Prise en charge des calculs du rein (hors coralliforme et calice inférieur)

25 décembre 2008

Auteurs : E. Lechevallier, O. Traxer, C. Saussine
Référence : Prog Urol, 2008, 12, 18, 959-962




 



La lithotritie extracorporelle (LEC) est souvent le traitement de première intention des calculs du rein, quel que soit l’âge du patient (Tableau 1) [1, 2].

Les indications dépendent essentiellement de la taille du calcul rénal. Pour les calculs du rein inférieurs à 2cm, le traitement de première intention recommandé est la LEC [1]. Pour les calculs du rein supérieurs à 2cm, le traitement de première intention recommandé est la chirurgie percutanée (NLPC) [1]. L’urétéroscopie souple (URSS) est considérée comme étant en évaluation pour les calculs rénaux, mais sa place prépondérante s’affirme de plus en plus [1]. La chirurgie ouverte a peu d’indications, moins de 1 % [1].


La lithotritie extracorporelle


Une UIV avant LEC d’un calcul du rein n’est pas indispensable pour un calcul simple ou si la TDM non injectée du bilan diagnostique du calcul est normal [3].

Le taux global de sans fragment (SF) à trois mois de la LEC pour calcul rénal est de 70–80 % [4, 5].

Les résultats de la LEC dépendent de la localisation et de la taille du calcul.

Pour les calculs pyéliques, le taux de SF est de 70 %, 75 % pour les calculs inférieurs à 1cm et 60 % pour les calculs supérieurs à 1cm [4, 5]. Le taux de SF pour la LEC des calculs caliciels inférieurs est de 60–80 % [4, 5].

Pour les calculs rénaux inférieurs à 1cm, le taux de SF de la LEC est de 76 %, de 66 % pour les calculs 1–2cm et de 47 % pour les calculs supérieurs à 2cm [4, 5]. Le quotient d’efficacité de la LEC pour les calculs rénaux inférieurs à 1cm est de 0,60, de 0,50 pour les calculs 1–2cm et de 0,30 pour les calculs supérieurs à 2cm [5]. Pour les calculs volumineux complexes, le taux de SF est inférieur à 60 % au prix de séances multiples [6].

Le taux de SF de la LEC dépend aussi de la densité du calcul et de sa nature [7]. Les résultats de la LEC des calculs de densité supérieure à 750–1000UH ou durs (oxalate de calcium monohydraté) sont de 30–60 % 5,7.

Le taux de récidive après LEC d’un calcul rénal est de 24 % à trois ans et de 33 % à cinq ans [8]. Les facteurs prédictifs de récidive sont les calculs multiples et les antécédents de calcul [8].

À partir d’une étude randomisée, comparant la surveillance à la LEC pour les fragments résiduels, il a été recommandé de ne pas réaliser de LEC prophylactique sur les fragments résiduels [9]. Mais une prise en charge médicale et un suivi annuel par radiographie simple et échographie sont recommandés pour les fragments résiduels inférieurs à 4mm asymptomatiques à CBU stérile [9, 10, 11, 12]. Le risque de croissance ou de complication est de 20–60 % [12].

Les résultats de la LEC peuvent être optimisés par l’anesthésie, la sonde JJ préalable pour les calculs supérieurs à 2cm, l’expérience et la motivation de l’opérateur, les alpha-bloquants (tamsulozine), le repérage en temps réel durant la LEC, la fréquence de tir de 1Hz et l’utilisation de nomogrammes [13]. La sonde JJ préalable n’a pas d’intérêt pour les calculs inférieurs à 1cm, sauf en cas de rein unique ou les sujets à risque [1].

Pour les calculs caliciels (surtout inférieurs), de petites tailles (jusqu’à 6–15mm) et asymptomatiques, la LEC a peu de bénéfice mais une surveillance est recommandée [1, 9, 14].


L’urétéroscopie souple


La place de l’URSS pour le traitement des calculs rénaux se précise. Elle est indiquée pour les calculs inférieurs à 2cm, pyéliques ou caliciels. Pour les calculs de moins de 1cm, le taux de SF est de 78 %, de 72 % pour les calculs 1–2cm et de 49 % pour les calculs supérieurs à 2cm [15]. Le taux de deuxième traitement est de 27 % [15]. Pour les calculs inférieurs à 1cm, l’URSS est indiquée en première intention en cas de contre-indication à la LEC (coagulation) ou d’échec de la LEC.


La chirurgie percutanée


La NLPC est indiquée en première intention pour les calculs rénaux supérieurs à 2cm [1, 16, 17].

Les malformations rénales ne sont pas des contre-indications à la NLPC mais nécessitent certains précautions (ponction échoguidée pour les reins en fer à cheval, ponction cœlio-assistée pour les reins ectopiques) [18].


