QCM Progrès en Urologie - Novembre 2006

20 janvier 2007

Mots clés : QCM, Évaluation, questions
Auteurs : AFU - Formation initiale et continue
Référence : Prog Urol, 2006, 16, 5, 625
  1. Apparition secondaire d'un carcinome sur vessie native exclue (P. 603)
    (1 réponse fausse)
    1. Le risque d'apparition secondaire d'un carcinome sur vessie exclue, lors de la prise en charge d'une malformation congénitale n'est pas rare.
    2. Le délai d'apparition de ce type de lésion maligne est toujours supérieur à 10 ans.
    3. Il est classique d'incriminer des phénomènes inflammatoires aigus ou chroniques sur réservoir urinaire exclu dans la genèse de cette pathologie.
    4. Le signe clinique révélateur le plus fréquent reste une élimination de sang par l'urètre.
    5. La réalisation d'une cystoscopie, associée à des cytologies urinaires avec lavage, est préconisée pour dépister une dégénérescence vésicale.
  2. Carcinome micropapillaire de la vessie (P. 607)
    L'agressivité d'un carcinome micropapillaire de la vessie est due à :
    (1 réponse fausse)
    1. La fréquence de l'invasion lymphatique.
    2. L'association habituelle à un grade et un stade élevé.
    3. La fréquence d'un carcinome in situ associé.
    4. Une atteinte volontiers multifocale.
    5. L'inversion de la polarité cellulaire.
  3. Carcinome neuro-endocrine à grandes cellules primitif de la vessie (P. 610)
    (1 réponse fausse)
    1. Est considéré comme une tumeur de faible grade de malignité.
    2. Se développe principalement chez le sujet âgé.
    3. Peut être pur ou associé à un autre contingent carcinomateux.
    4. Exprime souvent la chromogranine A à l'immunohistochimie.
    5. Se caractérise par un potentiel métastatique élevé.
  4. Les tumeurs sarcomateuses de prostate : à propos de 2 cas (P. 613)
    (1 réponse fausse)
    1. Les rhabdomyosarcomes touchent préférentiellement l'enfant alors que les léiomyosarcomes concernent essentiellement le sujet âgé.
    2. Le site le plus habituel des rhabdomyosarcomes est la prostate.
    3. Une symptomatologie rectale peut être révélatrice d'un léiomyosarcome prostatique.
    4. L'étude immunohistochimique des sarcomes de prostate inclue la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.
  5. Place de l'imagerie des voies séminales profondes dans le diagnostic d'une agénésie déférentielle unilatérale : à propos d'un patient ayant des mutations du gène CFTR (P. 617)
    (1 réponse fausse)
    1. Les paramètres spermatiques en cas d'agénésie unilatérale montrent systématiquement une hypospermie.
    2. La mutation la plus fréquente est _F508.
    3. La recherche de mutation du gène CFTR est négative en cas d'agénésie rénale associée à l'agénésie déférentielle.
    4. Il est recommandé de réaliser un dépistage de mutation du gène CFTR chez la conjointe en cas de positivité chez l'homme avant toute démarche de AMP.