Prise en charge de l’incontinence anale du post-partum : revue de la littérature

25 décembre 2015

Auteurs : A. Villot, X. Deffieux, G. Demoulin, A.-L. Rivain, C. Trichot, T. Thubert
Référence : Prog Urol, 2015, 17, 25, 1191-1203
But

Faire un état des lieux de la prévalence de l’incontinence anale du post-partum, en exposer les facteurs de risque, évaluer les modalités et les résultats des moyens actuels de prise en charge.

Matériel et méthode

Revue de la littérature réalisée à partir d’une recherche bibliographique sur PubMed, Medline, Embase et Cochrane. Les termes utilisés étaient : anal incontinence postpartum , fecal incontinence postpartum , perineal rehabilitation , anal surgery .

Résultats

La prévalence de l’incontinence anale du post-partum variait selon les études de 4 % (primipare) à 39 % (multipare) à 6 semaines du post-partum, tandis que l’incontinence fécale pouvait atteindre respectivement 8 à 12 % à 6ans de l’accouchement. Comparativement à la césarienne, l’accouchement par voie basse augmentait le risque d’incontinence anale (OR : 1,32 [IC 95 % : 1,04–1,68]). Les extractions instrumentales augmentaient le risque d’incontinence anale (OR : 1,47 [IC 95 % : 1,22–1,78]) par rapport à l’accouchement par voie basse spontanée mais il s’agissait principalement de l’extraction par forceps (OR : 1,50 [IC 95 % : 1,19–1,89]) et non par ventouse (OR : 1,31 [IC 95 % : 0,97–1,77]). L’âge maternel (>35ans : OR : 6 [IC 95 % : 1,85–19,45]), le nombre de naissances (3 naissances : OR : 2,91 [IC 95 % : 1,32–6,41]) et la survenue d’un périnée complet (OR : 2,3 [IC 95 % : 1,1–5]) étaient associés à une augmentation du risque d’incontinence anale quelle que soit la voie d’accouchement comparativement à un groupe de femmes sans incontinence anale. Les résultats de la rééducation périnéale sont à interpréter avec prudence du fait de l’absence d’essais contrôlés randomisés. Une réévaluation à 6 mois du post-partum en vue d’un traitement chirurgical par sphinctéroplastie pourrait être envisagée en cas de persistance des symptômes. Les résultats de la sphinctéroplastie étaient satisfaisants mais avec un taux de succès s’estompant dans le temps (60 à 90 % à 6 mois contre 50 à 40 % à 5 et 10ans).

Conclusion

L’incidence et le retentissement de l’incontinence anale du post-partum nécessite une prise en charge spécifique. Des recommandations sur sa prise en charge seraient utiles.




 




Introduction


L'international Continence Society (ICS) en 2009 [1] définit l'incontinence anale comme « la plainte d'émission de gaz et/ou de selles liquides ou solides ayant un retentissement social ou hygiénique ». Les questionnaires et scores les plus fréquemment utilisés dans les études pour évaluer l'incontinence anale sont : le score de Wexner [2], le score de Pescatori [3], le score de Saint-Mark's Hospital [4], le score de Rockwood [5], le score d'Osterberg [6] et les simples questions : « Au cours des 4 dernières semaines, avez-vous eu au moins un épisode de fuites de gaz ou de pertes de selles ? ». La majorité des auteurs ont considéré qu'il existait une incontinence anale dès qu'un épisode était rapporté au cours des 4 dernières semaines. L'incontinence anale du post-partum est une pathologie handicapante dont la prise en charge est peu standardisée.


L'objectif de ce travail était de faire un état des lieux sur la prévalence de l'incontinence anale, d'en exposer les facteurs de risque et d'évaluer l'intérêt d'une rééducation périnéale ou d'une prise en charge chirurgicale.


Matériel et méthode


Nous avons réalisé une recherche bibliographique à l'aide des bases de données PubMed, Medline, Embase et Cochrane en utilisant les termes suivants : « anal incontinence postpartum , fecal incontinence postpartum , anal-sphincter tear ». Parmi les 355 articles trouvés, nous avons retenu les essais randomisés, les méta-analyses d'essais randomisés ou comparatifs bien menés, les études de cohorte publiées en langue française ou anglaise entre 1992 et février 2015. Soixante-six articles ont été retenus.


Résultats


Prévalence


La prévalence de l'incontinence anale dans le post-partum était variable selon les études. L'ensemble des données est synthétisé dans les Tableau 1, Tableau 2 [7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17].


Les facteurs de risque


Au total, 10 études recherchaient des facteurs de risque d'incontinence anale. Parmi elles, 3 études [14, 18, 19] comparaient l'accouchement par voie basse à la césarienne et 4 études comparaient l'extraction instrumentale par rapport à l'accouchement par voie basse spontanée [14, 20, 21, 22]. Pollack et al. [16], MacArthur et al. [15] et Guise et al. [10] recherchaient les facteurs de risque de persistance d'une incontinence anale à distance de l'accouchement en comparant deux groupes de femmes sans et avec incontinence anale. Tandis que Fitzpatrick et al. comparaient les conséquences périnéales des forceps versus ventouse [23].


