Principaux évènements du 14 e congrès commun IUGA et AUGS Washington 2014

25 décembre 2014

Auteurs : D. Ulrich, M. Neron, B. Fatton, R. deTayrac, V. Letouzey
Référence : Prog Urol, 2014, 17, 24, 1139-1141




 



Le 14e congrès commun IUGA et AUGS a eu lieu du 21 au 26 juillet 2014 au Centre des Congrès de Washington. Comme chaque année, le congrès a dévoilé de très intéressantes présentations et posters en provenance de pays du monde entier. Les 2 premiers jours ont concentré 32 ateliers traitant de sujets variés ciblant les domaines d'actualité de la gynécologie-obstétrique, de la rééducation et de l'urogynécologie. Le congrès lui-même a permis le déroulement de 38 table-ronde débats, de nombreuses présentations vidéo, de présentations orales de posters sans compter l'étendue de l'information apportée par les posters non discutés.


La première session s'est ouverte par la présentation de plusieurs essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur le domaine de l'incontinence urinaire. Trabuco et al., qui ont reçu le prix du meilleur abstract, présentaient les résultats comparatifs du traitement combiné Burch-promontofixation versus bandelette sous-urétrale (BSU) - promontofixation avec un avantage à l'association BSU-promontofixation qui augmente la satisfaction et le degré de continence post-opératoire des patientes [1]. Un autre ECR présenté par Lee et al. a rapporté les résultats à 24 mois du traitement de l'incontinence urinaire d'effort par Mini-arc (mini sling ) versus Monarc (TOT) [2]. Les deux traitements montrent des taux de guérison comparables. Un ECR de grande qualité a été présenté par Alvarez et al. et comparait le traitement par TVT au MonarcTOT avec un suivi de 60 mois [3]. Il était intéressant de constater que les taux de guérison à long terme étaient significativement plus élevés dans le groupe TVT chez les femmes présentant une insuffisance sphinctérienne.


Concernant les sessions d'épidémiologie, nous soulignons le travail de Cichowski et al. qui testait chez les patients atteints d'incontinence fécale l'apport d'un conseil mémoriel sur la satisfaction des patientes [4]. Les moyens mnémotechniques, conçus à l'origine comme aide-mémoires des cliniciens, amélioraient la qualité de vie des patientes. Caudwell et al. ont observé une prévalence élevée de lésions traumatiques périnéales échographiques alors que la plupart des femmes souhaitent accoucher de façon « non compliqué » [5]. Le meilleur abstract en épidémiologie et qualité de vie fut présenté par Zebede et al. montrant la prévalence du syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) détecté par le questionnaire de Berlin chez les patientes atteintes de nycturie et hospitalisées dans un service d'urogynécologie [6].


Les sessions d'obstétrique ont inclus de nombreuses et intéressantes présentations telles que « Reducing obstetric anal sphincter injuries using perineal support - A preliminary experience ». Naidu et al. ont révélé que le soutien actif périnéal au cours de l'accouchement par voie vaginale permettait de réduire la sévérité des déchirures périnéales [7]. Van Bavel et al. ont présenté le risque de lésion obstétricale du sphincter anal lors des accouchements par voie basse instrumentaux avec ou sans épisiotomie médio-latérale. L'analyse d'un registre national sur les dix dernières années retrouvait que les femmes bénéficiant d'une épisiotomie avait un risque moindre de déchirure obstétricale du sphincter anal [8]. Une étude innovante fut présentée lors de la session de physiopathologie par Gregory et al. qui ont été capables d'inclure 135 femmes avant leur grossesse pour pratiquer un électromyogramme chez 77 d'entre elles en per- et postpartum [9]. Les paramètres neurophysiologiques sont modifiés durant la grossesse et dépendant également de la voie d'accouchement.


Le débat sur la réparation prothétique des prolapsus est resté passionné lors de ce congrès. Un suivi sur 5ans après chirurgie autologue versus prothétique a montré que le taux de réparation anatomique objective, la qualité de vie et les résultats fonctionnels étaient similaires entre les 2 groupes. Detollenaere et al. a présenté un ECR comparant la pratique d'une sacrospino-fixation utérine versus hystérectomie en se concentrant sur la qualité de vie, le résultat fonctionnel et l'activité sexuelle. À 12 mois de suivi, les femmes avec sacrospino-fixation présentaient des résultats similaires pour tous les critères énumérés plus haut [10].


