Principes généraux de la prise en charge diagnostique des douleurs pelvipérinéales chroniques postopératoires

25 novembre 2010

Auteurs : J. Rigaud, D. Delavierre, L. Sibert, J.-J. Labat
Référence : Prog Urol, 2010, 12, 20, 1139-1144

Introduction

La douleur chronique postopératoire a été définie comme étant une douleur développée dans les suites d’une intervention chirurgicale, évoluant depuis au moins deux mois, excluant une cause organique (évolution carcinologique ou une infection chronique) ou préexistante. Le but de cet article a été de faire une mise au point sur le bilan diagnostique et étiologique des douleurs pelvipérinéale chronique postopératoire.

Matériel et méthodes

Une revue de la littérature a été réalisée en reprenant les articles publiés dans Pubmed sur la prise en charge étiologique des douleurs pelvipérinéale chronique postopératoire.

Résultats

La chronologie des faits à savoir des douleurs qui apparaissent rapidement après un geste chirurgical et qui ne cèdent pas par la suite, a été un argument majeur pour incriminer le geste chirurgical dans la genèse des douleurs. L’examen clinique des cicatrices et l’analyse précise de la topographie et du type de douleur ont été les éléments prépondérants pour le démembrement de la douleur. Les examens complémentaires (imagerie, EMG…) ont eu pour principal objectif d’éliminer un diagnostic différentiel. En cas de douleur chronique postopératoire, ils ont été normaux. Un test d’infiltration nerveuse ou sur le point gâchette a été l’examen clé pour préciser le niveau et l’atteinte douloureuse.

Conclusion

La prise en charge diagnostique et étiologique d’une douleur pelvipérinéale chronique postopératoire nécessite un démembrement clinique précis par l’examen des cicatrices et l’analyse sémiologique de l’atteinte nerveuse et musculaire. Un test d’infiltration local permet de confirmer le niveau de la lésion.

   
 
 

 

 

Introduction

La chirurgie pelvipérinéale entraîne des risques de douleur chronique, ils ne sont pas fréquents, mais sont surtout méconnus. Cette méconnaissance vient du fait qu'il est souvent difficile d'identifier ces complications qui échappent à l'imagerie pelvienne. Il peut s'agir de véritable atteinte nerveuse somatique et il faudra évoquer cette étiologie neurologique. Parfois, le tableau est plus trompeur car l'atteinte neurologique touche un ou des systèmes végétatifs. Enfin, il peut s'agir de douleur musculaire ou pelvipérinéale diffuse induite en particulier par la mise en place de plaque prothétique créant une fibrose rétractile et douloureuse.

Une analyse clinique basée sur les connaissances anatomiques est souvent la clef du diagnostic. Ce démembrement des douleurs pelviennes permet de mieux comprendre, expliquer et traiter les symptômes sans attribuer à tort certains symptômes à la chirurgie comme, par exemple, la névralgie pudendal et les hémorroïdes. Le diagnostic précis pouvant déboucher parfois sur des gestes thérapeutiques simples peut permettre d'éviter des examens d'imagerie non ciblés et surtout des explorations ou des reprises chirurgicales inutiles. Ces douleurs postopératoires posent également un problème médicolégal important avec un risque de plainte des patients et un problème de responsabilité du chirurgien.

Le but de cet article a été de faire une mise au point sur la prise en charge étiologique et diagnostique des patients présentant une douleur pelvipérinéale chronique postopératoire afin d'en faire un démembrement précis.

 

Définition

En 1999, l'IASP a proposé quatre critères pour définir la douleur chronique postopératoire [1

Cliquez ici pour aller à la section Références] :

douleur développée dans les suites d'une intervention chirurgicale ;
évolution depuis au moins deux mois ;
exclusion d'une cause telle qu'une évolution carcinologique ou une infection chronique ;
exploration et exclusion de l'éventualité que la douleur soit en rapport avec un problème préexistant.

 

Sémiologie

 

Chronologie des faits

Les complications douloureuses peuvent se manifester dans les suites immédiates de l'intervention, se démasquer secondairement ou n'apparaître que des années à distance, parfois à l'occasion d'un événement déstabilisant : intervention chirurgicale autre, stress, retraite, maladie... Cependant, dans la majorité des cas, le tableau clinique se révèle dans les suites immédiates ou rapidement dans les semaines qui suivent la chirurgie. Ce lien chronologique est un argument majeur pour suspecter le geste chirurgical comme responsable. Par conséquent, il est important de connaître exactement le geste qui a été réalisé afin de savoir quel nerf et à quel niveau il a pu être lésé.

