Paclitaxel adjuvant en association avec une hormonothérapie versus une hormonothérapie seule chez les patients atteints d’un cancer de la prostate à haut risque de récidive après prostatectomie radicale

25 novembre 2013

Auteurs : C. Saldana, L. Salomon, M. Chaubet-Houdu, B. Paule, C. Tournigand, D. Vordos, A. Hoznek, C. Abbou, A. De La Taille
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1022-1023




 



Objectifs .- Comparer l'efficacité du paclitaxel adjuvant en association avec une hormonothérapie versus une hormonothérapie seule après prostatectomie radicale chez les patients ayant un adénocarcinome de la prostate à haute risque de récidive.


Méthodes .- Entre février 2005 et octobre 2007, 47 patients ayant eu une prostatectomie radicale pour adénocarcinome de la prostate à haut risque ont été randomisés entre recevoir en adjuvant une hormonothérapie seule (bras ADT : analogues LHRH pendant 3ans ; n =26) ou en association avec le paclitaxel (bras PXL : 100mg/m2/sem pendant 8 cycles ; n =21). Pour chaque patient, ont été recueilli l'âge, le stade clinique, le PSA préopératoire, le score de Gleason des biopsies et de la pièce opératoire et le stade pathologique. L'analyse de la survie sans récidive biologique ou clinique et la survie globale a été réalisée à l'aide des courbes de Kaplan-Meier (p <0,05).


Résultats .- Le suivi moyen a été de 89 mois. Respectivement pour le groupes ADT et PXL, il n'y avait pas de différence significative pour l'âge (61,3 vs 61,1, p =0,86), le PSA préopératoire (26,6 vs 17,3 vs 26,6 ; p =0,15), le score de Gleason des biopsies (7 vs 7 ; p =0,78), et de la pièce opératoire (8 vs 8,1 ; p =0,8), le stade pathologique (pT2 : 1(2,1 %) vs 0 ; pT3a : 6(23 %) vs 13(61,9 %) ; pT3b : 19(73 %) vs 8(38,09 %), pN+ : 7(26,92 %) vs 1(4,76 %), R1 : 17(65,38 %) vs 11(52,38 %) ; p =NS). Pour les groupes ADT et PXL, la survie sans récidive biologique à 5ans était respectivement de 65,4 % versus 70,2 %(p =0,93), la survie sans progression clinique de 76,2 % versus 75 % (p =0,38) et la survie globale à 5ans de 92,3 % versus 95 % (p =0,24).


Conclusion .- Sous réserve du nombre limité de patients, un traitement par paclitaxel après prostatectomie radicale chez les patients ayant un adénocarcinome de la prostate à haut risque de récidive ne montre pas un bénéfice en termes de survies sans progression biologique ou clinique et globale.



Figure 1 Survie sans récidive biologique à 5ans.



Figure 2 Survie sans récidive clinique à 5ans.



Figure 3 Survie globale à 5ans.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.