Place et apports du caryotype en infertilité masculine

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, infertilité, génétique, caryotype
Auteurs : Bourrouillou G, Bujan L, Calvas P, Colombies P, Mansat A, Pontonnier F
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 189-195
Dans le cadre du bilan étiologique de l'infertilité masculine, les auteurs insistent sur la place et les apports du caryotype sanguin à travers leur expérience personnelle basée sur l'étude de 1612 sujets. La place de cet examen est importante puisqu'environ 15% des sujets ayant une azoospermie et 6 à 7% de ceux qui ont une oligospermie inférieure à 10 millions de spermatozoïdes par ml, isolée ou associée à d'autres anomalies du spermogramme, présentent une anomalie chromosomique congénitale. Une remarquable constance des résultats est observée en fonction de critères de recrutement identiques. Les apports de cet examen sont aussi importants : intérêt médical et psychologique de la découverte de l'étiologie chez les azoospermies, conseil génétique et diagnostic chromosomique anténatal pour le sujet lui-même non azoospermique et porteur d'un remaniement structural équilibré, pour qui la thérapeutique peut laisser espérer une procréation, conseil génétique pour la famille de ces sujets dans le but de leur éviter l'apparition d'un enfant chromosomiquement anormal. En conclusion, les auteurs plaident pour la pratique systématique de cet examen chez tous les sujets infertiles ayant au moins une oligospermie isolée inférieure à 10 millions de spermatozoïdes par ml.