 

Type de lésions

La lésion nerveuse peut être une section ou un traumatisme direct, dans ce cas, la symptomatologie est parlante très rapidement après le geste chirurgical. On peut également voir des lésions nerveuses par étirement ou par compression (par les écarteurs en particulier) dont le tableau est parfois moins typique et moins brutal. On peut dans ce cas espérer une récupération avec le temps. Enfin, il existe des douleurs nerveuses induites par une hypertonie musculaire iatrogène à la pose d'un corps étranger dans le muscle, par exemple, une bandelette prothétique. Il s'agit alors d'une souffrance nerveuse réactionnelle avec une symptomatologie plus ou moins systématisée mais associée souvent à une hypertonie douloureuse des muscles pelviens en cause. Ce tableau est alors plus difficile à mettre en évidence et d'installation plus insidieuse. De même, il semble exister à l'état physiologique un « équilibre » pelvien entre la tension musculaire, les organes et les nerfs. Un acte chirurgical sur cet ensemble un peu « limite » peut déstabiliser cet équilibre et entraîner une compression nerveuse ou une hypertonie musculaire réactionnelle avec la symptomatologie associée comme, par exemple, un tableau de syndrome myofascial pelvien intervenant après la pose d'une bandelette prothétique qui traverse les muscles obturateurs ou releveurs de l'anus.

 

Topographie de l'atteinte somatique

C'est elle qui va permettre de rattacher les symptômes à un tronc nerveux. Cette topographie est directement liée aux données neuroanatomiques (Figure 1, Figure 2) [2

Cliquez ici pour aller à la section Références] :

nerf pudendal avec des troubles sensitifs périnéaux allant de la région anale, à la verge ou vers les grandes lèvres ;
nerf ilio-inguinal et ilio-hypogastrique avec des troubles sensitifs retrouvés dans la région inguinale et pouvant irradier vers une grande lèvre et entraînant une dyspareunie d'intromission ou vers un testicule ;
nerf génitofémoral avec des troubles sensitifs irradiant vers la face interne de la racine de la cuisse et la région génitale ;
nerf fémoral avec une atteinte de la face antérieure de la cuisse et parfois la face antéro-interne de la jambe dans le territoire du nerf saphène ;
nerf cutané latéral de la cuisse avec une atteinte tout à fait évocatrice en raquette à la face externe de la cuisse ;
nerf obturateur à la face interne de la cuisse ;
nerf clunéal à la partie inférieure de la fesse au niveau du pli sous-fessier.

 
Figure 1
Figure 1. 

Territoire anatomique sensitif des nerfs pelvipérinéaux. : nerf obturateur ; : nerf pudendal ; : nerf clunéal inférieur (rameaux périnéaux du nerf cutanée postérieur de la cuisse) ; : nerfs génitofémoral, ilio-inguinal et ilio-hypogastrique.

 
Figure 2
Figure 2. 

Territoire anatomique sensitif des nerfs pariétaux.

 

Symptomatologie clinique

 
La douleur

La douleur est souvent le premier signe clinique mis en avant par les patients. Elle est d'allure neuropathique au sens du DN4 (brûlures, piqûres, fourmillements, engourdissement, démangeaisons, froid douloureux, décharges électriques, paresthésies) [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le patient peut signaler une allodynie avec une intolérance au contact cutané comme le port de vêtement, par exemple. Elle peut être quotidienne, permanentes ou non, positionnelle ou pas, rythmée par les mictions la défécation, les rapports. Elle est relativement localisée soit sur un territoire nerveux somatique, soit dans une zone topographique plus large.

 
Les troubles sensitifs

L'examen clinique prend toute sa valeur quand il retrouve des troubles objectifs à type de dysesthésies au contact (c'est le contact, le frottement qui déclenche des sensations désagréables, des picotements), d'hypoesthésie objective au piquer-toucher ou au chaud-froid. Une stimulation mécanique locale peut provoquer une douleur qui persiste bien après l'arrêt de la stimulation, c'est l'hyperpathie. Toutefois, ces signes peuvent manquer même en présence d'une authentique lésion nerveuse en raison de l'importance du recouvrement des différents territoires nerveux en cause.

La découverte d'un signe de Tinel (zone gâchette) a un intérêt topographique car celui-ci est situé sur un trajet nerveux identifié et un intérêt pathogénique en faveur d'un mécanisme compressif puisque la pression locale déclenche la douleur à distance, en aval, dans le territoire incriminé.

