Nodule testiculaire et échographie de contraste

25 novembre 2013

Auteurs : P. Vandaele, F. Marcelli, A. Villers, P. Puech, A. Ouzzane, J. Rigot
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1026




 

Objectifs .- Les nodules testiculaires découverts en échographie sont suspects de tumeur maligne. Les recommandations proposent, en priorité, une orchidectomie totale, en option, une orchidectomie partielle ou une surveillance. Décrire la séméiologie du rehaussement, en échographie de contraste, des nodules testiculaires pour lesquels on disposait d'une analyse anatomopathologique. L'objectif secondaire est d'observer si l'utilisation de l'échographie de contraste a modifié la prise en charge des nodules testiculaires.


Méthodes .- Quarante-huit patients ont eu une échographie testiculaire avec produit de contraste pour étude du rehaussement d'une anomalie du parenchyme testiculaire détectée sur une échographie préalable, réalisée dans 50 % des cas pour bilan d'infertilité. Les caractéristiques du rehaussement échographique ont été corrélées avec les résultats anatomopathologiques des patients opérés et le traitement proposé. Les décisions thérapeutiques non conformes aux recommandations ont été étudiées par une analyse univariée puis multivariée avec une régression logistique afin d'identifier les critères incitant à décider d'une prise en charge hors recommandations.


Résultats .- Vingt-cinq patients ont été opérés, 22 ont été surveillés et 1 a été traité par antibiothérapie. L'histologie retrouvait 14 tumeurs germinales, 8 tumeurs des cordons sexuels, 1 tumeur mésenchymateuse et 1 métastase. Il existait une séméiologie typique de rehaussement intense, précoce, homogène avec phénomène de wash in pour 100 % des tumeurs à cellules de Leydig. Toutes les tumeurs à cellules de Leydig opérées l'ont été par orchidectomie partielle. Les séminomes ont un rehaussement intense dans 100 % des cas, avec phénomène de wash in dans 57 % des cas. Lorsqu'un wash in était décrit, il était qualifié d'hétérogène dans 75 % des cas. Les sensibilité et valeur prédictive positive du rehaussement échographique intense pour le diagnostic de cancer du testicule étaient de 75 %. L'absence de rehaussement échographique intense influençait de manière indépendante la décision d'une surveillance hors référentiels pour 20 patients.


Conclusion .- L'échographie de contraste a influencé notre stratégie thérapeutique car la prise de contraste intense était un argument pour une lésion cancéreuse nécessitant une prise en charge chirurgicale. Les tumeurs à cellules de Leydig présentaient toutes un rehaussement intense et homogène. Si une étude prospective le confirmait, ceci permettrait d'utiliser cette modalité pour orienter vers une préservation du parenchyme testiculaire chez certains patients.




Haut de page



© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.