Les facteurs de risque de développer une incontinence anale dans le post-partum sont multiples (Tableau 3). En 2008, une méta-analyse réalisée par Pretlove et al. [18] analysait l'impact de la voie d'accouchement sur le risque de développer une incontinence anale 1 an après. Deux études étaient utilisées pour répondre à cette question : l'étude de Groutz et al. [19] et de MacArthur et al. [14]. Les questionnaires utilisés par ces deux auteurs n'étaient pas validés et reposaient sur de simples questions ou auto-questionnaires concernant les symptômes. En se basant sur la définition de l'incontinence anale de l'ICS, les auteurs ont observé une prévalence d'incontinence anale plus importante à un an en cas d'accouchement par voie basse par rapport à une césarienne (OR : 1,32 [IC 95 % : 1,04-1,68] ; p =0,02). Les extractions instrumentales (OR : 1,88 [IC 95 % : 1,41-2,50] ; p <0,001), comme l'accouchement par ventouse (OR : 1,60 [IC 95 % : 1,04-2,07] ; p <0,001) et plus particulièrement l'accouchement par forceps (OR : 2,01 [IC 95 % : 1,47-2,74] ; p <0,001), étaient associées à un sur-risque d'incontinence anale du post-partum par rapport à la césarienne [18]. Cinq études permettaient d'analyser l'impact d'une extraction instrumentale par rapport à la voie basse sur l'incidence d'une incontinence anale [15, 19, 20, 21, 22]. De même, l'extraction instrumentale était associée à une prévalence accrue d'incontinence anale (OR : 1,47 [IC 95 % : 1,22-1,78] ; p <0,0001) par rapport à l'accouchement spontané par voie basse. En revanche, seule l'extraction par forceps (OR : 1,50 [IC 95 % : 1,19-1,89] ; p <0,0006) et non par ventouse (1,31 [IC 95 % : 0,97-1,77] ; p =0,08) était associée à cette augmentation. À 6ans du post-partum, MacArthur et al. [15] dans une étude longitudinale prospective interrogeaient 7872 patientes à 6ans du post-partum (taux de réponse de 54 % [4214/7872] ; questionnaire postale). Les auteurs étudiaient en analyse multivariée les facteurs de risque d'apparition d'une incontinence aux gaz, d'une incontinence fécale, mais également les facteurs de risque de persistance de ces deux types d'incontinence quelle que soit la voie d'accouchement. Il s'agissait d'une comparaison entre 2 groupes de patientes (avec incontinence anale et sans incontinence anale). En analyse multivariée, les facteurs de risque concernant la persistance d'une incontinence fécale chez les patientes primipares étaient : l'extraction instrumentale par forceps (OR : 2,50 [IC 95 % : 1,37-4,59]), l'âge maternel supérieur à 25ans (25-29ans : OR : 2,61 (IC 95 % : 1,07-6,37) ; 30-35ans : OR : 6 (IC 95 % : 2,42-14,79) ; >35ans : OR : 6 [IC 95 % : 1,85-19,45]), comparativement à un groupe de femme sans incontinence anale. Lorsque l'analyse multivariée ne tenait pas en compte la parité, les facteurs de risque de persistance d'incontinence fécale étaient : l'extraction instrumentale par forceps (OR : 2,06 [1,40-3,04]), l'âge maternel supérieur à 30ans (30-35ans : OR : 1,95 [IC 95 % : 1,19-3,19] ; >35ans : OR : 2,65 [IC 95 % : 1,25-5,63]), et le nombre de naissances supérieur à 2 (3 : OR : 2,91 [IC 95 % : 1,32-6,41] ; 4 et plus : OR : 3,22 [IC 95 % : 1,34-7,76]). Les facteurs de risque concernant l'apparition d'une incontinence fécale toute parité confondue en analyse multivariée étaient : l'extraction instrumentale par forceps (OR : 1,48 [IC 95 % : 1,18-1,87]), l'âge maternel supérieur à 30ans (30-35ans : OR : 1,60 [IC 95 % : 1,18-2,16] ; >35ans : OR : 1,72 [IC 95 % : 1,06-2,79]), le nombre de naissances supérieur à 2 (3 : OR : 1,60 [IC 95 % : 1,08-2,41] ; 4 et plus : OR : 2,12 [IC 95 % : 1,34-3,35]) comparativement à un groupe de femmes sans incontinence anale. Les facteurs de risque concernant l'apparition d'une incontinence aux gaz toute parité confondue étaient : l'extraction instrumentale par forceps (OR : 1,58 [IC 95 % : 1,35-1,87]). Les facteurs de risque concernant la persistance d'une incontinence aux gaz toute parité confondue étaient : l'extraction instrumentale par forceps (OR : 1,33 [IC 95 % : 1,15-1,54]) [15]. Pollack et al. [16], dans une étude prospective incluant 349 patientes nullipares ayant accouché par voie basse, évaluaient la prévalence de l'incontinence anale par des questionnaires avant, à 9 mois et à 5ans du premier accouchement en utilisant un score dérivé du score de Wexner précédemment utilisés par Sangalli et Marti [24] et Osterberg et al. [6]. Parmi les patientes, 69,3 % (242/349) avaient rempli le questionnaire. Ils recherchaient des facteurs de risque en comparant 2 groupes de femmes (sans et avec incontinence anale). En cas d'incontinence anale à 9 mois du post-partum, le risque de persistance d'une incontinence anale à 5ans était multiplié par 4,3 (OR : 4,3 [IC 95 % : 2,2-8,2]). En analyse multivariée, les facteurs de risque retrouvés dans cette étude étaient l'âge (OR : 1,1 [IC 95 % : 1-1,2]), l'existence d'un périnée complet lors du premier accouchement (OR : 2,3 [IC 95 % : 1,1-5]) et l'existence d'accouchements ultérieurs (OR : 2,4 [IC 95 % : 1,1-5,6]) [16]. Guise et al. [10], dans une étude prospective observationnelle portant sur 8774 patientes répondant à des questionnaires validés [6] entre 3 et 6 mois après leur accouchement, observaient qu'un IMC supérieur à 30 était associé à un risque de développer une incontinence fécale de 1,7 (IC 95 % : 1,37-2,11 ; p <0,001) par rapport aux femmes sans incontinence anale. Les autres facteurs de risque étaient l'extraction par forceps (OR : 1,66 [IC 95 % : 1,10-2,50] ; p =0,02), l'antécédent de périnée complet (OR : 2,31 [IC 95 % : 1,61-3,32] ; p <0,001) et le tabagisme actif (OR : 1,85 [IC 95 % : 1,46-2,35] ; p <0,001) comparativement à un groupe de femmes sans incontinence anale. Dans un essai contrôlé randomisé comparant le pronostic fonctionnel après extraction par forceps versus par ventouse, Fitzpatrick et al. [23] montraient que l'extraction par forceps était un facteur de sur-risque d'altération de la continence anale (RR : 2,88 [IC 95 % : 1,41-5,88]) sans pour autant montraient que les score de continence soient différents entre les deux groupes (p =0,17). De même, l'extraction par forceps était associée à une plus importante chute de la pression anale de repos (54mmHg versus 69mmHg ; p =0,004 ; Tableau 3).


Intérêt d'une rééducation pelvi-périnéale en prévention primaire ou secondaire


Au total, 9 études évaluaient l'intérêt de la rééducation périnéale en prévention de l'incontinence anale. Parmi les patientes ne présentant pas de périnée complet, l'intérêt d'une rééducation pelvi-périnéale dans le post-partum a été étudié par de nombreux auteurs, mais seul peu d'articles permettaient de répondre à la question de l'efficacité d'un tel traitement pour l'incontinence anale [25, 26, 27, 28, 29]. Seul un essai randomisé a étudié l'intérêt d'une rééducation périnéale en anténatal en prévention primaire pour prévenir l'apparition d'une incontinence anale dans le post-partum [29]. Stafne et al. [29] incluant 875 patientes enceintes (à partir de 20 SA) ont comparé l'impact d'une rééducation pelvi-périnéale (RP ; exercices de contraction périnéale type Kegel, aérobic, exercices de posture avec des cours collectifs une fois par semaine pendant 12 semaines et des séances d'auto-exercices bihebdomadaires à domicile) à de simples conseils de prévention oraux (CP ; antenatal standard care ) sur la prévention de l'apparition d'une incontinence anale. Le calcul d'effectif initial était de 381 patientes par groupe. Au final, 397 patientes ont été incluses dans le groupe RP et 365 dans le groupe CP. L'évaluation de l'incontinence était réalisé par le score de Saint-Mark's Hospital à l'inclusion puis entre 32 et 36 SA [4]. Parmi les patientes, 4,6 % (39/855) étaient incontinentes aux selles à l'inclusion. Parmi les patientes, 26,8 % (229/855) étaient incontinentes aux gaz à l'inclusion. Cinquante-cinq pour cent des patientes du groupe RP ont réalisé les exercices demandés (2 séances d'auto-exercices ou plus et une session de groupe). Parmi les patientes continentes aux selles à l'inclusion, 2 % (8/359) présentaient une incontinence fécale dans le groupe RP contre 4 % (13/332) dans le groupe CP entre 32 et 36 SA (p =0,2). Parmi les patientes incontinentes aux selles à l'inclusion, 19 % (4/21) présentaient une incontinence fécale dans le groupe RP contre 20 % (3/15) dans le groupe CP entre 32 et 36 SA (p =0,94). Parmi les patientes continentes aux gaz à l'inclusion, 21 % (58/275) présentaient une incontinence aux gaz dans le groupe RP contre 20 % (53/258) dans le groupe CP entre 32 et 36 SA (p =0,88). Parmi les patientes rapportant une incontinence aux gaz à l'inclusion, 69 % (75/109) présentaient une incontinence aux gaz dans le groupe RP contre 74 % (69/93) dans le groupe CP entre 32 et 36 SA (p =0,4). L'évaluation de la continence anale entre 32 et 36 semaines était identique quel que soit le type de rééducation utilisée. La prévalence de l'incontinence fécale était de 3 % (12/397) dans le groupe RP contre 5 % (18/365) dans le groupe CP (p =0,24). La prévalence de l'incontinence aux gaz était de 35 % (136/397) dans le groupe RP contre 35 % (124/365) dans le groupe CP (p =0,73) [29].