Le meilleur abstract de la session « non chirurgicale » pour la prise en charge des troubles de la statique pelvienne fut celui du Hilde et al. : « Pelvic floor muscle training enhances pelvic floor muscle recovery - An assessor blinded randomized controlled trial » [11]. Les auteurs révèlent que la prévalence des lésions majeures du levator ani à 6 semaines du postpartum est significativement réduite à 6 mois postpartum indépendamment de la pratique ou non d'un entraînement musculaire des muscles pelviens.


Des présentations de science fondamentale ont apporté des éclaircissements nouveaux sur l'impact des prothèses en polypropylène sur les cellules musculaires lisses du vagin et la réponse inflammatoire de l'hôte. Shaffer et al. ont pratiqué une promontofixation sur des macaques et trouvé que l'addition de matrice extracellulaire (ECM) sur la prothèse améliorait la croissance des cellules musculaires lisses retrouvées au niveau vaginal. Shynlova et al. ont analysé comment la charge mécanique influence les fibroblastes chez les femmes avec ou sans prolapsus pelvien (PP) [12]. Il semblerait que les femmes avec PP aient des fibroblastes réagissant différemment au stress mécanique. La meilleure communication en sciences fondamentales a récompensé le Dr Richter pour sa présentation sur « Urgency urinary incontinence genome wide association study » [13].


Alors que Da Silva et al. n'a pas pu confirmer l'avulsion du levator ani sur les cadavres alors que présente à l'échographie [14], Crosby et al. ont trouvé que les femmes avec avulsion à l'échographie étaient plus susceptibles de présenter un défet de la paroi vaginale antérieure 6ans après une chirurgie de prolapsus [15].


Un large éventail de traitements de l'hyperactivité vésicale (HAV) a été présenté. Robinson et al. ont évalué l'amélioration clinique des symptômes d'hyperactivité vésicale sous traitement par la solifenacine, cependant ils n'ont pas été en mesure de démontrer une amélioration clinique pour les facteurs de croissance nerveux urinaires ou bien pour un facteur neurotrophique urinaire d'origine cérébrale [16]. L'anabotulinum toxin A a prouvé sa sécurité d'emploi et son efficacité même après plusieurs années d'administration d'après Sand et al. [17].


Bray et al. ont présenté une évaluation de l'hyperesthésie des muscles pelviens comme un possible facteur d'évaluation chez les patientes atteintes de douleurs pelviennes chroniques [18]. Cette évaluation semble être un outil de dépistage simple et fiable pour la pratique quotidienne.


Lenherr et al. ont été consacré pour la meilleure vidéo, réalisant un tutorial pour les gynécologues sur les découvertes fortuites de pathologie en cystoscopie [19].


Une des meilleures présentations orales fut celle de Henn et al. sur les prolapsus pelviens en période néonatale, évaluant la littérature sur ces dernières années, incluant plusieurs case report signalant la rareté de la pathologie et son incidence plus élevée chez les enfants atteints de spina bifida [20].


La meilleure présentation par un « médecin en formation » fut : « 2014 Cochrane Review : minimally invasive synthetic suburethral sling operations for stress urinary incontinence in women » [21].


La plus riche « lecture » était dispensée lors de la conférence Raymond A. Lee qui fut honorablement tenue par le Pr John O. Delancey donnant une revue des avancées de l'imagerie du plancher pelvien et une perspective de ce qui nous attend dans 15ans. Un autre discours remarquable a été tenu par le Dr Peter Petros et le Dr Carl Gustaf Nilsson à la conférence Ulf Ulmsten Memorial sur « Creating a Gold Standard Surgical Device : The Development of TVT ».


Comme chaque année, le congrès a été associé à de nombreux événements sociaux permettant la rencontre avec les spécialistes du monde entier. Le congrès prenait place au majestueux Washington Convention. Plus d'action était requise à la dirty Martini party où les plus célèbres urogynécologues mondiaux montèrent sur scène pour un karaoké.


Conclusion


Le congrès de la IUGA AUGS 2014 a connu un grand succès et il est impossible de mettre en avant chaque présentation intéressante, nous nous excusons pour tous les oublis. Cependant, nous espérons avoir suscité l'intérêt pour le prochain congrès de la IUGA 2015 qui sera couplé au congrès mondial de la douleur abdominale et plevienne et qui aura lieu à Nice dans le cadre majestueux de la « French riviera ».


Déclaration d'intérêts


BF : consultant for : Allergan, Astellas, Boston Scientific and Rottapharm. RdT : consultant : Boston Scientific. Partenariat recherche : Aspide Medical, Sofradim-Covidien, Coloplast. Autres partenariats : Sanofi, Astellas, Allergan.