 
Les troubles moteurs

La fonction motrice de ces nerfs est d'importance variable. Le nerf pudendal intervient dans l'innervation des sphincters striés anaux et uréthraux. Le nerf obturateur dans l'adduction de la hanche, le nerf fémoral dans l'extension de la jambe sur la cuisse, le nerf génitofémoral dans la contraction des crémasters. La fonction motrice des autres nerfs est des plus réduites, le nerf cutané postérieur de la cuisse (et ses branches clunéales) est essentiellement sensitif.

 

Atteinte du système nerveux végétatif

Autant, la clinique apporte des arguments diagnostiques forts dans le domaine du diagnostic lésionnel des nerfs somatiques, autant il n'en est pas de même dans les atteintes du système végétatif. Cela est dû à la diffusion des fibres nerveuses et aux nombreuses connexions, notamment dans le système sympathique. C'est la perte fonctionnelle qui attire l'attention dans les domaines urinaires, digestifs ou sexuels avec parfois des troubles objectifs tels que sensation de fesses froides, moiteur. Le tableau douloureux est souvent mal systématisé et fait évoquer une symptomatologie de syndrome douloureux régional complexe évoquant une algodystrophie pelvienne.

L'expression d'une atteinte des plexus hypogastriques supérieurs ou inférieurs (sympathiques) est cliniquement peu parlante. Ce peut être une hypotonie sphinctérienne lisse, uréthrale ou anale, mais dans la pratique ce type d'atteinte est rarement isolée. Elle peut également s'exprimer par une disparition de l'éjaculation malgré une érection conservée.

L'atteinte des nerfs splanchniques pelviens (nerfs érecteurs parasympathiques) se traduira par un trouble de la contraction vésicale et rectale, une disparition de l'érection réflexe.

Au niveau des lames sacro-recto-génito-pubiennes, l'atteinte touchera à la fois les fibres sympathiques et parasympathiques tout en préservant le nerf pudendal. De façon distale, en avant, chez l'homme, l'atteinte des bandelettes vasculonerveuses périprostatiques atteindra les nerfs caverneux et perturbera l'érection dans ses composantes réflexe et psychogène. De façon distale, en arrière, l'atteinte vasculonerveuse au sein des ailerons latéraux du rectum entraînera une dénervation rectale, vésicale et génitale.

Les chirurgies à risque de lésions du système nerveux pelvien végétatif sont les chirurgies carcinologiques emportant les lames sacro-recto-génito-pubiennes comme les hystérectomies élargies, les amputations rectales, les cystectomies. Elles ont pour conséquence de voir apparaître des vessies acontractiles par dénervation et des défauts de compliance vésicale pouvant avoir des conséquences néfastes sur le haut appareil urinaire. Les cures de prolapsus par promontofixation avec la dissection proche du rectum et du promontoire peuvent entraîner des dénervations et une atteinte du plexus hypogastrique au niveau du promontoire responsable de constipation et de dénervation vésicale. Les bandelettes vasculonerveuses périprostatiques peuvent être lésées lors des prostatectomies radicales entraînant une perte des érections. De plus en plus, les techniques chirurgicales évoluent, lorsque techniquement cela est possible, vers des chirurgies conservatrices au niveau nerveux afin de limiter ces morbidités.

 

Prise en charge diagnostic

 

Faire le diagnostic

 
Connaître le geste chirurgical

Le lien entre le geste chirurgical et la lésion nerveuse peut être évident lorsque les symptômes apparaissent immédiatement ou dans les semaines qui suivent l'intervention. Ce lien peut être plus difficile si la symptomatologie s'installe de manière insidieuse avec un décalage de plusieurs semaines ou mois dans le temps. Il est donc important de connaître les antécédents chirurgicaux et le type de geste qui a été réalisé en récupérant si possible le compte rendu opératoire (Tableau 1). Cette connaissance est importante au niveau médicolégal car elle permet parfois d'écarter la responsabilité directe de la chirurgie sur les symptômes ressentis.

 
Mécanisme de la lésion

Le traumatisme peut être direct en peropératoire avec un étirement, une section ou une compression du nerf ou apparaître secondairement du fait d'une fibrose cicatricielle ou d'un névrome.

À distance de la chirurgie, on peut observer un tableau de compression nerveuse, par la fibrose postopératoire, caractérisé par une douleur dans un territoire nerveux d'installation insidieuse avec des douleurs à la mobilisation et des attitudes antalgiques anormales. On peut observer un névrome qui ne donnera pas de douleur mécanique mais beaucoup plus de douleurs spontanées avec des décharges paroxystiques, en éclair, une intolérance au frottement, des douleurs nocturnes et surtout un point gâchette extrêmement sensible situé sur le trajet nerveux. Le névrome peut parfois être palpé directement.