Deux essais randomisés ont évalué le bénéfice d'une rééducation périnéale en prévention secondaire [25, 26]. Il s'agissait d'essais contrôlés randomisés dont le critère de jugement principal n'était pas l'incontinence anale mais l'incontinence urinaire, si bien que l'ensemble des patientes présentaient ces deux pathologies. À ce jour, aucun essai contrôlé randomisé évaluant spécifiquement la rééducation périnéale dans la prise en charge thérapeutique de l'incontinence anale isolée n'a été mené. Glazener et al. [26] ont évalué le bénéfice à 1 an d'une rééducation pelvi-périnéale chez des patientes présentant une incontinence anale à 3 mois du post-partum. Pour cela, ils ont réalisé un essai randomisé comparant deux groupes de patientes présentant une incontinence urinaire±anale : un groupe composé de 371 patientes devait réaliser des exercices de contraction périnéale (80 à 100 contractions rapides et lentes quotidiennes) couplés à une thérapie comportementale avec des séances de suivi à 5, 7 et 9 mois, et l'autre groupe composé de 376 patientes recevait de « simples conseils de rééducation ». L'évaluation des symptômes n'était pas réalisée à partir de questionnaires validés. À l'inclusion, seules 16,3 % (57/371) des patientes présentaient une incontinence anale dans le groupe RP et 15,1 % (54/376) des patientes dans le groupe CP (p =0,77). À 12 mois du post-partum, 4,4 % (12/273) des patientes du groupe RP avaient une incontinence anale contre 10,5 % (25/237) dans le groupe CP soit un OR de 6,1 (IC 95 % : 1,6-10,8 ; p =0,012). Il n'y avait pas de différence significative en termes de sévérité d'incontinence entre les deux groupes (p =0,075) [26]. Wilson et Herbison [25] ont comparé dans un essai randomisé l'efficacité d'exercices de contraction périnéale (80 à 100 contractions périnéales quotidiennes, biofeedback avec périnéomètre)±l'utilisation de cônes (2 séances quotidiennes de 15minutes avec des cônes de 20 à 100g) ou l'utilisation de cônes seuls versus de « simples conseils de rééducation ». Le calcul d'effectif initial était de 125 patientes par groupe (alpha : 0,05 ; puissance : 80 %). Le groupe expérimental (RP) était composé de 113 patientes alors que le groupe témoin était composé de 117 patientes. Les caractéristiques initiales des patientes en termes de diagnostic d'incontinence fécale et de sévérité de l'incontinence fécale n'étaient pas rapportées dans l'article. Il n'existait pas de questionnaire validé permettant de définir l'incontinence fécale. À 12 mois du post-partum, il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes en termes de prévalence d'incontinence fécale, 22 % (12/54) dans le groupe intervention contre 22 % (20/91) dans le groupe témoin (OR : 1,20 [0,51-2,79] ; p =0,86). Il faut noter que près de 50 % des patientes étaient perdues de vue à 1 an. Boyle et al. [28] dans une récente méta-analyse concluaient qu'il n'y avait pas de différence significative entre la rééducation périnéale et l'absence de traitement à 1 an de l'accouchement chez les patientes présentant une incontinence anale dans le post-partum. Il faut noter que les deux études précédemment incluses dans la méta-analyse n'étaient initialement pas destinées à étudier l'incontinence anale mais l'incontinence urinaire. Certes il n'y avait pas de différence dans l'essai de Wilson et Herbison [25] mais leurs effectifs étaient moindres et surtout dans cet essai la prévalence de l'incontinence fécale à inclusion n'est pas mentionnée.


Glazener et al. [27, 30] ont poursuivi le suivi de leur cohorte de patientes à 6ans puis à 12ans du post-partum. À 6ans du post-partum, 69,1 % (516/747) des patientes initialement incluses dans l'essai randomisé ont répondu aux questionnaires de symptômes. À 6ans du post-partum, quel que soit le groupe de patiente, seule 50 % continuaient à réaliser leurs exercices de rééducation périnéale. Douze pour cent (32/261) des patientes du groupe RP et 13 % (32/248) des patientes du groupe témoin présentaient une incontinence fécale (p =0,932). Il n'y avait pas de différence de sévérité des symptômes entre les deux groupes (p =0,248). Parmi les patientes ayant eu un suivi à 6ans qui présentaient une incontinence fécale initialement, 43 % (15/35) dans le groupe RP et 39 % (13/33) dans le groupe témoin avaient une persistance des symptômes (p =0,965). Parmi les patientes ayant eu un suivi à 6ans qui ne présentaient pas d'incontinence fécale initialement, 6 % (12/213) dans le groupe RP et 7 % (15/203) dans le groupe témoin avaient un des symptômes d'incontinence fécale de novo (p =0,598) [30]. Il ne semblait pas y avoir de bénéfice de la rééducation pelvi-périnéale dans la prévention de l'apparition ou de la persistance des symptômes d'incontinence fécale à 6ans du post-partum (OR : 0,95 [0,60-1,50] ; p =0,83) [28]. À 12ans du post-partum, 63,1 % (471/747) des patientes initialement incluses dans l'essai randomisé ont répondu aux questionnaires de symptômes. À 12ans du post-partum, seules 52 % continuaient à réaliser leurs exercices de rééducation périnéale dans le groupe RP et 49 % dans le groupe témoin (p =0,545). Dix-neuf pour cent (43/228) des patientes présentaient une incontinence fécale dans le groupe RP et 15 % (35/240) dans le groupe témoin (p =0,26). Il n'y avait pas de différence de sévérité des symptômes entre les deux groupes (p =0,928). Parmi les patientes ayant eu un suivi à 12ans qui présentaient une incontinence fécale initialement, 41 % (14/34) dans le groupe RP et 41 % (12/29) dans le groupe témoin avaient une persistance des symptômes (p =0,987). Parmi les patientes ayant eu un suivi à 12ans qui ne présentaient pas d'incontinence fécale initialement, 14 % (26/186) dans le groupe RP et 10 % (19/240) dans le groupe témoin avaient un des symptômes d'incontinence fécale de novo (p =0,183) [27]. Il ne semblait pas y avoir de bénéfice de la rééducation pelvi-périnéale dans la prévention de l'apparition ou de la persistance des symptômes d'incontinence fécale à 12ans du post-partum (OR : 1,29 [0,86-1,94] ; p =0,22) [28].


Aucun essai randomisé n'a comparé l'absence de rééducation à une rééducation périnéale musculaire dans la prévention primaire de l'incontinence anale en cas de périnée complet. Peirce et al. [31] ont mené un essai contrôlé randomisé incluant 120 patientes avec un périnée complet du 3e degré afin de comparer deux techniques de rééducation périnéale en prévention primaire : le premier groupe était constitué de 90 patientes ayant eu une rééducation musculaire périnéale standard à domicile dans le post-partum immédiat pendant 3 mois sans thérapeute ni biofeedback intra-anal. Le deuxième groupe était composé de 30 patientes ayant eu une rééducation musculaire périnéale pendant 3 mois dans le post-partum immédiat avec biofeedback intra-anal à domicile sans thérapeute. À 3 mois du post-partum, il n'existait pas de différences entre les deux groupes en termes de pression anale de repos (p =0,123) ou de pression anale à la contraction (p =0,68). Il n'y avait pas d'impact du type de rééducation en termes de score de Wexner (p =0,88). Vingt-trois pour cent (7/30) des patientes avaient une mauvaise adhérence (<70 % des exercices recommandés) aux programmes de rééducation dans le groupe biofeedback. Les résultats des principaux essais randomisés sont rapportés dans le Tableau 4.


Aucun essai randomisé n'a comparé la rééducation périnéale classique et l'absence de traitement chez des patientes présentant une incontinence anale dans les suites d'un périnée complet. Deux essais randomisés ont évalué l'impact du biofeedback dans le traitement d'une incontinence anale survenue au décours d'un périnée complet. Fynes et al. [32], dans un essai contrôlé randomisé, comparaient deux types de rééducation dans la prise en charge d'une incontinence anale du post-partum au décours d'un périnée complet. Le premier groupe (BS) bénéficiait d'une rééducation périnéale (exercices de Kegel) avec un biofeedback standard (périnéomètre vaginal) pendant 12 semaines. Le deuxième groupe de patientes avait une rééducation périnéale (exercices de Kegel) et un biofeedback renforcé (BR) combinant feedback intra-anal audiovisuel et électrostimulations intra-anales visant à stimuler les fibres périnéales lentes et rapides pendant 12 semaines. Parmi les 40 patientes incluses, seules 37 avaient des périnées complets diagnostiqués cliniquement dont 95 % présentaient un défect échographique du sphincter anal. L'amélioration était significativement plus importante dans le groupe BR avec une différence de score de 10 contre 3 dans le groupe BS (p <0,001). Quel que soit le groupe de traitement, les patientes présentant un défect échographique supérieur à 1 quadrant répondaient moins bien au traitement (diminution médiane du score d'incontinence de 3) que celles présentant un défect plus petit (diminution médiane du score d'incontinence de 10 ; p =0,01). À 3 mois du post-partum, il existait une amélioration de la pression de clôture maximale anorectale (p =0,001) et de la pression de repos anorectale (p =0,01) uniquement dans le groupe BR. Au final, le BR semble plus efficace que le BS au décours de lésions obstétricales ayant un retentissement fonctionnel. Cette étude ne permet pas de répondre à l'impact de cette thérapie au long cours [32]. Plus récemment, la même équipe dans un essai contrôlé randomisé comparait l'efficacité d'un biofeedback intra-anal seul (BS ; 26 patientes) et un biofeedback intra-anal avec électrostimulation intra-anale (BE ; 28 patientes) [33] pendant 12 semaines. Dans les deux groupes, le score d'incontinence selon Wexner était amélioré : score médian BS : 2 (0-10 ; p <0,001) ; score médian BE : 2 (0-10 ; p <0,001). L'amélioration était identique dans les deux groupes avec une différence de score de 2 (p =0,583). Il n'existait pas de différences dans les deux groupes avant et après traitement en termes de pression anale de repos. Avant et après traitement, il existait une différence de pression de clôture maximale anale uniquement dans le groupe BE (p =0,04). Dans les deux groupes avant et après traitement, il y avait une amélioration du score de Rockwood concernant la qualité de vie (p =0,008), la dépression (p =0,006), l'adaptation (p <0,001) mais pas pour la gêne (p =0,123 ; Tableau 4).


