Organisation de la téléconsultation en chirurgie urologique durant l’épidémie de COVID-19

05 novembre 2020

Auteurs : M. Vallée, R. Mallet, L. Cormier, P. Mongiat-Artus, G. Fournier, X. Gamé, F. Bruyère, B. Pradère
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 698-699
Objectifs

L’épidémie du COVID-19 a nécessité une profonde réorganisation de notre système de santé. Les directives ministérielles ont imposé la téléconsultation durant cette crise. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact de cette modification des pratiques et son avenir pour la prise en charge des patients d’urologie au-delà de cette crise sanitaire.

Méthodes

Nous avons proposé à l’ensemble des membres de l’Association française d’urologie de répondre anonymement à un questionnaire informatisé sur la manière dont avait été mis en place la téléconsultation dans leur établissement. Ce questionnaire était composé de 27 questions et a été réalisé sur la plateforme SurveyMonkey.

Résultats

Nous avons obtenu un total de 416 réponses ; 21,4 % travaillent en CHU, 13,5 % en CHG, 49,6 % en clinique privée, 8,2 % en établissement à but non lucratif et 7,2 % en cabinet de ville. Parmi les urologues, 15,5 % pratiquaient la téléconsultation avant le confinement. Près de 72 % déclaraient avoir moins de 25 % de leur taux habituel de consultations. Parmi les urologues, 77,2 % se disaient satisfaits ou très satisfaits de ce mode consultation et 92,7 % de leurs patients l’étaient également. Parmi les urologues, 42,8 % ont programmé et expliqué des chirurgies uniquement par téléconsultation et 55,8 % ont annoncés des résultats anatomopathologiques par ce biais. Parmi les urologues, 41,6 % se disaient prêts à poursuivre ce type de consultations dans le futur et 88,6 % souhaitaient que l’AFU éditent des recommandations de bonnes pratiques concernant ce mode consultation (Fig. 1).

Conclusion

Durant l’épidémie de COVID-19, la téléconsultation semble avoir été un outil apprécié par les urologues et leurs patients permettant de ne pas rompre le suivi médical durant cette période. Pour autant, les modalités précises de ce mode consultation sont encore floues, qui plus est dans ce contexte, et les urologues souhaitent en majorité un référentiel édité par l’AFU.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Pensez-vous que la prise en charge d'un patient par télémédecine est.





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.