Progression des tumeurs germinales non séminomateuses de stade I sous surveillance. Place de la tomographie à émission de positons

27 octobre 2001

Mots clés : Cancer du testicule, Surveillance, facteurs histopronostiques, tomographie à émission de positons
Auteurs : THURET R, HOULGATTE A, FOURNIER R, DESGRANDCHAMPS F, MASZELIN P, GAILLARD JF
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 1224-1227
La surveillance est une des options proposées dans la prise en charge des tumeurs germinales non séminomateuses du testicule de stade I lorsqu'il n'existe qu'un faible risque de progression. Les modalités de cette surveillance ne font pas actuellement l'objet d'un consensus, avec la co-existence de plusieurs protocoles dont celui proposé par le CCAFU.
La présence de rechutes dans cette population à faible risque de progression, estimées à 5%, explique la constante recherche de facteurs prédictifs plus précis de métastases occultes. Si quelques études semblent pouvoir accorder une valeur prédictive intéressante à certains d'entre eux, leur application en pratique courante semble malheureusement encore difficile.
L'imagerie métabolique en TEP (Tomographie à émissions de positons) pourrait constituer une nouvelle voie d'approche dans le bilan d'extension de ces tumeurs, permettant la détection des sites tumoraux grâce à l'augmentation du métabolisme glucidique des cellules malignes. Mais aucune étude à l'heure actuelle ne permet encore d'en définir la place réelle.