Prise en charge médicale de l'incontinence anale


Au total, 13 études évaluaient l'efficacité des différents traitements médicaux de l'incontinence anale. Le traitement des patientes présentant une incontinence fécale aux selles liquides pourra passer par un traitement épaississant les selles. Omar et Alexander [34] dans une méta-analyse incluant 16 essais contrôlés randomisés ou quasi randomisées (n =558) ont évalué l'efficacité des différents traitements médicaux de l'incontinence anale sur des périodes de traitement allant d'une semaine à 4 semaines. Les traitements anti-diarrhéiques comme le lopéramide ou la codéine montraient une diminution significative du pourcentage d'épisodes d'incontinence fécale versus placebo (4/11 versus 8/11 ; p <0,05) [35], avec une efficacité supérieure de la voie orale pour le lopéramide par rapport à la voie rectale sur la diminution de la fréquence des selles (p <0,02) [36]. Ces deux traitements semblaient plus efficaces que le diphénoxylate plus atropine sur le taux de selles solides (68 % sous lopéramide, 36 % sous codéine, contre 36 % sous diphénoxylate ; p <0,01), et le taux d'urgences fécales (respectivement : 3/16, 4/17, 9/17 ; p <0,05), avec moins d'effets secondaires [37]. Les principaux effets secondaires du lopéramide étaient la survenue d'une constipation, de douleurs abdominales, de céphalées ou de nausées [35, 38], qui pouvaient être améliorés par le recours à une titration. En l'absence d'essais portant sur le traitement médical des patientes souffrant d'incontinence fécale aux selles solides, aucune conclusion n'était possible sur ce groupe de population. Quatre essais randomisés montraient une amélioration des symptômes [39, 40, 41, 42] contre placebo suite à l'utilisation d'une thérapie visant à améliorer le tonus de base du sphincter anal (phényléphrine gel) avec une augmentation significative de la pression anale maximale de repos à forte dose (+26,5 versus +7 ; p =0,004) [40].


Une autre approche médicale qui s'est développée ces dernières années consiste à utiliser des plugs anaux. Une méta-analyse de Deutekom et Dobben réalisée en 2012 [43] a cherché à évaluer les performances des différents plugs dans la prise en charge de l'incontinence fécale de l'adulte et de l'enfant. Parmi les 4 essais randomisés inclus (n =136), 2 évaluaient l'intérêt des plugs versus absence de plugs [44, 45]. Les plugs permettaient d'obtenir une pseudo-continence chez 37,5 % des patients (6/16 versus 0/16) [45]. Il semblerait que les plugs en polyuréthane soient mieux tolérés que les plugs en polyvinyl-alcool (meilleur sentiment de sécurité : 69 % versus 43 % ; moindre perte : 30 % versus 65 % respectivement) [46].


Aucun essai randomisé n'a évalué l'intérêt d'un traitement médical en présence d'une lésion sphinctérienne ou en traitement adjuvant d'une prise en charge chirurgicale.


Prise en charge chirurgicale de l'incontinence anale du post-partum


Au total, 20 études évaluaient les différentes modalités de prise en charge chirurgicale de l'incontinence anale. En cas d'échec de la rééducation et du traitement médical (mesures diététiques, agent épaississant des selles, ralentisseurs de transit), une prise en charge chirurgicale est possible. L'objectif du traitement chirurgical est de restaurer une continence anale satisfaisante tout en maintenant une fonction d'exonération régulière et facile. Le choix de l'approche chirurgicale dépendra du mécanisme de l'incontinence et de l'identification de la lésion sphinctérienne en cause. La qualité de la réparation sphinctérienne mais également la fonctionnalité de l'intestin sus-jacent conditionnent le pronostic fonctionnel [47]. Les différentes approches chirurgicales sont rapportées dans le Tableau 5.


La sphinctérorraphie était le traitement de première intention lorsqu'une rupture sphinctérienne avait été objectivée. Une récente méta-analyse de Brown et al. [48] incluant 9 essais contrôlés randomisés (n =264), dont l'objectif était de comparer les résultats des différentes modalités chirurgicales, ne retrouvait pas de différences entre les 2 techniques chirurgicales de référence « paletot » versus « bout à bout » (OR : 1,13 [IC 95 % : 0,17-7,24]) [48, 49]. À court terme, les résultats fonctionnels sont satisfaisants dans 60 à 90 % des cas. Néanmoins, ces résultats se détériorent progressivement à 5 et 10ans avec des taux de succès respectivement de 50 et 40 % [50]. Dans le cas d'une sphinctéroplastie antérieure pour séquelles obstétricales, la prise en charge chirurgicale sera proposée dans un délai minimum de 6 mois afin de s'assurer de la bonne cicatrisation anovulvaire et d'éviter un défaut de cicatrisation liée à une inflammation locale persistante [51]. Les mauvais résultats à long terme de ce type de chirurgie et l'avènement des techniques mini-invasives comme la neuromodulation sacrée, dont les résultats sont satisfaisants, vont probablement voir les indications de la réparation sphinctérienne se réduire dans les années à venir.


La plastie musculaire autologue péri-anale (muscle gracilis ou gluteus maximus) constitue une technique de cerclage du canal anal permettant de recréer une zone de haute pression autour de la partie terminale du tube digestif [51]. Cette graciloplastie pourra être associée à une neurostimulation afin de donner à ce muscle strié fatigable, un tonus contractile permanent. L'efficacité de cette technique varie de 60 à 80 % dans des séries où le recul est de 1 à 5ans [52, 53, 54]. Il s'agit d'une chirurgie complexe à risque de complications aussi bien mécaniques (infection favorisée par l'ischémie du transplant, déplacement des électrodes...) que fonctionnelles (troubles défécatoires malgré une restauration de la continence anale) [47] actuellement peu pratiquée et dont l'indication est réservée à des lésions sévères du sphincter anal et à des patientes sélectionnées en raison d'une morbidité élevée.


Finalement, les sphincters artificiels semblent montrer des résultats aussi satisfaisants. Dans une récente série publiée par Wong et al. [55] portant sur 52 patients (46 femmes) dont les deux indications principales étaient la destruction du sphincter (45/52, 86,54 %) et l'existence d'une neuropathie pudendale (12/52, 23,08 %), les taux de succès étaient de 67,3 % à 6ans de suivi (amélioration des questionnaires de symptômes et de qualité de vie).