Les douleurs de déafférentation en cas de section nerveuse sont continues, peu influencées par les facteurs mécaniques. C'est au niveau testiculaire qu'elles sont les plus fréquentes mais aussi les plus rebelles. Les douleurs testiculaires secondaires à l'atteinte de la branche génitale du nerf génitofémoral, en particulier, prennent parfois une tonalité de brûlure extrêmement violente et invalidante faisant évoquer ces phénomènes de déafférentation.

 
Examen des cicatrices

Dans la chirurgie à ciel ouvert ou par laparoscopie, l'analyse topographique des cicatrices peut orienter vers le diagnostic de l'atteinte nerveuse. Il s'agit alors de nerf pariétaux comme les nerfs ilio-inguinal, ilio-hypogastrique, génitofémoral ou cutané latéral de la cuise. La palpation de ces cicatrices peut conduire à déclencher des douleurs avec un signe de Tinel.

Lors de la chirurgie vaginale, l'examen est plus difficile et il s'agit souvent d'atteinte plus profonde et endopelvienne avec une atteinte du nerf obturateur ou pudendal.

 

Bilan paraclinique

 
Électromyogramme

L'électromyogramme (EMG), en détection, réalisé avec une électrode aiguille peut retrouver des signes de dénervation dans les muscles striés dépendant d'un nerf somatique. L'étude des latences distales motrices et des mesures de conduction nerveuses motrices et sensitives n'est pas aisée au niveau pelvien. L'étude des potentiels évoqués somesthésiques est relativement peu sensible dans les atteintes sensitives périphériques. Dans la pratique clinique, les examens utiles sont l'EMG analytique périnéal et la mesure de la latence distale du nerf pudendal, l'EMG analytique des adducteurs dans les atteintes du nerf obturateur, l'EMG analytique des différents chefs du quadriceps dans les atteintes du nerf fémoral [4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 5

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les autres mesures entraînent des doutes d'interprétation ou sont encore du domaine de la mise au point comme l'EMG des nerfs ilio-inguinaux [6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'EMG permet d'apprécier la fonction des axones et des fibres musculaires et les différents types de souffrance axonale : aiguë (activité spontanée de dénervation, grande pauvreté des tracés), souvent par traumatisme récent ; subaiguë (association d'une dénervation et de potentiels de ré-innervation) ; dénervation chronique (grands potentiels d'unités motrices battant à fréquence accélérée) souvent séquellaire. L'EMG n'est, cependant, réalisable que pour les nerfs ayant une fonction motrice.

 
Imagerie

Un bilan d'imagerie par tomodensitométrie ou surtout IRM pelvienne doit être réalisé lors du bilan initial. Il a surtout pour but d'éliminer une cause autre avec la recherche en particulier d'une masse compressive, d'une tumeur...

 

Infiltration test

Il est extrêmement simple de réaliser une infiltration test avec des anesthésiques locaux (bupivacaïne ou lidocaïne) quand il existe un signe de Tinel lors de l'atteinte d'un nerf pariétal. L'infiltration est alors réalisée locodolenti à la consultation. Il faut évaluer ce test avec un score EVA avant et après l'infiltration. Un test est positif quand la douleur déclenchée par la pression locale ou certains mouvements disparaît le temps de l'anesthésie locale, il prend encore plus de valeur si les irradiations douloureuses à distance disparaissent aussi. Ce simple test permet d'affirmer que le problème est situé au niveau de la paroi musculaire et qu'il n'est pas intrapelvien. Il convient, cependant, de bien préciser au patient qu'il s'agit d'un test diagnostic et non d'un geste thérapeutique. Il faut impérativement faire un compte rendu écrit des résultats de ce test sous peine de devoir le réitérer à chaque intervenant.

L'efficacité de cette infiltration, ne serait ce que pendant quelques semaines permet de penser qu'il s'agit bien d'un syndrome de compression chronique et non d'un névrome ou d'une déafférentation. Certains patients sont améliorés durablement avec une infiltration associant aux anesthésiques locaux, une injection locale de corticoïdes. Cette infiltration peut être renouvelée à deux ou trois reprises, au-delà il est légitime d'envisager un traitement chirurgical.