Situations particulières


Certaines malformations rénales (rein en fer à cheval, rein pelvien) sont des indications d’URSS avec fragmentation laser en première intention avant d’envisager une NLPC [19].

Chez l’obèse, l’URSS est le traitement de première intention des calculs rénaux [20]. La LEC chez l’obèse a de moins résultats du fait du repérage plus difficile et de la distance peau–calcul. Une distance peau–calcul supérieure à 10cm serait un facteur prédictif d’échec de la LEC chez l’obèse. La chirurgie ouverte ou la NLPC est indiquée dans les cas complexes [20].

Chez les patients ayant des troubles de la coagulation, malgré la correction des anomalies et des tests de coagulation apparemment normaux, le traitement des calculs a un risque élevé de complication [21]. L’URSS est la technique la moins à risque de complication [21].

Les calculs volumineux sont des indications limites de la LEC [22]. Cependant, dans certaines situations sélectionnées, la LEC peut être réalisée, rein en fer à cheval, rein unique, sujets à risque, pièce pyélique prédominante (>400mm2) [6, 22, 23]. Chez l’enfant, le traitement de première intention des calculs volumineux peut être la LEC [24]. Le taux de SF est de 70–80 % sans morbidité majeure [24].

La chirurgie ouverte a peu d’indications. Dans certains cas sélectionnés, coralliformes très ramifiés, la néphrotomie anatrophique a de bons résultats (SF : 85 %) sans altération de la fonction rénale [25].

Pour la cystine, les progrès de l’endo-urologie ont permis une meilleure prise en charge et une préservation de la fonction rénale [26].

Dans tous les cas, une évaluation métabolique doit être systématique [1, 27]. Un suivi radiologique est indispensable, par radiographie simple et échographie dans les cas simples, et TDM dans les cas complexes ou après NLPC [1, 28]. Le rythme du suivi est annuel.

Les fragments résiduels de petit taille, asymptomatiques non infectés, ne nécessitent pas de traitement urologiques mais une prise en charge médicale.

Le suivi est systématique quel que soit le statut, SF ou pas.




Tableau 1 - Indications thérapeutiques pour les calculs du rein, d’après le comité lithiase de l’Association française d’urologie.
Hors nature du calcul  Calcul rein<20mm PI ou T ou C s, m ou i  Calcul rein>20mm P2 ou T ou C s, m ou i  Complexes ou coralliformes P2 Tsmi Csmi 
LEC±JJ selon taille  NLPC±LEC  NLPC±LEC 
Surveiller5mm     
 
(1) NLPC  (1) LEC±JJ  (1) NLPC+LEC+NLPC 
(1) URS souple  (2) cœlioscopies  (2) LEC+NLPC+LEC 
  (2) chirurgie ouverte   
 
Pas plus de 2 séances à 3 semaines d’intervalle  Pas de LEC seule  Si NLPC pas plus de 2 tunnels dans la même séance 
Après PNA : délai de 3 semaines  Si NLPC attendre en général 4 á 6 semaines avant LEC secondaire  Coralliforme complexe : chirurgie ouverte 



Légende :
S : standard ; O : options ; R : remarques ; 1, 2, 3, … : hiérarchie du choix pour l’option ; T : tige calicielle ; C : calice ; s : supérieur ; m : moyen ; i : inférieur.


