l'urétérocèle.
    3. Réimplantation des deux uretères droits avec urétérocélectomie.
    4. Néphro-urétérectomie polaire supérieure.
    5. Anastomose trans-urétéro-urétérale.
  8. Gangrène de Fournier sur escarre ischiatique : utilisation du pansement occlusif aspiratif et stratégie thérapeutique.
    Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?
    1. La gangrène de Fournier est classiquement uni-microbienne.
    2. La prise en charge de la gangrène de Fournier est exclusivement urologique.
    3. Le pansement occlusif aspiratif permet d'accélérer la formation de tissu de granulation.
    4. Le pansement occlusif aspiratif n'a jamais été testé sur une plaie infectée.
    5. Le proteus mirabilis n'est jamais retrouvé dans les gangrènes de Fournier.
  9. Aspect clinique d'une pseudotumeur inflammatoire.
    Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?
    1. Le plus souvent multiple.
    2. Jamais infiltrante.
    3. D'aspect blanc grisâtre ulcéré.
    4. Symptôme le plus fréquent : infection urinaire.
    5. Souvent localisée sur le trigone.
  10. La polyorchidie : a propos de 2 cas avec revue de la littérature

    1. Est généralement découverte au cours des premiers mois de vie.
    2. Est découverte dans la plupart des cas à l'occasion d'une douleur inguinale.
    3. Son diagnostic peut être confirmé par l'échographie et/ou l'IRM.
    4. Nécessite une orchidectomie.
    5. S'associe à une dégénérescence du testicule surnuméraire dans la moitié des cas.