Pour les nerfs plus profonds au niveau du pelvis (pudendal, obturateur, ganglion impar, plexus hypogastrique, clunéal) ou de la charnière thoracolombaire, l'infiltration test doit être faite sous scanner avec injection de produit de contraste afin de bien localiser le site et la diffusion des anesthésiques locaux et d'être le plus sélectif possible. Les mêmes règles d'évaluation ou d'injection de corticoïdes s'appliquent pour l'évaluation de ces infiltrations qui peuvent être thérapeutiques.

 

Conclusion

Les complications douloureuses de la chirurgie pelvienne sont loin d'être exceptionnelles. Il est important d'essayer d'établir un lien entre le type de chirurgie réalisée et l'atteinte nerveuse, cela afin de mieux dépister ces complications. La chronologie des faits à savoir des douleurs qui apparaissent rapidement après un geste chirurgical et qui ne cèdent pas par la suite, est un argument majeur pour incriminer le geste chirurgical dans la genèse des douleurs.

L'examen clinique prend toute sa place sur l'examen des cicatrices et la topographie et le type de douleurs pour le démembrement. Les examens complémentaires ont essentiellement pour objectif d'éliminer un diagnostic différentiel (tumeur, infection...). Un test d'infiltration nerveuse ou sur le point gâchette est l'examen clé pour préciser l'atteinte douloureuse.

Une fois la responsabilité d'un système neuroanatomique (somatique ou végétatif) établie, il s'agit d'en préciser la topographie lésionnelle, parfois évidente dans le cadre d'une cicatrice pariétale, parfois très incertaine dans le cadre d'atteintes végétatives lors des chirurgies d'exérèse élargie. Enfin, en fonction de la topographie identifiée, et du mécanisme présumé, on pourra parfois être conduit à proposer un geste thérapeutique visant à favoriser la récupération, mais, dans d'autres circonstances, on ne pourra que constater les lésions et espérer une récupération spontanée.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

   

 



Tableau 1 - Risque de lésion nerveuse en rapport au type de chirurgie réalisée.
Lésion nerveuse  Type de chirurgie 
Nerfs ilio-inguinal, ilio-hypogastrique, génitofémoral  Chirurgie de la hernie (ouverte ou laparoscopique) 
Chirurgie abdominale avec cicatrice sur le trajet du nerf 
 
Nerf pudendal  Chirurgie du prolapsus par spinofixation (Richter) 
Chirurgie périnéale et vaginale 
Traitement de l'incontinence urinaire (bandelette sous-urétrale TVT ou TOT) 
 
Nerf obturateur  Chirurgie de la hernie (plaque) 
Traitement de l'incontinence urinaire (bandelette sous-urétrale TVT ou TOT) 
Prothèse de hanche 
 
Nerf fémoral  Chirurgie abdominale avec écarteur autostatique 
Position gynécologique « forcée » 
 
Système végétatif  Chirurgie large carcinologique 
Chirurgie du prolapsus par promontofixation 

 

 
 

Références

 

Macrae WA, Davies HTO. Epidemiology of pain. In: L L, editor. Chronic post-surgical pain. Seattle; 1999. p. 125-142.
 
Labat J.J., Rigaud J., Robert R., Riant T. Les douleurs neuropathiques somatiques pelvipérinéale Pelvi-Perineologie 2006 ;  1 (2) : 100-112 [cross-ref]
 
Bouhassira D., Attal N., Alchaar H., Boureau F., Brochet B., Bruxelle J., et al. Comparison of pain syndromes associated with nervous or somatic lesions and development of a new neuropathic pain diagnostic questionnaire (DN4) Pain 2005 ;  114 (1–2) : 29-36 [cross-ref]
 
Lefaucheur J.P., Labat J.J., Amarenco G., Herbaut A.G., Prat-Pradal D., Benaim J., et al. What is the place of electroneuromyographic studies in the diagnosis and management of pudendal neuralgia related to entrapment syndrome? Neurophysiol Clin 2007 ;  37 (4) : 223-228 [inter-ref]
 
Ertekin C., Bademkiran F., Yalin S., Karapinar N., Uysal H. Withdrawal reflexes in adductor muscles elicited by electrical and magnetic stimulation of the obturator nerve Muscle Nerve 2008 ;  38 (5) : 1490-1497 [cross-ref]
 
Knockaert D.C., Boonen A.L., Bruyninckx F.L., Bobbaers H.J. Electromyographic findings in ilioinguinal-iliohypogastric nerve entrapment syndrome Acta Clin Belg 1996 ;  51 (3) : 156-160
 
   
 
 
   

 

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.