La neurostimulation des racines sacrées permet une approche mini-invasive de prise en charge chirurgicale de l'incontinence anale. Son mode d'action reste partiellement connu mais elle combinerait 3 sites d'action : régularisation de la motricité intestinale, amélioration de la vidange rectale et meilleure efficacité sphinctérienne [47, 56]. Ses bénéfices pour le traitement de l'incontinence urinaire ont été largement évalués. Une revue de la littérature récente conduite par Caremel et al. [57] visait à évaluer la place de la neuromodulation sacrée dans la prise en charge de la double incontinence anale et urinaire (7 études ; n =120), les auteurs retrouvaient une efficacité variant de 22 à 75 %. Après une période test de 3 semaines, le boîtier sera définitivement implanté s'il existe une amélioration d'au moins 50 % des fuites ou des urgences. Initialement réservée à l'incontinence anale d'origine neurologique, une récente revue de la littérature conduite par Ratto et al. a montré une efficacité identique en présence de lésions sphinctériennes [58]. Leroi et al. [59] ont mené un essai croisé en double insu incluant 34 patientes. Pour 22/34 (65 %) l'indication opératoire était la présence d'une incontinence anale active, pour 4/34 (12 %) il s'agissait d'une incontinence anale passive et pour 8/34 (23 %) d'une incontinence anale mixte. Les étiologies de ces incontinences étaient pour 18/34 (53 %) d'origine idiopathique, pour 14/34 (41 %) liée à une neuropathie pudendale, les 2 autres situations correspondaient à une lésion post-opératoire du sphincter anal interne et à une dégénérescence primitive du sphincter anal interne. Les patients étaient randomisés en 2 groupes : durant le 1er mois, le stimulateur était en position « on » pour 1 groupe et « off » pour l'autre, puis le mois suivant les groupes étaient inversés. À la suite de ces 2 mois test, les patients choisissaient la phase qu'ils avaient préférée et l'essai se prolongé alors de 3 mois toujours en aveugle. Parmi les 19 patients ayant préféré la phase « on », à 3 mois, le nombre médian d'épisodes d'incontinence par semaine est passé de 1,7 (0-9) en phase « off » à 0,7 (0-5) en phase « on » (p <0,05). Sept sur 19 (89 %) ont jugé être améliorés, tandis que 5/19 (26 %) ont été guéris (plus d'épisode d'incontinence). Pour les 5 patients ayant préféré la phase « off », le nombre médian d'épisodes d'incontinence est passé de 1,7 (0-11) à 3,7 (0-11) respectivement en phase « off » puis « on ». Les auteurs ont utilisé la version française du questionnaire de qualité de vie pour l'incontinence fécale de la Société américaine des chirurgiens colo-rectaux (ASCRS). Ils montraient dans le groupe « on », une amélioration significative de la qualité de vie (1,7 versus 3,2), de « l'adaptation » (1,5 versus 2,7), des scores d'estime de soi (2,2 versus 3,6) et de gêne (1,3 versus 2,3) [59]. Dans leur méta-analyse, Mowatt et al. [60] estimaient que la neurostimulation était un traitement efficace mais que si la période test de 2 à 3 semaines avant l'implantation définitive du boîtier avait pour objectif de sélectionner les patients répondeurs (diminution de 50 % des épisodes d'incontinence par semaine), elle ne permettait pas de dépister tous les non-répondeurs [60].


De nouveaux procédés ont vu le jour ces dernières années dans le traitement de l'incontinence anale passive, dont l'étiopathogénie est une lésion du sphincter anal interne : il s'agit de l'injection intra-anale de bulking agents dont l'objectif est d'augmenter la pression du canal anal de repos. Une récente méta-analyse de la Cochrane en 2013 [61] rapportait 5 essais randomisés (n =382) ayant comparé différents principes actifs entre eux ou contre placebo. L'injection de NASHA Dx (dextranomer in stabilised hyaluronic acid ) montrait une réduction de 50 % des épisodes d'incontinence chez 52 % des patientes traitées [62]. Néanmoins, les résultats des différents essais montraient également une efficacité des injections fictives ou des injections de placebo (sérum physiologique) de l'ordre de 27 à 30 % [61, 62, 63]. Le suivi des différents essais n'était que de 1 an.


Un autre traitement de l'incontinence anale par approche mini-invasive s'est développé depuis sa mise sur le marché en 2002 : la radio-fréquence (SECCA®). Une méta-analyse récente de Frascio et al. [64] publié en 2014 recensait 10 essais cliniques (n =220) et montrait une amélioration des symptômes et de la qualité de vie dans 55 à 85 % des cas, avec un suivi de 6 à 60 mois. Cette technique permettrait une amélioration de la fonction sphinctérienne et de la sensibilité anorectale par un remodelage des tissus (contraction du collagène) avec une diminution de leur compliance et une cicatrisation des lésions focales [65].


Enfin, dans des indications particulières, les techniques d'irrigations antérogrades (intervention de Malone ou procédé de Monti) ou de cæcostomie percutanée endoscopique pourront se discuter avant d'envisager le recours à une colostomie définitive. Il n'existait pas d'essais comparatifs dans la littérature sur ces techniques. Chéreau et al. [66], dans une étude rétrospective portant sur 75 patients ayant bénéficié d'une technique d'irrigation antérograde dont 68 (90 %) procédés de Monti, retrouvaient une efficacité du traitement de 86 % à 48 mois de suivi moyen, avec une amélioration significative du score de Wexner post-opératoire (3,4±2,3 ; p <0,0001).


Discussion


La prévalence de l'incontinence anale du post-partum variait selon les études de 4 % [13] (primipare) à 39 % (multipare) à 6 semaines du post-partum [8], tandis que l'incontinence fécale pouvait atteindre respectivement 8 à 12 % à 6ans de l'accouchement [15]. Cette variabilité des prévalences peut en partie être liée à l'absence de consensus sur les modalités d'évaluation de l'incontinence anale (questionnaires multiples, durée des symptômes variable, quantification de l'importance des symptômes non pris en compte dans la définition). L'analyse de la littérature retrouvait un sur-risque d'incontinence anale après un accouchement par voie basse (OR : 1,32 [IC 95 % : 1,04-1,68]) comparativement à un accouchement par césarienne [18]. De même, les extractions instrumentales par forceps (OR : 1,50 [IC 95 % : 1,19-1,89]) étaient pourvoyeuses d'un sur-risque d'incontinence anale par rapport à un accouchement par voie basse spontanée [18]. Il était également retrouvé que l'âge maternel (>35ans : OR : 6 [IC 95 % : 1,85-19,45]), le nombre de naissances (3 naissances : OR : 2,91 [IC 95 % : 1,32-6,41]) et la survenue d'un périnée complet (OR : 2,3 [IC 95 % : 1,1-5]) augmentaient ce risque comparativement à des femmes sans incontinence anale [15]. La prise en charge de l'incontinence anale du post-partum reposait à la fois sur une prise en charge médicamenteuse (ralentisseurs de transit, augmentation du tonus du sphincter anale, plug anal) et sur la rééducation périnéale. La place de la rééducation périnéale dans la prise en charge de l'incontinence anale souffre d'une grande disparité dans l'élaboration des protocoles d'exercices de rééducation avec une hétérogénéité des différents groupes et souvent un manque de puissance. La rééducation périnéale en ante partum en prévention primaire de la survenue d'une incontinence anale n'a pas montré la preuve de son efficacité [29]. Même si la rééducation périnéale dans le traitement de l'incontinence anale semble être efficace, les deux essais l'évaluant (petits effectifs initialement destinés à analyser l'incontinence urinaire du post-partum) retrouvaient un faible taux d'observance au traitement [25, 26]. Aucun essai randomisé n'a comparé la rééducation périnéale classique et l'absence de traitement chez les patientes présentant une incontinence anale dans les suites d'un périnée complet. En cas d'échec d'un traitement médical, une prise en charge chirurgicale peut être envisagée. Au cours des dernières années, de nouvelles techniques mini-invasives ont émergé parmi lesquelles figure entre autres la neuromodulation sacrée. De récents travaux montrent une efficacité identique de la neuromodulation sacrée et de la sphinctéroplastie dans la prise en charge de l'incontinence anale apparue dans les suites d'une rupture sphinctérienne [58]. Cette technique semble être prometteuse pour les années à venir sachant que la sphinctéroplastie perd son efficacité à 5ans. Au vue des différents traitements existant, l'algorithme de prise en charge suivant pourrait être proposé (Figure 1).


Figure 1
Figure 1. 

Algorithme de prise en charge de l'incontinence anale du post-partum en présence ou non d'une lésion sphinctérienne.





Conclusion


La prévalence de l'incontinence anale varie de 4 à 39 % à 6 semaines du post-partum, tandis que l'incontinence fécale peut atteindre 8 à 12 % à 6ans de l'accouchement. Les résultats de l'intérêt d'une rééducation périnéale sont contradictoires. Il semblerait que la rééducation périnéale ait un intérêt en traitement adjuvant d'une prise en charge chirurgicale. Différents traitements sont encore en cours d'évaluation. Une stratégie de prise en charge reste encore à définir.


Déclaration d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.