Références



Conort P., Doré B., Saussine C. Prise en charge urologique des calculs rénaux et urétéraux de l’adulte Prog Urol 2004 ;  14 : 1096-1102
Knoll T. Stone Disease Eur Urol 2007 ;  52 : 717-722 [cross-ref]
Sameh W.M. Value of intravenous urography before shockwave lithotripsy in the treatment ofrenal calculi: a randomized study J Endourol 2007 ;  21 : 574-577 [cross-ref]
Tiselius H.G., Alken P., Buck C., Gallucci M., Knoll T., Sarica K., et al. Guidelines on urolithiasis: diagnosis imaging EAU guidelines 2008 ; 9-19
Tiselius H.G. Removal of ureteral stones with extracorporeal shock wave lithotripsy andureteroscopic procedures. What can we learn from the literature in terms ofresults and treatment efforts? Urol Res 2005 ;  33 : 185-190 [cross-ref]
El-Assmy A., El-Nahas A.R., Abo-Elghar M.E., Eraky I., El-Kenawy M.R., Sheir K.Z. Predictors of success after extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL) for renal calculi between 20-30mm: a multivariate analysis model ScientificWorldJournal 2006 ;  6 : 2388-2395 [cross-ref]
Pareek G., Armenakas N.A., Fracchia J.A. Hounsfield units on computerized tomography predict stone-free rates after extracorporeal shock wave lithotripsy J Urol 2003 ;  169 : 1679-1981 [cross-ref]
Abe T., Akakura K., Kawaguchi M., Ueda T., Ichikawa T., Ito H., et al. Outcomes of shockwave lithotripsy for upper urinary-tract stones: a large-scale study at a single institution J Endourol 2005 ;  19 : 768-773 [cross-ref]
Keeley F.X., Tilling K., Elves A., Menezes P., Wills M., Rao N., et al. Preliminary results of a randomized controlled trial of prophylactic shock wave lithotripsy for small asymptomatic renal calyceal stones BJU Int 2001 ;  87 : 1-8 [cross-ref]
El-Nahas A.R., El-Assmy A.M., Madbouly K., Sheir K.Z. Predictors of clinical significance of residual fragments after extracorporeal shockwave lithotripsy for renal stones J Endourol 2006 ;  20 : 870-874 [cross-ref]
Osman M.M., Alfano Y., Kamp S., Haecker A., Alken P., Michel M.S., et al. 5-year-follow-up of patients with clinically insignificant residual fragments after extracorporeal shockwave lithotripsy Eur Urol 2005 ;  47 : 860-864 [cross-ref]
Arrabal-Martan M., Fernandez-RodrÃiguez A., Arrabal-Polo M.A., Garcia-Ruiz M.J., Zuluaga-Gimez A. Extracorporeal renal lithotripsy: evolution of residual lithiasis treated withthiazides Urology 2006 ;  68 : 956-959
Argyropoulos A.N., Tolley D.A. Optimizing shock wave lithotripsy in the 21st century Eur Urol 2007 ;  52 : 344-352
Collins J.W., Keeley F.X. Is there a role for prophylactic shock wave lithotripsy for asymptomatic calyceal stones? Curr Opin Urol 2002 ;  12 : 281-286 [cross-ref]
Geavlete P., Seyed Aghamiri S.A., Multescu R. Retrograde flexible ureteroscopic approach for pyelocaliceal calculi Urol J 2006 ;  3 : 15-19
Wen C.C., Nakada S.Y. Treatment selection and outcomes: renal calculi Urol Clin North Am 2007 ;  34 : 409-419 [inter-ref]
Miller N.L., Lingeman J.E. Management of kidney stones BMJ 2007 ;  334 : 468-472 [cross-ref]
Mosavi-Bahar S.H., Amirzargar M.A., Rahnavardi M., Moghaddam S.M., Babbolhavaeji H., Amirhasani S. Percutaneous nephrolithotomy in patients with kidney malformations J Endourol 2007 ;  21 : 520-524 [cross-ref]
Weizer A.Z., Springhart W.P., Ekeruo W.O., Matlaga B.R., Tan Y.H., Assimos D.G., et al. Ureteroscopic management of renal calculi in anomalous kidneys Urology 2005 ;  65 : 265-269 [inter-ref]
Bultitude M.F., Tiptaft R.C., Dasgupta P., Glass J.M. Treatment of urolithiasis in the morbidly obese Obes Surg 2004 ;  14 : 300-304 [cross-ref]
Klingler H.C., Kramer G., Lodde M., Dorfinger K., Hofbauer J., Marberger M. Stone treatment and coagulopathy Eur Urol 2003 ;  43 : 75-79 [cross-ref]
Van Cangh P, Smith AD, NG CS, Ost MC, Marcovich R, Wong M, et al. Management of difficult kidney stones. J Endourol 2007;21:478–89.
Viola D., Anagnostou T., Thompson T.J., Smith G., Moussa S.A., Tolley D.A. Sixteen years of experience with stone management in horseshoe kidneys Urol Int 2007 ;  78 : 214-218 [cross-ref]
Lottmann H.B., Traxer O., Archambaud F., Mercier-Pageyral B. Monotherapy extracorporeal shock wave lithotripsy for the treatment of staghorn calculi in children J Urol 2001 ;  165 (6 Pt 2) : 2324-2327 [cross-ref]
Ramakrishnan P.A., Al-Bulushi Y.H., Medhat M., Nair P., Mawali S.G., Sampige V.P. Modified anatrophic nephrolithotomy: a useful treatment option for complete complex staghorn calculi Can J Urol 2006 ;  13 : 3261-3270
Trinchieri A., Montanari E., Zanetti G., Lizzano R. The impact of new technology in the treatment of cystine stones Urol Res 2007 ;  35 : 129-132 [cross-ref]
Kang D.E., Maloney M.M., Haleblian G.E., Springhart W.P., Honeycutt E.F., Eisenstein E.L., et al. Effect of medical management on recurrent stone formation following percutaneous nephrolithotomy J Urol 2007 ;  177 : 1785-1788 [cross-ref]
Park J., Hong B., Park T., Park H.K. Effectiveness of noncontrast computed tomography in evaluation of residual stones after percutaneous nephrolithotomy J Endourol 2007 ;  21 : 684-687 [cross-ref]






© 2008 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.