Références



Trabuco E.C., Klingele C.J., Blandon R., Occhino J.A., Mcgree E.M., Weaver A.L., et al. A randomized comparison of incontinence procedures performed concomitantly with abdominal sacral colpopexy: the burch versus mid-urethral sling trial Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S1
Lee J., Rosamilia A., Dwyer P., Lim Y.N., Ulrich D. Miniarc monarc suburethral sling in women with stress urinary incontinence - an RCT - 24m follow up Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S3 [cross-ref]
Alvarez J., Schierlitz L., Dwyer P., Rosamilia A., Murray C., Lee J. A randomized control study comapring tension free vaginal tape (TVT) and monarc trans-obturator tape in the treatment of women with urodynamic stress incontinence (USI) and intrinsic sphincter. Deficeincy (ISD) with a mean follow up of 60 months Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S7
Cichowski S.B., Dunivan G., Komesu Y., Rogers R.G. Standard vs mnemonic counseling for fecal incontinence: a randomized controlled trial Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S12
Caudwell-Hall J.L., Atan I.K., Rojas RaG, Shek K., Dietz H. How many women get what they want - A nontraumatic normalvaginal delivery? Int Urogynecol J 2014 ;  25 : [S198-S98].
Zebede S., Lovatsis D., Alarab M., Drutz H.P. Prevalence of obstructive sleep apnea detected by the berlin questionnaire in patients with nocturia attending a urogynecology unit Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S15
Naidu M., Sultan A.H., Thakar R. Reducing obstetric anal sphincter injuries using perineal support a preliminary experience Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S19
Bavel J.V., Vries L.D., Vogel J.D., Hukkelhoven C.W., Gietelink A.D., Mol B.W., et al. Does mediolateral episiotomy during operative vaginal delivery decrease the risk of obstetric anal sphincter injuries? A ten year analysis of a national registry Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S20
Gregory W., Lim J., Holland A., Clark A.L. Tracking neurophysiologic changes to pelvic floor muscles - Before pregnancy and following delivery Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S23
Detollenaere R.J., Boon J.D., Stekelenburg J., Kluivers K.B., Vierhout M., Eijndhoven H.W.V. The effect of sacrospinous hysteropexy versus hysterectomy on health-related quality of life, functional outcome and sexual functioning in treatment of uterine prolapse: a randomized study Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S27
Hilde G., Staer-Jensen J., Siafarikas F., Engh M.E., Bo K. Does pelvic floor muscle training enhance pelvic floor muscle recovery? An assessor blinded randomized controlled trial Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S17
Shynlova O., Rybak Y., Kufaishi H., Drutz H.P., Alarab M. Static mechanical loading influences the expression of extracellular matrix proteins and cell adhesion molecules in vaginal fibroblasts derived from women with and without severe pelvic organ prolapse Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S38
Richter H.E., Matthews C., Varma M., Takase-Sanchez M., Hale D., Drie D.V., et al. Clinical efficacyand safety evaluation of a vaginal bowel control (VBC) device for the treatment of fecal incontinence Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S47
Silva A.D., Digesu A., Dell'utri C., Piffarotti P., Fritsch H., Cartwright R., et al. Do ultrasound findings of levator ani "avulsion" correlate with anatomical findings: a multicentre cadaveric study Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S43 [cross-ref]
Crosby E.C., Dewald S., Fenner D.E., Delancey J.O., Morgan D.M. The effect of major levator ani defects on postoperative outcomes after primary surgery for pelvic organ prolapse Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S44
Robinson D., Tubaro A., Kimberg M., Plummer M., Devine J., Bouic P., et al. The effect of solifenacin on urinary nerve growth factor (UNGF) and brain-derived neurotropic factor (bdnf) in women with overactive bladder and detrusor overactivity: results from the shrink study Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S60
Sand P.K., Khullar V., Joshi M., Zheng Y., Nitti V. Long-term improvements in quality of life following on a botulinum toxina treatment in female patients with overactive bladder and urinary incontinence Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S61
Bray R., Bhide A., Khullar V., Gallo P., Puccini F., Baudino G., et al. The pelvic floor muscle hyperalgesia (PFMH) scoring system: a new classification tool to assess women with chronic pelvic pain: multicentre pilot study of validity and reliability Int Urogynecol J 2014 ;  25 : [S124-S24].
Lenherr S.M., Crosby E., Pelletier A., Cameron Incidental findings on cystoscopy: a video tutorial Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S67
Henn E.W., Juul L., Rensburg K.V. Pelvic organ prolapse in the neonate: a case series and proposed classification system Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S74
Ford A., Rogerson L., Ogah J. 2014 cochrane review: minimally invasive synthetic suburethral sling operations for stress urinary incontinence in women Int Urogynecol J 2014 ;  25 : S6






© 2014 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.