Tableau 1 - Prévalence de l'incontinence anale du post-partum dans la littérature.
Auteurs  Type d'étude  Nombre de sujets  Période d'évaluation  Prévalence 
Roman et al., 2004 [7 Cohorte observationnelle (questionnaire non validé)  525 patientes toutes parités confondues  j4  8,8 % 
6 semaines  3,3 % 
 
Hall et al., 2003 [8 Cohorte observationnelle (auto-questionnaire)  50 patientes (51 % multipares / 49 % primipares)  6 semaines  39 % chez les multipares / 38 % chez les primipares 
 
Sultan et al., 1993 [9 Cohorte prospective  202 patientes ayant accouché par voie basse  6 semaines  23 % chez les multipares / 13 % chez les primipares 
 
Guise et al., 2007 [10 Étude prospective observationnelle transversale (questionnaire d'Osterberg)  8774 patientes  Entre 3-6 mois  29 %
Selles : 46 %
Gaz : 38 %
Mixte : 16 % 
 
Parant et al., 2010 [11 Étude prospective observationnelle de cohorte (au moins 1 symptôme d'incontinence anale par semaine)  538 patientes toutes parités confondues  2 mois  23,4 % 
6 mois  13,7 % (par amélioration significative de l'incontinence aux gaz) 
 
Yang et al., 2010 [12 Étude transversale (score de Wexner ≥1)  1883 primipares  6 mois  0,69 % 
 
Chan et al., 2013 [13 Questions 38 à 40 du Colorectal Anal Distress Inventory Incontinence Subscale  328 primipares  12 mois  3,9 % 
 
MacArthur et al., 2001 [14], 2005 [15 Étude longitudinale prospective (auto-questionnaire non validé)  10 980 patientes : 7879 réponses à 3 mois (71,76 %) ; 4214 réponses à 6ans (38,38 %)  3 mois  Gaz : 18,8 % (rarement) à 26,6 % (occasionnellement à fréquemment)
Selles : 4,2 % (occasionnellement à fréquemment) à 5,3 % (rarement), toutes populations confondues et 10,1 % chez les multipares (p =0,0017) 
6ans  Gaz : 52 % ; avec une persistance de l'incontinence aux gaz à 6ans de 32,7 %
Selles : 12,1 % chez les multipares (p =0,0017) 
 
Pollack et al., 2004 [16 Cohorte prospective (questionnaire d'Osterberg)  349 nullipares allant accoucher  Avant l'accouchement  8 % 
9 mois  28 % (25 % en excluant les périnées complets) 
5ans  35 % (32 % en excluant les périnées complets) 
 
Nordenstam et al., 2009 [17 Étude observationnelle  230/309 primipares (25 % de perdues de vue)  Avant l'accouchement  7 % 
9 mois  27 % 
5ans  33 % 
10ans  32 % 





Tableau 2 - Prévalence de l'incontinence anale d'après les données de MacArthur entre 2001 et 2005.
  À 3 mois 
À 6ans 
  Total  Primipares  Multipares  p   Primipares  Multipares  p  
Incontinence fécale  699/7275 (9,6 %)  294/3261 (9 %)  405/4014 (10,1 %)  0,132a  160/1807 (8,8 %)  221/1829 (12,1 %)  0,0017a 
Incontinence aux gaz  3527/7788 (45,3 %)  1502/3457 (43,4 %)  2025/4331 (46,7 %)  0,004a  Non rapportée  Non rapportée  Non rapportée 



[a] 
Test de Chi2 avec correction de Yates [11, 15].


Tableau 3 - Facteurs de risque d'apparition ou de persistance d'une incontinence anale post-partum.
Auteurs  Type d'étude  Facteurs de risque  RR/OR (IC 95 % ; p
Pretlove et al., 2008 [18 Méta-analyse  Apparition d'une incontinence anale à 1 an   
Accouchement par voie basse versus césarienne  1,32 (1,04-1,68 ; p =0,02) 
Extractions instrumentales versus césarienne  1,88 (1,41-2,50 ; p <0,001) 
Ventouse  1,60 (1,04-2,07 ; p <0,001) 
Forceps  2,01 (1,47-2,74 ; p <0,001) 
Extraction instrumentale versus voie basse spontanée  1,47 (1,22-1,78 ; p <0,0001) 
Ventouse  1,31 (0,97-1,77 ; p =0,08) 
Forceps  1,50 (1,19-1,89 ; p <0,0006) 
Auteurs  Type d'étude  Facteurs de risque  Persistance / apparition 
MacArthur et al., 2005 [15 Étude longitudinale prospective (analyse multivariée)  Persistance d'une incontinence fécale chez les primipares   
Extraction instrumentale par forceps  2,50 (1,37-4,59) 
Âge maternel >25ans (25-29ans)  2,61 (1,07-6,37) 
7872 patientes à 6ans du post-partum (taux de réponse : 54 %)  30-35ans  6 (2,42-14,79) 
>35ans  6 (1,85-19,45) 
Questionnaire postal  Quelle que soit la parité   
Extraction instrumentale par forceps  2,06 (1,40-3,04) / 1,48 (1,18-1,87) 
Âge maternel >30ans (30-35ans)  1,95 (1,19-3,19) / 1,60 (1,18-2,16) 
>35ans  2,65 (1,25-5,63) / 1,72 (1,06-2,79) 
Nombre de naissances : 3  2,91 (1,32-6,41) / 1,60 (1,08-2,41) 
>4 et +  3,22 (1,34-7,76) / 2,12 (1,34-3,35) 
Pollack et al., 2004 [16 Étude prospective  Persistance d'une incontinence anale à 5ans   
349 nullipares ayant accouché par voie basse (taux de réponse 69,3 %)  Incontinence anale à 9 mois du post-partum  4,3 (2,2-8,2) 
Âge  1,1 (1-1,2) 
Périnée complet lors du 1er accouchement  2,3 (1,1-5) 
Score d'Osterberg  Existence d'accouchements ultérieurs  2,4 (1,1-5,6) 
Guise et al., 2007. [10 Étude prospective observationnelle  Survenue d'une incontinence fécale à 3-6 mois du post-partum   
8774 patientes  IMC>30  1,7 (1,37-2,11 ; p <0,001) 
Extraction par forceps  1,66 (1,10-2,50 ; p =0,02) 
Questionnaire d'Osterberg  Antécédent de périnée complet  2,31 (1,61-3,32 ; p <0,001) 
Tabagisme actif  1,86 (1,46-2,35 ; p <0,001) 
Fitzpatrick et al., 2003 [23 Essai contrôlé randomisé  Conséquences anales des extractions instrumentales par ventouse (n =69) versus forceps (n =61)   
130 patientes  Lésions sphinctériennes du 3e degré  7 % versus 16 % 
Altération de la continence fécale à 3 mois du post-partum  33 % versus 59 % (RR : 2,88 [IC 95 % : 1,41-5,88] ; p =0,006) 
Score de continence  3 [2-12] versus 3 [2-11] (p =0,17) 
Pression anale de repos (mmHg)  69 versus 54 (p =0,004) 





Tableau 4 - Principales études évaluant l'efficacité de la rééducation primaire et secondaire des périnées complets.
Auteurs  Type d'étude  Protocole  Période d'évaluation et critères de jugements  Efficacité de la thérapeutique (variation du score ; p
Prévention primaire  
Peirce et al., 2013 [31 Essai contrôlé randomisé  120 périnées complets réparés. Rééducation pendant 12 semaines  À 3 mois   
Groupe A (RP ; n =90)
Groupe B (RP+BFI ; n =30) 
Pression anale de repos  NS 
Pression anale à la contraction  NS 
Score de Wexner  NS 
 
Prévention secondaire  
Fynes et al., 1999 [32 Essai contrôlé randomisé  39 périnées complets dont 37 réparés. Rééducation pendant 12 semaines  À 3 mois   
Groupe A (RP+BFS ; n =19)
Groupe B (RP+BFR ; n =20) 
Score d'incontinence  Amélioration du score (−10 versus −3) en faveur du groupe B (p <0,001) 
Pression de clôture maximale anorectalea  Groupe A : NS
Groupe B : 57 versus 86 (p =0,001) 
Pression de repos anorectalea  Groupe A : NS
Groupe B : 38 versus 54 (p =0,01) 
Mahony et al., 2004 [33 Essai contrôlé randomisé  54 périnées complets. Rééducation pendant 12 semaines  À 3 mois   
Groupe A (BFI ; n =26)
Groupe B (BFI+ES ; n =28) 
Score médian de Wexner  Groupe A : 4 versus 2 (p <0,001)
Groupe B : 4,5 versus 2 (p <0,001) 
Pression anale de repos  NS 
Pression de clôture maximale analea  Groupe A : 44 versus 59 (p =0,04)
Groupe B : 42 versus 47 (p =0,004) 
Score de Rockwood (quel que soit le groupe)  Qualité de vie : 3,8 versus 3,9 (p =0,008)
Dépression : 3,64 versus 3,86 (p =0,006)
Adaptation : 2,88 versus 3,22 (p <0,001)
Gêne : 3,33 versus 3,67 (p =0,123) 



Légende :
ES : électrostimulation ; BFR : biofeedback renforcé ; RP : rééducation périnéale standard ; BFI : biofeedback intra-anal ; BFS : biofeedback standard.

[a] 
En mmHg.


Tableau 5 - Principales techniques chirurgicales de prise en charge de l'incontinence anale.
Réparations sphinctériennes anales
Sphinctéroplastie directe 
 
Substitutions sphinctériennes anales
Graciloplasties
Sphincter artificiel 
 
Injection intra-sphinctérienne  
 
Neurostimulation sacrée  
 
Technique d'irrigation colique antérograde  
 
Colostomie définitive  




Références



Haylen B.T., de Ridder D., Freeman R.M., Swift S.E., Berghmans B., Lee J., et al. An International Urogynecological Association (IUGA)/International Continence Society (ICS) joint report on the terminology for female pelvic floor dysfunction Int Urogynecol J 2010 ;  21 : 5-26 [cross-ref]
Jorge J.M., Wexner S.D. Etiology and management of fecal incontinence Dis Colon Rectum 1993 ;  36 : 77-97 [cross-ref]
Pescatori M., Anastasio G., Bottini C., Mentasti A. New grading and scoring for anal incontinence. Evaluation of 335 patients Dis Colon Rectum 1992 ;  35 : 482-487 [cross-ref]
Vaizey C.J., Carapeti E., Cahill J.A., Kamm M.A. Prospective comparison of faecal incontinence grading systems Gut 1999 ;  44 : 77-80 [cross-ref]
Rockwood T.H., Church J.M., Fleshman J.W., Kane R.L., Mavrantonis C., Thorson A.G., et al. Fecal Incontinence Quality of Life Scale: quality of life instrument for patients with fecal incontinence Dis Colon Rectum 2000 ;  43 : 9-16[discussion 16-7].
 [cross-ref]
Osterberg A., Graf W., Karlbom U., Påhlman L. Evaluation of a questionnaire in the assessment of patients with faecal incontinence and constipation Scand J Gastroenterol 1996 ;  31 : 575-580 [cross-ref]
Roman H., Robillard P.-Y., Payet E., El Amrani R., Verspyck E., Marpeau L., et al. Facteurs liés à l'incontinence anale du postpartum J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 2004 ;  33 : 497-505 [inter-ref]
Hall W., McCracken K., Osterweil P., Guise J.-M. Frequency and predictors for postpartum fecal incontinence Am J Obstet Gynecol 2003 ;  188 : 1205-1207 [inter-ref]
Sultan A.H., Kamm M.A., Hudson C.N., Thomas J.M., Bartram C.I. Anal-sphincter disruption during vaginal delivery N Engl J Med 1993 ;  329 : 1905-1911 [cross-ref]
Guise J.-M., Morris C., Osterweil P., Li H., Rosenberg D., Greenlick M. Incidence of fecal incontinence after childbirth Obstet Gynecol 2007 ;  109 : 281-288 [cross-ref]
Parant O., Simon-Toulza C., Cristini C., Vayssiere C., Arnaud C., Reme J.-M. Faecal incontinence after first instrumental vaginal delivery using Thierry's spatulas Int Urogynecol J 2010 ;  21 : 1195-1203 [cross-ref]
Yang X., Zhang H.X., Yu H.Y., Gao X.L., Yang H.X., Dong Y. The prevalence of fecal incontinence and urinary incontinence in primiparous postpartum Chinese women Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2010 ;  152 : 214-217 [cross-ref]
Chan S.S.C., Cheung R.Y.K., Yiu K.W., Lee L.L., Chung T.K.H. Prevalence of urinary and fecal incontinence in Chinese women during and after their first pregnancy Int Urogynecol J 2013 ;  24 : 1473-1479 [cross-ref]
MacArthur C., Glazener C.M., Wilson P.D., Herbison G.P., Gee H., Lang G.D., et al. Obstetric practice and faecal incontinence three months after delivery BJOG 2001 ;  108 : 678-683 [cross-ref]
MacArthur C., Glazener C., Lancashire R., Herbison P., Wilson D., Grant A. Faecal incontinence and mode of first and subsequent delivery: a six-year longitudinal study BJOG 2005 ;  112 : 1075-1082 [cross-ref]
Pollack J., Nordenstam J., Brismar S., Lopez A., Altman D., Zetterstrom J. Anal incontinence after vaginal delivery: a five-year prospective cohort study Obstet Gynecol 2004 ;  104 : 1397-1402 [cross-ref]
Nordenstam J., Altman D., Brismar S., Zetterström J. Natural progression of anal incontinence after childbirth Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2009 ;  20 : 1029-1035 [cross-ref]
Pretlove S.J., Thompson P.J., Toozs-Hobson P.M., Radley S., Khan K.S. Does the mode of delivery predispose women to anal incontinence in the first year postpartum? A comparative systematic review BJOG 2008 ;  115 : 421-434 [cross-ref]
Groutz A., Fait G., Lessing J.B., David M.P., Wolman I., Jaffa A., et al. Incidence and obstetric risk factors of postpartum anal incontinence Scand J Gastroenterol 1999 ;  34 : 315-318
Damon H., Henry L., Bretones S., Mellier G., Minaire Y., Mion F. Postdelivery anal function in primiparous females: ultrasound and manometric study Dis Colon Rectum 2000 ;  43 : 472-477 [cross-ref]
Faltin D.L., Boulvain M., Irion O., Bretones S., Stan C., Weil A. Diagnosis of anal sphincter tears by postpartum endosonography to predict fecal incontinence Obstet Gynecol 2000 ;  95 : 643-647 [cross-ref]
Peschers U.M., Sultan A.H., Jundt K., Mayer A., Drinovac V., Dimpfl T. Urinary and anal incontinence after vacuum delivery Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2003 ;  110 : 39-42 [cross-ref]
Fitzpatrick M., Behan M., O'Connell P.R., O'Herlihy C. Randomised clinical trial to assess anal sphincter function following forceps or vacuum assisted vaginal delivery BJOG 2003 ;  110 : 424-429 [cross-ref]
Sangalli M.R., Marti M.C. Results of sphincter repair in postobstetric fecal incontinence J Am Coll Surg 1994 ;  179 : 583-586
Wilson P.D., Herbison G.P. A randomized controlled trial of pelvic floor muscle exercises to treat postnatal urinary incontinence Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 1998 ;  9 : 257-264 [cross-ref]
Glazener C.M., Herbison G.P., Wilson P.D., MacArthur C., Lang G.D., Gee H., et al. Conservative management of persistent postnatal urinary and faecal incontinence: randomised controlled trial BMJ 2001 ;  323 : 593-596
Glazener C.M.A., MacArthur C., Hagen S., Elders A., Lancashire R., Herbison G.P., et al. Twelve-year follow-up of conservative management of postnatal urinary and faecal incontinence and prolapse outcomes: randomised controlled trial BJOG 2014 ;  121 : 112-120 [cross-ref]
Boyle R., Hay-Smith E.J.C., Cody J.D., Mørkved S. Pelvic floor muscle training for prevention and treatment of urinary and faecal incontinence in antenatal and postnatal women Cochrane Database Syst Rev 2012 ;  10 : CD007471
Stafne S.N., Salvesen KÅ, Romundstad P.R., Torjusen I.H., Mørkved S. Does regular exercise including pelvic floor muscle training prevent urinary and anal incontinence during pregnancy? A randomised controlled trial BJOG 2012 ;  119 : 1270-1280 [cross-ref]
Glazener C.M.A., Herbison G.P., MacArthur C., Grant A., Wilson P.D. Randomised controlled trial of conservative management of postnatal urinary and faecal incontinence: six-year follow-up BMJ 2005 ;  330 : 337
Peirce C., Murphy C., Fitzpatrick M., Cassidy M., Daly L., O'Connell P.R., et al. Randomised controlled trial comparing early home biofeedback physiotherapy with pelvic floor exercises for the treatment of third-degree tears (EBAPT Trial) BJOG 2013 ;  120 : 1240-1247[discussion 1246].
 [cross-ref]
Fynes M.M., Marshall K., Cassidy M., Behan M., Walsh D., O'Connell P.R., et al. A prospective, randomized study comparing the effect of augmented biofeedback with sensory biofeedback alone on fecal incontinence after obstetric trauma Dis Colon Rectum 1999 ;  42 : 753-758[discussion 758-61].
 [cross-ref]
Mahony R.T., Malone P.A., Nalty J., Behan M., O'Connell P.R., O'Herlihy C. Randomized clinical trial of intra-anal electromyographic biofeedback physiotherapy with intra-anal electromyographic biofeedback augmented with electrical stimulation of the anal sphincter in the early treatment of postpartum fecal incontinence Am J Obstet Gynecol 2004 ;  191 : 885-890 [inter-ref]
Omar M.I., Alexander C.E. Drug treatment for faecal incontinence in adults Cochrane Database Syst Rev 2013 ;  6 : CD002116
Sun W.M., Read N.W., Verlinden M. Effects of loperamide oxide on gastrointestinal transit time and anorectal function in patients with chronic diarrhoea and faecal incontinence Scand J Gastroenterol 1997 ;  32 : 34-38 [cross-ref]
Cohen L.D., Levitt M.D. A comparison of the effect of loperamide in oral or suppository form vs placebo in patients with ileo-anal pouches Colorectal Dis 2001 ;  3 : 95-99 [cross-ref]
Palmer K.R., Corbett C.L., Holdsworth C.D. Double-blind cross-over study comparing loperamide, codeine and diphenoxylate in the treatment of chronic diarrhea Gastroenterology 1980 ;  79 : 1272-1275
Read M., Read N.W., Barber D.C., Duthie H.L. Effects of loperamide on anal sphincter function in patients complaining of chronic diarrhea with fecal incontinence and urgency Dig Dis Sci 1982 ;  27 : 807-814 [cross-ref]
Carapeti E.A., Kamm M.A., Phillips R.K. Randomized controlled trial of topical phenylephrine in the treatment of faecal incontinence Br J Surg 2000 ;  87 : 38-42 [cross-ref]
Cheetham M.J., Kamm M.A., Phillips R.K.S. Topical phenylephrine increases anal canal resting pressure in patients with faecal incontinence Gut 2001 ;  48 : 356-359 [cross-ref]
Lumi C.M., La Rosa L., Coraglio M.F., Muñoz J.P., Gualdrini U.A., Masciangioli G. Prospective, double-blind study of topical phenylephrine treatment for nocturnal fecal incontinence in patients after ileoanal pouch construction Acta Gastroenterol Latinoam 2009 ;  39 : 179-183
Park J.-S., Kang S.-B., Kim D.-W., Namgung H.-W., Kim H.-L. The efficacy and adverse effects of topical phenylephrine for anal incontinence after low anterior resection in patients with rectal cancer Int J Colorectal Dis 2007 ;  22 : 1319-1324 [cross-ref]
Deutekom M., Dobben A.C. Plugs for containing faecal incontinence Cochrane database of systematic reviews Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd (2012). 
Bond C., Youngson G., MacPherson I., Garrett A., Bain N., Donald S., et al. Anal plugs for the management of fecal incontinence in children and adults: a randomized control trial J Clin Gastroenterol 2007 ;  41 : 45-53 [cross-ref]
Van Winckel M., Van Biervliet S., Van Laecke E., Hoebeke P. Is an anal plug useful in the treatment of fecal incontinence in children with spina bifida or anal atresia? J Urol 2006 ;  176 : 342-344 [cross-ref]
Pfrommer W., Holschneider A.M., Löffler N., Schauff B., Ure B.M. A new polyurethane anal plug in the treatment of incontinence after anal atresia repair Eur J Pediatr Surg 2000 ;  10 : 186-190 [cross-ref]
Meurette G., Duchalais E., Lehur P.-A. Surgical approaches to fecal incontinence in the adult J Visc Surg 2014 ;  151 : 29-39 [inter-ref]
Brown S.R., Wadhawan H., Nelson R.L. Surgery for faecal incontinence in adults Cochrane Database Syst Rev 2013 ;  7 : CD001757
Tjandra J.J., Han W.R., Goh J., Carey M., Dwyer P. Direct repair vs. overlapping sphincter repair: a randomized, controlled trial Dis Colon Rectum 2003 ;  46 : 937-942[discussion 942-3].
 [cross-ref]
Gutierrez A.B., Madoff R.D., Lowry A.C., Parker S.C., Buie D.W., Baxter N.N. Long-term results of anterior sphincteroplasty Dis Colon Rectum 2004 ;  47 : 727-732 [cross-ref]
Lehur P.-A., Meurette G. Chirurgie de l'incontinence anale de l'adulte  EMC - Techniques chirurgicales - Appareil digestif Paris: Elsevier Masson SAS (2008). 1-16
Chapman A.E., Geerdes B., Hewett P., Young J., Eyers T., Kiroff G., et al. Systematic review of dynamic graciloplasty in the treatment of faecal incontinence Br J Surg 2002 ;  89 : 138-153 [cross-ref]
Thornton M.J., Kennedy M.L., Lubowski D.Z., King D.W. Long-term follow-up of dynamic graciloplasty for faecal incontinence Colorectal Dis 2004 ;  6 : 470-476 [cross-ref]
Wexner S.D., Baeten C., Bailey R., Bakka A., Belin B., Belliveau P., et al. Long-term efficacy of dynamic graciloplasty for fecal incontinence Dis Colon Rectum 2002 ;  45 : 809-818 [cross-ref]
Wong M.T., Meurette G., Wyart V., Glemain P., Lehur P.-A. The artificial bowel sphincter: a single institution experience over a decade Ann Surg 2011 ;  254 : 951-956
Gourcerol G., Vitton V., Leroi A.M., Michot F., Abysique A., Bouvier M. How sacral nerve stimulation works in patients with faecal incontinence Colorectal Dis 2011 ;  13 : e203-e211
Caremel R., Grise P., Leroi A.-M. La neuromodulation des racines sacrées dans le traitement de la double incontinence : revue comparée de la littérature Prog Urol 2012 ;  22 : 318-325 [inter-ref]
Ratto C., Litta F., Parello A., Donisi L., De Simone V., Zaccone G. Sacral nerve stimulation in faecal incontinence associated with an anal sphincter lesion: a systematic review Colorectal Dis 2012 ;  14 : e297-e304
Leroi A.-M., Parc Y., Lehur P.-A., Mion F., Barth X., Rullier E., et al. Efficacy of sacral nerve stimulation for fecal incontinence: results of a multicenter double-blind crossover study Ann Surg 2005 ;  242 : 662-669 [cross-ref]
Mowatt G., Glazener C.M., Jarrett M. Sacral nerve stimulation for faecal incontinence and constipation in adults Cochrane database of systematic reviews Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd (2007). 
Maeda Y., Laurberg S., Norton C. Perianal injectable bulking agents as treatment for faecal incontinence in adults Cochrane database of systematic reviews Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd (2013). 
Graf W., Mellgren A., Matzel K.E., Hull T., Johansson C., Bernstein M., et al. Efficacy of dextranomer in stabilised hyaluronic acid for treatment of faecal incontinence: a randomised, sham-controlled trial Lancet 2011 ;  377 : 997-1003 [cross-ref]
Siproudhis L., Morcet J., Lainé F. Elastomer implants in faecal incontinence: a blind, randomized placebo-controlled study Aliment Pharmacol Ther 2007 ;  25 : 1125-1132 [cross-ref]
Frascio M., Mandolfino F., Imperatore M., Stabilini C., Fornaro R., Gianetta E., et al. The SECCA procedure for faecal incontinence: a review Colorectal Dis 2014 ;  16 : 167-172 [cross-ref]
Lefebure B., Tuech J.J., Bridoux V., Gallas S., Leroi A.M., Denis P., et al. Temperature-controlled radio frequency energy delivery (Secca procedure) for the treatment of fecal incontinence: results of a prospective study Int J Colorectal Dis 2008 ;  23 : 993-997 [cross-ref]
Chéreau N., Lefèvre J.H., Shields C., Chafai N., Lefrancois M., Tiret E., et al. Antegrade colonic enema for faecal incontinence in adults: long-term results of 75 patients Colorectal Dis 2011 ;  13 : e238-e242






© 2015 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.